Drame du stadium de Port-Saïd

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

31° 16′ 16″ N 32° 17′ 29″ E / 31.27111, 32.29139 () Le drame du stadium de Port-Saïd est le nom donné aux affrontements meurtriers ayant eu lieu le 1er février 2012 à Port-Saïd en Égypte, à l'occasion d'un match de Championnat d'Égypte de football au Port-Saïd Stadium entre Al Masry (club de Port-Saïd) et Al Ahly SC (club du Caire). Il s'agit de la plus grande tragédie de l'histoire du football égyptien.

Déroulement des événements[modifier | modifier le code]

Après une seconde mi-temps agitée, où les provocations se succèdent des deux côtés, l’arbitre donne le coup de sifflet final, entérinant la victoire sur un score de 3-1 de l’équipe locale sur Al Ahly SC, champion en titre et un des clubs les plus titrés du pays.

Des groupes organisés de supporteurs d’Al-Masry déferlent alors sur le terrain, pourchassant d’abord les joueurs d’Al Ahly SC, puis leurs fans. Certains sont armés de couteaux et de barres de fer. Les forces de sécurité apparaissent soit débordées soit inactives[1].

L'entraîneur d'Al-Ahly, Manuel José est agressé par des supporters en tentant de rejoindre les vestiaires. José et le joueur international Mohamed Aboutreika rapportent que des supporters sont morts dans leur vestiaire[2].

Le bilan s'élève à 74 morts et des centaines de blessés[3].

Le 26 janvier 2013, à l'issue du procès, vingt et une personnes sont condamnées à la peine de mort par la justice égyptienne. Elles ont été reconnues coupables d'être impliquées dans les violences[4].

Réactions[modifier | modifier le code]

Issa Hayatou, président de la Confédération africaine de football, dont le siège est au Caire, adresse ses condoléances en affirmant que « c'est tout le football qui est en deuil » et annonce qu'une minute de silence sera observée dans tous les matchs de la Coupe d'Afrique des nations de football 2012 en cours au Gabon et en Guinée équatoriale[5].

Sepp Blatter, président de la FIFA se dit « très choqué et attristé »[6]. La FIFA demande aussi un rapport complet aux autorités égyptiennes[7].

Le secrétaire général de l'Organisation des Nations unies, Ban Ki-moon réclame des « mesures appropriées » au gouvernement égyptien[8].

Trois joueurs internationaux égyptiens de l'équipe d'Al Ahly, Emad Meteb, Mohamed Aboutreika et Mohamed Barakat, décident d'arrêter leur carrière après ces événements tandis que l'entraîneur portugais Manuel José demande la résiliation de son contrat[9]. Plusieurs acteurs du football égyptien demandent l'annulation du championnat d'Égypte, dont Aboutreika et l'entraîneur du Zamalek SC, Hassan Shehata[10].

Les Frères musulmans accusent les partisans de l'ex-dictateur Hosni Moubarak d'être à l'origine des violences[8].

L'Union européenne, par l'intermédiaire de la chef de diplomatie Catherine Ashton, demande l'ouverture d'une « enquête immédiate et indépendante »[11].

Le directeur de la sécurité de Port-Saïd ainsi que la direction de la Fédération égyptienne de football sont limogés. Le gouverneur de Port-Saïd démissionne[12].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Plusieurs polémiques naissent à la suite de ces événements. D'importantes failles de sécurité, l'inaction des policiers, les absences du gouverneur de Port-Saïd et du chef de la police (alors qu'ils sont d'habitude présents) ainsi que des forces de sécurité durant les émeutes sont constatées[13]. Des témoins affirment que la police est restée passive et a « refusé d'ouvrir les portes » pour que la foule puisse s'échapper[14]. Le rédacteur en chef de Voice of America en Égypte a reçu des rapports décrivant l'ouverture des barrières entre les supporters des deux équipes par la police[15].

Les ultras égyptiens sont connus pour avoir été l'un des fers de lance de la révolution égyptienne de 2011 ayant conduit à la chute de Hosni Moubarak[16]. Des manifestations se tiennent le lendemain des événements. Les manifestants ainsi que des élus du Parlement soutiennent la thèse du complot : les militaires sèmeraient le chaos dans le pays pour rester au pouvoir et auraient puni les ultras symboles d'une jeunesse défiant l'armée[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marion Guénard, « Tuerie de Port Saïd, l’armée en accusation », sur lefigaro.fr,‎ 2 février 2012 (consulté le 3 février 2012)
  2. « Égypte : l'entraîneur d'Al Ahly raconte », sur www.sofoot.com,‎ 2 février 2012 (consulté le 3 février 2012)
  3. « Au moins 74 morts dans des heurts entre supporteurs de foot en Egypte », sur www.lemonde.fr,‎ 2 février 2012 (consulté le 3 février 2012)
  4. « La justice égyptienne condamne 21 personnes à mort », sur www.liberation.fr,‎ 26 janvier 2013 (consulté le 26 janvier 2013)
  5. « Une minute de silence en hommage aux victimes de Port-Saïd », sur www.football365.fr,‎ 2 février 2012 (consulté le 3 février 2012)
  6. « Drame de Port-Saïd : Blatter réagit », sur www.football365.fr,‎ 2 février 2012 (consulté le 3 février 2012)
  7. « La FIFA offre son aide », sur www.eurosport.fr,‎ 2 février 2012 (consulté le 3 février 2012)
  8. a et b « Drame du football: heurts police-manifestants au Caire, le pouvoir en cause », sur www.lexpress.fr,‎ 2 février 2012 (consulté le 3 février 2012)
  9. « Egypte : Trois joueurs arrêtent le foot après le drame », sur www.sport.fr,‎ 3 février 2012 (consulté le 3 février 2012)
  10. « Graves incidents lors du match Al Masry-Al Ahly : 73 morts dans un match de foot en Egypte », sur www.lebuteur.com,‎ 2 février 2012 (consulté le 3 février 2012)
  11. « Match meurtrier en Egypte : l'UE demande l'ouverture d'une enquête », sur nouvelobs.com,‎ 2 février 2012 (consulté le 3 février 2012)
  12. « Les têtes tombent », sur www.lequipe.fr,‎ 2 février 2012 (consulté le 3 février 2012)
  13. Marie Simon, « Egypte: l'armée est-elle responsable du drame de Port-Saïd? », sur www.lexpress.fr,‎ 2 février 2012 (consulté le 3 février 2012)
  14. (en) Mohamed Fadel Fahmy, « Eyewitnesses: Police stood idle in Egypt football massacre », sur cnn.com,‎ 2 février 2012 (consulté le 3 février 2012)
  15. (en) Brent Latham, « The politics behind Egypt's soccer riot », sur espn.go.com,‎ 2 février 2012 (consulté le 3 février 2012)
  16. Marwan Chahine, «Ce ne sont pas des hommes qui ont fait ça aux enfants d'Egypte !», sur www.liberation.fr,‎ 2 février 2012 (consulté le 3 février 2012)
  17. Samuel Forey, « Port-Saïd : Tahrir et le Parlement accusent l'armée », sur www.lepoint.fr,‎ 2 février 2012 (consulté le 3 février 2012)