Dournon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dournon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Canton Salins-les-Bains
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Salins-les-Bains
Maire
Mandat
Thierry Guinchard
2014-2020
Code postal 39110
Code commune 39202
Démographie
Population
municipale
128 hab. (2011)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 56′ 00″ N 5° 57′ 58″ E / 46.9333, 5.966146° 56′ 00″ Nord 5° 57′ 58″ Est / 46.9333, 5.9661  
Altitude Min. 593 m – Max. 719 m
Superficie 6,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dournon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dournon

Dournon (Dounon en arpitan) est une commune française située dans le département du Jura en région Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Cernans Sainte-Anne (Doubs) Rose des vents
N Villeneuve-d'Amont (Doubs)
O    Dournon    E
S
Abergement-lès-Thésy Lemuy Arc-sous-Montenot (Doubs)

Histoire[modifier | modifier le code]

Bataille de Dournon[modifier | modifier le code]

Le 17 janvier 1493, les troupes francs-comtoises de Maximilien d'Autriche défirent les troupes françaises de Charles VIII commandées par Jean de Baudricourt. Lors de la bataille, des soldats comtois rapportèrent qu'ils avaient vu la Très Sainte Vierge, le bâton de commandement à la main, diriger la charge et mener leurs troupes à la victoire.

Quatre mois plus tard, le 23 mai, le traité de Senlis stipule le maintien de la Franche-Comté au sein de la Maison de Hasbourg.

Miracle de Notre-Dame libératrice[modifier | modifier le code]

Le 20 février 1639, en pleine guerre de Dix Ans, les troupes franco-suédoises commandées par Bernard de Saxe-Weymar sur ordre de Richelieu, fortes de 22 000 hommes, s'avancent en direction de Salins. Alors que le siège semble inévitable, les Salinois sur les conseils et la dévotion du père Marmet, font la solennelle promesse de fêter, en l'église Saint-Anatoile, chaque jeudi avant le dimanche des Rameaux, sainte Marie libératrice.

Le lendemain, les troupes ennemies ont disparu, laissant sur place armes et bagages dans la plaine de Dournon. Ce miracle marque la diffusion de culte de Notre-Dame libératrice dans toute la Franche-Comté.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : « De gueules au chevron d'argent accompagné de trois croissants du même. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 2001 réélu en 2008[1] Thierry Guinchard    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 128 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
219 215 218 260 281 245 245 238 217
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
202 199 188 182 146 165 192 171 158
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
137 135 132 140 155 146 142 121 134
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
117 100 85 113 122 102 112 128 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011