Drapeau de la Corse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Drapeau de la Corse
Drapeau de la Corse
Drapeau de la Corse
Utilisation Drapeau civil Version officielle
Caractéristiques
Adoption 1755
Éléments Tête de Maure

Le drapeau de la Corse a été adopté par Pascal Paoli en 1755 et est basé sur un drapeau traditionnel utilisé précédemment. Il représente une tête de Maure en noir portant des cheveux crépus et un bandana blanc sur son front, le tout sur un fond blanc. Selon certains la tête de Maure serait d'origine aragonaise, apparaissant pour la première fois en 1281 sur un sceau du roi Pierre III d'Aragon : ce serait à la suite de la domination du royaume aragonais sur les îles méditerranéennes que ce symbole serait arrivé en Sardaigne et en Corse[1]. Selon une légende, un seigneur maure aurait enlevé une jeune fille corse au XIIIe siècle. Son fiancé serait venu la sauver et aurait brandi la tête décapitée au bout d'une lance de ce maure[2].

La "tête de Maure" est un motif héraldique présent depuis le Moyen-Âge sur plus d'un blason, et son émail (sa couleur) est pratiquement toujours le sable (le noir). Il s'agit en réalité de la "tête de Maur" (comme dans Saint Maur) [réf. nécessaire], c'est-à-dire Saint Maurice, un saint originaire d’Égypte, toujours représenté comme un Noir et particulièrement vénéré en Savoie et dans la vallée du Rhône, notamment à Vienne. Les monnaies médiévales de Vienne représentaient une "tête de Maur" identique à celle du drapeau corse, avec autour du front un diadème, c'est-à-dire un bandeau dont les extrémités pendent derrière sa nuque, représentant la couronne du martyre, et la légende latine S.MAVRICIVS. Son effigie s'est retrouvée sur de nombreux blasons, entre autres celui d'Aragon.

Blason d'Aragon représentant quatre têtes de Maure décapitées autour d'une croix de saint Georges.

Auparavant, le bandeau couvrait les yeux de la tête tournée vers la droite et avec une boucle d'oreille mais, selon la légende, c'est en 1745 que le général des armées corses Ghjuvan Petru Gaffori (1704-1753) aurait relevé le bandeau sur le front afin de symboliser la « libération » du peuple corse ou c'est Napoléon qui l'aurait relevé sur le front d'un serviteur qui lui aurait sauvé la vie, le libérant ainsi de l'esclavage[3]. La tête de Maure figurait également sur les pièces de monnaie corses ou sur l'écu du premier roi de Corse en 1736 Théodore de Neuhoff[4],[5].

Il a été utilisé par la République corse (1755–1769) et a pratiquement été interdit après 1769, lorsque la France a acheté l'île à la république de Gênes en 1768. Impuissants face à l'insurrection des Corses, les Gênois font appel à la France[6]. En 1794, lors de l'époque de la seconde indépendance, la Corse se sépare de la France pour créer le royaume anglo-corse.

Tombé en désuétude après le royaume anglo-corse, il a été ré-adopté en 1980 en tant que drapeau régional. Ce drapeau est proche de celui de la Sardaigne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Patrice de La Condamine, Histoire en drapeaux et blasons - Cinq Pays Pyrénéens, éditions Les Enclaves Libres.
  2. Pierre Antonetti, Le drapeau à tête de Maure : études d'histoire corse, La Marge,‎ 1980, p. 11
  3. Dominique Auzias, Jean-Paul Labourdette, Corse-du-Sud, Petit Futé,‎ 2012, p. 27
  4. Pierre Antonetti, Trois études sur Paoli, La Marge Editions.
  5. Ghjuvan Filippu Antolini, Les origines du drapeau corse, Primure, Editions d'Altri Orizonti, 1995.
  6. (en) Peter Adam Thrasher, Pasquale Paoli: An Enlightened Hero 1725-1807, Hamden, CT: Archon Books, 1970, p. 178. ISBN 0208010319.