Drexel Burnham Lambert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Drexel Burnham Lambert est une banque d'affaires de premier plan de Wall Street dans les années 1980 qui a fait faillite en 1990 du fait de son implication dans des scandales de délits d'initiés sur fond de crise des junk bonds, et crise des Saving and loans, principalement du fait de Michael Milken, le trader star de cette compagnie[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La banque Drexel Burnham Lambert est créée à Philadelphie (Pennsylvanie) par Francis Martin Drexel sous le nom de Drexel & Company. L'un des premiers banquiers historiques de la famille est Anthony J. Drexel, associé de John Pierpont Morgan. Drexel Firestone fusionne ensuite avec Burnham & Company en 1972.

Activités[modifier | modifier le code]

Durant les années 1980, Drexel Burnham Lambert connait un fort développement grâce à des innovations financières et managériales, la firme s'étant spécialisée dans le financement des fusion/acquisitions hostiles par dette à haut rendement.

Les condamnations du trader Ivan Boesky et d'employés de Drexel, comme Dennis Levine ou Michael Milken, ont entraîné en février 1990 la banqueroute de la compagnie Drexel Burnham Lambert.

Le financier belge Albert Frère, actionnaire de Bruxelles Lambert, s'est alors désengagé.

Malgré la faillite retentissante, Drexel Burnham Lambert a légué à la finance un certain nombre de nouveaux concepts, comme l'arbitrage et toutes les tactiques liées aux fusion-acquisitions ou le haut rendement.

Anciens employés[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Personnel de rédaction, « The death of Drexel », The Economist,‎ 17 février 1990 (lire en ligne)