Dominique Dord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dominique Dord
Dominique Dord et Renaud Beretti en 2013.
Dominique Dord et Renaud Beretti en 2013.
Fonctions
Député de la 1re circonscription de la Savoie
En fonction depuis le 12 juin 1997
Élection 1er juin 1997
Réélection 16 juin 200217 juin 200717 juin 2012
Législature XIe, XIIe, XIIIe, XIVe (Cinquième République)
Prédécesseur Gratien Ferrari (UDF)
Maire d'Aix-les-Bains
En fonction depuis le 18 mars 2001
Prédécesseur André Grosjean (RPR)
Conseiller général du Canton d'Aix-les-Bains-Centre
22 mars 199828 mars 2004
Prédécesseur Jacques Moucot (DVD)
Successeur Jean-Claude Loiseau (UMP)
Conseiller régional de Rhône-Alpes
22 mars 199215 mars 1998
Biographie
Date de naissance 1er septembre 1959 (55 ans)
Lieu de naissance Chambéry (Savoie)
Parti politique UMP
Diplômé de Université Jean Moulin Lyon III
HEC Paris
Profession Juriste

Dominique Dord, né le 1er septembre 1959 à Chambéry (Savoie), est un homme politique français. Il est actuellement maire d'Aix-les-Bains, député de la première circonscription de la Savoie, président de la communauté d'agglomération du Lac du Bourget.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gérant de société[modifier | modifier le code]

Après un baccalauréat à Chambéry, Dominique Dord étudie à Lyon III. Il y obtient un DECS et un DESS de droit des affaires et fiscalité, et un diplôme de juriste en conseil d'entreprise et de l'ISA (MBA d'HEC Paris). Il débute sa carrière professionnelle comme juriste d'entreprise et président de France Neige International, et assistant parlementaire de Michel Barnier en 1984[1].

Dominique Dord est ensuite directeur de produits pour L'Oréal de 1985 à 1987, directeur de communication à Sciences Com' et Nautilus Production (1988), avant de créer son agence de communication (SARL Dominique Dord Communication)[1]. Il travaille ensuite entre 1988 et 1991 auprès du président de la région Rhône-Alpes, Charles Millon[2].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Élu conseiller régional de Rhône-Alpes en 1992, il est tête de liste de la droite lors de l'élection municipale de 1995 à Chambéry, contre Louis Besson, qui le bat à la faveur d'une triangulaire avec le Front national[3].

Suppléant du député-maire Gratien Ferrari en 1993 dans la première circonscription de la Savoie, il est élu député le 1er juin 1997 par 53,46 % des suffrages au second tour[4]. Membre de Démocratie libérale, Dominique Dord appartient au groupe UDF[1]. Il démissionne du conseil municipal de Chambéry l'année suivante, une fois élu conseiller général dans le canton d'Aix-les-Bains-Centre, où il choisit de s'implanter en 1998. Élu immédiatement vice-président du conseil général de la Savoie, il en démissionne trois ans plus tard à la suite de son élection à la mairie d'Aix-les-Bains, avec 66,62 % des voix, contre l'ancien maire André Grosjean et le candidat socialiste.

Dominique Dord est ensuite réélu député le 16 juin 2002, contre Thierry Repentin[5]. Désormais membre du groupe UMP et disposant d'un micro-parti, Action Savoie Première[2], il a pour suppléant le premier vice-président du conseil général de la Savoie et maire d'Albens, Claude Giroud. Candidat à sa propre succession aux élections législatives de juin 2007, il est réélu député dès le premier tour, avec 51,39 % des suffrages[6]. En 2008, la liste qu'il conduit au scrutin municipal d'Aix-les-Bains l'emporte dès le premier tour avec 62,27 % des voix, contre celles de Fabrice Maucci (union de la gauche, 28,12 %) et de l'ancien maire Gratien Ferrari (divers droite, 9,61 %)[7].

Le 30 août 2010, Dominique Dord est élu trésorier de l'UMP à l'unanimité par le bureau politique du parti, en remplacement d'Éric Woerth, démissionnaire en raison de l'affaire Woerth-Bettencourt[8].

Il est un temps candidat à l'élection du président de l'UMP en 2012 avant de renoncer, faute de pouvoir réunir les parrainages nécessaires pour se présenter ; il décide alors de soutenir la candidature de François Fillon[9]. À la suite de l'élection contestée de Jean-François Copé, il démissionne de son poste de trésorier en dénonçant l'utilisation des moyens du parti par ce dernier au cours de sa campagne[10] et adhère au groupe Rassemblement UMP présidé par François Fillon [11] .

En février 2013, dans le cadre de la direction « partagée » entre Jean-François Copé et François Fillon, il devient, comme onze autres personnalités, secrétaire général adjoint de l’UMP, en plus du tenant du poste, Marc-Philippe Daubresse.

Actions[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2010). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

À la mairie d'Aix-les-Bains[modifier | modifier le code]

Sous son premier mandat la commune a lancé d'importantes opérations de réhabilitation (aménagement du centre-ville, rénovation de la gare, de la rue de Genève, agrandissement du Palais des Congrès, soutien aux commerces), ainsi qu'une opération ANRU sur les quartiers de Lafin et du Sierroz[réf. nécessaire]. Aix-les-Bains s'est davantage engagé dans une vocation touristique, avec notamment le soutien aux festivals « Musilac »[12] et des « Nuits romantiques »[13], la création d'un multiplexe cinématographique et la promotion touristique de la ville[Comment ?].

Ses opposants municipaux soulignent quant à eux la poursuite d'un repli sur une monoactivité[réf. nécessaire] (le « tourisme thermal »), au détriment d'autres secteurs, et que le thermalisme comme la politique du logement sont avant tout tournées vers le haut de gamme. La transformation de l'établissement thermal d'État en société anonyme a été initiée par le député-maire et a abouti fin 2009 à la privatisation de l'établissement thermal.

Pour ce qui est du logement, la situation est rendue difficile par l'attractivité de la ville (environ + 2 % par an), et par sept années d'un premier mandat (2001-2008) pendant lesquelles le logement social a été relégué à l'arrière-plan des préoccupations municipales, la ville accumulant un retard considérable dans ce domaine. Début 2008, il manquait 830 logements sociaux à Aix les Bains pour atteindre les 20 % de la loi SRU[14]. Ce sont ainsi 1000 demandes de logements sociaux qui étaient en souffrance sur Aix-les-Bains[réf. nécessaire]. En juillet 2008, la mairie s'est lancée dans un vaste plan « Habitat 2014 » avec l'ANRU, en utilisant tous les leviers disponibles et espérant atteindre l'obligation de 20 % d'HLM à cette date ; en 1999, le taux de logements sociaux dans la commune était de 15,7 %[15].

Ce plan marque une rupture par rapport à la politique conduite au cours de son premier mandat municipal, période pendant laquelle seuls 180 nouveaux logements sociaux ont été produits sur la ville (soit environ 25 par an). Dans un rapport établi en 2009, la Mission interministérielle d'inspection du logement social a estimé les besoins de la ville d'Aix-les-Bains à 180 nouveaux logements sociaux par an jusqu'en 2016, c'est-à-dire 1080 nouveaux logements d'ici 2014, pour le seul respect des objectifs de la loi SRU[16]. Le Plan Habitat 2014 prévoit la construction de 400 nouveaux logements, le conventionnement de 300 logements et la déconstruction de 300 logements dans les tours de Lafin dans le cadre du chantier ANRU. Soit finalement seulement 400 nouveaux logements sociaux, bien loin du chiffre de 1080 avancé par la MIILOS.

À l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Dominique Dord est membre de la commission des affaires sociales depuis son élection en 1997 ; il s'est spécialisé dans les questions liées à l'évolution du droit du travail. Il a été l'un des rapporteurs ou portes-paroles de son groupe politique sur la plupart des grandes réformes engagées depuis dix ans (35 heures, CMU, loi de modernisation sociale, loi de modernisation du marché du travail...)[réf. nécessaire].

Il a été membre du groupe Oser la famille[1], un groupe inter-parlementaire réunissant les députés les plus attachés aux valeurs familiales sous la houlette de Christine Boutin, ainsi que de près d'une vingtaine d'autres groupes d'études ou d'amitié. Réputé pour une certaine indépendance d'esprit, il n'a pas toujours suivi l'avis de son groupe ; ce fut notamment le cas sur le texte OGM ou sur la fusion GDF-SUEZ, pour laquelle il s'est abstenu au nom du « patriotisme économique européen ». [réf. nécessaire]

Lors de la XIIIe législature (depuis 2007), Dominique Dord a rédigé 51 questions écrites au Gouvernement à propos de thèmes comme l'économie, le développement durable, la sécurité publique, l'agriculture, etc. Il a cosigné 117 propositions de loi et est intervenu à 18 reprises en séances publiques, 16 prises de parole en commission des affaires sociales.

Il a intégré la commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale le 1er juillet 2009, à la suite de la modification du règlement de cette même institution et la suppression de la commission des affaires culturelles, sociale et familiale au sein de laquelle il était membre.

Prise de position sur le Pacs[modifier | modifier le code]

Dominique Dord s'est montré, dès les premiers débats à l'Assemblée nationale, hostile au projet de loi sur le Pacs, adopté en 1999. Lors des discussions en commission des affaires sociales, il avait alerté la majorité socialiste sur les risques d'un encadrement juridique trop diffus, et milité en faveur de la mention expresse du caractère synallagmatique[17], afin de lutter efficacement contre toute dérive polygame.

Dans une tribune dans Le Figaro, il soulignait que l'adoption du Pacs rendrait, au nom de l'égalité,

« très vite impossible, incohérent, voire illégal de refuser aux contractants d'un Pacs la possibilité d’accueillir et d'élever des enfants […] Ne jouons pas les apprentis sorciers ; ne déstabilisons pas les principes fondamentaux du développement social et les symboles les plus forts de notre civilisation[18]. »

Puis, lors du débat en séance publique du 8 novembre 1998, Dominique Dord a tenu les propos suivants :

« Mon intervention est à la fois une réponse à la commission et un rappel au Règlement. Je trouve profondément regrettable la décision parfaitement arbitraire de réserver l'ensemble de nos amendements sur un titre tout à fait essentiel, dont la portée symbolique ne vous a d'ailleurs pas échappé. Nous avons bien compris la manœuvre qui consiste à réduire le temps d'expression de l'opposition.

Par ailleurs, il n'est pas sérieux de nous répondre de façon aussi lapidaire sur un sujet à la fois aussi sensible et complexe. […] C'est bien la preuve que le Pacs n'est pas le bon outil d'expression de la solidarité.

L'un de nos amendements propose que le contrat soit signé devant notaire. Voilà qui serait clair alors que pour l'heure, le Pacs paraît une “patate chaude” que l'on se refile de la mairie à la préfecture au tribunal d'instance et pourquoi pas demain, à la DSV [Direction des services vétérinaires][19] »

Les remarques de Dominique Dord ont suscité, à l'époque, le mécontentement de nombreux parlementaires et associations de gauche[20].

Prise de position sur la loi Hadopi[modifier | modifier le code]

En 2009, il vote en faveur de la Loi Création et Internet[21]. Amené à expliquer sa position, il a répondu : « Je crois que ce texte sera difficile à appliquer concrètement, mais nous devons absolument donner un signe aux internautes afin qu'ils comprennent qu'on ne peut banaliser l'appropriation incontrôlée des œuvres des artistes ; je ne doute pas que nous reviendrons sur ce sujet pour améliorer ce texte encore perfectible »[21].

Détails des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Anciens mandats locaux[modifier | modifier le code]

Mandats locaux actuels[modifier | modifier le code]

Mandats nationaux actuels[modifier | modifier le code]

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Dominique Dord est marié et père de quatre filles[22].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Biographie sur le site de la revue Prochoix
  2. a et b « Le nouveau trésorier de l'UMP, ancien de L'Oréal, a aussi son micro-parti », Le Monde, 30 août 2010.
  3. Atlas politique de la Savoie
  4. Élections législatives de 1997 - résultats dans la première circonscription de la Savoie sur le site de l'Assemblée nationale.
  5. Élections législatives de 2002 - résultats dans la première circonscription de la Savoie sur le site du ministère de l'Intérieur.
  6. Élections législatives de 2007 - résultats dans la première circonscription de la Savoie sur le site du ministère de l'Intérieur.
  7. Élections municipales de 2008 - résultats à Aix-les-Bains sur le site du Figaro.
  8. « Dominique Dord devient trésorier de l'UMP », Le Figaro, 30 août 2010.
  9. Le trésorier de l'UMP soutient François Fillon, Le Figaro, 22 août 2012.
  10. Le trésorier de l'UMP démissionne, Le Figaro, 26 novembre 2012.
  11. Article du Monde (27.11.2012)
  12. Polémique autour du succès du festival Musilac, Oxygene Radio
  13. L'édito du Maire, Site de la mairie d'Aix-Les-Bains
  14. Aix Hebdo 03/08/2008 Citant le blog de campagne de D.Dord 02/2008
  15. INSEE - Logements à Aix-les-Bains : le parc
  16. Rapport MIILOS n°2009-27 sur la SAEMCARRA
  17. L'article 515-1 du Code civil, issu de la loi du 5 novembre 1999, dispose en effet que « Un pacte civil de solidarité est un contrat conclu par deux personnes physiques majeures, de sexe différent ou de même sexe, pour organiser leur vie commune ».
  18. Tribune de Dominique Dord, Le Figaro, 10 septembre 1998.
  19. Le Pacs n'enfante pas l'adoption homo, par Blandine Grosjean, Libération du 27 mars 2000 et Compte rendu officiel de la séance du 8/11/1998 sur le site de l'Assemblée nationale
  20. Voir notamment des reprises de ses propos sur les sites de Libération, et surtout d'Act Up, à plusieurs reprises (notamment dans une tribune parue dans Le Monde du 26 juin 1999] et consultable sur le site de la revue Vacarme
  21. a et b Résultat du vote Site de l'Assemblée nationale
  22. « La grande interview », L'Essor savoyard, 16 mai 2008, page 21.

Liens externes[modifier | modifier le code]