Doron Zeilberger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Doron Zeilberger

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Doron Zeilberger avec un T-shirt décrivant une identité hypergéométrique[1]

Naissance 2 juillet 1950
Haïfa (Israël)
Nationalité Drapeau d'Israël Israélien
Drapeau des États-Unis Américain
Champs Combinatoire, algorithmes de sommation rapide
Institutions Université Rutgers
Diplôme Institut Weizmann

Doron Zeilberger (en hébreu : דורון ציילברגר) est un mathématicien et informaticien israélo-américain né le 2 juillet 1950 à Haïfa, Israël[2],[3]. Son domaine de recherche est la combinatoire et les algorithmes de sommation rapide.

Zeilberger a obtenu un doctorat en mathématiques à l'Institut Weizmann sous la direction de Harry Dym (en) en 1976. Après plusieurs années passées à l'université Temple, Zeilberger rejoint l'Université Rutgers. Il est Board of Governors Professor of Mathematics de Rutgers[4].

Les travaux de Zeilberger se trouvent en combinatoire, dans le calcul d'identités hypergéométriques et de q-séries. Zeilberger a donné la première preuve de la conjecture sur le dénombrement de matrices à signes alternants. Avec Herbert Wilf, il a obtenu en 1998 le prix Steele de l'American Mathematical Society pour leur contribution majeure dans la recherche, en particulier leur développement, à partir de la méthode de Sœur Celine[5] sur les identités hypergéométriques, de la méthode WZ[6] qui a permis d'accélerer le calcul de séries hypergéométriques. En 2004, Zeilberger a obtenu la médaille Euler et l’Institute of Combinatorics and its Applications qui décerne le prix le considère comme le « champion pour utiliser les ordinateurs et les algorithmes pour faire des mathématiques rapidement et efficacement, à la pointe de la recherche en combinatoire actuelle. »[7]

Zeilberger est aussi connu pour avoir donné le statut de coauteur à son ordinateur Shalosh B. Ekhad[8].

Zeilberger estime que « Les gens qui pensent que les mathématiques appliquées sont des mauvaises mathématiques sont de mauvais mathématiciens »[9] et « Devinez quoi ! Programmer est plus amusant que faire une preuve, et, plus important, cela donne autant si ce n'est plus d'intuition et de compréhension. »[10]

Le nombre d'Erdős de Zeilberger est 2.

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • A=B[11], avec Marko Petkovšek et Herbert Wilf

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. \sum_{k=0}^n\binom{n}{k}^2\binom{3n+k}{2n}=\binom{3n}{n}^2
  2. (en) January 1998 - Seminal Contribution to Research, une notice biographique de Zeilberger pour la remise du prix Steele
  3. Zeilberger a la nationalité américaine selon Eric Weisstein
  4. (en) Rutgers Focus, 15 décembre 2000
  5. Sur sa page personnelle (indiquée en lien externe), Zeilberger déclare que Sœur Celine est la personne qui, avec son directeur de thèse, a eu le plus d'influence sur sa personnalité mathématique.
  6. La méthode est développée dans l'article Rational functions certify combinatorial identities, Journal of the American Mathematical Society, 3 (1990) 147-158.
  7. (en) Institute of Combinatorics and its Applications' 2004 Euler Medal Citation for Doron Zeilberger
  8. (en) http://www.math.rutgers.edu/~zeilberg/ekhad.html En hébreu, Shalosh signifie 3 et Ekhad 1. Ce nom se réfère au modèle 3B1 d'AT&T.
  9. (en) http://www.math.rutgers.edu/~zeilberg/Opinion2.html
  10. (en) http://www.math.rutgers.edu/~zeilberg/Opinion37.html
  11. [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]