Dongui bogam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le miroir de la médecine orientale
Dongibogam.jpg
Table des matières du Dongui Bogam

Hangeul 동의보감
Hanja 東醫寶鑑
Romanisation révisée Dongui bogam
McCune-Reischauer Tongŭi pogam

Le miroir de la médecine orientale (Dongui Bogam) est une encyclopédie de médecine traditionnelle coréenne, créée au XVIe siècle par Heo Jun et qui se compose de 25 volumes imprimés sur des tablettes en bois.
Il a été inclus en 2009 au registre international Mémoire du monde[1].
Il comporte entre autres les grands principes de la médecine traditionnelle, des règles de base d'hygiène de vie, l'ensemble de la pharmacopée utilisée pour prévenir et guérir les maladies et les bases de l’acupuncture.

Origine[modifier | modifier le code]

Le « Dongui Bogam », un des grands classiques de l'histoire de la médecine orientale, a été publié et utilisé dans de nombreux pays ; notamment en Chine et au Japon, et demeure l'ouvrage de référence de ce domaine. Son classement des symptômes et des remèdes en fonction des organes humains affectés, et non selon les maladies elles-mêmes, est révolutionnaire. Cette initiative voit le jour dans le « Dongui Bogam » et ne sera développée en Europe qu'au XXe siècle[2].

Les plus grands médecins de « Naeuiwon » (내의원, « clinique royale ») commencent à travailler sur le « Dongui Bogam » pendant la 29e année de règne du roi Seonjo (1596). L'objectif est alors de créer un recueil de la médecine traditionnelle. Le projet, dirigé par le médecin Heo Jun, est interrompu par la seconde invasion japonaise en Corée de 1597. Le roi Seonjo ne participe pas à la concrétisation du projet, mais Heo Jun reste fidèle au poste et achèvera le travail en 1610, sous le règne de Gwanghaegun ; au pouvoir depuis deux ans[3],[4].

Le livre[modifier | modifier le code]

Le « Dongui Bogam » est composé de 25 volumes, et rédigé de façon plus méthodique que le « Hyangyak jipseongbang » (향약집성방, « Compilation des prescriptions autochtones »), écrit en 1433. Il fait à la fois référence aux textes médecine coréenne traditionnelle (en) et à ceux de Chine, et liste de façon presque exhaustive les maladies connues à l’époque et leurs remèdes respectifs[5].

Contenu[modifier | modifier le code]

Le livre est divisé en cinq sections : « Naegyeongpyeon » (내경편, Médecine interne), « Oehyeongpyeon » (외형편, Médecine générale), « Japbyeongpyeon » (잡병편, Maladies diverses), « Tangaekpyeon » (탕액편, Remèdes), et enfin « Chimgupyeon » (침구편, Acupuncture)[6],[5]

  • « Naegyeongpyeon » traite essentiellement des fonctions physiologiques du corps et des troubles liés à chaque organe. Cette section explique en détail les interactions entre les cinq organes principaux, que sont le foie, les poumons, les reins, le cœur et la rate.
  • « Oehyeongpyeon » expose les différentes fonctions des parties visibles du corps humain : la peau, les muscles, les vaisseaux sanguins, les tendons, et les os. On y trouve également les maladies qui y sont liées.
  • « Japbyeongpyeon » traite de la façon de diagnostiquer et traiter différentes maladies et troubles comme l’anxiété, la surexcitation, la congestion cérébrale, le rhume, la nausée, l’hydropisie, la jaunisse, l'anthrax, etc. On y trouve également un chapitre sur la pédiatrie et la gynécologie.
  • « Tangaekpyeon » donne des méthodes détaillées pour créer des remèdes et potions, comme par exemple la collection d’herbes et de plantes médicinales. Cette section explique également comment confectionner et utiliser les différents traitements, donner une prescription adaptée, et enfin administrer correctement le médicament. Chaque herbe médicinale est répertoriée avec des explications sur son efficacité, la période à laquelle il faut la cueillir, ainsi que le nom communément employé, pour plus de facilité.
  • « Chimgupyeon » expose les différents procédés d’acupuncture utilisés pour soigner divers maux et troubles.

Le « Dongui Bogam » présente non seulement des réalités médicales, mais propose également des valeurs philosophiques venues d’Asie de l’Est. Heo Jun souhaitait faire comprendre au lecteur que maintenir l’équilibre dans les énergies du corps humain permet de rester en bonne santé. La première page de l’ouvrage contient un schéma anatomique du corps humain, sur lequel sont représentés le ciel et la terre, deux notions clés dans la conception asiatique de la nature[7].

Éditions[modifier | modifier le code]

Plusieurs éditions coréennes et étrangères du « Dongui Bogam » ont été recensées en plus de l’édition originale « Naeuiwon ». La première édition chinoise est imprimée en 1763, suivie par deux autres publications en 1796 et 1890. La première édition japonaise est quant à elle publiée en 1724, puis rééditée en 1799[5].

UNESCO : « Mémoire du Monde » et controverse[modifier | modifier le code]

En 2009, l'UNESCO décide d'ajouter le « Dongui Bogam » à la liste du patrimoine documentaire pour sa contribution en tant que relique historique. L'encyclopédie devient alors le septième héritage culturel coréen intégré au programme de « Mémoire du Monde », malgré l'opposition de certains médecins[8]. L'Association Médicale Coréenne (KMA) minimise l'importance du livre et insiste sur le fait qu'« il s'agit d'une simple reconnaissance de sa valeur en tant que relique historique. Il ne faut pas le considérer comme une source de la médecine traditionnelle ni le surestimer ». L'association rappelle que le livre contient quelques inepties comme, par exemple, comment concevoir un garçon ou se rendre invisible. Ils ajoutent que le « Dongui Bogam » a été pensé comme un artéfact culturel, et non comme une science. L'Association de la Médecine Orientale Coréenne (AKOM) critique les médecins de la KMA pour leur manque de discernement quant à l'influence du « Dongui Bogam » et de l'histoire, et précisent qu'il est nécessaire « d'hériter, mais aussi de progresser à partir de la médecine traditionnelle »[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1] Guide officiel de tourisme en Corée
  2. http://www.koreanhero.net/fiftywonders/FiftyWonders2_English.pdf
  3. (ko) Dongui Bogam at Doosan Encyclopedia
  4. An ancient medical text gains worldwide recognition, Korean Press
  5. a, b et c (ko) Dongui Bogam at Encyclopedia of Korean Culture
  6. Donguibogam: Precious Book of Medicine, UNESCO
  7. (ko) Dongui Bogam at Britannica Korea
  8. Dongui Bogam, Korea Times, 2009-07-31.
  9. Doctors Clash Over ‘Mirror of Eastern Medicine’, Korea Times, 2009-08-04.

Article connexe[modifier | modifier le code]