Doukkala (région)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Doukkala)
Aller à : navigation, rechercher

Doukkala ou Idukalen (en arabe: دكالة, Doukkala, en berbère: ⵉⴷⵓⴽⴰⵍⴻⵏ, Idukalen) est une région historique et géographique du Maroc, correspondant à l'aire d'habitation des populations éponymes. La région comprend les villes d'El Jadida, Sidi Bennour et Azemmour.

Aujourd'hui, la Doukkala fait partie de la région administrative de Doukkala-Abda.

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte du Pays Doukkala et des aires d'établissement des tribus Doukkalas.

Le nom "Doukkala" est dérivé du berbère Adu, qui signifie "en-dessous", et Akal, qui signifie "terre", faisant référence au caractère peu élevé des plaines par rapport aux montagnes de l'Atlas.

Historiquement, le nom Doukkala fait référence à une confédération tribale berbère, établie sur le territoire entre Casablanca et Safi[1],[2].

Dans l'antiquité, les Phéniciens puis les Carthaginois y ont établi quelques comptoirs commerciaux tel Rusibis (El Jadida), Azama (Azemmour) et Tit (Moulay Abdellah Amghar) depuis lesquels ils commerçaient avec les populations autochtones.

Révoltés contre les Almohades au XIIe siècle, le calife Abd al-Mumin réussit à soumettre les Doukkalas vers 1160 et décide d'installer et de sédentariser, au sein de leur territoire, des tribus hilaliennes qu'il avait auparavant soumises dans l'Ifriqiya, et ce dans la perspective d'en finir avec les révoltes berbères telles que celle des Berghouatas dans le siècle précédent[1].

D'après Ahmed ben Mohamed el-Khayyat ed-Doukkali el-Mouchtaraie dans son ouvrage du XIIIe siècle Salsalat ad-Dahab al-Manqoud, ces tribus berbères étaient au nombre de six, à savoir: les Regraga, les Bani-Dghoug, Les Bani-Maguer, les Mouchtaraia, les Hazmir et les Senhaja ; les cinq premières d'entre elles appartenaient aux Masmoudas et la dernière aux Sanhadjas.

À la suite de l'installation des Arabes hilaliens, les Berbères sont refoulés dans l'Atlas ou se mêlent aux Arabes, désormais majoritaires, en adoptant leur langue et leur culture de sorte que la dénomination de "Doukkala" réfère depuis, jusqu'à nos jours, aux tribus arabes ou arabisées habitant une partie du territoire de l'ancienne population Doukkala[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

À la fin du Protectorat français, dans les Doukkala vivaient 372 269 Musulmans, 2.680 Européens et 3.933 Juifs[4].

Au dernier recensement officiel de 2004 la population de la région dans ses frontières actuelles était de 2 984 039 personnes[5].

Composition ethnique[modifier | modifier le code]

La confédération tribale des Doukkala, établie sur le territoire des provinces d'El Jadida et de Sidi Bennour, est constituée de 7 tribus :

  • El Aounate
  • El Haouzia
  • Oulad Amar
  • Oulad Amrane
  • Oulad Bouaziz
  • Oulad Bouzerrara
  • Oulad Frej

À ces 7 tribus s'ajoutent deux fractions des Chiadma et Chtouka, établies dans la région et étroitement liées, historiquement et culturellement, aux Doukkalas.

Azemmour, ville située au nord de la région, a une population de souche constituée de citadins, musulmans et juifs, sans lien avec les tribus des alentours et dont les parlers, pré-hilaliens, se distinguaient des parlers hilaliens des Doukkala. Cette population a quitté la Médina d'Azemmour et le parler local a disparu au XXe siècle.

Géographie[modifier | modifier le code]

La région est divisée 3 sous-régions parallèles à la côte :

  • Le « Oulja » le long de la côte,
  • Le « Sahel » à environ 20 km à l'intérieur, une région de pierre convenant à l'élevage ovin,
  • La plaine riche, où sont cultivés blé et betterave à sucre et où est pratiqué l'élevage intensif de bétail.
Un "tazota", ancienne architecture typique ne se trouve dans la région

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Guide bleu Hachette du Maroc, 1978 ed., p. 302
  2. J. Goulven , La région des Doukkala, Annales de Géographie, vol. 29, Numéro 158, 1920, p. 127
  3. Ahmed ben Mohamed el-khayyat ed-doukkali el-mouchtaraie((Salsalat ed-dahab el-manqoud))
  4. Guide bleu Hachette du Maroc, 7th ed., 1950, p. 178.
  5. http://www.hcp.ma/Enquete-nationale-demographique_a104.html