Douleur thoracique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Douleur thoracique
Classification et ressources externes
CIM-10 R07
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La douleur thoracique (anglais : chest pain) est un symptôme clinique, généralement associé à un trouble cardiaque mais pouvant être d’origine vasculaire (aortique), pulmonaire, digestive (œsophagienne), pariétale (musculaire), névralgique ou fonctionnelle. Comme toute douleur, elle peut être accompagnée d'un malaise vagal, voire d'une syncope.

La survenue de ce symptôme dans un contexte aigu est généralement considérée comme une urgence médicale. Toute douleur thoracique suspecte et prolongée (plus d'une dizaine de minutes) doit faire appeler les secours médicalisés (le « 15 » en France, le « 144 » en Suisse, le « 112 » partout en Europe, le « 911 » aux États-Unis et au Canada, le « 119 » au Japon).
Cinq diagnostics sont à éliminer en priorité car ils engagent le pronostic vital :

Terminologie[modifier | modifier le code]

Suivant sa localisation, on parle de douleurs :

  • rétrosternales : derrière le sternum, c'est-à-dire au centre du thorax ;
  • latéro-thoraciques : sur le côté ;
  • basithoraciques : en bas du thorax.

Causes cardiaques[modifier | modifier le code]

Angor[modifier | modifier le code]

Aussi appelée angine de poitrine, la douleur, dans les cas typiques, est décrite comme une oppression rétrosternale (au centre), constrictive (sensation d'étau), avec parfois une irradiation vers le bras gauche ou les mâchoires. Elle survient le plus souvent lors d'un effort et cesse à l'arrêt de ce dernier. Elle peut également être spontanée (sans circonstance déclenchante précise). Elle cesse en général après administration de trinitrine en quelques minutes.

Si elle ne cesse pas au bout d'une dizaine de minutes, on doit craindre un :

Infarctus du myocarde[modifier | modifier le code]

L'infarctus du myocarde correspond à une occlusion aiguë d'une artère coronaire. C'est une urgence médicale nécessitant l'intervention rapide d'une équipe médicale afin de parvenir le plus rapidement possible à la réouverture de l'artère responsable.

Péricardite[modifier | modifier le code]

La douleur est typiquement prolongée pendant plusieurs heures, inhibant la respiration (c'est-à-dire, augmentée lorsque le sujet respire profondément), parfois calmée par la position assise. Elle ressemble à un serrement des points thoraciques dont l'intensité varie. Elle correspond à une inflammation du péricarde. L'origine peut être infectieuse (bactérienne, virale, tuberculeuse), néoplasique, métabolique.

Autres[modifier | modifier le code]

Causes vasculaires[modifier | modifier le code]

Embolie pulmonaire[modifier | modifier le code]

La douleur est inconstante et de description variée. Elle peut ou non s'associer à un essoufflement (dyspnée), une accélération de la fréquence cardiaque (tachycardie).

Dissection aortique[modifier | modifier le code]

C'est une pathologie rare, correspondant à une déchirure de l'aorte thoracique, aboutissement à un décollement de sa paroi et pouvant conduire à sa rupture. Il s'agit d'une urgence absolue nécessitant une prise en charge chirurgicale la plus rapide possible. La douleur est typiquement prolongée et migratrice (par exemple d'abord au milieu du thorax, puis allant sur un côté, puis devenant abdominale).

Hypertension artérielle pulmonaire[modifier | modifier le code]

Causes pulmonaires[modifier | modifier le code]

La douleur est typiquement latéralisée, avec une composante respiratoire (variant avec cette dernière). Toute maladie pulmonaire aiguë peut provoquer une douleur : pneumopathie, épanchement pleural (gazeux : pneumothorax ; liquidien : pleurésie). Traumatismes et corps étrangers trachéo-bronchique.

Causes médiastinales[modifier | modifier le code]

Causes pariétales[modifier | modifier le code]

  • traumatisme
  • toute maladie de la paroi thoracique peut provoquer une douleur. La douleur peut être aiguë ou chronique, et comporte parfois un caractère pariétal : une pression sur une partie de la cage thoracique provoque et reproduit la douleur (ce qui n'est pas le cas pour les autres causes). Dans le cadre de pathologies :
  • zona, infection virale se manifestant à ses débuts, s'il est thoracique, par une douleur prolongée, décrite comme en hémi-ceinture (partant du dos, allant sur un côté et devant et s'arrêtant à la ligne médiane).

Causes abdominales[modifier | modifier le code]

Œsophage[modifier | modifier le code]

Estomac[modifier | modifier le code]

Typiquement épigastrique, la douleur de l'ulcère peut parfois être décrite comme thoracique.

Foie, vésicule biliaire[modifier | modifier le code]

Les coliques hépatiques peuvent occasionner des douleurs basithoraciques droites, avec parfois une irradiation dans l'épaule droite.

Rate[modifier | modifier le code]

Certaines pathologies de la rate donnent des douleurs basi-thoraciques gauches, pouvant irradier dans l'épaule gauche.

À part, le point de côté, latéro et basi thoracique gauche, survenant au cours d'un effort et cédant à l'arrêt de ce dernier et correspondant à une congestion de la rate sans conséquence.

Pancréas[modifier | modifier le code]

Même si la douleur est typiquement épigastrique, transfixiante, elle est décrite parfois comme rétrosternale basse.

Causes psychiatriques[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • Fass R. Dickman R. Non-cardiac chest pain : an update. Neurogastroenterol Motil. 2006 ; 18 (6) : 408-17.
  • Chabot F. Juilliere Y. Douleur thoracique aiguë et chronique. Rev Prat. 2006 ; 56 (8) : 909-18.
  • Ringstrom E. Freedman J. Approach to undifferentiated chest pain in the emergency department : a review of recent medical literature and published practice guidelines. Mt Sinai J Med 2006 ; 73 (2) : 499-505.Texte complet (PDF)