Drogon de Bretagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Drogon
Titre
Duc de Bretagne
952958
Prédécesseur Alain II
Successeur Foulque II d'Anjou
Comte de Nantes
952958
Prédécesseur Alain II
Successeur Foulque II d'Anjou
Biographie
Titre complet Duc de Bretagne
Dynastie Maison de Nantes
Date de naissance 950
Date de décès 958
Lieu de décès Angers
Père Alain II
Mère Roscille de Blois
Duc de Bretagne

Drogon de Bretagne, fils de d'Alain Barbetorte et de Roscille de Blois, est comte de Nantes et duc de Bretagne de 952 à 958.

Biographie[modifier | modifier le code]

Drogon (ou Dreux), seul fils légitime d’Alain Barbetorte et de Roscille de Blois, sœur du comte Thibaut Ier de Blois, nait vers 950, il devient comte de Nantes et duc de Bretagne en 952 — soit à l'âge de 2 ans — après le décès prématuré de son père.

Sa tutelle fut assurée par son oncle Thibaud Ier de Blois, qui remarie très vite sa sœur avec le comte Foulque II d’Anjou[1].

Le pouvoir sur la Bretagne est alors partagé : Foulque reçoit le comté de Nantes et la garde du jeune duc, Thibaut conservant la suzeraineté sur le nord de la Bretagne. Il délègue l’administration de cette région trop éloignée de son propre domaine à ses deux alliés : le comte Juhel Béranger de Rennes qui devient son vassal et Jutohen, archevêque de Dol.

La disparition brutale, par empoisonnement (?)[2], de Drogon vers 958 à Angers, dans laquelle, selon la "Chronique de Nantes", certains virent la main de Foulque II d’Anjou, car ce dernier prend le contrôle du comté de Nantes de 958 jusqu’à sa mort en 960. Ensuite, les Nantais feront appel à Höel, nouveau comte de Nantes, puis après sa mort, à Guérech, évêque de la même ville, les deux fils de Barbetorte pour assumer le pouvoir dans le comté.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yves Sassier, Hugues Capet : Naissance d'une dynastie, Fayard, coll. « Biographies historiques »,‎ 14 janvier 1987, 364 p. (ISBN 9782213670027, lire en ligne), p.132
  2. La Chronique de Nantes pages 109-110 indique qu’il aurait été ébouillanté dans son bain par sa nourrice sur ordre de Foulque d’Anjou

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

La vie de Drogon est essentiellement connue par la Chronique de Nantes compilée au XIe siècle.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Chédeville & Noël-Yves Tonnerre La Bretagne féodale XIe ‑ XIIIe siècle. Ouest-France Université Rennes (1987) (ISBN 2737300142).
  • Naissance de la Bretagne. Géographie historique et structures sociales de la Bretagne méridionale (Nantais et Vannetais) de la fin du VIIIe à la fin du XIIe siècle, Noël-Yves Tonnerre Presses de l’Université d’Angers Angers (1994) (ISBN 978-2903075583).

Voir aussi[modifier | modifier le code]