Donut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir DONUT
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec bagel.
Donut au chocolat.
Boîte de donuts.
Fabrication de donuts « glacés »

Un donut (graphie américaine du terme anglais d'Angleterre doughnut), ou un beigne au Canada francophone[1], désigne une pâtisserie d'origine nord-américaine. Il vient directement de l'oliebol, pâtisserie traditionnelle néerlandaise importée aux États-Unis via la Nouvelle-Amsterdam.[réf. nécessaire] C'est un beignet sucré de forme annulaire, nappé de différentes saveurs. Selon le dictionnaire Larousse, le beigne désigne, au Canada, un « anneau de pâte sucrée frite »[2].

Parmi les saveurs les plus courantes, on trouve l'érable, le chocolat, la cannelle... Le donut le plus populaire reste le « glacé », la version nature et glacée au sucre fondu. Le boulanger peut farcir la pâte de confiture de fraises ou de raisin.

En Amérique du Nord, les donuts sont vendus dans des donut shops[3], à l'unité ou à la douzaine. Les principales enseignes se spécialisant dans la vente au détail de donuts sont Dunkin' Donuts, Tim Hortons et Krispy Kreme sont présentes dans les villes, grandes et petites, partout à travers le continent. On peut également les acheter dans les supermarchés et les épiceries.

Les Québécois ont traditionnellement cuisiné les « beignes à l'ancienne » bien avant l'existence des restaurants spécialisés dans la production industrielle des donuts glacés et saturés de garniture[4]. Le beigne de l'époque était simplement roulé (chaud) dans le sucre fin et dégusté avec un verre de lait ou un thé léger. Les beignes québécois sont proches des bugnes de Savoie par leur forme en anneau et leur recette.

Nutrition[modifier | modifier le code]

Pour 100 g (valeurs à titre indicatif) :

  • Valeur calorique : ~450 kCal
  • Protides : ~5 g
  • Lipides : ~25 g
  • Glucides : ~45 g

Représentation médiatique[modifier | modifier le code]

Le donut a été popularisé hors de l'Amérique du Nord par la série animée Les Simpson comme étant le péché mignon d'Homer Simpson. Il est aussi considéré, dans plusieurs fictions (Flic de haut vol, Jesse Stone, Esprits criminels, New York, unité spéciale…), comme la pâtisserie préférée des policiers.

Première attestation[modifier | modifier le code]

L'attestation la plus ancienne du beigne se trouve dans le livre La cuisinière canadienne[5] qui est aussi, d'après la Bibliothèque et Archives nationales du Québec[6], « le premier livre de recettes écrit et publié au Québec »[7]. Le titre de ce livre publié en 1840 se lit: La cuisinière canadienne : contenant tout ce qu'il est nécessaire de savoir dans un ménage, pour préparer les diverses soupes grasses et maigres, cuire le bœuf, le veau, le mouton, le cochon, la volaille, le gibier et le poisson : apprêter les poudings de toute espèce, ainsi que les pâtisseries en général, comprenant la  manière de faire la pâte feuilletée, et une grande variété de pâtés, tartes, biscuits, beignes et pains de savoie : les confitures et les gelées de toutes sortes : la préparation d' œufs et des crèmes, enfin des recettes pour les liqueurs et autres breuvages, et des  notes sur les marinades, les légumes et salades.[8]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Entrée « beigne » », sur Grand dictionnaire terminologique, Office québécois de la langue française (consulté le 16 mai 2013)
  2. [1]
  3. Le néologisme beignerie, bien qu'accepté par l'Office de la langue française du Québec, est inconnu dans le reste de la Francophonie.
  4. Driver, Elizabeth (2008) "Culinary Landmarks: À Bibliography of Canadian Cookbooks, 1825-1949", University of Toronto Press, p. 99
  5. Collectif, La cuisinière canadienne, Montréal: Imprimerie Louis Perreault, 1840.
  6. [2]
  7. Cf. Elizabeth Driver, « Les livres de cuisine », Histoire du livre et de l'imprimé au Canada: de 1840 à 1918, Montréal: Presses de l'Université de Montréal, p. 430-432.
  8. La recette du beigne est reprise dans l'édition populaire de La cuisinière canadienne publiée par la La Patrie en 1899 (p. 284).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]