Dominique Auguste Lereboullet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dominique Auguste Lereboullet

Naissance 19 septembre 1804
Épinal (Vosges) (France)
Décès 6 octobre 1865 (à 61 ans)
Strasbourg (France)
Nationalité Drapeau de la France France
Champs Médecine, zoologie, anatomie comparée, embryologie
Institutions Université de Strasbourg
Diplôme Doyen de la Faculté des sciences de l'Université de Strasbourg (1861- )
Distinctions Prix Portal (1851), Grand Prix des Sciences Physiques (1857), Prix Alhumbert (1862).

Dominique Auguste Lereboullet est un médecin et un zoologiste français, né le 19 septembre 1804 à Épinal et mort le 6 octobre 1865 à Strasbourg . Il a été le Doyen de la Faculté des sciences de l'Université de Strasbourg.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il commence ses études classiques à Colmar. Après son baccalauréat, il passe une année à Fribourg-en-Brisgau lui permettant d'apprendre la langue allemande. De retour en France en 1827, il entame de brillantes études de médecine (consacrées par plusieurs prix) à Strasbourg où il obtient le 29 août 1832 le titre de docteur. Sa thèse de médecine porte sur le choléra qu'il observe à Paris et à Bar-le-Duc durant l'épidémie de 1832[1]. Il occupe le poste d'aide-bibliothécaire de la Faculté jusqu'en 1832. Il échoue au concours de l'agrégation devant Charles Schützenberger et Gabriel Tourdes[2]. Il devient alors préparateur de zoologie et collaborateur des Archives médicales de Strasbourg[3], fondées en 1834.

Il fut membre, et même secrétaire, de la Société du muséum d'histoire naturelle de Strasbourg[4].

Il pratique la médecine tout en faisant des recherches sur l'anatomie comparée et la zoologie. C'est le départ à Paris de Georges Louis Duvernoy (1777-1855), son maître nommé au Collège de France, qui lui permet d'obtenir la chaire[5] de zoologie et d'anatomie comparée à la faculté des sciences de Strasbourg. Il est le premier et le seul en France à enseigner, dès 1839, l'histologie nouvelle[6] fondée sur l'organisation cellulaire des tissus[7] à la suite d' Émile Küss et avant Charles Morel[8].

L'Académie des sciences le récompense en 1845 un de ses mémoires sur l'anatomie comparée des organes génitaux chez les vertébrés puis l'Académie de médecine en 1851 sur un travail sur le foie et l'altération pathologique conduisant au foie gras. En 1863, l'Académie des sciences à nouveau le récompense pour ses recherches sur l'embryologie comparée, notamment chez les poissons. Il s’intéresse également aux invertébrés, notamment aux crustacés.

Il est le père du médecin Léon Lereboullet[9], [10] (1842-1914) marié à Ida Egger (1846-1927) fille de l'helléniste français Émile Egger et le grand-père de Pierre Lereboullet[11], [12](1874-1944).

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

Austropotamobius pallipes (Lereboullet, 1858) ou Écrevisse à pattes blanches.
  • Choléra-morbus observé à Paris et dans le département de la Meuse pendant l'année 1832, Strasbourg, [thèse de médecine no 1001], soutenue le 29 août 1832], couronnée par la Société de Médecine de Bruxelles en 1833.
  • Propositions sur la respiration des plantes, [thèse de botanique présentée le 10 août 1838] Suivi de : Anatomie comparée de l'appareil respiratoire, dans les animaux vertébrés[13], [thèse d'anatomie comparée présentée le 4 août 1838] , Silbermann (Strasbourg), 1838, Texte intégral.
  • Notice sur l'épidémie de variole qui a régné à Strasbourg pendant l'année 1833, Silbermann (Strasbourg), 1851, Texte intégral.
  • Notice sur le musée d'histoire naturelle de la ville de Strasbourg, Silbermann (Strasbourg), 1851, Texte intégral.
  • Esquisses zoologiques sur l'homme [Discours lu, le 13 mai 1841, à la séance publique de la Société des sciences, agriculture et arts du Bas-Rhin], Berger-Levrault (Strasbourg), 1842, Texte intégral.
  • Recherches sur l'anatomie des organes génitaux des animaux vertébrés, E. Weber (Breslau et Bonn), 1851, 1 vol. (228 p.-20 f. de pl.) : fig. ; in-4°, disponible sur Gallica et Texte intégral.
  • Mémoire sur la structure intime du foie et sur la nature de l'altération connue sous le nom de foie gras, Baillière (Paris), 1853, [prix Portal 1851], Texte intégral
  • Coup d'oeil sur l'organisation, les mœurs, la distribution géographique et le rôle des oiseaux, Silbermann (Strasbourg), 1855, Texte intégral.
  • Coup d'oeil sur l'organisation, les moeurs et le rôle des insectes, Silbermann (Strasbourg), 1857, Texte intégral
  • Recherches d'embryologie comparée sur le développement de la truite, du lézard et du limnée, Masson (Paris), 1863, Texte intégral
  • Recherches d'embryologie comparée sur le développement du brochet, de la perche et de l'écrevisse, Imprimerie impériale (Paris), 1877, Texte intégral.

Titres, prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Docteur en médecine.
  • Docteur ès sciences.
  • Professeur de zoologie et d'anatomie comparée à la Faculté des sciences de Strasbourg.
  • Directeur du muséum d'histoire naturelle de Strasbourg.
  • Doyen de la Faculté des sciences de de l'Université de Strasbourg.
  • Chevalier de la Légion d'honneur.
  • Prix Portal (1851)[14]
  • Prix Alhumbert (1862).

Hommages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Atelerix algirus ou hérisson d'Algérie (Lereboullet, 1842)
  1. Cf. l'article Deuxième pandémie de choléra
  2. Biographie de Gabriel Tourdes par le Pr Gross sur le site La médecine à Nancy depuis 1872.
  3. Archives médicales de Strasbourg, dirigées par Lereboullet, Maugin, Ruef et Schützenberger, Deuxième année, tome troisième, Derivaux (Strasbourg) - Germer-Baillière (Paris), 1836.
  4. (fr) (1868) - « Liste des membres composant la Société des sciences naturelles de Strasbourg, inscrits suivant l'ordre alphabétique », Bulletin de la Société des sciences naturelles de Strasbourg 1re année - tome I, Société des sciences naturelles de Strasbourg, Strasbourg, p. 2-8
  5. La chaire d'histoire naturelle est scindée en deux : chaire de "géologie et botanique" confiée à Gabriel Auguste Daubrée et chaire de zoologie et physiologie animale.
  6. (de) Dhom G. :Geschichte Der Histopathologie, Springer (Berlin) , 2001, p. 21-22 Extraits
  7. Grignon G. :L'école morphologique de Nancy, in: Histoire des Sciences médicales, t. 34, n°2, 2000, p. 157-161
  8. Biographie de Charles Morel’’ par le Etienne Legait sur le site La médecine à Nancy depuis 1872
  9. Dr. Léon Lereboullet , Br Med J. 1914 December 26; 2(2817): 1123. PMC2300198
  10. Léon Lereboullet, qui fut professeur agrégé à l'École de médecine du Val de Grâce et rédacteur de la "Gazette hebdomadaire de la médecine. Notice sudoc.
  11. Les nouveaux agrégés : Dr Pierre Lereboullet in: Paris Médical: la semaine du clinicien, 1913, n° 12, partie paramédicale, p. 39-41.
  12. Pierre Lereboullet qui fut professeur à la Faculté de médecine de Paris .Notice Sudoc.
  13. Ce mémoire lui vaut la visite et les félicitations du grand physiologiste Johannes Peter Müller (selon Herrgott)
  14. Archives générales de médecine, vol. 43, t. 28, Labé (Paris), 1852, p.113, p. 236.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hergott, François Joseph: Notice sur le docteur Lereboullet, Silbermann (Strasbourg), 1866, Disponible au téléchargementsur le site de la BIUM. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Lereboullet (Dominique-Auguste) par E. Beaugrand, in: Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, [publ. sous la] dir. de M. A. Dechambre . - série 2, tome 2, LAR - LOC, G. Masson : P. Asselin, 1864-1889, p. 197-198, Texte intégral.
  • Vetter Théodore : Auguste Lereboullet (1804-1865) et les débuts de l'enseignement histologique en France, in: Journal de Médecine de Strasbourg, no 15, p. 287-292, p. 367-369, 1984.
  • Héran J. :Histoire de la médecine à Strasbourg; les grands anniversaires : la mort de Jean Hermann ; la mort de Lereboullet..., in: Journal de médecine de Strasbourg, no 8, vol. 21, p..., 1990.
  • Jean-Marie Le Minor: Les sciences morphologiques médicales à Strasbourg du XVe au XXe siècle, Presses universitaires de Strasbourg (Strasbourg), 2002, 536 p.
  • Georges Livet, Francis Rapp : Histoire de Strasbourg des origines à nos jours: Strasbourg de 1815 à nos jours,XIXe et XX siècles, Éditions des Dernières nouvelles de Strasbourg (Strasbourg), 1981.
  • [Collectif] : L'Université de Strasbourg, XIIIe-XXe siècles, Bibliothèque nationale et universitaire (Strasbourg), 1988, 172 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]