Donald Ray Pollock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pollock.

Donald Ray Pollock

Activités Romancier, nouvelliste
Naissance 23 décembre 1954 (59 ans)
Knockemstiff, Ohio, Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue d'écriture Anglais américain
Genres Roman policier, roman noir
Distinctions Grand prix de littérature policière 2012
Prix Mystère de la Critique 2013

Œuvres principales

  • Le Diable, tout le temps

Donald Ray Pollock, né en 23 décembre 1954 à Knockemstiff, est un écrivain américain. En France, il remporte notamment le Grand prix de littérature policière en 2012 et le Prix Mystère de la Critique en 2013 avec son second roman intitulé Le diable, tout le temps (The Devil All The Time).

Biographie[modifier | modifier le code]

Donald Ray Pollock a grandi dans sa ville natale, Knockemstiff. Depuis qu'il est adulte, il vit à Chillicothe dans l'Ohio où il a travaillé dans une usine de pâte à papier pendant 32 ans en tant qu'ouvrier et conducteur de camions. À 50 ans, il s'inscrit à des cours d'écriture créative à l'Université d'État de l'Ohio[1]. En 2008 est publié son premier ouvrage, un recueil de nouvelles intitulé Knockemstiff. Durant la campagne présidentielle de 2008, le New York Times publie régulièrement ses dépêches sur les élections vues depuis le sud de l'Ohio. En 2009, il remporte le PEN/Robert W. Bingham Prize (en), et le Devil's Kitchen Award in Prose du Département d'Anglais de la Southern Illinois University Carbondale.

Son deuxième ouvrage, The Devil All The Time (Le diable, tout le temps), paraît en 2011. Publishers Weekly le considère comme l'un des dix meilleurs livres de l'année[2]. En 2012, Donald Ray Pollock reçoit la Bourse Guggenheim (Guggenheim Fellowship) dans la catégorie des arts créatifs et le champ de la fiction[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Knockemstiff, [« Knockemstiff », 2008], trad. de Philippe Garnier, Paris, Éditions Buchet/Chastel, coll. « Littérature étrangère », 2010, 252 p. (ISBN 978-2283024089)[4]
  • Le diable, tout le temps, [« The Devil All The Time », 2011], trad. de Christophe Mercier, Paris, Éditions Albin Michel, coll. « Terres d'Amérique », 2012, 369 p. (ISBN 978-2226240002)[5],[6],[7]

Prix et distinctions notables[modifier | modifier le code]

Pour le roman Knockemstiff :

Pour le roman Le Diable, tout le temps (The Devil All The Time) :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Steven Rosen, « What’s in a Name? Ask Knockemstiff », sur http://www.nytimes.com,‎ NYT, 5/8/2008 (consulté le 4/4/2012)
  2. http://www.publishersweekly.com/pw/best-books/2011/top-10#list
  3. http://latimesblogs.latimes.com/jacketcopy/2012/04/guggenheim-announces-2012-fellows.html
  4. Martine laval, « Son nom : Donald Ray Pollock », sur http://www.telerama.fr,‎ 16/2/2010 (consulté le 4/4/2012)
  5. Charles McGrath, « Writer Remains Literary Voice of Knockemstiff », sur http://www.nytimes.com,‎ NYT, 11/7/2011 (consulté le 4/4/2012)
  6. Geneviève Simon, in "la Libre Belgique" du 2/4/2012, Lire, pp. 2-3, « L’odyssée des âmes perdues », sur http://www.lalibre.be,‎ 2/4/2012 (consulté le 4/4/2012)
  7. André Clavel, « La plume faulknérienne de Donald Ray Pollock », sur http://www.letemps.ch,‎ 23/3/2012 (consulté le 4/4/2012)

Liens extérieur[modifier | modifier le code]