Douk Saga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Douk Saga

Surnom Président
Nom de naissance Stéphane Hamidou Doukouré
Naissance 22 mai 1974
Yamoussoukro, Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
Décès 12 octobre 2006 (à 32 ans)
Ouagadougou , Drapeau du Burkina Faso Burkina Faso)
Activité principale Chanteur, danseur, compositeur, producteur, acteur, chorégraphe,
Genre musical Coupé-décalé, soul, urban
Instruments Piano, percussions, guitare, batterie
Années actives 2003 - 2006
Labels Obouo Music
Influences James Brown, Fred Astaire, Gadji Celi, Marcellin Yacé

Douk Saga, de son véritable nom Stéphane Hamidou Doukouré, est un artiste chanteur ivoirien, né le 22 mai 1974 à Yamoussoukro et mort le 12 octobre 2006 à Ouagadougou au Burkina Faso.

Créateur auto proclamé du coupé-décalé, un rythme urbain de la Côte d'Ivoire, il est décédé d'une pathologie pulmonaire chronique[1].

Il laisse le souvenir d'une carrière brève et fulgurante, marquée par la promotion d'un modèle hédoniste et désinvolte.

Avec son groupe musical, la Jet Set ivoirienne, il est perçu par ses fans comme le créateur de la danse et du genre musical ivoirien dit Coupé-Décalé, renommé en Afrique ainsi que dans quelques pays européens et américains.

Biographie[modifier | modifier le code]

Depuis 2003, l'on lui a attribué la promotion sur les bords de la lagune Ébrié des concepts du coupé-décalé et du travaillement. Le travaillement consiste à jeter des coupures de billets de banque sur une personne ou un artiste pour l'encourager. Il consiste également à faire voir la personne qui « travaille ».

Les premiers pas de danse du décalé-coupé ont été créés depuis les boîtes de nuits parisiennes par la bande à Douk Saga, Le Molare, Lionel Patasse dit LP le propriétaire des dossiers d'Abidjan, Andy Cacharel, affirment ses partisans. Il s'agit de jeunes aimant bien s'amuser et aimant faire parler d'eux partout où ils passent. Ce sont des boucantiers.

Artiste très populaire mais néanmoins controversé, sa (courte) carrière a été entachée par des rumeurs affirmant qu'il aurait amassé sa fortune (qu'il distribuait dans ses séances de « travaillement ») de facon illégale. Néanmoins, à ce jour, aucune information officielle ne fait état de poursuites à son encontre.

« Le Président », comme on l'appelait, s'est éteint à Ouagadougou, où il était soigné, des suites d'une tuberculose atypique selon son entourage[1], laissant dans la détresse des milliers de fans. Ses funérailles étaient dignes d'un chef d'état.

Membres de son mouvement[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Sagacité
  • Héros National
  • Ballon d'or

Courants musicaux[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

  • Celui qui n'a pas peur n'a pas le courage.
  • Seul le travail paye !
  • Le feu c'est le feu !
  • Silence, ici on travaille !
  • L'ennemi de l'homme c'est l'homme.
  • Les gens n'aiment pas les gens mais ils aiment l'argent des gens.
  • parmi les champions y a toujours un champion.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) Habibou Bangré, « Côte d’Ivoire : Douk Saga est mort » (consulté le vendredi 13 octobre 2006)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominik Kohlhagen, Frime, escroquerie et cosmopolitisme : Le succès du « coupé-décalé » en Afrique et ailleurs, dans Politique Africaine, no 100, 2006, p. 92–105

Liens externes[modifier | modifier le code]