Douala (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Douala (homonymie).

Douala

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Un Douala vers 1874

Populations significatives par région
Drapeau du Cameroun Cameroun 179 000
Population totale 179 000
Autres
Langues

douala

Ethnies liées

Sawa

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Carte de répartition

Les Douala sont un peuple d'Afrique de l'Ouest établi au Cameroun, dans la province du Littoral autour de la ville de Douala, la capitale économique du pays. Ils font partie du groupe Sawa, des populations qui parlent une langue bantoue, le douala.

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

Selon les sources et le contexte, on observe plusieurs variantes : Bodiman, Deido, Diwala, Doualas, Duala, Dualas, Dualla, Duela, Dwala, Dwalas, Dwalla, Dwela[1].

Langue[modifier | modifier le code]

Leur langue est le douala, une langue bantoue dont le nombre de locuteurs était estimé à 87 000 en 1982[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Art colonial : pirogue arborant le drapeau allemand (sic)[3]

Culture[modifier | modifier le code]

Tabouret sculpté ayant appartenu à un chef (1908)

Les Doualas étant un peuple côtier, leurs activités sont souvent tournées vers l'océan et l'estuaire du fleuve Wouri, comme en témoignent leurs arts[4] et activités traditionnelles, telles les courses de pirogues[5].

Aujourd'hui le pays Douala est largement christianisé. Autrefois les sociétés secrètes Losango (sing. Isango) y jouaient un grand rôle[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source RAMEAU, BnF [1]
  2. (en) Fiche langue, dans la base de données linguistique Ethnologue
  3. Tropenmuseum
  4. (en) Rosalinde Gregor Wilcox, The maritime arts of the Duala of Cameroon : images of power and identity, University of California, 1994
  5. (fr) M. P. Harter, « Les courses de pirogues coutumières chez les Dualas ou pembisan à myoloo Duala », Revue d’Études camerounaises, 1960 p. 33-45
  6. (de) E. Dinkelander, « Die Losango oder Geheimbünde der Duala », Evangelisches Missions Magazin, 48 (2), février 1904, p. 67-70

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) E. Dinkelander, « Die Lolango oder Geheimbünde der Duala », Evangelisches Missions Magazin, Stuttgart, 48 (2), février 1904, p. 67-70
  • (en) Ralph A. Austen, Middlemen of the Cameroons Rivers : the Duala and their hinterland, c.1600-c.1960, Cambridge University Press, Cambridge, New York, 1999, 252 p.
  • (en) Rosalinde Gregor Wilcox, The maritime arts of the Duala of Cameroon : images of power and identity, University of California, Los Angeles, 1994, 510 p. (thèse)
  • (en) Rosalinde G. Wilcox, « Writing as a motif in the Duala stool », Baessler-Archiv (Berlin), vol. 46 n° 1, 1998, p. 1-30
  • Manga Bekombo Priso, Penser l'Afrique : regards d'un ethnologue dwálá (textes choisis et présentés par Alfred Adler, Raymond Verdier et Marie-Dominique Mouton), Société d'ethnologie, Nanterre, 2009, 366 p. (ISBN 978-2-901161-89-9)
  • René Bureau, Le peuple du fleuve : sociologie de la conversion chez les Douala, Karthala, 1996, 238 p. (ISBN 9782865376315)
  • M. P. Harter, « Les courses de pirogues coutumières chez les Dualas ou pembisan à myoloo Duala », Revue d’Études camerounaises, 1960 p. 33-45
  • Isaac Moumé Etia, Quelques renseignements sur la coutume locale chez les Doualas, Clermont-Ferrand, Impr. Raclot frères, Clermont-Ferrand, 1928, 22 p.
  • Éric de Rosny, Les yeux de ma chèvre : sur les pas des maîtres de la nuit en pays douala (Cameroun), Plon, Paris, 1981, 458 p.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Les yeux de ma chèvre, film de Monique Tosello d'après le livre d'Éric de Rosny, Les films d'ici, Arcane films, France 2, Paris, 1993, 52 min (VHS)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :