Donald Maclean

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Donald Maclean

Donald Maclean (Marylebone, Londres, 25 mai 1913 - Moscou, 6 mars 1983) est un diplomate britannique qui espionna pour le compte de l'Union soviétique à partir des années 1930.

Biographie[modifier | modifier le code]

Donald Maclean est le fils de Sir Donald Maclean.

Faisant partie des cinq de Cambridge, il a pour noms de code « Hermès », « la feuille », « orphelin », « Stuart » ou encore « Homer ».

Il entre au Foreign Office en octobre 1935. En 1938 il est affecté à l'ambassade du Royaume-Uni en France. En mai-juin 1940, alors qu'il est toujours en poste à Paris pendant la débâcle, il épouse une Américaine, Melinda Marling.

Au printemps 1944, la carrière de MacLean connait un tournant décisif puisque le Foreign Office l'envoie à l'ambassade britannique à Washington DC occuper un poste de premier secrétaire[1]. Il est nommé en février 1947 au poste de cosecrétaire du comité politique mixte qui coordonne la politique nucléaire (civile et militaire) anglo-américano-canadienne[2].

L'URSS disposant d'agents à l'intérieur du projet Venona, par lequel il est démasqué, il est exfiltré avant son arrestation[3].

Chronologie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • E.H. Cookridge, La vérité sur Philby l'agent double du siècle, Paris, Fayard, 1968
  • Modin Youri, Mes camarades de Cambridge, Paris, Robert Laffont, 1994.
  • Andrew C. & Mitrokhine V., Le KGB contre l'Ouest : 1917-1991 (traduction de The Mitrokhin archive par Delamare P.) Paris, Fayard, 2000.
  • Andrew C. & Gordievsky O., Le KGB dans le monde, 1917-1990. Paris, Fayard, 1990.
  • D'Aumale G. & Faure J.-P., Guide de l’espionnage et du contre-espionnage. Paris, Le Cherche Midi, 1998.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Christopher Andrew & Oleg Gordievsky, Le KGB dans le monde, p. 320.
  2. Christopher Andrew & Oleg Gordievsky, Le KGB dans le monde, p. 321.
  3. Gildas Le Voguer, « Transparence et secret aux États-Unis : la « publication » du projet VENONA », Sources, printemps 2001, p. 117, [lire en ligne].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]