Données archéologiques sur les premiers écrits en hébreu ancien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Israël antique.

Il s'agit ici de situer l'apparition des premiers écrits en hébreu ancien, ainsi que l'époque de l'alphabétisation de la population du royaume de Juda et du royaume d'Israël.

Contexte[modifier | modifier le code]

De nombreuses inscriptions proto-sinaïtiques ont été retrouvées à Sérabit el-Khadem, dont la datation précise — Moyen Empire ou Deuxième période intermédiaire égyptienne — reste encore en discussion et dont le déchiffrement pose encore de multiples problèmes[1]. Le premier alphabet connu, appelé alphabet linéaire, alphabet protocananéen ou alphabet protosinaïtique, pourrait être une adaptation de l'écriture égyptienne[2]. Il semble avoir été créé, pour transcrire leur propre langue, par des ouvriers Bédouins[3] parlant un ou plusieurs idiomes sémitiques et travaillant vers -1700 dans les mines égyptiennes de turquoise du Sinaï.

Un célèbre alphabet de type cunéiforme, dérivé de l'alphabet protocananéen mais utilisant des signes mésopotamiens, permet de graver de nombreuses tablettes d'argile à Ougarit (côte syrienne, -1300, -1200).

L'alphabet phénicien, ultérieur (-1100, à Byblos), dérive lui aussi de l'alphabet linéaire protocananéen.

C'est après -1000 que, de Byblos, l'alphabet phénicien diffuse vers l'est et le sud et que, peu à peu, les alphabets paléo-hébraïque et araméen se différencient[4].

L'alphabet araméen sera, ensuite, à l'origine de l'hébreu carré, encore en usage actuellement, après l'abandon du paléo-hébraïque (sauf par les Samaritains).

Premières traces de l'usage de l'hébreu[modifier | modifier le code]

Si la technique de datation par le carbone 14, grâce à de récents progrès, permet désormais des datations précises[5], elle n'est cependant applicable ni aux inscriptions gravées sur la pierre, ni aux inscriptions gravées sur des poteries, parce que ces matériaux ne comportent ni l'un ni l'autre du carbone dans leur composition. Pour cette raison, la datation des inscriptions et des ostraca est toujours beaucoup plus délicate et beaucoup moins précise que la datation d'un site, sauf quand le contenu du texte fournit par lui-même une date précise.

L'ostracon de Khirbet Qeiyafa, découvert en juillet 2008 par l'équipe de Yosef Garfinkel[6] pourrait selon H. Misgav[7] puis Émile Puech[8] être la plus ancienne inscription connue en hébreu ancien mais cette interprétation est contestée[9]. Il a été trouvé sur le site de Khirbet Qeiyafa, une ville fortifiée de la Shéphélah (« bas pays »), entre les hautes terres à l'est et la plaine côtière à l'ouest, près de Bet Shemesh, dans une strate datée du XIe ou Xe siècle (entre -1050 et -970, selon des mesures au carbone 14). L'ostracon lui-même n'est pas daté. La poterie trapézoïdale mesure 15 cm sur 16.5 cm[6]. et comporte cinq lignes de texte.

Trois inscriptions ont été retrouvées à Tel Rehov (Xe et IXe siècles)[10].

Ni le Calendrier de Gezer (inscription lithographique, -1000) ni l'Abécédaire de Zayit (-1000) ne constituent des traces attestées de l'usage de l'hébreu ancien.

Ce n'est pas au Xe siècle mais seulement deux siècles plus tard[11] qu'apparaissent, dans la région de Jérusalem, les signes d'un usage généralisé de l'écriture. Toute une série d'études le montre clairement : pour l'introduction de l'écriture voir Jamieson-Drake[12], pour l'écriture sur ostraca voir Sass[13] et Renz[14], pour l'impression des sceaux voir Avigad et Sass[15]. Rien de cela n'existe deux siècles plus tôt dans la Jérusalem de Salomon.

Le nombre d'ostraca (morceaux de matériaux sur lesquels on a écrit ou dessiné) trouvés en Juda augmente considérablement, de façon soudaine, à partir de -800 : c'est cette soudaine croissance qui atteste, sans ambiguïté, que la population du royaume de Juda apprend à lire l'hébreu dès -800. Dans le royaume d'Israël, à Samarie, on a retrouvé un grand nombre d'ostraca attestant qu'il existe déjà une solide organisation bureaucratique sous les Omrides (-900), avec un usage à grande échelle de l'écriture. De plus, les jarres omrides de vin et d'huile d'olive portent des indications sur la provenance des produits, destinées à être lues par tous ceux qui les utilisent. L'archéologie démontre ainsi que le royaume d'Israël s'alphabétise un siècle avant le royaume de Juda. Selon Monica Rector[16], « Les écritures alphabétiques ont sur les autres systèmes l'avantage de ne faire appel qu'à un petit nombre de signes [...] Il existe toutefois une relation entre l'effort que demande l'apprentissage d'un système de signes et son utilisation. [...] [C]ette simplification de l'apprentissage se traduit par un surcroît de travail au stade de l'utilisation [...] [C]'est alors la longueur des mots écrits qui augmente. »

L'araméen (Aram est la Syrie) est introduit via Babylone et la Perse et son usage en Juda est attesté vers -600. Une des inscriptions en araméen les plus anciennes qui ait été retrouvée[17] semble être la Stèle de Tel Dan, postérieure à -1000 (son écriture en araméen dérive du phénicien). Les premiers textes bibliques (en araméen) qui ont été retrouvés sont datés de -300 (les manuscrits de la Mer Morte s'échelonnent entre -300 à +100).

Fonction de l'écriture hébraïque sous Ézéchias[modifier | modifier le code]

Sous Ézéchias (-727, -698) en revanche, l'inscription proto-hébraïque gravée dans le tunnel de Siloé confirme clairement que la population de Jérusalem est alors alphabétisée. Destinée à être lue, cette inscription commémorative est écrite dans le but de fournir une information au lecteur, ce qui montre le rôle que l'on assigne désormais à l'écrit et l'importance qu'on lui accorde. Antérieurement, les stèles commémoratives que l'on trouve en abondance dans toutes les grandes cultures ont toutes un style de récit fortement laudateur, que l'on ne comprend que si l'on sait qu'on attribue alors à l'écriture une fonction magique. Cette fonction est attestée en Égypte par le nom même des écoles qui forment les scribes : c'est dans les Écoles de Vie (au sein des Maisons de Vie) que les scribes apprennent, par la magie de l'écriture, à créer les enveloppes virtuelles capables de recevoir la vie[18]. Le percement du tunnel de Siloé, tour de force technologique[19] se trouve mentionné dans la Bible (Ézéchias « avait construit la piscine et le canal pour amener l'eau dans la ville » 2R 20,20) : le présent laisse maintenant des traces écrites et les récits bibliques auront désormais un fondement historique précis, même s'ils arrangent certains faits. Ce n'est pas du tout le cas quand les rédacteurs de la Bible décrivent un passé mythique sans fondement historique précis.

Comparaison avec les autres cultures du Proche-Orient[modifier | modifier le code]

À titre de comparaison sur les grands royaumes, nous disposons d'un nombre important de tablettes sumériennes antérieures à -3000 (archives d'Uruk) et de papyrus égyptiens antérieurs à -2500 (archives des Maisons de Vie). Au bronze récent, c'est-à-dire pour la période précédent les premiers israélites, on dispose de correspondances diplomatiques et d'archives privées (comme à Ougarit par exemple). Sous Akhénaton (-1350) ou Ramsès II (-1250), les rois entretiennent entre eux, dans tout le Proche-Orient, une correspondance régulière (Lettres d'Amarna) dans laquelle tous les monarques d'une certaine importance se trouvent régulièrement mentionnés. L'archéologie montre ainsi que le royaume de Juda est très en retard par rapport à tous les grands royaumes qui l'entourent. L'absence de toute trace d'écrit datable du royaume de Salomon est particulièrement frappante : voir, à ce sujet, Données archéologiques sur David et Salomon.

Les recherches se poursuivent[modifier | modifier le code]

De nouvelles découvertes comme L'ostracon de Khirbet Qeiyafa, en juillet 2008 permettront sans doute d’améliorer notre connaissance sur l'apparition de l'hébreu.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dominique Valbelle, p.2026 du Dictionnaire de l'Antiquité, Direction Jean Leclant, éditions PUF 2005
  2. Linéaire signifie qu'il n'est pas nécessaire de voir le signe qui suit pour déterminer la valeur du signe qu'on lit. Les hiéroglyphes ne sont pas un système d'écriture linéaire (il faut lire, par exemple, le déterminatif placé après le signe pour identifier ce signe). L'alphabet linéaire n'est pas complet : les voyelles ne sont pas notées, il faut donc une compréhension préalable de la langue pour rétablir ces voyelles et pouvoir lire le texte. À l'inverse, un texte écrit au moyen d'un alphabet complet (alphabet grec par exemple) se lit sans connaissance préalable de la langue, mais ce n'est pas parce qu'on l'a lu qu'on l'a compris pour autant. La compréhension nécessite la maîtrise de la langue. L'écriture en hiéroglyphes, du fait du grand nombre de signes, est plus difficile à lire mais pas nécessairement plus difficile à comprendre. La grande masse des Égyptiens n'écrivait pas, mais elle comprenait probablement certaines inscriptions, gravées dans les parties publiques des temples, en hiéroglyphes qui lui étaient familiers.
  3. Christiane Desroches Noblecourt, Le Fabuleux héritage de l'Égypte, éditions Pocket, 2006, pp.118-133.
  4. Françoise Briquel Chatonnet et Pierre Bordreuil, p.744 du Dictionnaire de l'Antiquité, direction Jean Leclant, éditions PUF, 2005.
  5. Les récentes contributions professionnelles aux datations par le carbone 14 ont été rassemblées dans un livre : T. Levy and T. Higham, editors, Radiocarbon Dating and the Iron Age of the Southern Levant : The Bible and Archæology Today, Londres, 2005 (27 contributions, 448 pages).
  6. a et b A Fortified City from the Time of King David, Khirbet Qeiyafa Vol. 1 (2007-2008 Seasons), Jerusalem
  7. Translation by Prof. Hagai Misgav at "Ancient Hebrew Poetry" blog
  8. Émile Puech, L'ostracon de Khirbet Qeyafa et les débuts de la royauté en Israël, Revue Biblique, vol. 117, n°2,‎ 2010 (lire en ligne), p. 162-184
  9. Christopher Rollston, Reflections on the Qeiyafa Ostracon
  10. Amihai Mazar, Three 10th-9th Century B.C.E. Inscriptions From Tel Rehov, Saxa loquentur: Studien zur Archäologie Palälastinas/Israels – Festchrift für Volkmar Fritz (2003), 171-184.
  11. Si les datations du Xe siècle font encore débat parmi les archéologues (chronologie haute, chronologie basse etc.), il convient de souligner que les datations du VIIIe siècle sont en dehors de ce débat et font au contraire l'objet d'un consensus général.
  12. Jamieson-Drake, D.W. (1991) Scribes and Schools in Monarchic Judah (JSOTSup 109, Sheffield, Almond Press).
  13. Sass, B. (1993) The Pre-Exilic Hebrew Seals : Iconism vs. Aniconism. In Studies in the iconography of Northwest Semitic Inscribed Seals, edited by B. Sass and C. Uehlinger (Fribourg University Press): pp.194-256.
  14. Renz, J. (1995) Die Althebräischen Inschriften, Teil 1 : Text und Kommentar (Darmstadt : Wissenschaftlische Buchgesellschaft).
  15. Avigad, N. et Sass, B. (1997) Corpus of West Semitic Stamp Seals (Jerusalem : The Israël Academy of Sciences and Humanities).
  16. Histoire de l'humanité T. 2, Des origines de l'écriture à l'invention de l'alphabet, éditions UNESCO, 2001, pp. 181-193. ISBN 92-3-202811-5.
  17. Naissance de la Bible. Une écriture au fil des siècles, Le Monde de la Bible, Hors série 2006, éditions Fayard, p.25
  18. Claire Lalouette, Thèbes ou la naissance de l'empire, éditions Flammarion, 1995, p. 53 et note 69 p. 589.
  19. Ronny Reich, Université de Haïfa, film « La Bible dévoilée », chap. 7 de l'épisode 3.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Voir également :

Documents pour approfondir le sujet[modifier | modifier le code]