Drogon de Hauteville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Drogon d'Apulie
Statue de Drogon de Hauteville datant de 1875, remplaçant celle abîmée à la Révolution, sur la face nord de la cathédrale de Coutances.
Statue de Drogon de Hauteville datant de 1875, remplaçant celle abîmée à la Révolution, sur la face nord de la cathédrale de Coutances.

Titre Comte d'Apulie
(10461051)
Prédécesseur Guillaume Bras-de-Fer
Successeur Onfroi de Hauteville
Biographie
Dynastie Hauteville
Nom de naissance Drogon de Hauteville
Naissance vers 1010
Hauteville (?), Cotentin, duché de Normandie
Décès 10 août 1051
Monte Ilaro, près de Bovino dans les Pouilles
Père Tancrède de Hauteville
Mère Murielle
Conjoint Altrude de Salerne
Enfants Richard, Rocca, Éremburge

Blason sicile famille Hauteville.svg

Drogon[1] de Hauteville ou Drogon d’Apulie (en italien : Drogone d'Altavilla), est un mercenaire normand du XIe siècle qui fut le deuxième comte d’Apulie de 1046 à 1051.

Biographie[modifier | modifier le code]

Drogon de Hauteville est le troisième fils d'un petit seigneur normand du Cotentin, Tancrède de Hauteville, et de sa première épouse Murielle (Moriella).

Il arrive en Italie méridionale avec son frère aîné Guillaume vers 1035, et sert en qualité de mercenaire le prince lombard Guaimar IV de Salerne, après avoir servi le comte normand Rainulf Ier d’Aversa.

Avec son frère et 300 autres chevaliers normands, il participe à la reconquête byzantine de la Sicile sur les musulmans (1038-1040).

À partir de 1040, Drogon participe aux débuts de la conquête normande de l'Apulie. En 1042, après la victoire normande sur les troupes byzantines et le partage de l'Apulie (dont la conquête est loin d'être achevée), il reçoit en fief la ville de Venosa avant d’hériter du comté d'Apulie à la mort sans postérité de son frère Guillaume Bras-de-Fer (1046).

Après s'être débarrassé d'un rival, Pierre de Trani, qui cherchait à devenir comte d'Apulie, il s'empare de Bénévent en 1047, se proclame « duc et maître de l'Italie, comte des Normands et de toute l'Apulie et de la Calabre », et son pouvoir est officiellement reconnu par le prince Guaimar IV de Salerne qui lui avait déjà donné pour épouse l’une de ses filles, Altrude ; mieux encore, il est investi par l’empereur germanique Henri III le Noir. Vers 1048, Drogon conduit une expédition en Calabre et installa dans la vallée du Crati, près de Cosenza, son frère cadet Robert Guiscard avec une petite troupe.

La « Tour de Drogon » à San Marco Argentano (Calabre).

Il continue la lutte contre les Byzantins et étend la domination normande vers le sud de l'Italie mais, victime d’un complot anti-normand, il est assassiné le 10 août 1051 par un Grec, dans la chapelle de son château de Monte Ilaro alors qu'il se préparait à combattre une dangereuse coalition organisée par le pape Léon IX, hostile aux Normands.

Drogon fut inhumé à Venosa et son frère Onfroi lui succéda à la tête du comté d'Apulie.

Une tour d'origine normande, bâtie vers 1050 et située à San Marco Argentano en Calabre porte son nom : la Torre di Drogone (ou la Torre del Drogone).

Union et descendance[modifier | modifier le code]

De son épouse lombarde Altrude de Salerne, Drogon eut au moins deux filles, Rocca et Éremburge, et un fils, Richard, qui deviendra prince de Salerne.

Son petit-fils, Roger, deviendra en Orient, régent de la principauté d'Antioche.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dreux ou Dreu (en latin : Drogo).

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]