Dominique Moïsi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dominique Moïsi en 2008.

Dominique Moïsi, né le 21 octobre 1946 à Strasbourg, est un politologue et géopoliticien français. Il est conseiller spécial de l'IFRI (Institut français de relations internationales), après en avoir été le directeur adjoint. Il a enseigné à l'université Harvard et au Collège d'Europe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils unique de Jules Moïsi (Jules Moise)[1], déporté par le Convoi no  61 en date du 28 octobre 1943[2],[3] - numéro 159721[4] sur dénonciation d'un collègue, et survivant d'Auschwitz[5]. Sa mère s'est convertie au début des années 1930 au catholicisme[6].

Élève au lycée Buffon et à Sciences Po Paris, il obtient un doctorat à l'université hébraïque de Jérusalem, sous la direction de Saul Friedländer[6].

Après des études de sciences politiques et de droit à la Sorbonne[réf. nécessaire], il va à Harvard grâce à une bourse de la fondation Arthur Sachs proposée par Roger-Gérard Schwartzenberg, et y fréquente le Centre d'études européennes de Harvard fondé par Stanley Hoffmann[6].

Il enseigne ensuite à l'École nationale d'administration, à l'École des hautes études en sciences sociales et à l'Institut d'études politiques de Paris.

Il a été l'assistant de Raymond Aron.

Expert en géopolitique et spécialiste en politique internationale, il est de 2001 à 2008 titulaire de la chaire de géopolitique européenne au Collège d'Europe de Natolin, orienté vers les institutions européennes[7].

Dominique Moïsi publie des articles dans le Financial Times, le New York Times, Die Welt et d'autres quotidiens.

Spécialiste des relations internationales et du Moyen-Orient, il est l'auteur de plusieurs ouvrages et a publié Géopolitique de l'émotion chez Flammarion en 2009.

Il est membre du groupe Bilderberg.

Il a épousé l'historienne italienne Diana Pinto, rencontrée à Harvard[6].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Un juif improbable, Flammarion, 2011
  • La géopolitique de l'émotion, Flammarion, 2009[8]
  • Les cartes de la France à l'heure de la mondialisation Hubert Védrine dialogue avec Dominique Moïsi (Fayard, 2000). Ce livre a été traduit en américain par Philip H. Gordon sous le titre France in an age of Globalization (Brookings Institution Press), printemps 2001
  • Le nouveau continent : plaidoyer pour une Europe renaissante en collaboration avec Jacques Rupnik, Paris, Calmann-Lévy, 1991

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir, Klarsfeld, 1978.
  2. Voir, la liste du Convoi 61 dans Klarsfeld, 1978.
  3. Voir, Jules Moïsi.
  4. Voir, Andrew Gardner. A World of clashing emotions? European voice.com 2/7/2009.
  5. Le pari Hilary Clinton, Information juive, décembre 2008, page 8.
  6. a, b, c et d Sylvie Kauffmann, « Un juif improbable, de Dominique Moïsi : comment devenir européen », Le Monde, 7 juin 2011.
  7. Site du Collège d'Europe, introduction
  8. Fiche de lecture de Michel Audetat dans L'Hebdo, 6/11/2008

Liens externes[modifier | modifier le code]