Drapeau du monde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Drapeau du monde en 2006

Le Drapeau du monde fut créé afin de sensibiliser et financer les organismes à but non lucratif œuvrant dans les domaines de l'éducation, de la santé dans le monde, des droits de l'homme et de l'environnement. Il sert de symbole unificateur inspirant un changement global positif tout en adoptant et célébrant la diversité culturelle.

Créé en 1988 par Paul Carroll, le Drapeau du monde est un reflet du monde destiné à trouver un écho auprès des habitants de la planète. Le modèle du drapeau monde a, en son centre, une image du monde entourée de 216 drapeaux nationaux. Il comprend chaque drapeau national, le drapeau des Nations unies et des drapeaux de territoire autonome dépendant d'une manière ou d'une autre à de plus grands pays. En raison de leur pouvoir intrinsèque symbolique, nationaliste et subconscient, les drapeaux offrent les possibilités propre à la vision que se fait Carroll. Il écrivit, "Les drapeaux flottant de par le monde — en dépassant les frontières, la race et les religions — créent un impact unique compréhensible du détail vers l'ensemble et inversement." Il anticipa une citation du New Scientist dâté du 5 décembre 2007 : "le pouvoir des symboles pour à la fois inspirer et unifier les personnes trouve sa perfection la plus pertinente et significative dans les drapeaux nationaux et les bannières du monde".

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1988, Paul Carroll circulait à vélo sur une route près de New Canaan au Connecticut, quand une fourgonnette le percuta et le rendit handicapé. Avec une utilisation seulement partielle de ses membres, Carroll demeura des heures alité, contemplatif. Carroll sortit de sa rééducation avec un seul but : créer un symbole de l'unité du monde et de coopération universellement reconnaissable et compréhensible. Le projet de Drapeau du monde fut lancé pour favoriser l'entente multiculturelle en mettant l'accent sur la géographie et les enjeux mondiaux communs par le biais de l'exposition globale du Drapeau du monde.

Étalant sur le sol un jeu de drapeaux de (10 x 15 cm), Paul passait ses journées à arranger et réarranger les différents modèles pour concevoir le Drapeau du monde originel. Son but était un drapeau dont la conception et le symbolisme sous-jacent ne pouvaient pas seulement être interprétés de façon globale, mais aussi être produit et fabriqué, le premier Drapeau du monde qui pourrait flotter au vent dans le monde entier. Il décida de créer un symbole mondial qui pourrait changer et évoluer tout comme le monde change et évolue. Il voulait que le Drapeau du monde croisse de façon organique, au gré des événements historiques, une empreinte du moment.

Sa conception de 1988 représentait les 159 membres de l'Organisation des Nations unies ainsi que le drapeau des Nations unies. Afin de créer un rectangle de 13 x 13 "drapeaux", Carroll laissa une zone de 3 x 3 au centre. En y plaçant la (projection de Fuller) de Richard Buckminster Fuller, il fait de cet espace le cœur autour duquel s'élabore le modèle. Les principales préoccupations mondiales, la guerre froide, l'apartheid, le Moyen-Orient et autres aspects sociopolitiques — toutes eurent un impact sur la conception future.

Conception et symbolisme[modifier | modifier le code]

La répartition des drapeaux au sein de l’œuvre n'est pas aléatoire.

Le symbolisme à l'intérieur du Drapeau du monde :

  • Au centre se trouve le planisphère sur fond blanc symbolisant la paix et la pureté alors que le vert représente la nature.
  • Le blanc du Japon attire l'œil vers le bas dessinant l'image d'un mât, un drapeau au sein du Drapeau du monde représentant également un « P » pour Paix.
  • Le point d'appui de Sainte-Lucie, dont la pointe du triangle atteint le ciel du drapeau des Nations-Unies, symbolise le fragile équilibre écologique de la Terre et de ses nations.
  • Le Japon (à gauche) est l'une des plus riches nations et le Bangladesh fait partie des plus pauvres.
  • Les Nations unies au centre symbolisent l'unité.
  • Juste au-dessus de le planisphère, les trois signes solaires se trouvant sur les drapeaux d'Argentine, d'Antigua-et-Barbuda et d'Uruguay (de gauche à droite) symbolisent la lumière avec l'espoir qu'elle brille sur le drapeau du Tibet au-dessus. Ces quatre drapeaux représentent ensemble la puissance vitale du soleil pour à la fois éclairer la Terre et que son ascension puisse faire briller le drapeau de l'Afghanistan, flanquée à gauche par celui du Lesotho et à droite du Kenya. Au sein de ces drapeaux se trouvent des symboles d'espoir, de paix et de liberté, qui représentent un défi face au(x) conflit(s) interne(s) auxquels fait face aujourd'hui l'Afghanistan. Ici la signification sous-jacente existe dans l'histoire tribale de ces nations.
Symbolisme trouvée dedans le Drapeau du monde
  • Bien que n'incluant pas toutes les religions du monde, les trois drapeaux au-dessus : la cité du Vatican, l'Arabie saoudite et Israël (de gauche à droite), représentent le défi symbolique de transcender la politique religieuse et trouver un terrain spirituel commun.
  • Au-dessus de ceux-ci, les rameaux d'Olivier de Chypre symbolisent la paix et l'espoir.
  • En haut, les racines de l'arbre de l'île Norfolk prennent naissance dans le blanc du drapeau de Chypre représentant la paix, comme le terreau permettant à une nouvelle vie de se développer.
  • Au-dessus du drapeau des États-Unis se trouve celui de l'Irlande et en dessous celui de l'Italie, représentant les origines multiculturelles du concepteur du Drapeau du monde.
  • À gauche des États-Unis se trouve la Chine, symbolisant les tensions opposant des puissances économiques et militaires dans le monde.
  • Se faisant face autour du planisphère, les États-Unis et la Russie symbolisent les enjeux de pouvoirs opposés dont les actions peuvent avoir un impact majeur sur la planète entière.
  • À droite de la Russie se trouve le Swaziland où la bande bleue représente la paix et la stabilité évoquant le mouvement de la Russie vers la liberté et la démocratie.
  • Sous la Russie, la Barbade, dont le trident symbolise ici l'émergence de la Russie des profondeurs du communisme vers un système de gouvernement plus démocratique.
  • Au-dessus de la Russie se trouve le Nicaragua, dont le motif bleu et blanc se fond visuellement avec le bleu et le blanc de la Russie.
  • Aux quatre coins de la terre, on retrouve la Suède en haut à gauche, le Népal en haut à droite, Tuvalu en bas à gauche et la Malaisie, en bas à droite. Chacun de ces pays se trouvant en des lieux géographiques relativement opposés l'un par rapport à l'autre.

Battre pavillon[modifier | modifier le code]

En 1988, les parents de Carroll présentèrent le Drapeau du monde aux représentants de la société de la prière pour la paix mondiale située à Tokyo au Japon. Impressionnés par l'impact du drapeau, ils invitèrent Carroll à participer à un événement à venir, la prière pour la paix dans le monde des Nations Unies en décembre 1989. Ce fut la première présentation publique du drapeau mondial. L'événement fut suivi par le Dr Noel Brown, directeur du programme environnemental des Nations Unies et amis des Nations Unies. L'exposition et la reconnaissance de cet événement ont conduit le gouverneur du New Jersey à nommer Carroll en tant que représentant des Nations Unies de Hoboken.

Après avoir assisté à l'événement de l'ONU avec Carroll, Don « Poz » Pozarycki décida de se joindre à l'effort de hisser le Drapeau du monde. Les fondateurs ont vite découvert que le monde de le Drapeau du monde et sa capacité de production n'étaient pas à la hauteur de la tâche. Créer un « vrai » Drapeau du monde s'est avéré être à la fois impossible et avec un coût prohibitif. Les nombreuses heures passées auprès des entreprises locales, nationales et canadiennes, dont Annin Flag Company, convainquirent les partenaires qu'ils devaient chercher en dehors de l'industrie des drapeaux. Carroll créa le premier drapeau, à l'aide de toile vergée et le deuxième drapeau, à l'aide de papier sur toile, un procédé incroyablement laborieux et créatif, en fait, des objets d'art originels. Puisque la production de véritables drapeaux n'était pas envisageable, les fondateurs se tournèrent vers les industries de la mode et des panneaux d'affichage.

C'est alors que l'organisation trouva une entreprise de panneau d'affichage basée en Californie capable de produire de grandes bannières pour une utilisation à la fois intérieure et extérieure. En utilisant un procédé roller dot avec une image basse résolution, les bannières ont été fabriquées spécifiquement pour les événements extérieurs. L'organisation commanda deux bannières, l'une de 9 m × 15 m et l'autre 4 m × 5 1/2 m.

En collaboration avec le Comité du 20ème anniversaire du Jour de la Terre en 1990, Paul obtint de pouvoir accrocher le Drapeau du monde en des lieux dans Central Park et au World Trade Center. Après des mois de négociation, certains à l'autorité portuaire perçurent l'image trop politique. Il fallut plusieurs semaines à M. Carroll, avec le soutien du Comité du jour de la Terre, pour convaincre l'autorité portuaire que le Drapeau du monde visait à transcender la politique. Finalement, la tour une fut choisie comme lieu pour accrocher la bannière. L'organisation fit face à un dernier obstacle en termes de coût du travail. C'est alors que le père de Paul, James Carroll, un syndicaliste de longue date de l'Union Steamfitter Local 638 de New York City, convainquit tous les syndicats concernés de faire don de leurs services afin que flotte au vent le Drapeau du monde sur le World Trade Center.

Le jour où le Drapeau du monde fut dévoilé était très venteux et ensoleillé. La place située parce qu'entre les tours se trouvait dans un couloir naturel pour le passage du vent, ajoutant à l'intensité. Un restreint, mais impressionnant, contingent de presse se trouvait sur place pour enregistrer l'instant. Malgré les rafales de vent, les syndicalistes ont pu hisser le Drapeau du monde à plus de 100 pieds. Enfin, le drapeau était visible, créant un étonnant effet visuel pour ceux qui passaient par là. Dix-huit minutes plus tard, une importante bourrasque, déchira la grande banderole en diagonale. Quelques minutes avant que la Conférence de presse ne commence, le Drapeau du monde chuta.

Heureusement, la plus petite bannière devait apparaître lors du concert de la journée de la terre à Central Park, quelques jours plus tard. Accroché à la tour de MTV, elle a été vue par près de 1 million de personnes.

À ce stade, John Carroll le frère de Paul et Poz Pozarycki, son ami d'enfance, prirent la route afin de promouvoir le Drapeau du monde en différents lieux. John et Poz construisirent une structure indépendante permettant d'accrocher le Drapeau du monde lors de chaque événement. Au cours des deux années suivantes, ils ont assisté à des festivals internationaux, à des réunions de sensibilisation à l'environnement, à des concerts, à des manifestations extérieures, à des assemblées scolaires et bien d'autres événements, partageant leur vision avec des milliers de personnes au travers les États-Unis.

Évolution du drapeau[modifier | modifier le code]

La nouvelle évolution du drapeau mondial eut lieu en 1992. Avec la fin de la guerre froide, la chute de la Yougoslavie, de l'apartheid en Afrique du Sud et la tendance persistante vers une économie mondiale encore plus liée, il est devenu évident que le nouveau modèle devait intégrer le monde entier, au-delà des premiers membres des Nations Unies. Cela a amené la prochaine incarnation de l'image des 216 drapeaux. Carroll a également changé la représentation de la Terre avec une vue de l'espace plus identifiable. Une divulgation publique importante de ce drapeau se fit à la conférence de l'Alliance for Environmental Education à Washington, DC. Peu de temps après cet événement, le projet de Drapeau du monde fit une pause jusqu'à ce que les vrais drapeaux puissent être fabriqués.

En 2006, les fondateurs du projet du Drapeau du monde se sont réunis à Portland, en Oregon et finalisèrent le modèle en le mettant à jour. Ils étudièrent la possibilité de créer enfin un véritable drapeau. En étroite collaboration avec Annin & Company, en utilisant les derniers procédés d'impression numérique à la pointe, ils ont enfin produit les drapeaux en février 2007. La technologie a finalement rejoint la vision du Drapeau du monde.

En collaboration avec une équipe locale de conception web, John Carroll a piloté les premiers concepts pour un site web du Drapeau du monde. Son idée directrice initiale est d'utiliser le Drapeau du monde comme un outil éducatif pour apprendre la géographie, les langues, les traités environnementaux et les relations régionales. Le projet créera bientôt un document évolutif disponible auprès des personnes du monde entier, permettant le téléchargement des rites quotidiens spécifiques en temps réel. Le drapeau du Soudan du Sud, Niue, Îles Cocos, Guyane Française, Polynésie française, Haut-Karabagh, Abkhazie, Alaska, Québec, Corse, Catalogne, Oblast de Kaliningrad, Somaliland, Ossétie du Sud, Kurdistan, Îles Vierges des États-Unis, Samoa américaines, Guam, Nouvelle-Calédonie, Saint-Barthélémy, Crimée, Zanzibar, Curaçao, Saint-Martin (île), Açores, Madère, Tokelau, Îles Chatham, Îles Canaries, Anguilla, Îles Caïmans, Îles Malouines, Montserrat (Antilles), Îles Pitcairn, Territoire britannique de l'océan Indien, Îles Vierges britanniques, Hong Kong, Pôle Nord, Pôle Sud, Ossétie du Nord, Terres australes et antarctiques françaises, Saint Eustache, Aruba, Bonaire, Territoire chilien de l’Antarctique, Territoire britannique de l’Antarctique, Antarctique argentine et la République de Glaciaire (voir web) ne sont pas encore sur le Drapeau du monde.

Le Drapeau du monde aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Le projet souhaite voir le Drapeau du monde flotter dans tous les pays du monde. En 2008, le drapeau avait été présenté à des écoles élémentaires de Washington (District of Columbia), Kelly (Wyoming), Portland (Oregon), Pixvae (Panama) et Caye Caulker (Belize).

Disposition des drapeaux du monde dans le Drapeau du monde[modifier | modifier le code]

Suède Hongrie Philippines Monaco Namibie Zimbabwe Portugal Île Norfolk Îles Marshall Malte Saint-Marin Gibraltar Panama Nouvelle-Zélande Népal
Sierra Leone Norvège France Liechtenstein Bahreïn Jordanie Guinée équatoriale Chypre Bosnie-Herzégovine Cap-Vert Croatie Macédoine Guernesey Turquie Tchéquie
Îles Salomon Éthiopie Haïti Sahara occidental Dominique Samoa Vatican Arabie saoudite Israël Palestine Luxembourg Mongolie Kazakhstan Finlande Cuba
Salvador Brésil Costa Rica Slovaquie Îles Cook Zambie Lesotho Afghanistan Kenya Liban République dominicaine Slovénie République de Chine (Taïwan) Belize Maurice
Tchad Viêt Nam Guinée Espagne Fidji Gabon Estonie Tibet Yémen Pakistan Oman Liberia Arménie Kosovo Serbie
Cambodge Érythrée Vanuatu Algérie Brunei Grande-Bretagne Argentine Antigua-et-Barbuda Uruguay Trinité-et-Tobago Aruba Émirats arabes unis Myanmar Sao Tomé-et-Principe Andorre
Micronésie Antilles néerlandaises Angola Allemagne Canada Irlande   Nicaragua Biélorussie Azerbaïdjan Nigeria Madagascar Ouganda
Île de Man Grenade Chili Australie Chine États-Unis Russie Swaziland Togo Corée du Sud Soudan Groenland
Suriname Mali Syrie Djibouti Saint-Vincent-et-les-Grenadines Italie Barbade Inde Kirghizstan Corée du Nord Pérou Mauritanie
Kiribati Géorgie Bermudes Qatar Singapour Guyana Japon ONU Bangladesh Guinée-Bissau Bhoutan Honduras Lettonie Pays-Bas Tunisie
Nauru République du Congo Roumanie Îles Mariannes du Nord Paraguay Pologne Danemark Sainte-Lucie Maroc Bulgarie Rwanda Côte d'Ivoire Île Christmas Mozambique Colombie
Seychelles Comores Turkménistan Moldavie Tanzanie Ouzbékistan Somalie Laos Malawi Libye Sri Lanka Iran Timor oriental Guatemala Islande
Égypte Indonésie Bolivie Porto Rico Albanie Sénégal Niger République
centrafricaine
Burundi Ghana Mexique Irak Îles Féroé Cameroun République démocratique du Congo
Koweït Jersey Jamaïque Botswana Thaïlande Angleterre Suisse Maldives Bénin Équateur Ukraine Autriche Lituanie Tadjikistan Bahamas
Tuvalu Tonga Gambie Saint-Christophe-et-Niévès Venezuela Burkina Faso Grèce Écosse Pays de Galles Palaos Monténégro Belgique Afrique du Sud Papouasie-Nouvelle-Guinée Malaisie

Lien externe[modifier | modifier le code]