Dominique Papety

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dominique Papety

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Dominique Papety par Louis-Marie Normand.

Nom de naissance Dominique Louis Féréol Papety
Naissance 12 août 1815
Marseille
Décès 19 septembre 1849
Marseille
Nationalité Drapeau de la France France
Activités Artiste peintre
Formation École des beaux-arts de Paris
Maîtres Augustin Aubert
Léon Cogniet
Influencé par Jean-Auguste-Dominique Ingres
Récompenses Grand Prix de Rome de peinture 1836

Œuvres réputées

Le Rêve du Bonheur

Dominique Papety[1], né le 12 août 1815 à Marseille, où il est mort le 19 septembre 1849, est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Marseille, rue de la Longue des Capucins, où son père exerce la profession de savonnier, il apprend le dessin avec Augustin Aubert (1781-1857) et intègre, en 1835, l'atelier de Léon Cogniet à l'École des beaux-arts de Paris[2] En 1836, il monte en loge et obtient le premier grand prix de Rome, le thème étant un sujet biblique sur Moïse frappant le Rocher pour faire jaillir une source.

Il part pour la Villa Médicis à Rome où il séjourne de 1837 à 1842. Il subit l'influence d'Ingres qui admire beaucoup son élève et dira de lui « Ce ne fut jamais un élève, c'était un maître dès qu'il toucha un pinceau »[3]. Il fait la connaissance de François Sabatier, grand amateur d'antiquités, avec lequel il se lie d'amitié et qu'il accompagne en Grèce entre avril et août 1846. Il visite les vingt-trois monastères du Mont Athos. Il rapporte de ce voyage des centaines de dessins, et publie en 1847 un rapport de ce voyage dans la Revue des Deux-Mondes intitulé Les peintures byzantines et les couvents de l'Athos[4]. Il est influencé par les idées de Charles Fourier, et c'est à partir de ses théories qu'il peint son tableau le plus célèbre : Le Rêve du Bonheur conservé au musée Antoine-Vivenel de Compiègne. Il fait un second voyage en Grèce, en août 1847, suite au couronnement du roi de Grèce Othon 1er, et en rapporte une documentation qui servira entre autres pour la décoration du Panthéon de Paris. De ce voyage comme du précédent, il rapporte une somme considérable de documentation, enrichissant la connaissance des costumes, paysages, monuments, et coutumes locales, annotant ses dessins de remarques, ce qui en fait un journaliste, un véritable ethnologue et un documentaliste pour les sites archéologiques. Sur proposition du duc de Montpensier, il est invité pour représenter la cour et la famille royale dans une scène, commémorant un événement récent : la visite des monuments d'Athènes le 12 septembre 1845.

Il rentre à Marseille, malade du choléra contracté en Morée. Au cours d'un séjour en Camargue, ses accès de fièvre redoublent. Il vient mourir à Marseille en 1849, au sein de sa famille. Le choléra qui désolait la région empêche les artistes de faire une imposante manifestation à ses funérailles.

Après sa mort, une vente est organisée, à l'issue de laquelle des milliers d'œuvres sont dispersées.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Dessins, aquarelles[modifier | modifier le code]

Les dessins et aquarelles de Papety se trouvent dans de nombreux musées dont :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Peintures[modifier | modifier le code]

Quelques tableaux se trouvent dans les musées suivants :

  • 1836, Le Frappement du Rocher, réplique réduite du grand prix de Rome, musée des beaux-arts d'Orléans
  • 1839, Femme couchée
  • 1841, Conseil des Dieux, copie d'après une fresque de Raphaël
  • 1847, Le récit de Télémaque
  • 1847, Des moines caloyers décorant une chapelle d'un couvent du mont Athos
  • British Museum Londres (Royaume-Uni), dessins, gravures.
  • Panthéon de Paris
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Œuvres religieuses[modifier | modifier le code]

Christ en majesté, église Notre-Dame-du-Mont, Marseille.

Papety a également réalisé des tableaux religieux pour la décoration d'églises dont :

Salons[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

Charles Baudelaire écrit : « Papety promettait beaucoup, dit-on. Son retour d'Italie fut précédé par des éloges imprudents. Dans une toile énorme, où se voyaient trop clairement les habitudes récentes de l'Académie de peinture, M. Papety avait néanmoins trouvé des poses heureuses et quelques motifs de composition ; et malgré sa couleur d'éventail, il y avait d'espérer pour l'auteur un avenir sérieux. Depuis lors, il est resté dans la classe secondaire des hommes qui peignent bien et ont des cartons pleins de motifs tout prêts. La couleur de ses deux tableaux ( Memphis - Un assaut ) est commune. Du reste, ils sont d'un aspect tout différent, ce qui induit à croire que M. Papety n'a pas encore trouvé sa manière. » (Charles Baudelaire, Curiosités esthétiques - Salon de 1845 - Tableaux d'histoire.)

Expositions[modifier | modifier le code]

Posthumes 
  • 1946, Athènes, École Française, Centenaire de l'École.
  • 1948, musée Cantini à Marseille, « Peintures et Dessins de 1840 à 1940 ».

Prix[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Une voie porte son nom, dans le 7e arrondissement de Marseille. La rue Papety part de l'avenue Pasteur, à deux pas du Palais du Pharo, et descend jusqu'à la plage des Catalans.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Alauzen et Laurent Noet, Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Marseille, Jeanne Laffitte,‎ 2006 (1re éd. 1986), 473 p. (ISBN 9782862764412), p. 345-346.
  • Jonathan P. Ribner, Le Culte de la loi dans l'art français de David à Delacroix, University of California Press Berkeley Los Angeles Oxford 1993 Les Régents de l'Université de Californie.
  • Adrien Blès, Dictionnaire des rues de Marseille, Édition Jeanne Laffitte
  • Institut de France : Journal des Savants, Académie des Inscriptions et belles lettres.
  • Collectif, La jeunesse des musées de France au XIXe siècle, Catalogue de l'exposition du musée d'Orsay 1994
  • Étienne Parrocel, Annales de la peinture, Paris er Marseille, Albessard et bérard,‎ 1862, 614 p. (lire en ligne), p. 435-444.
  • Dictionnaire Bénézit
  • (de)Paul et Claire Pfisterer, Signaturenlexicon, Publié par Walter de Gruyter 1999 ISBN 3-110 1493 70

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Né Dominique Louis Féréol Papety.
  2. Où il a pour condisciples Charles Octave Blanchard (1814-1842 qui obtiendra la même année que lui le premier second grand prix de Rome tandis que Jean Murat sera second grand prix, élève de feu Regnault et de Blanchet de l'Institut.
  3. Paul Masson (sous la direction de), Encyclopédie départementale des Bouches-du-Rhône, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille, 17 volumes parus de 1913 à 1937, tome XI p. 378
  4. Wikisource
  5. « Coupole de l'égise de Saint-Luc-en-Phocide », base Joconde, ministère français de la Culture
  6. « Façade du Parthénon », base Joconde, ministère français de la Culture
  7. « Cinq études de costumes féminins », base Joconde, ministère français de la Culture
  8. « Delphes, les roches Phaedriades », base Joconde, ministère français de la Culture
  9. « Démétrius Kinopoulos », base Joconde, ministère français de la Culture
  10. « Femme de Procida assise », base Joconde, ministère français de la Culture
  11. « Donna Anna », base Joconde, ministère français de la Culture
  12. « Saint Cyprien et sainte Justine », base Joconde, ministère français de la Culture
  13. « Thétis pleurant Achille », base Joconde, ministère français de la Culture
  14. « Portrait d'homme », base Joconde, ministère français de la Culture
  15. « Trois femmes voilées », base Joconde, ministère français de la Culture
  16. « Moïse sauvé des eaux », base Joconde, ministère français de la Culture
  17. Pèlerin italien
  18. « Le pssé, le présent, l'avenir », base Joconde, ministère français de la Culture
  19. « Portrait de Madame Pastré », base Joconde, ministère français de la Culture
  20. « Types italiens », base Joconde, ministère français de la Culture
  21. « Mercure », base Joconde, ministère français de la Culture
  22. « Consolatrix Affectorum », base Joconde, ministère français de la Culture
  23. « Galatée, Amphitrite », base Joconde, ministère français de la Culture
  24. « Portrait d'Antoine Vivenel », base Joconde, ministère français de la Culture
  25. « Symbole d'amour », base Joconde, ministère français de la Culture
  26. « Un rêve de bonheur », base Joconde, ministère français de la Culture
  27. « Jeanne d'Arc présentée à Charles VII », base Joconde, ministère français de la Culture
  28. « Guillaume de Clermont défendant Ptolemais », base Joconde, ministère français de la Culture
  29. « Jean Koletti », base Joconde, ministère français de la Culture
  30. « Femmes grecques à la fontaine », base Joconde, ministère français de la Culture
  31. « portrait d'Hippolyte Flandrin », base Joconde, ministère français de la Culture
  32. « Prière à la Madone », base Joconde, ministère français de la Culture
  33. « Tête de jeune femme », base Joconde, ministère français de la Culture
  34. « Le frappement du rocher », base Joconde, ministère français de la Culture
  35. Musée Wallace
  36. « Notice no PM13001549 », base Palissy, ministère français de la Culture
  37. Jean-Robert Cain et Emmanuel Laugier, Trésor des églises de Marseille : Patrimoine culturel communal, Marseille, Ville de Marseille,‎ 2010, 368 p. (ISBN 978-2-9535530-0-0), p. 176
  38. Jean-Robert Cain et Emmanuel Laugier, Trésor des églises de Marseille : Patrimoine culturel communal, Marseille, Ville de Marseille,‎ 2010, 368 p. (ISBN 978-2-9535530-0-0), p. 136