Drive (film, 2011)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Drive et Sang-froid.

Drive

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Affiche du film.

Titre québécois Sang-froid
Titre original Drive
Réalisation Nicolas Winding Refn
Scénario Hossein Amini
basé sur Drive de James Sallis
Acteurs principaux
Sociétés de production Bold Films
Odd Lot Entertainment
Marc Platt Productions
Seed Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film noir
Sortie 2011
Durée 103 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Drive, ou Sang-froid au Québec, est un thriller néo-noir américain réalisé par Nicolas Winding Refn, sorti en 2011 et adapté du roman de même titre de James Sallis par Hossein Amini. Comme dans le livre, le film traite de la double vie d'un homme, interprété par Ryan Gosling, cascadeur le jour et chauffeur pour criminels la nuit. Le réalisateur a expliqué qu'il avait été influencé par Bullitt (1968) et Le Jour du fléau (1975), et que Drive est un hommage à Alejandro Jodorowsky.

Drive est projeté pour la première fois au 64e festival de Cannes, le 20 mai 2011 où il connaît un certain succès critique et où Nicolas Winding Refn reçoit le Prix de la mise en scène. Il bénéficie également de nombreuses nominations aux Satellite Awards 2011 et aux Critics' Choice Movie Awards 2012, quatre aux BAFTA Awards 2012, une nomination aux César du cinéma 2012 et une aux Oscars 2012, la presse considérant cependant que le film est boudé par cette dernière cérémonie. Drive a été présenté à différents festivals avant sa sortie en salles. Il a réalisé une recette mondiale de 77,5 millions de dollars à la mi-février 2012 et se place 91e du box-office américain en 2011.

Résumé complet[modifier | modifier le code]

À Los Angeles, un jeune mécanicien taciturne (Ryan Gosling) effectue à l'occasion des cascades pour le cinéma et des convois pour la pègre. Venant d'emménager, il fait la connaissance de sa voisine Irene (Carey Mulligan), dont le mari est en prison, et de son petit garçon Benicio (Kaden Leos). Son patron Shannon (Bryan Cranston) voudrait le voir participer à des courses, et pour cela, sollicite le soutien financier du mafieux Bernie Rose (Albert Brooks). Standard (Oscar Isaac), le mari d'Irene, est libéré, et veut devenir honnête, mais il est tabassé par les sbires de Cook qui assuraient sa protection en prison : ils menacent de s'en prendre à Irene et Benicio s'il ne braque pas un prêteur sur gage pour rembourser les 5 000 dollars qu'ils exigent.

Le conducteur (Driver en version originale) propose son aide à Standard. Ils organisent le braquage du prêteur sur gage avec Blanche (Christina Hendricks), une cambrioleuse, mais l'opération tourne mal et Standard est tué par le prêteur. Le conducteur récupère un million de dollars, au lieu des 5 000 prévus, mais est poursuivi à l'issue du braquage par une autre voiture dont il parvient à se défaire, non sans difficultés. C'est alors qu'il se rend compte qu'il s'est engagé dans un affrontement mafieux. Il interroge violemment Blanche dans la chambre de motel où ils se sont réfugiés ; celle-ci avoue que la voiture qui les a poursuivis était celle d'un homme de Cook, qui devait doubler Standard et le conducteur pour récupérer Blanche et l'argent. Ces mafieux arrivent peu après, prévenus par Blanche qui leur a donné l'adresse ; Blanche est abattue mais le conducteur parvient à tuer les deux hommes.

Il va ensuite brutaliser Cook, qui lui avoue que le véritable cerveau de l'opération est Nino (Ron Perlman), un autre mafieux. En allant rejoindre Irene, le conducteur croise un tueur à gages envoyé par Nino pour tuer la jeune femme. Tous trois se retrouvent dans un ascenseur, où le conducteur embrasse Irene avant de tuer le nervi en lui écrasant la tête à coup de talon. Pendant ce temps, Nino explique à Bernie, son chef, que l'argent appartient en réalité à des mafieux de la côte Est. Par peur de représailles, Bernie et Nino décident de tuer toute personne au courant de l'affaire, à commencer par Cook, puis Shannon.

Le conducteur, découvrant Shannon mort, se lance à la poursuite de Nino en voiture, et après avoir précipité le véhicule sur une plage du haut d'une falaise, le noie dans l'océan. Il arrange ensuite un rendez-vous avec Bernie pour mettre un terme au massacre, avant d'appeler Irene et de lui avouer que les instants passés avec elle et son fils ont été les meilleurs de sa vie. Le conducteur doit rendre l'argent en échange de la sécurité d'Irene et Benicio, mais au moment de récupérer le sac, Bernie poignarde le conducteur. Ce dernier le blesse à son tour mortellement puis, laissant le corps de Bernie et l'argent derrière lui, attend la nuit pour quitter la ville.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Le réalisateur, Nicolas Winding Refn, lors de la présentation du film au festival du cinéma américain de Deauville, en 2011.
Ryan Gosling à la première de Drive au Toronto International Film Festival.
Ryan Gosling à la première de Drive au Festival international du film de Toronto.

Distribution[modifier | modifier le code]

Version française 
Sources et légendes : Version française (VF) sur AlloDoublage[4] et Version québécoise (VQ)[6]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse du projet[modifier | modifier le code]

Drive est l'adaptation cinématographique du roman homonyme de James Sallis, publié en 2005 aux États-Unis. Le producteur, Marc E. Platt, pose une option pour l'adaptation du livre de Sallis après avoir lu une critique du livre dans Publishers Weekly[7].

« Une partie de mon travail consiste à rechercher quotidiennement de nouvelles idées de films et, dans cette optique, je consulte régulièrement la revue Publishers Weekly. J’y ai lu la brève critique d’un roman sur un chauffeur sans nom qui aide des malfrats à prendre la fuite. Intrigué, j’ai appelé l’agent de l’auteur et j’ai lu le livre le soir même. J’étais emballé. J’avais trouvé un personnage comme on n'en fait plus : un homme qui sait ce qu’il veut, qui est très bon dans un domaine précis et qui s’y consacre sans état d’âme[7]. »

— Adam Siegel, producteur de Drive

Le personnage intéresse Platt par son côté énigmatique et réservé. Un personnage qui vit selon son propre code de conduite et qui rappelle certains héros, interprétés par Steve McQueen ou Clint Eastwood, qu'il décrit comme « des hommes à poigne, peu bavards, qui s’expriment à travers leurs actes[7] ».

Scénario[modifier | modifier le code]

Carey Mulligan
Carey Mulligan interprète le personnage d'Irene. Elle explique : « Lorsque j’ai reçu le scénario, je suis tombée amoureuse de cette histoire et j’ai fait des pieds et des mains pour décrocher le rôle[7]. »

Le scénariste Hossein Amini est engagé pour adapter le roman en scénario. « C’est rare de se voir confier un livre de ce genre par un studio. Il était très court et très sombre, presque comme un poème », explique Amini. L'adaptation est difficile car le roman, construit sur une histoire non linéaire, présente de nombreux flash-backs et s'avère ainsi difficile à adapter pour un film grand public[7],[8]. Pour cela, il lui faut trouver un « fil directeur » afin de rendre le déroulement de l'action plus linéaire, tout en restant cohérent vis-à-vis de la vision de Sallis (où le point de vue est celui du conducteur au volant de sa voiture). Le scénariste est conscient qu'un braquage qui tourne mal est une action vue maintes fois au cinéma mais l’intérêt apporté par le livre, « c’est de montrer comment tous les personnages en sont affectés. Le braquage a des conséquences non seulement sur le chauffeur mais sur tous les autres[7]. »

Une première adaptation de Drive est annoncée début 2008, avec à la réalisation Neil Marshall et Hugh Jackman dans le rôle titre[8]. Universal Studios avait essayé d'en faire une adaptation quelques années auparavant dans l'optique de créer une franchise[9],[10]. En février 2010, Marshall et Jackman ne font plus partie du projet.

Quand Ryan Gosling signe, les producteurs lui laissent le choix du réalisateur. Il décide de proposer le réalisateur danois Nicolas Winding Refn dont il est fan[11]. Refn était, jusqu'à ce que les producteurs le contactent, sur un projet qui venait d'échouer[12]. À la suite de cet échec, Refn est déprimé ; il rencontre alors Gosling au cours d'un repas pour parler de Drive mais un malaise s'installe entre eux au cours du repas. Gosling raccompagne Refn chez lui en voiture. Au cours de ce trajet, Gosling allume la radio pour pallier le malaise ambiant puis Refn se met à pleurer et dit à Gosling, « on va faire un film sur un type qui conduit dans Los Angeles en écoutant de la musique pop parce que c’est sa soupape émotionnelle ! ». Lors de la première lecture du scénario de Drive, Refn est davantage intrigué par le concept d'un homme ayant une double personnalité, cascadeur le jour et chauffeur pour criminels le soir, que par l'histoire en elle-même[7]. Sur le tournage, Refn affirme avoir « eu une relation télépathique » avec Gosling[12].

Refn structure le film à la manière d'un conte des frères Grimm, avec un début très pur. À un moment, un basculement dans l'histoire intervient. Alors quelque chose de noir avec un fonctionnement psychotique et un ton moralisateur à la fin du film entre en scène. Le point de basculement dans le film est la scène de l'ascenseur. Pour cela, Refn explique que les deux parties du film sont très dépendantes l'une de l'autre pour justifier le basculement[13].

Casting[modifier | modifier le code]

Ryan Gosling au festival international du film de Toronto en 2010.
Ryan Gosling au festival international du film de Toronto en 2010.

Hugh Jackman, pressenti pour le rôle principal, devant y renoncer en raison d'un conflit d'emploi du temps[8], le producteur Marc E. Platt contacte Gosling pour jouer dans le film. Il lui explique qu'il se trouve parmi les premiers noms d'une liste de personnes de talent, auteurs, réalisateurs et acteurs, qui l'inspirent et avec qui il souhaite travailler. Après avoir reçu le premier scénario de Drive, Gosling désire rencontrer Platt. L'acteur a toujours été intéressé pour tourner dans un film d'action mais regrette que ce genre de film ait une tendance à faire toujours la part belle à l’action au détriment des personnages. Le personnage du conducteur lui a immédiatement plu, car il reposait sur un caractère très fort, et sur une histoire d'amour complexe. Pour la productrice Gigi Pritzker, Ryan Gosling a, sous un calme apparent, un tempérament de feu. Elle a trouvé intéressant de le voir endosser le rôle du conducteur, qu'elle décrit être « aux antipodes » de ce que l'acteur a déjà pu interpréter auparavant : avec ce personnage, il « nous emporte dans une course folle, à la fois exaltante et riche en émotions »[7]. Les premiers producteurs donnent à Gosling le choix du réalisateur, une première pour l'acteur, qui pense à Nicolas Winding Refn[14]. Refn accepte de réaliser le film[15].

Lorsque Refn commence à faire le choix du reste de la distribution, il ne souhaite pas se baser sur les vidéos de castings ou des auditions, mais préfère rencontrer les acteurs en personne, à son domicile[15]. Refn cherche d'abord une actrice pour le rôle d'Irene, une mère latino-américaine dans la vingtaine élevant son fils de sept ans[7]. Mais il ne parvient pas à trouver la personne qu'il faut parmi les actrices qu'il rencontre, qu'elles soient connues ou pas[16],[8],[17],[18]. Après avoir vu Bronson (2008) et Le Guerrier silencieux (Valhalla Rising, 2010) de Refn, Carey Mulligan explique avoir envoyé un courriel à son agent car elle désire travailler avec un réalisateur comme Refn, sans savoir que le projet est en pré-production. Elle reçoit le scénario trois semaines plus tard, en août 2010, et dit être tombée amoureuse de l'histoire. Lorsque Refn reçoit Mulligan, il n'a vu aucun de ses films, mais la choisit dès qu'elle lui apparaît. Refn constate que Mulligan donne à l'histoire d’amour une dimension beaucoup plus intéressante, à la Roméo et Juliette, mais sans la politique présente dans la pièce de théâtre[7]. Refn effectue alors des ajustements dans le scénario afin que le rôle convienne à Mulligan[17].

Après avoir vu une photo de Christina Hendricks, la femme de Refn la recommande pour le rôle de Blanche.
Après avoir vu une photo de Christina Hendricks, la femme de Refn la recommande pour le rôle de Blanche[15].

Refn, fan de la sérié télévisée Breaking Bad, contacte Bryan Cranston, qu'il considère comme un acteur d'exception. Mais il apprend que Cranston a déjà été contacté pour d'autres projets, et, afin de l'intéresser, il développe le rôle de Shannon. Sans donner de nouvelles à Refn, Cranston fait une liste de points positifs et négatifs pour choisir s'il interprétera ou non le rôle. Flatté par l'intérêt que le réalisateur lui porte, il finit par accepter[15]. Pour l'acteur, le point déterminant de son choix est le scénario : il apprécie le personnage qui lui est confié, et la présence de Gosling et Refn sur le projet finit de le convaincre[7].

Christina Hendricks obtient le rôle secondaire de Blanche[7]. Pour essayer de trouver un personnage réel, Refn cherche une actrice de films pornographiques, mais il n'arrive pas à trouver une actrice possédant un jeu correct. Après avoir rencontré Hendricks sur un conseil de sa femme, il décide de l'auditionner[15]. Connue pour son rôle dans Mad Men, Refn apprécie le côté attachant qu'elle dégage[15],[7], et Hendricks trouve le scénario du film « fantastique ». À l'origine, ce devait être Jacinda Barrett qui devait interpréter ce personnage.

Ron Perlman interprète Nino.
Ron Perlman interprète Nino.

Bernie Rose, un violent mafieux, est interprété par Albert Brooks auquel ont immédiatement pensé Refn et Gosling, bien que ce dernier déclare que selon lui l'acteur ne serait pas d'accord pour jouer un personnage violent et sombre, ainsi que pour participer à un film qu'il ne réalise pas lui-même. Refn évoque son audition : « Le jour où Albert est venu chez moi, il était agressif, à fleur de peau ; on sentait qu’il pouvait perdre le contrôle à tout moment. J’étais surpris qu’il n’ait jamais incarné un personnage de ce genre. »[N 1],[7]. Brooks apprécie chez Bernie Rose son style et sa personnalité triste : « il ne se lève pas le matin en se disant qu'il va tuer des gens. Il est triste de le faire. Ça le bouleverse. C'est un peu « regarde ce que tu m'as obligé à faire »[N 2],[19] ! »

Nino, le principal méchant, est interprété par Ron Perlman, l'un des derniers acteurs à rejoindre la distribution. À l’origine, le personnage de Nino n'est pas très développé. Refn se demande pourquoi Perlman veut se joindre à la distribution et celui-ci explique simplement que le personnage lui ressemble : « j’ai toujours rêvé de jouer un Juif qui veut devenir un gangster », car « c’est ce que je suis au fond : un petit gars juif de New York »[7].

Oscar Isaac interprète le rôle d'un latino-américain, Standard, marié à Irene. Il sort de prison une semaine après la rencontre du conducteur et d'Irene. Dans le roman, le mari d'Irene est un Mexicain qui fait partie d'un gang. Isaac a modifié, avec le réalisateur, l'histoire du personnage pour lui donner plus de profondeur, et rendre l'histoire plus convaincante. L'objectif du personnage est d'ouvrir un restaurant, mais ses erreurs passées le placent dans une position délicate[7].

Financement[modifier | modifier le code]

La phase de financement dure quatre mois. Les grands studios de cinéma refusent tous le projet. Refn et Gosling rencontrent alors des studios indépendants. Refn se rend en 2010 au marché du film de Cannes en parallèle du Festival de Cannes. Manuel Chiche de Wild Side Films accorde une avance sur les droits de diffusions en France, viennent ensuite l'Allemagne et les pays scandinaves. Ils arrivent ainsi à lever 16 millions de dollars US[2].

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

Park Plaza Hotel
Entrée du Park Plaza Hotel.

Le film, doté d'un budget de 15 millions de dollars, est tourné dans différents lieux de Los Angeles, en Californie[20],[21],[22]. Les lieux de tournage sont repérés par Refn lorsque Gosling le conduit dans la ville le soir[22]. Beth Mickle, la directrice artistique, est embauchée sur les recommandations de Gosling après avoir travaillé avec lui en 2006 sur le film Half Nelson de Ryan Fleck. Avant le tournage, Mickle supervise une équipe de 40 personnes, travaillant jusqu'à 18 heures par jour. Il s'agit du film au budget le plus important auquel elle participe : « il y a un zéro de plus au budget » par rapport à Half Nelson[23].

Il est vite acquis que le Park Plaza Hotel de Los Angeles serait l'un des lieux de tournage principaux, où sont tournées les scènes du couloir, de l’ascenseur et du strip club[24]. Ils ont imaginé pour le personnage de Gosling un immeuble qui comprend un couloir et un ascenseur qui le lie à l’appartement d'Irene. La scène d'ouverture évite certaines zones du quartier d'affaires Downtown Los Angeles[25],[26]. Le Los Angeles Times note que lorsque les bâtiments étincelants sont montrés, ils sont vus de loin[26]. Mickle a créé l'appartement de Bernie Rose dans un bâtiment abandonné, et a également transformé un petit atelier de carrosserie de Los Angeles en une concession, celle de Shannon. Elle a fait peindre les murs de la concession d'un bleu électrique et amené dans la salle d'exposition de nombreuses voitures anciennes[23].

Réalisation[modifier | modifier le code]

Refn réalise Drive avec la Caméra numérique Arriflex Alexa.
Refn réalise Drive avec la caméra numérique Arriflex Alexa.

Refn déménage dans une maison à Los Angeles avec toute la distribution et le scénariste Amini, afin de travailler sur le scénario et le film tous les jours, visionner les scènes réalisées et le montage du film[27],[10]. Avec un scénario initial de 81 pages, Refn et Gosling réduisent le nombre des dialogues durant le tournage[15].

Préférant garder un film bien construit et authentique, Refn évite l'usage d'images de synthèse, conditionné par le manque de moyens pour financer la création de telles images[28]. De nombreux cascadeurs sont crédités, dont Gosling qui a réalisé l'une des cascades[29],[30]. Lors de la production, Gosling répare la Chevrolet Malibu de 1973 utilisée dans le film[31].

En cohérence avec le style visuel de Refn, l'objectif grand angle est privilégié. Le directeur de la photographie Newton Thomas Sigel, connaissant le travail de Refn, cherche à incorporer tous les éléments qui font sa marque de fabrique tout en essayant de la faire évoluer. Pour cela, la sensation du grand-angle est conservée, avec une importante profondeur de champ, tout en l'adaptant à beaucoup de décors et de situations dans le film. La vitesse joue un rôle important dans le film[7]. La photographie du film est réalisée de façon à ce que l'action semble intemporelle[24]. Refn, du fait qu'il soit daltonien, demande à Siegel que l'image soit très contrastée[2].

Le tournage se déroule sur six semaines[2]. Le film est tourné avec la caméra numérique Arriflex Alexa[32]. Les scènes de bagarres sont tournées avec deux caméras, avec Sigel à la caméra A, et Greg Lundsgaard à la caméra B sur Steadicam. Selon Lancaster, le producteur exécutif de Drive, le film contient des « images riches, obsédantes et profondes d’un Los Angeles qu’on ne voit pas souvent. Des ruelles méconnues du centre-ville jusqu’aux confins arides et désolés du paysage désertique qui l’entoure, en passant par les côtes rocheuses en bord de mer. Sigel a réinventé Los Angeles[7]. » Refn a tourné les scènes de nuit à partir d'un hélicoptère dans Bunker Hill à Los Angeles[26]. Le tournage se termine en novembre 2010[21].

Bien que le film se passe à l'époque de la réalisation (2010), une atmosphère des années 1980 s'en dégage avec les voitures, la musique, les décors mais aussi par sa construction[26].

Scène d'ouverture[modifier | modifier le code]

Chevrolet Impala de neuvième génération, conduite dans la scène de course-poursuite.
Chevrolet Impala de neuvième génération, conduite dans la scène de course-poursuite.

La scène d'ouverture de course-poursuite est filmée depuis l'habitacle de la Chevrolet Impala. Dans une interview, Refn révèle l'idée de cette scène comme une « plongée », qui consiste à ne jamais perdre de vue la voiture au cours de la course-poursuite afin que le public voie la scène du point de vue du conducteur[25]. À cause d'un budget de réalisation limité et du temps de tournage serré, la réalisation de la scène se fait en deux jours. Pour Refn, le quartier d'affaires Downtown Los Angeles a beaucoup changé, en s'améliorant ; pour garder une atmosphère lugubre, il évite certaines zones. La scène est de plus tournée en faible angle, avec un minimum de lumière[25].

Scène de l'ascenseur[modifier | modifier le code]

L'une des scènes sans dialogue est la séquence de l’ascenseur, Refn la catégorise comme le cœur du film, qui permet d'irriguer le reste du film[2]. Il s'agit d'« une suite de visuels étonnants et graphiques, c'est un excellent exemple de la façon dont le film véhicule de nombreuses idées et des émotions à travers des images plutôt que des mots » pour Matt Barone du magazine Complex[13]. Pour cette scène, Refn fait appel au réalisateur Gaspar Noé, lui demandant comment il avait fait pour la scène de l'écrasement de tête dans Irréversible (2002)[10],[13].

La scène de l'ascenseur est le point de transition du film[13]. La transition de la romance à la violence commence par un baiser entre le conducteur et Irene. Il s'agit d'un baiser d'adieu[33], avant qu'il ne se transforme en « loup-garou »[34], moment où il dévoile sa schizophrénie en piétinant violemment la tête d'un tueur à gages. Dans cette scène Irene voit d'un autre œil le conducteur[2],[35]. Refn mélange la tension sexuelle et la violence dans cet espace confiné qu'est l’ascenseur, afin d'augmenter l'intensité de la scène[12]. Pour Refn, il ne s'agit pas dans cette scène de sexualité, mais plutôt de poésie et de pureté, comme un moment sacré[2]. La violence que le conducteur déploie, est également une forme de poésie. Refn étant plus intéressé dans l'action qui précède la violence — il la compare aux préliminaires — à la violence elle-même — qu'il compare à l'orgasme[2].

Scènes de conduite[modifier | modifier le code]

Le modèle Chevrolet Malibu de 1973-1977 est la voiture du conducteur.
Le modèle Chevrolet Malibu de 1973-1977 est la voiture du conducteur.

Les scènes de conduite sont filmées avec une plateforme auto-caméra, la biscuit-rig (la plateforme biscuit), développée pour le film Pur Sang, la légende de Seabiscuit (Seabiscuit, 2003), qui permet à un pilote de conduire la voiture, ce qui laisse à Gosling la possibilité de se concentrer sur le jeu. « On installe la voiture dessus, ce qui permet à Ryan de s’installer à bord et de se concentrer sur son jeu sous l’œil de la caméra. Pendant ce temps, un cascadeur pilote la voiture, mais on a l’impression que Ryan est vraiment en train de conduire », rapporte Sigel[7].

Scène du strip-club[modifier | modifier le code]

La scène du strip-club se déroule dans une pièce remplie de miroirs. Pour ne pas filmer le reflet de la caméra, le chef machiniste Alex Klabukov a fixé une plateforme circulaire au plafond, qui permettra de filmer la salle à 360°. La scène violente est baignée dans une ambiance violette, à l'aide d'appliques de 40 à 60 watts[24].

Dans cette scène, le personnage principal arrive dans les loges du strip-club, où l'on voit de nombreuses stripteaseuses, et casse la main de Cook avec un marteau, le propriétaire de club interprété par James Biberi. Le conducteur menace ensuite le propriétaire avec un marteau, puis lui fait avaler une balle de 9 mm[24].

Style et inspiration[modifier | modifier le code]

En y repensant, il n'y a pas vraiment de conduite dans Drive - quelques scènes ici et là, mises en scène efficacement et de manière palpitante. Il est plus question des choix discutables qui motivent les gens, et, finalement, de ceux qui les éloignent[N 3].

Christy Lemire du Boston Globe[36]

Les journalistes et critiques de cinéma ont reconnu dans Drive une « histoire classique de casse à Los Angeles qui va finir mal » qui rend « hommage à ce genre de films de voiture » dans la lignée de films comme Bullitt (1968). Une étude sur les personnages fait ressortir les thèmes principaux du film : « loyauté, solitude et pulsions sombres qui surgissent, même quand nous essayons de les contrôler »[35],[37]. Il combine la bande dessinée gore, le film noir, une esthétique de série B et le spectacle hollywoodien, ce qui offre « une concoction bizarre, dont les aspects angoissant rappellent Mulholland Drive (2001) de David Lynch ou Pulp Fiction (1994) de Quentin Tarantino, et les scènes d'amour chargées de peur ne seraient pas importunes dans un drame scandinave[N 4],[38] »[39],[40],[41]. D'autres comparaisons ont été faites au travail de Walter Hill, John Carpenter, Michael Mann, Nathanael West, J. G. Ballard et Mike Davis[26], ou à la violence de l'œuvre de David Cronenberg : « Drive est un polar que l’on pourrait qualifier de « cronenbergien » dans son maniement de la violence »[42]. Le film est dédié au réalisateur franco-chilien Alejandro Jodorowsky et inclut quelques questions sur l'existentialisme[10].

« Si la voiture est par définition une extension phallique. [Refn] réussit particulièrement bien son préliminaire. [Les cinq premières minutes du film], c'est vraiment ça. C'est une poursuite faite d'accélérations, de décélérations, de frustrations, d'excitations des spectateurs. Et on arrête et on reprend. »

Xavier Leherpeur de Studio Ciné Live[43]

Drive est un essai néo-noir[10], extrêmement violent et très stylisé, avec un visuel européen et des influences grindhouse[27],[38]. Pour Refn, Drive devient un film de super-héros au cours de la scène de l'ascenseur, lorsque le chauffeur tue le méchant [31]. Drive fait également référence à la culture populaire des années 1970 et 1980 au travers de films comme Le Jour du fléau (The Day of the Locust, 1975)[26] et Police fédérale Los Angeles (To Live and Die in L.A., 1985). D'autres influences peuvent être vues dans le générique d'ouverture avec le néon lumineux et les chansons rétros : « un mélange de tonalités tendues de synthétiseur et de refrains discos accrocheurs qui, collectivement, donnent au film sa tonalité cohérente[N 5],[29] ». Le titre du film, habillé de rose flashy[10], est inspiré par la police d'écriture de Risky Business (1983)[15].

La principale inspiration pour Winding Refn vient des Contes de l'enfance et du foyer des frères Grimm. Son but est de structurer le film comme un conte de fée : condensé dans son storytelling et avec des personnages archétypés. Le conducteur est comme « un chevalier errant, défenseur de la veuve et de l'orphelin »[10],[44]. Refn explique que « Carey Mulligan incarne l’innocente jeune fille perdue dans la forêt et Ryan Gosling est le preux chevalier qui va la protéger du roi mafieux interprété par Albert Brooks. La première partie est très pure alors que la seconde partie devient plus violente[12]. » Pour jouer avec le thème populaire du conte de fée, le conducteur protège ce qui est bon, alors que dans un même temps il tue les gens dépravés avec violence[35]. Refn est également inspiré par des films comme Le Point de non-retour (Point Blank, 1967), Macadam à deux voies (Two-Lane Blacktop, 1971), Driver (The Driver, 1978), Le solitaire (Thief, 1981) et Full Metal Jacket (1987)[43],[45]. Les crimes dans les réalisations de Jean-Pierre Melville influencent la cinématographie du réalisateur[31]. Le script d'Amini a une tendance naturelle à imposer une sorte de code moral du criminel, où même ceux qui s'y conforment ne sont presque jamais récompensés de leurs efforts, comme on le voit lorsque le conducteur aide Standard, Irene et son fils, ce qui reste l'intérêt principal dans l'esprit du personnage[35]. Dans leurs voitures, les personnages non seulement s'échappent et commettent des meurtres, mais ils essayent d'être en paix et recherchent une liaison amoureuse[35].

« Vers la fin, un plan inouï montre le driver, affublé d'un masque de tueur à la Michael Myers, fixer sa victime sur une plage balayée par le vent : c'est peut-être dans ce registre de l'extinction et de la perte de toute trace d'humanité, emblématisée par le genre hypermécanisé du slasher (la série des Vendredi 13 et des Halloween), que le film dialogue le plus subtilement avec un certain désenchantement des années 1980. »

Vincent Malausa des Cahiers du cinéma[45]

Le personnage principal, le conducteur (The Driver), est comparé à l’Homme sans nom (The Man With No Name), un personnage interprété par Clint Eastwood dans les westerns de Sergio Leone, car la plupart du temps, il ne parle pas[39]. Vincent Malausa de la revue Cahiers du cinéma relève que le personnage du conducteur rappelle le film Bruiser de George Andrew Romero[45]. La faible présence de dialogue du conducteur est conçue pour attendrir le personnage. Refn Winding a choisi de donner au personnage très peu de dialogues et de mettre lors de la conduite de la musique pop, qui lui permet de reprendre le contrôle quand il le faut[38]. Un critique a noté que si le conducteur manque de psychologie, il le rend à travers ses actions et ses costumes élégants[29]. La garde-robe du conducteur a été inspirée par le groupe Kiss et le film expérimental de Kenneth Anger, Scorpio Rising[24]. Il porte une veste en satin avec un scorpion d'or brodé dans le dos[31] ; le blouson est vu par Refn comme l'armure du personnage, et le logo comme un signe de protection[46]. Pour le critique Peter Canavese, la veste est une référence à la fable Le Scorpion et la Grenouille, mentionnée dans le film, qui à son tour évoque l'utilisation de la fable dans le film d'Orson Welles Dossier secret[47]. Pour Michel Ciment, la veste blanche représente son coté angélique et le scorpion doré le coté maléfique du personnage[43], alors que pour Philippe Rouyer le scorpion doré ramène en permanence à une symbolique trouble de sexualité et de mort[48].

Le critique Éric Neuhoff trouve au film un « humour féroce » à la manière de Quentin Tarantino, avec entre autres les répliques du mafieux Nino lorsqu'il explique avoir été un producteur de film européen[N 6],[43]. Vincent Malausa de la revue Cahiers du cinéma pense que Refn s'est débarrassé de son influence kubrickienne qui était très présente dans le style de ces précédents films Bronson (2008) et Le Guerrier silencieux (Valhalla Rising, 2010)[45].

Bande originale[modifier | modifier le code]

Drive

Bande originale par Cliff Martinez
Sortie 27 septembre 2011
Enregistré 2010-2011
Langue anglais
Genre Électro-pop
Compositeur Cliff Martinez
Label Record Makers
Lakeshore Records

La bande originale a une place prépondérante dans Drive. Elle sort en France sur le label français Record Makers et aux États-Unis sur le Lakeshore Records[49]. La plupart des morceaux dans un style électro-pop sont composés par Cliff Martinez, qui a travaillé sur la bande originale de Sexe, Mensonges et Vidéo (Sex, Lies, and Videotape, 1989), bande originale dont Refn est particulièrement fan[35]. La musique contient des titres avec une ambiance vintage, des claviers et des compositions descriptives[50]. Refn désire une musique électronique, et de temps en temps abstraite pour que les spectateurs puissent voir les choses du point de vue du chauffeur[51]. Il donne un échantillon de chansons qu'il aime à Martinez et lui demande de composer dans cette veine-là ; il en résulte une bande originale « un peu rétro, années 1980, europop au synthétiseur ». Matt Newman, monteur attitré de Winding Refn, suggère à ce dernier que la chanson d'ouverture du film soit Nightcall, du compositeur de musique électronique français Kavinsky[10],[31].

Winding Refn cherche dans le catalogue du mixeur Johnny Jewel, et choisit Under Your Spell et A Real Hero parce qu'il imagine Drive comme un conte de fée. Au climax du film, la mélodie au synthétiseur de la chanson A Real Hero (littéralement, « un vrai héros » en français) fait référence à « un être humain réel, et un vrai héros ». Ce titre illustre la transition, la scène de l'ascenseur avec le changement de statut du conducteur[52]. Dans un premier temps, Jewel s'inquiète d'un titre peut-être trop littéral, mais se rend vite compte qu'il est utilisé « exactement de la même façon qu'[il le ressentait] quand [il l'a] écrit. [Refn] a définitivement capté la tonalité de la chanson, et compris ce qu'elle était supposée signifier, et il a voulu transmettre cette émotion-là au spectateur[N 7] »[51].

Le mixeur Johnny Jewel explique à Nicolas Winding Refn que la musique doit être considérée comme un élément de base du film et que pour certaines scènes, la basse doit être évitée afin d'être utilisée spécialement pour les parties émotionnelles ou de mauvais augure, ce qui renforcera son effet. Jewel pense que la musique devrait être dans un registre qui fasse penser au rêve. Pour s'aider lui-même dans le processus d'écriture, il évoque des mélodies ; le mixeur effectue une procédure où il a souligné de nombreuses phrases du roman, puis imprimés ces mots en gros caractères et les a accrochés sur les murs où sont dessinées des images lors du visionnement du film[51].

No Titre Compositeur(s)[49] Durée
1. Nightcall (feat. Lovefoxxx) Kavinsky 4:19
2. Under Your Spell Desire 3:52
3. A Real Hero (feat. Electric Youth) College 4:27
4. Oh My Love (feat. Katyna Ranieri) Riz Ortolani 2:50
5. Tick of the Clock Chromatics 4:48
6. Rubber Head Cliff Martinez 3:08
7. I Drive Cliff Martinez 2:03
8. He Had a Good Time Cliff Martinez 1:37
9. They Broke His Pelvis Cliff Martinez 1:58
10. Kick Your Teeth Cliff Martinez 2:40
11. Where’s the Deluxe Version? Cliff Martinez 5:32
12. See You in Four Cliff Martinez 2:37
13. After the Chase Cliff Martinez 5:25
14. Hammer Cliff Martinez 4:44
15. Wrong Floor Cliff Martinez 1:31
16. Skull Crushing Cliff Martinez 5:57
17. My Name on a Car Cliff Martinez 2:19
18. On the Beach Cliff Martinez 6:37
19. Bride of Deluxe Cliff Martinez 3:57

Exploitation[modifier | modifier le code]

Promotion[modifier | modifier le code]

Prévu pour une production du type blockbuster, Drive est par la suite catégorisé comme film indépendant. Avant le tournage, Refn se déplace au festival de Cannes 2010 pour vendre les droits de diffusion et sort à cette occasion des posters promotionnels du film[14],[53],[54]. En novembre 2010, FilmDistrict (en) acquiert les droits de distribution pour l'Amérique du Nord[21]. Les distributeurs ont été si désireux d'acquérir les droits du film qu'ils ont commencé à négocier pour acheter le film avant même d'en avoir vu une seule séquence[55], et pensent pouvoir faire appel au réseau de distribution du cinéma de genre et d'Art et Essai[55]. La sortie du film est alors programmée pour le 16 septembre 2011 aux États-Unis[21],[56].

L'avant-première du film a eu lieu le 20 mai 2011, en compétition lors du festival de Cannes 2011[57]. Après la projection à la presse, le film reçoit d'abondantes félicitations[58] et est qualifié de « l'un des meilleurs accueils du festival »[59], mais l'un des critiques dira que le film « ne peut pas gagner, [et] ne gagnera pas la palme »[38]. Il a été accueilli sous les applaudissements des critiques cinématographiques[27],[39] et reçoit également 15 minutes de standing ovation lors de la projection publique[60]. Xan Brooks du Guardian considère le film comme un péché coupable[40]. Le jury du festival remet à Refn le prix de la mise en scène[61].

Drive a également été diffusé au festival du film de Los Angeles, le 20 juin 2011 lors du gala de projection de son programme. Il fait partie d'une sélection de plus de 200 longs métrages, courts métrages et clips vidéos, venus de plus de 30 pays, à être présentés durant ce festival[62]. Alors que la date de sortie de Red Dog est repoussée de plusieurs jours, Drive le remplace comme film de clôture du festival international du film de Melbourne[63]. Le film est également diffusé au cours de la présentation du studio FilmDistrict au Comic-Con[64]. Une diffusion secrète est organisée à l’Empire Big Screen de Londres à la mi-août 2011[31]. En septembre, une présentation spéciale a lieu lors du festival international du film de Toronto, où Gosling présente également Les Marches du pouvoir (The Ides of March)[65].

Le marketing du film suggère au début un film d'action. Cependant, une spectatrice américaine, Sarah Deming, décide de porter plainte contre le film pour publicité mensongère. Pour elle, la bande-annonce suggérait une production semblable à Fast and Furious, alors qu'il a y « très peu de conduite » dans le film[66]. Au passage, elle dénonce un « racisme gratuit, diffamatoire et déshumanisant à l'encontre des Juifs », à la suite de la représentation de l'un d'eux dans la mafia avec des scènes très violentes[66],[67]. Par la suite, les poursuites contre le film sont abandonnées en mars 2012 au motif que les arguments soutenus par Sarah Deming ne sont pas valables, et que le film ne comporte aucun message subliminal antisémite. La spectatrice prévoit toutefois de faire appel[68].

Distribution vidéo et exploitation télévisuelle[modifier | modifier le code]

Logo du film

Drive est sorti en DVD et Blu-ray le 30 janvier 2012 aux États-Unis, et le 17 janvier 2012 sur iTunes, PlayStation Store et Xbox Live.

En France, le film, distribué par Wild Side Films et Le Pacte, et édité par Wild Side Video, est sorti le 8 février 2012[69].

En octobre et novembre 2012, Canal+ diffuse le film en France sous la même classification qu'au cinéma. En février 2013, le CSA décide de relever la signalétique catégorie III à la catégorie IV, c'est-à-dire déconseillé au moins de 16 ans[3]. Cette signalétique devra être appliquer « lors des éventuelles rediffusions de ce film »[3].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Drive

Score cumulé
Site Note
Metacritic 79/100[70]
Allociné 4.4 étoiles sur 5[71]
Compilation des critiques
Périodique Note
20 minutes 5 étoiles sur 5
Le Parisien 5 étoiles sur 5
Filmstarts 5 étoiles sur 5
Positif 5 étoiles sur 5
Rolling Stone 4 étoiles sur 5
Le Monde 4 étoiles sur 5
Télérama 4 étoiles sur 5
Paris Match 3 étoiles sur 5
Cahiers du cinéma 3 étoiles sur 5

Drive a été extrêmement bien reçu par les critiques, que ce soit les anglophones, avec 93 % d'avis favorables, basé sur 208 commentaires sur l'agrégateur de critiques Rotten Tomatoes[72] et une moyenne de 79/100 sur le site Metacritic[70], ou les francophones, avec une note moyenne de 4.4/5 sur recensement de 26 titres de presse par AlloCiné[71]. Les prestations de Gosling et Brooks, ainsi que l’esthétique du film, ont généralement été très appréciées par les critiques.

Pour Peter Travers de Rolling Stone, il n'est pas étonnant que le film remporte au Festival de Cannes le prix de mise en scène, car « Refn est un virtuose, mêlant le dur et le tendre avec une habileté troublante ». Le critique déclare que « Gosling hypnotise dans son rôle alors qu'un autre acteur pourrait tomber dans l'absurde », et en conclut qu'il est face à « du pur cinéma, une grenade d'image et de son prête à exploser »[N 8],[73]. Peter Debruge de Variety salue Drive pour être parvenu à sortir d'un effet visuel et narratif plat, ce que d'autres films au thème similaire n'étaient pas arrivé à faire. Cependant, Debruge attendait plus de scènes de conduite et trouve Mulligan mal choisie pour incarner Irene[29]. Le critique du Chicago Sun-Times, Roger Ebert écrit : « la totalité du film semble en fait beaucoup plus réelle que les habituels mélanges action-criminalité-poursuite desquels nous sommes lassés. Voici un film qui respecte l'écriture, l'action et la technique. Il a beaucoup de respect pour les cinéphiles avertis[N 9],[74] ». Chris Lackner du Vancouver Sun trouve le film rafraîchissant, avec des changements de rythmes différents qui évitent la routine des films hollywoodiens[75]. Le journaliste du Orlando Sentinel, Roger Moore, considère Drive comme « le plus silencieux des films de voiture » et, sur la base de ce qu'il a vu dans ce film, exprime sa hâte de voir les futures collaborations entre Gosling et Refn[76].

Le chroniqueur A. O. Scott du New York Times estime que les rôles secondaires sauvent le film de l'ennui : « Drive est sombre, sophistiqué et sérieux, et il est aussi prisonnier de son propre vide, substituant une atmosphère à des émotions et un style emprunté à une audace réelle. Cela ne veut pas dire que le film soit mauvais – son savoir-faire et son raffinement sont difficiles à critiquer – mais plutôt qu'il est, pour toute sa fanfaronnade, timide et conventionnel[N 10],[77] ». Une autre critique négative vient du magazine New York par David Edelstein : il compare Drive à Conan (2011) en faisant référence à un film « hautement trash » et réputé pour être niais. Edelstein a ensuite reproché à Gosling son choix d'apparaître dans le film (« pourquoi Gosling, un acteur cérébral fascinant, joue un rôle situé au cœur de sa zone de confort ? ») et pense que la plupart des téléspectateurs viendront voir le film uniquement pour la popularité des acteurs du film[N 11],[78]. Michael Phillips du Chicago Tribune trouve que la séquence d'ouverture est l'une des plus saisissantes de l'année 2011, mais ajoute que Drive se termine en un « enchevêtrement d’ultra-violence, d'hypocrisie et de lissage stylistique »[N 12],[79]. Neil Rosen de NY1 fait écho à ces critiques, les scènes de violence du film ne sont ni convaincantes et ni intéressantes[80].

En France, Caroline Vié, de 20 minutes, écrit : « Nicolas Winding Refn n'a pas volé son prix de la mise en scène à Cannes », pour ce polar qui « met le spectateur en apesanteur dans un conte urbain dont une cité tentaculaire est l'écrin »[81]. Pour Christophe Chafefeaud de Studio Ciné Live, Ryan Gosling « parvient à faire exister par des regards et des amorces de sourires » en créant « un personnage fait de mystère ». Ces sourires « sont destinés à Carey Mulligan, délicieuse dans le rôle d'Irene, la voisine coup de cœur qu'il va devoir protéger ». Le réalisateur se situe « quelque part entre David Cronenberg et Michael Mann », et « orchestre des scènes de poursuites virtuoses dans un Los Angeles que l'on redécouvre ». Il souligne que « lorsque Ryan Gosling en vient aux mains avec ceux qui le collent d'un peu trop près, l'éruption de violence frappe en un éclair. Mais la claque, la vraie, c'est Nicolas Winding Refn qui vient de nous l'asséner ». Il conclut que « coup de poing ou coup de maître, Drive est un bolide inarrêtable, en route vers le succès »[82]. Pour Jean-François Rauger du Monde, « Drive évite la graisse psychologique et la sentimentalité poisseuse, accrochant ainsi plus vite l'attention d'un spectateur à qui [Refn] donne également l'illusion de retrouver une approche purement comportementaliste de l'action, celle d'un certain cinéma américain moderniste représenté par quelques films de John Carpenter ou de Walter Hill ». Rauger note d'ailleurs la « manière de faire cohabiter une forme d'abstraction avec un lyrisme léger, et la façon dont [Refn] installe l'ambiguïté dans la fausse évidence de son récit. L'apparente stylisation d'un film qui paraît purement se concentrer sur les gestes d'un individu n'élude pas la psychologie mais la restitue plutôt, ici, sous forme de symptômes à décrypter ». La bande originale qui en « privilégiant l'électro-rock [...], donne un rythme bizarre au film, entêtant, mécanique et fatal. Et c'est une chanson romantique qui scellera, avec un diabolique effet paradoxal, ce que l'on prendra comme une mutation du personnage, devenue machine à tuer. Car ce que semble raconter Drive, c'est la bonne vieille transformation d'un homme qui perd tout visage humain. La séquence au cours de laquelle il enfile un masque en latex avant de tuer un mafieux apparaît ainsi presque trop évidemment métaphorique d'une telle évolution morale du personnage ». En concluant que « dire ce que l'on fait et faire ce que l'on dit deviennent ici la marque de la folie. Ce langage pris au « pied de la lettre », signale la psychopathie d'un héros au visage d'ange »[83].

Pour Florence Colombiani du magazine Le Point, « Drive vaut moins pour le style, élégant mais maniéré, de Nicolas Winding Refn que pour le charisme de Ryan Gosling, un jeune acteur canadien surdoué qui a tout - charisme, subtilité, mystère - pour être le De Niro de sa génération »[84]. Jacques Morice de Télérama explique qu'« entre pastiche et hommage, Refn cherche moins à créer quelque chose de nouveau qu'à dérouler du déjà-vu en réécrivant dessus » et que « ce n'est pas tant ce conducteur un peu irréel qui prime, mais l'action de rouler » décrite par le titre « Drive ». Il ajoute que « Nicolas Winfing Refn a réussi à fondre voiture et cinéma, en honorant leur fonction première : nous transporter »[44]. Olivier Séguret de Libération, explique que « Drive est un excellent exemple de cet exercice toujours périlleux qui consiste à rendre le spectateur complice positif d’un héros déchaîné à bon droit. Sur la tranche acérée de cet équilibre amoral, le film du Danois Nicolas Winding Refn et son héros pilote carburent en flèche, avec un style, une vitesse et une effronterie dont le cinéma n’avait pas retrouvé la jouissive formule depuis longtemps »[42]. Yannick Vely de Paris Match explique que « ce qui intéresse en premier lieu le cinéaste et le rend si fascinant tient dans sa volonté d’atteindre une sorte de transe cinématographique, de coller au plus près à la bande son et à l’univers mental de son héros. La première demi-heure de Drive est à ce titre exemplaire, de son ouverture somptueuse que ne renieraient les créateurs du jeu vidéo Grand Theft Auto à sa rencontre amoureuse expédiée en quelques regards, mais dont on ressent les pulsations des cœurs qui battent la chamade. Dommage que le film n’atteigne plus par la suite ou rarement avec autant d’efficacité cette acmé et que la narration finisse en conduite automatique, et à toute vitesse, comme si le moteur avait fini par s’emballer[12]. » Michel Ciment de Positif trouve le film sec et violent, mais en même temps mélancolique et rempli de lyrisme ce qui permet de révéler un « objet cinématographique parfait »[43]. Philippe Rouyer de la même revue trouve que la simplicité apparente du film est un leurre, avec un récit lisse et sans zone d'ombre mais que l'image présente une dualité des personnages. Rouyer se demande pourquoi Refn ne filme jamais l'extérieur des voitures conduite par le conducteur — la volonté de rester près du personnage, la sensation d'être dans une prison ou dans un refuge[48]. Vincent Malausa de la revue Cahiers du cinéma, suggère que le début du film est à un niveau élevé et que l'on ne peut être que déçu par la suite. Malausa apprécie particulièrement la dialectique de l'extase et du manque que le film arrive à véhiculer. Cependant, il n'apprécie pas la scène de l’ascenseur trouvant qu'à ce moment-là, le film « se replie dans les conventions d'un genre avec lequel [Refn] n'entretient plus aucune distance critique. À jouer sur tous les tableaux — hommage, ironie, ou pure fascination — Drive multiplie les effets de saute qui menacent sa belle ligne d'intensité. Lorsque cette instabilité affecte la forme même d'un film — autrement dit son Graal : la question du style — dans la dernière partie, un certain pompiérisme menace même le travail maniériste de l'auteur[45]. »

En Allemagne, Carsten Baumgardt de Filmstarts note que le film est « poétique, philosophique, incroyablement élégant et surtout cool », avant de souligner que le scénariste se base « ostensiblement » dans la norme des films de série B. Baumgardt commente qu'avec Drive, le « film d'essai rencontre le Grindhouse »[N 13],[85]. Le critique de Der Spiegel trouve que réalisateur « propose une action sans vergogne avec un grand sens du style et affiche un penchant pour les effets chocs, avec un méchant vaguement sorti d'un film de Quentin Tarantino[N 14],[86]. »

En Espagne, Carlos Boyero de El País, écrit que Drive est « stylisé, dur, étrange, amère, vraiment lyrique, et l'une des surprises les plus inquiétantes de l'année »[87]. Selon lui, « Nicolas Winding Refn récupère le style narratif et visuel des meilleurs films américains des années 1980 à savoir une histoire violente et triste, tendu et émotionnel, évocatrice et complexe, qui doit sans doute à un thème exploité maintes et maintes fois, mais doté d'une personnalité. Malgré un moment lumineux et tonique, il s'agit d'un film que j'associe capricieusement à la nuit, une géographie émotionnelle sombre, et à un ton désespéré accompagnant les personnages qui ne peuvent pas esquiver leurs destins dramatiques[N 15],[87]. » Nando Salvá de Cinemanía explique que Refn, dans ses précédents films et dans Drive, fait une « fixation » sur des « hommes brutaux dans des situations désespérées »[N 16],[88].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays Box office (en dollars) Nombre de semaine[89],[90]
Monde Monde 76 175 166
Drapeau des États-Unis États-Unis 35 060 689 21
Drapeau de la France France 13 264 311 7
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 4 693 696
Drapeau de la Belgique Belgique 1 095 013

Le film a réalisé de meilleures recettes cumulées à l'étranger qu'aux États-Unis. Le box-office mondial atteint, en fin de distribution, 38 456 628 $ et 35 060 689 $ aux États-Unis, soit au total 73 517 317 $.

Le film, doté d'un budget assez modeste au regard des critères hollywoodiens de 15 millions de dollars, réussit à faire un bon démarrage au box-office américain, atteignant la troisième place et réalisant 15,6 millions de dollars de recettes[91]. Après 21 semaines de diffusion, le film totalise 35 millions de dollars de recettes[90]. Pour l'année 2011, le film se place 92e du box-office américain, alors que le film n'est classé que 16 semaines sur 52[92],[93]. La France est le deuxième pays en termes de recettes avec plus de 13 millions de dollars[89]. Le film a démarré à la deuxième place avec 467 609 entrées, avant d'atteindre le million d'entrées (1,04 million d'entrées) lors de la troisième semaine, pour finir avec près de 1 494 266 spectateurs[94]. Suivent ensuite le Royaume-Uni avec 4 693 696 $[89] et la Belgique (1 095 013 $).

Distinctions[modifier | modifier le code]

Albert Brooks
Albert Brooks à une première de Drive. Sa prestation a attiré l'attention de nombreuses cérémonies de récompenses.

Sauf mention contraire, les informations ci-dessous sont issues de la page « Distinctions » du film sur l'Internet Movie Database[95].

Le film en sélection officielle du Festival de Cannes 2011, se voit décerner le prix de la mise en scène pour son réalisateur Nicolas Winding Refn[96]. Drive est nommé à huit reprises aux Satellite Awards 2011 et aux Critics' Choice Movie Awards 2012, quatre fois aux BAFTA Awards 2012, une fois aux César du cinéma 2012 et une aux Oscars 2012. La presse considère que le film est boudé par la cérémonie des Oscars[97],[98]. La prestation d'Albert Brooks a attiré l'attention de nombreuses cérémonies de récompenses[95].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Suite[modifier | modifier le code]

James Sallis, l'auteur du roman Drive, a écrit une suite, intitulée Driven, qui est paru en avril 2012[101]. Le réalisateur Nicolas Winding Refn a exprimé son intérêt pour en réaliser l'adaptation cinématographique, expliquant : « le personnage est né, il est là-bas, il se transforme complètement en ce qu'il est censé être, il a toujours eu vocation à être présent… Il va vers de nouvelles aventures »[102]. Refn a dit en outre qu'il a l'intention de réaliser la suite avec deux conducteurs, le second étant une contrepartie au personnage de Ryan Gosling, en comparant le nouveau pilote à Lex Luthor et au Professeur Moriarty, antagonistes respectifs de Superman et de Sherlock Holmes[102]. Gosling a manifesté son intérêt pour reprendre le rôle dans une suite, mais pas pour refaire le même film[14].

Cependant, fin mai 2013, Nicolas Winding Refn annonce que « ça n'arrivera jamais. Le film ne se fera pas, car ils n'ont pas les éléments clefs »[103],[104]. Par éléments clefs, il entend lui et Ryan Gosling. Et lorsqu'on lui demande quels conseils il donnerait au réalisateur qui reprendrait son flambeau, il dit « Ne le faites pas ! Ne le faites pas ! Que pourrait-il faire ? ».

Influence[modifier | modifier le code]

En 2014, le rappeur français Booba reprend des éléments du film dans le clip-vidéo de sa chanson OKLM[105].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Citation originale : « When Albert came to my house, he was aggressive in that volcano-ish way where you have this sense that he’s about to snap at any moment. It was also very intriguing to me that he never had done a part like this. »
  2. Citation originale : « I liked that this mobster had real style. Also, he doesn’t get up in the morning thinking about killing people. He’s sad about it. Upset about it. It’s a case of, ‘Look what you made me do ».
  3. Citation originale : « Thinking back, there isn’t really all that much driving in Drive — a couple of chase scenes here and there, staged efficiently, thrillingly. It’s more about the questionable choices that drive people — and, ultimately, the ones that drive them away. ».
  4. Citation originale : « The result is a bizarre concoction, with eerie aspects reminiscent of David Lynch's "Mulholland Drive," moments that recall Quentin Tarantino's "Pulp Fiction" and angst-laden love scenes that would not be out of place in a Scandinavian drama ».
  5. Citation originale : « Such questionable influences can be felt from the neon-bright opening credits to Refn's retro music choices -- a mix of tension-ratcheting synthesizer tones and catchy club anthems -- that collectively give the film its consistent tone.  ».
  6. Réplique de Nino : « Les critiques trouvaient que c'était de l'art. Moi, je pensais que c'était de la merde. »
  7. Citation originale : « and it's used in the movie in the exact same way that I was feeling it when I wrote it. He definitely got the nuance of the song, and understood what it was supposed to mean, and he wanted to give that emotion to the viewer, that same feeling ».
  8. Citation originale : « Refn is a virtuoso, blending tough and tender with such uncanny skill that he deservedly won the Best Director prize at Cannes. [...] Gosling mesmerizes in a role a lesser actor could tip into absurdity. [...] It's also pure cinema, a grenade of image and sound ready to blow. »
  9. Citation originale : « The entire film, in fact, seems much more real than the usual action-crime-chase concoctions we've grown tired of. Here is a movie with respect for writing, acting and craft. It has respect for knowledgable moviegoers. ».
  10. Citation originale : « Drive is somber, slick and earnest, and also a prisoner of its own emptiness, substituting moods for emotions and borrowed style for real audacity. This is not to say that the movie is bad — as I have suggested, the skill and polish are hard to dispute — but rather that it is, for all its bravado, timid and conventional ».
  11. Citation originale : « September brings the higher trash like Nicolas Winding Refn’s Drive, which is every bit as dumb as August’s Conan the Barbarian but awash in neon-lit nightscapes and existential dread, with killings so graphic that you can’t entirely believe what you’re gagging at. [...] Why would Gosling, a fascinatingly cerebral actor, take a role so far inside his comfort zone? [...] People will line up for Drive for a look at some of the hottest actors of the moment—and see little indication of what made them hot ».
  12. Citation originale : « Drive begins extremely well and ends in a muddle of ultraviolence, hypocrisy and stylistic preening, which won't be any sort of deterrent for those who like its looks. ».
  13. Citation originale : « Drive ist poetisch, philosophisch, stylish und vor allem unglaublich cool. [...] Arthouse meets Grindhouse - Nicolas Winding Refn hat mit seinem mitreißenden Action-Drama Drive ein mordsstarkes Bewerbungsschreiben für eine bedeutende Karriere in Hollywood abgegeben ».
  14. Citation originale : « Drive ist ein Film des dänischstämmigen Regisseurs Nicolas Winding Refn, er bietet schamlose Action mit viel Sinn für Stil und zeigt ein Faible für gemeine Schockeffekte, die vage an Quentin Tarantino erinnern ».
  15. Citation originale : « Nicolas Winding Refn recupera la narrativa y el estilo visual del mejor cine norteamericano de los ochenta para contar una historia violenta y triste, tensa y sentimental, sugerente y compleja, deudora argumentalmente de una temática explotada una y otra vez pero con personalidad propia. A pesar de que tiene algún momento luminoso y exaltante, es una película que al recordarla la asocio caprichosamente a la noche, a una sombría geografía emocional, a un tono desesperanzado acompañando a gente que no puede esquivar su dramático destino. ».
  16. Citation originale : « los hombres brutales en situaciones desesperadas ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Titres et dates de sortie - Internet Movie Database
  2. a, b, c, d, e, f, g et h (fr)Michel Ciment et Yann Tobin, « Entretien avec Nicolas Winding Refn - Les gens qui se taisent paraissent indestructibles », Positif,‎ octobre 2011
  3. a, b et c « Film Drive sous-classifié : intervention auprès de Canal+ », sur csa.fr, CSA,‎ 19 mars 2013 (consulté le 12 mai 2013)
  4. a, b, c et d « Fiche de doublage V. F. du film » sur AlloDoublage, consulté le 3 mars 2011
  5. Info relévée sur le DVD du film.
  6. « Carton de doublage VQ du film » sur Doublage.qc.ca, consulté le 3 mars 2011
  7. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r et s (en) Drive Press Kit, FilmDistrict,‎ 2011 (lire en ligne)
  8. a, b, c et d « Secrets de tournage », sur AlloCiné (consulté le 3 décembre 2011)
  9. (en) Hunter Stephenson, « Neil Marshall to Direct Hugh Jackman in Drive », /Film, Peter Sciretta,‎ 20 mars 2008 (lire en ligne)
  10. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Lim Dennis, « Cannes Q. and A.: Driving in a Noir L.A. », The New York Times, The New York Times Company,‎ 22 mai 2011 (lire en ligne)
  11. (en)Elisabeth Rappe, « Ryan Gosling Will 'Drive' Instead Of Hugh Jackman », Moviefone, AOL,‎ 12 février 2010 (lire en ligne)
  12. a, b, c, d et e (fr)Christine Haas, « Nicolas Winding Refn, le fou du volant », Paris-Match,‎ 5 octobre 2011 (lire en ligne)
  13. a, b, c et d (en) Matt Barone, « Interview: Drive Director Nicolas Winding Refn Talks Ryan Gosling's Clout And Artistic Violence », Complex, Complex Media,‎ 14 septembre 2011 (lire en ligne)
  14. a, b et c (en) Kevin Jagernauth, « Exclusive: Ryan Gosling Says He’d Love To Do A Sequel To Nicolas Winding Refn’s ‘Drive’ », indieWire, SnagFilms,‎ 8 décembre 2010 (lire en ligne)
  15. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Scott Tobias, « Interview: Nicholas Winding Refn », The AV Club, The Onion, Inc,‎ 15 septembre 2011 (lire en ligne)
  16. Adam Rosenberg, « Carey Mulligan, Breaking Bad Star Bryan Cranston lining up to join Ryan Gosling in Drive », MTV, Viacom,‎ 23 août 2010 (lire en ligne)
  17. a et b (en) Christy Grosz, « Carey Mulligan ready to walk the red carpet again », Los Angeles Times, Tribune Company,‎ 18 novembre 2010 (lire en ligne)
  18. (en) James White, « Carey Mulligan wants to Drive », Empire, Bauer Consumer Media,‎ 23 août 2010 (lire en ligne)
  19. (en) Cindy Pearlman, « Albert Brooks changes gears to play mob boss in Drive », Chicago Sun-Times, Sun-Times Media Group,‎ 14 septembre 2011 (lire en ligne)
  20. (en) « Budget et box-office », sur Box Office Mojo (consulté le 14 mars 2012)
  21. a, b, c et d (en) Mike Fleming, « FilmDistrict Drives To First Big AFM Deal », Deadline Hollywood, Mail.com Media,‎ 3 novembre 2010 (lire en ligne)
  22. a et b (en) Christopher Rosen, « L.A. Story: Drive Director Nicolas Winding Refn on His Quintessential Los Angeles Film », Moviefone, AOL Inc.,‎ 16 septembre 2011 (lire en ligne)
  23. a et b (en) Amy Longsdorf, « Berks native driven to design movie sets », The Morning Call, Tribune Company,‎ 14 septembre 2011 (lire en ligne)
  24. a, b, c, d et e (en)ASC, « Road Warrior », American Cinematographer,‎ octobre 2011 (lire en ligne)
  25. a, b et c (en) Mekado Murphy, « Anatomy of a Scene: Drive », The New York Times, The New York Times Company,‎ 14 septembre 2011 (lire en ligne)
  26. a, b, c, d, e et f (en) Christopher Hawthorne, « Critic's Notebook: Drive tours an L.A. that isn't on postcards: The cityscape seen in director Nicolas Winding Refn's film is drab, standoffish and true to life », Los Angeles Times, Tribune Company,‎ 22 septembre 2011 (lire en ligne)
  27. a, b et c (en) Jay Stone, « Ryan Gosling's career Drive », Vancouver Sun, PostMedia Network Inc.,‎ 20 mai 2011 (lire en ligne)
  28. (en) « Drive director avoided CGI to create more 'grounded' film », Virgin Media,‎ 16 septembre 2011 (lire en ligne)
  29. a, b, c et d (en) Peter Debruge, « Article sur Drive », Variety, Reed Business Information,‎ 19 mai 2011 (lire en ligne)
  30. (en) Laine Goodman, « Ryan Gosling Revs Up Cannes With Drive », The Wall Street Journal, Dow Jones & Company, Inc,‎ 22 mai 2011 (lire en ligne)
  31. a, b, c, d, e et f (en) Oliver Lyttelton, « Empire Big Screen ‘11: Nicolas Winding Refn Says ‘Wonder Woman’ A Go If He Does ‘Logan’s Run’ Right », indieWIRE, SnagFilms,‎ 16 août 2011 (lire en ligne)
  32. (en) « ARRI celebrates the 2011 Cannes Film Festival », sur Arri (consulté le 10 décembre 2011)
  33. (en) Matt Barone, « The 10 Most Vicious Beatings in Movies », Complex, Complex Media,‎ 13 septembre 2011 (lire en ligne)
  34. (en) Anne Thompson, « Video Interview: Ryan Gosling Talks “Werewolf” Role in Nic Winding Refn’s Cannes Hit Drive; Reviews », indieWIRE, SnagFilms,‎ 21 mai 2011 (lire en ligne)
  35. a, b, c, d, e et f (en) Steven Zeitchik, « Ryan Gosling and Nicolas Winding Refn share the ride », Los Angeles Times, Tribune Company,‎ 15 septembre 2011, p. 1 (lire en ligne)
  36. (en) Christy Lemire, « Review: Gosling oozes stoic cool in Drive », Boston Globe, The New York Times Company,‎ 13 septembre 2011 (lire en ligne)
  37. (en)Steven Zeitchik, « Los Angeles Film Festival: As buzz builds for Drive, Ryan Gosling and Nicolas Refn contemplate a different genre », Los Angeles Times, Tribune Company,‎ 18 juin 2011 (lire en ligne)
  38. a, b, c et d (en) Nick Vinocur, « Blood, fuel power Gosling debut at Cannes festival », Reuters, Thomson Reuters,‎ 20 mai 2011 (lire en ligne)
  39. a, b et c (en) O'Hehir Andrew, « Cannes: Ryan Gosling's dazzling, sleek new thrill ride », Salon.com, Salon Media Group,‎ 20 mai 2011 (lire en ligne)
  40. a et b (en) Xan Brooks, « Cannes 2011 diary: This must be the place to exit ... or is it? », The Guardian, Guardian Media Group,‎ 20 mai 2011 (lire en ligne)
  41. (fr) Yal Sadat, « Drive », ChroniCart,‎ octobre 2011 (lire en ligne)
  42. a et b (fr)Olivier Séguret, « Drive : Vroum service », Next - Libération,‎ 5 octobre 2011 (lire en ligne)
  43. a, b, c, d et e « Le masque et la plume », sur France Inter,‎ 16 octobre 2011 (consulté le 10 mars 2012)
  44. a et b (fr)Jacques Morice, « Drive », Télérama,‎ 5 octobre 2011 (lire en ligne)
  45. a, b, c, d et e (fr)Vincent Malausa, « Road to nowhere », Cahiers du cinéma,‎ Octobre 2011
  46. (en)Matt Barone, « Interview: Drive Director Nicolas Winding Refn Talks Ryan Gosling's Clout And Artistic Violence », Complex, Complex Media,‎ 14 septembre 2011 (lire en ligne)
  47. (en)Canavese Peter, « Review: 'Drive' », Mountain View Voice, Embarcadero Media,‎ 16 septembre 2011 (lire en ligne)
  48. a et b (en)Philippe Rouyer, « Nicolas Winding Refn - Drive - A Real, Real Hero », Positif,‎ octobre 2011
  49. a et b (en)Rebecca Ford, « 'Drive' Soundtrack To Be Released », The Hollywood Reporter, Prometheus Global Media,‎ 6 septembre 2011 (lire en ligne)
  50. (en)Mayer Nissim, « 'Drive: Original Motion Picture Soundtrack' - Album review », Digital Spy, Nat Mags,‎ 14 septembre 2011 (lire en ligne)
  51. a, b et c (en)Todd Gilchrist, « Johnny Jewel on Developing the Unique Soundtrack For 'Drive' », Box Office Magazine,‎ 18 septembre 2011 (lire en ligne)
  52. (en)Catherine Shoard, « Nicolas Winding Refn: 'Film-making is a fetish' », The Guardian, Guardian News and Media Limited,‎ 8 septembre 2011 (lire en ligne)
  53. (en)Emma Didbin, « Bronson helmer fancies Wonder Woman », Total Film, Future Publishing,‎ 19 mai 2010 (lire en ligne)
  54. (en)Peter Sciretta, « Promo Poster: Nicolas Winding Refn’s Drive », /Film, Peter Sciretta,‎ 17 mai 2010 (lire en ligne)
  55. a et b (en)Anthony Kaufman, « FilmDistrict and Ryan Gosling Mix Art with Action in Drive », The Wall Street Journal, Dow Jones & Company, Inc,‎ 20 mai 2011 (lire en ligne)
  56. (en)Edward Davis, « Nicolas Winding Refn's 'Drive' Will Hit Theaters September 16, 2011 Via Film District », indieWire, SnagFilms,‎ 12 décembre 2010 (lire en ligne)
  57. (en)[PDF]« Horaires 2011 », sur Festival de Cannes (consulté le 1er juillet 2011)
  58. (en)Russ Fischer, « Early Buzz: Nicolas Winding Refn’s ‘Drive’ Earns Cannes Praise », /Film, Peter Sciretta,‎ 19 mai 2011 (lire en ligne)
  59. (en)Steven Zeitchik, « Cannes 2011: With Ryan Gosling’s ‘Drive,’ a different Dane gets his moment », Los Angeles Times, Tribune Company,‎ 19 mai 2011 (lire en ligne)
  60. (en)Pete Hammonf, « CANNES: Sean Goes Glam Rock, Uma Leaves Town, Sarkozy Film Sold To U.S. », Deadline Hollywood, Mail.com Media Corporation,‎ 20 mai 2011 (lire en ligne)
  61. (en)Michael Phillips, « 'Tree of Life' triumphs at Cannes », Chicago Tribune, Tribune Company,‎ 22 mai 2011 (lire en ligne)
  62. (en)Amy Kaufman, « 2011 Los Angeles Film Festival will welcome stars Guillermo del Toro, James Franco, Ryan Reynolds and more », Los Angeles Times, Tribune Company,‎ 11 mai 2011 (lire en ligne)
  63. (en)Pip Bulleck, « Melbourne International Film Fest to Open with 'The Fairy,' Feature Premiere of Schepisi's 'The Eye of the Storm' », The Hollywood Reporter, Prometheus Global Media,‎ 5 juillet 2011 (lire en ligne)
  64. (en) Michael Canva, « San Diego Comic-Con: 20 highlights from just-announced Thursday schedule », The Washington Post, The Washington Post Company,‎ 7 juillet 2011 (lire en ligne)
  65. (en)Mike Fleming, « 2011 Toronto Film Festival: Brad Pitt’s ‘Moneyball,’ Madonna’s ‘W.E.’, George Clooney’s ‘The Ides Of March’ Make Cut », Deadline Hollywood, Mail.com Media Corporation,‎ 26 juillet 2010 (lire en ligne)
  66. a et b (en)Sophie Schillaci, « FilmDistrict Sued Over 'Misleading' 'Drive' Trailer (Video) », The Hollywood Reporter, Prometheus Global Media,‎ 8 octobre 2011 (lire en ligne)
  67. (fr)Bérénice Mottelay, « Drive: une femme porte plainte pour bande annonce trompeuse », L'Express,‎ 10 octobre 2012 (lire en ligne)
  68. (en)http://www.heritage.com/articles/2012/03/06/heritagewest/news/doc4f50d079b9283067826062.txt
  69. (fr)« Date de sortie DVD en France », sur Comme au cinéma (consulté le 11 janvier 2012)
  70. a et b (en) « Drive », sur Metacritic (consulté le 4 décembre 2011)
  71. a et b (fr) « Revue de presse », sur Allociné (consulté le 4 décembre 2011)
  72. (en) « Drive », sur Rottentomatoes (consulté le 4 décembre 2011)
  73. (en) Peter Travers, « Drive », Rolling Stone, Jann Wenner,‎ 15 septembre 2011 (lire en ligne)
  74. (en)Roger Ebert, « Drive (R) », Chicago Sun-Times,‎ 14 septembre 2011 (lire en ligne)
  75. (en)Chris Lackner, « Gosling puts pedal to the metal in Drive », Vancouver Sun, Postmedia Network Inc.,‎ 13 septembre 2011 (lire en ligne)
  76. (en)Roger Moore, « Movie Review: Drive », Orlando Sentinel, Tribune Company,‎ 14 septembre 2011 (lire en ligne)
  77. (en) A. O. Scott, « Fasten Your Seat Belts, the Chevy Is Taking Off », The New York Times, The New York Times Company,‎ 15 septembre 2011 (lire en ligne)
  78. (en) David Edelstein, « Bleed Racer », New York Magazine, The New York Times Company,‎ 11 septembre 2011 (lire en ligne)
  79. (en) Michael Phillips, « 'Drive': Noir lives, dies by its look », Chicago Tribune, Tribune Company,‎ 15 septembre 2011 (lire en ligne)
  80. (en) Neil Rosen, « NY1 Movie Review: "Drive" », NY1, Time Warner Cable,‎ 15 septembre 2011 (lire en ligne)
  81. (fr) Caroline Vié, « Virtuose « Drive », film coup de poing, offre un héros silencieux et violent au panthéon du polar », 20 minutes,‎ 5 octobre 2011 (lire en ligne)
  82. (fr) Christophe Chadefaud, « Drive », Studio Ciné Live,‎ 4 octobre 2011 (lire en ligne)
  83. (fr) Jean-François Rauger, « Drive : un thriller sans graisse mené de main de maître », Le Monde,‎ 4 octobre 2011 (lire en ligne)
  84. (fr) Florence Colombiani, « Drive - En voiture, Ryan ! », Le Point,‎ 4 octobre 2011 (lire en ligne)
  85. (de) Carsten Baumgardt, « Drive », Filmstarts, Allociné,‎ 2011 (lire en ligne)
  86. (de) « Kino in kürze », Der Spiegel,‎ 23 janvier 2012 (lire en ligne)
  87. a et b (es) Carlos Boyero, « El corazón del samurái », El País,‎ 28 décembre 2011 (lire en ligne)
  88. (es) Nando Salvá, « Drive », Cinemanía,‎ 28 décembre 2011 (lire en ligne)
  89. a, b et c (en)« Box office Drive (2011-2012) », sur Box Office Mojo, IMDb (consulté le 19 février 2012)
  90. a et b (en)« Box office Drive (2011-2012) », sur Box Office Mojo, IMDb (consulté le 19 février 2012)
  91. (fr)« Box office Drive », sur Box Office Mojo, IMDb (consulté le 19 février 2012)
  92. (en)« 2011 DOMESTIC GROSSES », sur box-office mojo (consulté le 22 février 2012)
  93. (en)« Drive (2011) », sur Box Office Mojo (consulté le 22 février 2012)
  94. (fr)« Box Office France - Drive (2011) », sur Allociné (consulté le 19 février 2012)
  95. a et b (en) « Distinctions (Awards) », sur Internet Movie Database (consulté le 6 mars 201).
  96. (fr) Thomas Sotinel, « Drive : le plaisir à toute berzingue », Le Monde,‎ 27 mai 2011 (lire en ligne)
  97. (fr)« Oscars 2012 : Ryan Gosling n'est pas content ! », Cinemovies,‎ 27 janvier 2012 (lire en ligne)
  98. (en)Guillermo Cienfuegos, « Oscars 2012 : Et les losers sont… », Nouvel Obs,‎ 9 février 2012 (lire en ligne)
  99. (en)« Critics Choice Awards 2012 » (consulté le 24 février 2012)
  100. (fr)« César 2012 : nominations record pour Polisse - 27/01/12 » (consulté le 22 février 2012)
  101. (en)« 'Drive' Sequel 'Driven' Coming In April 2012 (In Book Form) The Playlist », IndieWire,‎ 12 décembre 2011 (lire en ligne)
  102. a et b (en)« Drive Director Nicolas Winding Refn on His Busy Future With Ryan Gosling », NBC Bay Area,‎ 2011 (lire en ligne)
  103. (en) Interview: Nicolas Winding Refn Compares 'Only God Forgives' To A Rembrandt, Responds To Critics & More
  104. (fr) Nicolas Winding Refn ne veut pas de suite à Drive
  105. « Booba se prend pour Ryan Gosling dans OKLM et flingue Rihann », Le Figaro,‎ 27 mai 2014 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 17 mars 2012 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.