Dose équivalente en banane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une dose équivalente en banane (ou DEB) est une unité informelle de radioactivité parfois évoquée dans des communications sur l'énergie nucléaire[1],[2], pour comparer le danger des rayonnements ionisants à celui qui est généré par une simple banane.

Les bananes, comme d'autres substances organiques, sont légèrement radioactives.

De nombreux produits alimentaires présentent une radioactivité naturelle, et en particulier les bananes, du fait du potassium 40 qu'elles contiennent à raison de 0,017 % du total. La dose équivalente en bananes consiste alors à mesurer un rayonnement radioactif en nombre de bananes nécessaires pour l'atteindre.

Radioactivité des bananes[modifier | modifier le code]

Les bananes sont suffisamment radioactives pour être détectées par les détecteurs utilisés par les douanes US pour identifier des transits potentiellement illégaux de matériaux radioactifs[3].

En moyenne, le profil radiologique des bananes atteint 130 becquerels (3 520 picocuries) par kg, soit 19,5 Bq (528 picocuries) pour une banane typique de 150 g[4]. La dose équivalente annuelle correspondante, pour la consommation de 365 bananes (une banane par jour pendant un an), est de 36 µSv (ou 3,6 millirems).

Comparaison avec d'autres produits alimentaires[modifier | modifier le code]

On peut citer comme autres produits alimentaires dont la radioactivité est plus importante que la normale les pommes de terre, les haricot rouges, les noix et les graines de tournesol[5]. La denrée alimentaire naturellement la plus radioactive qui soit est la noix du Brésil, avec une activité qui peut atteindre 6 600 picocuries/kg (soit 244 Bq/kg)[6].

Utilisation didactique[modifier | modifier le code]

Les rayonnements radioactifs provenant des centrales nucléaires conduisent à des expositions extrêmement faibles (activités du terme source typiquement mesurées en becquerel, l'unité du Système international d'unités, ou en picocurie - millionième de millionième de curie, dans les pays anglo-saxons). Comparer ce risque à celui d'une dose équivalente en bananes permet de traduire ce risque en termes plus facilement compréhensibles.

Comparaison avec l'accident de Three Mile Island[modifier | modifier le code]

À la suite de l'accident nucléaire de la centrale nucléaire de Three Mile Island, l'autorité de sûreté nucléaire américaine (la NRC) a détecté des niveaux d'iode radioactif dans le lait de production locale, à des niveaux de 20 picocuries/L, soit moins de Bq/L[7]. Boire un grand verre de ce lait (12 fl oz, soit 1/3 L) aurait conduit à une exposition de l'ordre de 1/75 DEB (Dose Équivalente en Banane).

Cette comparaison a ses limites, en ce sens que l'iode radioactif se fixe sur la thyroïde, alors que le potassium radioactif se fixe à d'autres endroits dans l'organisme: les effets ne sont donc pas identiques. En termes de sécurité sanitaire, la dose prend en effet en compte:

  • la nature du rayonnement ;
  • la position (interne ou externe de la source de rayonnement) ;
  • le nombre de désintégrations nucleaires (Bq);

D'autres éléments sont à prendre en compte:

  • tropisme : son ou ses organe(s)-cible (ex : thyroïde pour l'iode par exemple) ;
  • son temps de rétention dans un organe ou l'organisme avant qu'il ne soit éliminé (via l'urine ou les excréments, et bien moindrement via la peau, les phanères, etc.)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Radiation Safety, University of Nevada Reno, EH&S
  2. banana dose, Luke Weston
  3. http://www.nti.org/e_research/e3_88.html
  4. CRC Handbook on Radiation Measurement and Protection, Vol 1 pg. 620 Table A.3.7.12, CRC Press, 1978; cité en http://health.phys.iit.edu/extended_archive/9503/msg00074.html
  5. http://www.ocrwm.doe.gov/curriculum/unit2/pdf/lesson3activity3.pdf
  6. (en) Brazil Nuts, sur le site orau.org
  7. http://www.iaea.org/Publications/Magazines/Bulletin/Bull215/21502795459.pdf

Articles connexes[modifier | modifier le code]