Dominic Besner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dominic Besner

Description de cette image, également commentée ci-après

Dominic Besner dans son atelier, Montréal

Naissance 1965
North Lancaster, Ontario
Nationalité Canadienne
Activités Peinture
Autres activités Gravure
Formation Architecture, gravure

Œuvres réputées

La démesure des convoités, MORA, Hundred Words, Immortalis, Humani Ex Machina

Dominic Besner (1965) est un artiste canadien connu pour ses peintures colorées et texturées de personnages et d'animaux. Son art, considéré plus comme figuratif, a été présenté au pavillon du Canada (imaginé et conçu par le Cirque du Soleil) à l'exposition universelle de 2010 à Shanghai, en Chine. Il a exposé au Canada, aux États-Unis, au Mexique, au Maroc et en Chine.

Débuts[modifier | modifier le code]

Dominic est né et a grandi dans la communauté de North Lancaster en Ontario (Canada). Enfant imaginatif, il aimait à s'inventer des aventures, des mises en condition qui l'ont poussé à une réflexion sur la vie, la mort, l’abandon. Plein de convictions, il entame alors des études d'architecture, d'abord au Collège d'Ottawa en 1988 et à l'Université de Montréal en 1992. Il trouvera en l’architecture, la coloration et la construction des lignes, manifestes dans ses peintures aujourd'hui. Son diplôme obtenu, il travailla dans différents cabinets d'architecture de Montréal mais le manque de liberté lié au métier l’incita à s’éloigner de la profession pour se tourner vers un monde plus libre et indépendant : la peinture. « Il s'est aperçu qu'entre la vision créative des projets architecturaux et leur réalisation matérielle, il existait un long et tortueux processus de collaboration et de compromis »[1]. C'est pendant ses études d'architecture qu'il trouva un vrai plaisir pour le dessin qui lui permet aujourd'hui de donner vie aux images de son imagination[2].

Démarche artistique[modifier | modifier le code]

Fasciné par la vie nocturne de Montréal, Besner peint des artistes et des acteurs de la rue. En 1996, les visages blancs et les costumes texturés sont apparus comme sa signature. Comparés aux images par Edvard Munch et Gustav Klimt[3], et aux personnages d'Otto Dix[4], ceux de Besner émergent simultanément et se fondent dans l'arrière-plan. Ses premiers tableaux mettaient en scène des individus festifs, colorés rappelant les scènes et les tenues des personnages de la Comedia dell’arte. Le masque, élément essentiel des personnages fut d’abord un objet de dissimulation, « tout le monde se cache derrière un masque, personne ne révèle jamais sa vraie nature ». Puis le masque est tombé révélant une inexorable vérité : la fragilité humaine. Face à ses portraits, « l'audience expérimente le drame psychologique de la condition humaine .»[5] Si certains y voit la déchéance, d'autres y perçoivent au contraire la vie[6]. Besner aime à dire qu'il apprécie l'ambiguïté, « il se plaît à évoquer un thème grave avec une palette étincelante, une surcharge décorative et un style fantaisiste. De cette façon, ses compositions élégantes et pleines d'arabesque renforcent cette idée d'apparence et de faux-semblant »[7]. Devant ses « précieuses », le spectateur est souvent happé par leur regard pénétrant, défiant, méfiant[8]. Les yeux sont le point de commencement du travail de l'artiste. « Ils constituent ma source initiale d'inspiration… J'entame le tableau en esquissant le regard pour ensuite développer tout autour. Ce sont ces regards qui dictent la moindre composante de mes peintures ». Pour d'autres, le regard altier de ses personnages questionne mais ne juge pas, leur expression est plus que le reflet d’une personnalité, elle est un reflet du monde actuel et peut appartenir à chacun de nous[6].

Le style artistique s'explique par sa formation d'architecte et la fusion de l'espace intérieur et extérieur comme l’a fait l’architecte Aldo Rossi. Par ses créations de lignes qui se chevauchent, faites à l'acrylique, à l'huile, aux pastels à l'huile et aux bâtons à l'huile, il dynamise des aristocrates, des chevaux, des taureaux, ou des paysages urbains. Robert Bernier parle de « la formidable capacité à renouveler l'expression artistique contemporaine tout en restant profondément ancré dans la transition artistique de Besner... »[9]. Même s'il est éloigné de l'architecture, l'utilisation d'éléments de construction lui permettent d'une certaine façon de reconstruire des bâtiments et ce même à travers les corps. « On voudrait déchiffrer dans les lignes de ce corps architectural comment il est arrivé là. La tête, les épaules, les seins, ventre, fesses sont des dômes, des maisons, un cheval, une échelle, le plan d'une tour, un carrosse, peut-être une ville avec son bestiaire de roues, de parapluies, ombrelles, éventails, ses murs de résille, ses espaces chiffrés, ses tréteaux: un cirque obstinément ouvert. »[10] Les titres qu'il donne à ses toiles sont également significatifs de son bagage architectural (mascarons, tourelle, rosace)[5].

Mensi & Rioux[modifier | modifier le code]

En 1996 Dominic Besner rencontre Michael Mensi de l'agence international Mensi & Rioux. Sous sa direction, Besner expose à la galerie MX de Montréal puis dans des galeries au Canada (Toronto, Calgary, Québec, Baie-Saint-Paul) et aux États-Unis (Fort Lauderdale). Il a également présenté des œuvres au Maroc[11] et en Chine (Immortalis, l'Exposition Universelle de Shanghai).

Expositions importantes[modifier | modifier le code]

La relève à l'aube du XXIè siècle fut la première exposition en musée de Dominic Besner. Il y présenta ses œuvres au musée Pierre-Boucher à Trois-Rivières (Canada).

En 1999, il exposa à l'Artrageous Gallery de New York et à la galerie Drabinsky à Toronto.

En mars 2002, D. Besner a pris part à l'exposition Le cri des lunes à la Galerie Estampe Plus à Québec.

En novembre 2003, il a participé à l'exposition de groupe Voilà Québec en Mexico ! au Musée de Las Artes de l'Université de Guadalajara au Mexique. L’œuvre sélectionnée fut Petit docte du cirque-papier. L'exposition collective dura deux mois et fut organisée par Loto-Québec. En 2003-2004, il exposa à la Galerie du Dauphin à Honfleur en France.

Petit docte du cirque-papier, œuvre sélectionnée pour l'exposition collective Voilà Québec en Mexico ! organisée par Loto-Québec, 2003

Après une rencontre avec Guy Caron, fondateur et ancien directeur artistique du Cirque du Soleil, Dominic Besner est invité en 2004 à exposer au siège de la compagnie. Pour La Xè Cité révolue, nom de l'exposition, Besner a crée 20 peintures grand format et trois maquettes.

La mécanique des villes, siège du cirque du Soleil, Montréal (Canada), 2006

Toujours au siège, il peint en 2006 une fresque intitulée La mécanique des villes de 94 pieds de longueur composée de 4 éléments de 20 pieds chacun peints avec des tonalités franches et pures entre lesquels se greffent des vitraux qui constituent des pauses[12]. Le titre est dû à son emplacement dans le corridor, adjacent à l'atelier de créations, lieu d'idées, de déplacements, de changements, un peu comme dans une usine. Selon Besner, ce lieu évoque la ville, organe vivant, à la foi cœur et poumon... "Je voulais que les vitraux donnent l’impression d’être en pleine lumière du jour. Il n’y a pas de fenêtre à cet endroit mais une fois terminé, cela donne vraiment l’impression d’un plein jour." Pierre Bundock et François Arsenault y consacreront un documentaire en 2007, co-produit entre le Cirque du Soleil et l'agence Mensi & Rioux.

En janvier 2007, Besner collabora avec les couturiers marocains Mohamed Lakhdar, Albert Oiknine et Karim Tassi pour l'exposition Au fil des Arts qui se déroula au musée La Villa des Arts à Casablanca. Cette exposition mit en lumière la collaboration possible entre créateurs de mode et artistes afin de présenter l'habit comme un support d'expression artistique à part entière. Les couturiers se sont basés sur les derniers tableaux de Besner pour créer des caftans. Cette manifestation a montrer également la relation qui a toujours existé entre la peinture et la couture[13], le couturier Yves-Saint-Laurent avait crée dans les années 1960 la Robe Mondrian (robe courte et droite inspirée des œuvres abstraites du peintre Piet Mondrian) ou Dalí était intervenu sur des robes surréalistes.

Après Casablanca, l'exposition s'est poursuivie à Rabat en juin puis a été présentée au Canada, à Montréal tout d'abord, en novembre 2007 à la galerie MX, puis à Toronto et Calgary en septembre et novembre 2008 à la galerie Thompson Landry. Pour ce deuxième lancement, d'autres stylistes ont pris part à l'évènement (Yso, Denis Gagnon, Yves Jean Lacasse, Antonio Ortega, Rush Couture et Andy Thê-Ahn) afin de concevoir des habits haut en couleurs toujours influencés par l'art coloré de Dominic Besner.

Au fil de l'Art, Thompson Landry Gallery, Toronto (Canada), 2008

Les perceptions visuelles et olfactives de son séjour au Maroc - et le sentiment que ce pays correspond bien à sa peinture et à son univers métaphorique[14] - ont été le point de départ de sa série intitulée Le Banquet de Nacarat, des œuvres exotiques sur le thème qui s'inspirait de la fête, jointes à un écrit de l'artiste : Le temps du Jasmin. Cette exposition fut visible à la galerie Cadre Venise à Casablanca qui célébrait ses 60 ans d'existence.

En mars 2007, Dominic Besner est invité à réaliser une œuvre représentant le spectacle LOVE des Beatles du Cirque du Soleil à Las Vegas. Le tableau LOVE (Longue Ovation des Vanesses Éployées) est la représentation des 4 membres du groupe juxtaposés et superposés entre eux et évoquant « le chapiteau des rêves colorés ».

L(ongue) O(vation) des V(anesses) É(ployées), œuvre pour le spectacle LOVE des Beatles du Cirque du Soleil, Las Vegas, 2007
Le Banquet de Nacarat, Casablanca (Maroc), 2007

En septembre 2007, Dominic Besner expose au musée Vaudreuil-Soulanges (Canada) pour La nuit des cités. Il présentera des toiles ainsi que trois maquettes architecturales et des vitraux monochromes dont il aime la malléabilité. Le vitrail et la peinture ont moins en commun la couleur que la ligne. Cette dernière est une dominante importante dans le travail de l'artiste qui est selon Chantal Séguin « un maître de la ligne et de la couleur[15] ». Elle est omniprésente que ce soit en peinture, en vitrail ou en gravure, elle lui permet de construire autrement et de reconstruire des scènes qui avaient disparu en peinture.La nuit des cités est la narration de trois cités dans lesquelles l'artiste se promène simultanément : une lumineuse, une couverte et une souterraine mais elle fut aussi un prétexte pour commencer à développer l'écriture.

Vitraux et peintures de l'exposition La Nuit des Cités, Musée Vaudreuil-Soulanges, Canada, 2007

C'est à partir de 2009 que Besner commence à exposer régulièrement à la galerie V-Trimont à Montréal. Elle sera la première galerie d'art à lui consacrer une salle permanente[16]. La même année il sera à l'exposition La voyageuse du temps à la Galerie Iris à Baie-Saint-Paul (Canada).

En mai 2010 Dominic Besner expose deux œuvres au pavillon du Canada (imaginé et conçu par le Cirque du Soleil) lors de l'Expo 2010 de Shanghai. Puis en septembre il participe à la Western China International Art Biennale à Yinchuan et en octobre il expose en groupe à la galerie Saatchi de Londres.

L'aisance de la grande strassedam notoire, œuvre présente dans le pavillon du Canada lors de l'Exposition Universelle de Shanghai en 2010

En juin 2012, Dominic Besner expose trois œuvres au Maroc lors de la première Biennale Internationale de Casablanca[17]

À la fin de l'année 2012, il expose The light Side of the Moon à Fort Lauderdale aux États-Unis.

Expositions-évènements[modifier | modifier le code]

La démesure des convoités

En novembre 2004, Dominic Besner fut le premier artiste en arts visuels à exposer au Centre CDP avec La démesure des convoités. Organisé par Christian Verronneau, directeur artistique, l'évènement attira plus de 2 000 personnes. L'exposition fut à l'image de son titre : démesurée. L'opulence du buffet, la taille des portiers (8 pieds/2,40 m) ou celle des cartons d'invitation donnèrent d'entrée le ton de la soirée. La scénographie imaginée privilégia l'espace vertical pour mettre en valeur les tableaux de l'artiste, plus grands que nature représentant « des visages d'hommes et de bêtes, des animaux, des femmes et même la ville, mère productrice de ces personnages haut en couleur »[18], en les suspendant au-dessus des invités (à plus de 80 pieds/25 mètres), ceux-ci étant encouragés à les regarder via des télescopes. Certaines toiles furent accrochées dans un autre bâtiment, observables depuis le centre de l'exposition, donnant ainsi l'idée que l'exposition s'organise et se voit ailleurs. « Son approche de l’œuvre est celle d'un architecte pictural : ses figures sont monumentales, elles sont tridimensionnelles. »[19] L'artiste lui-même apparaîtra sur une estrade mobile, saluant la foule tout en la scrutant avec une paire de jumelles. Mais la démesure est aussi dans « le caractère métaphorique du traitement des personnages. Besner ne cherche pas à reproduire un monde réel, ses visages dépassent le figuratif pour suggérer la juxtaposition de plusieurs plans imaginaires, lesquels sont des parties intégrantes du personnage représenté, même lorsque celui-ci n’a qu’un visage pour parler. »[20]

Exposition-évènement La démesure des convoités, CDP, Montréal, 2004

Hundred Words

Les expositions Hundred Words for China Hundred Words made for China est une fois de plus l'association écriture-peinture. L'artiste présenta à la galerie MX (Hundred Words made for China) en simultané avec la Galerie Can Art de Pékin (Hundred Words for China), 30 tableaux "cyclopéens"[18] nés de 100 mots (qu'il traduira par "sans mot") pour « explorer les harmonies/dissonances de la langue et des images »[18]. En cent mots, il conte son monde coloré et formel.

MORA

C'est en 2007-2008 que Dominic Besner a commencé à écrire MORA. C'est à ce moment que la peinture et l'écriture sont devenues complémentaires, l'écriture était ce besoin de combler ce que la peinture ne pouvait expliquer. L'artiste dit jouer plus le rôle d'un guide que d'un auteur et invite les spectateurs à découvrir le monde imaginaire qui l'inspire et à explorer sa folie[21]. Il résume son conte urbain comme une dualité entre l'homme et la bête, une recherche en 35 toiles[22]. "L'homme habite la cité, la bête les territoires inhabités et ils cherchent tous deux la même chose : l'immortalité". « C’est touffu, parfois lourd, mais toujours juste, côté peinture »[23]

Personnage de l'exposition-évènement MORA, Manège Militaire de Montréal, 2011 (Canada)

En novembre 2011, Mensi & Rioux produit le spectacle MORA, titre de son conte urbain[24], conçu par Guy Caron. Le souhait était de "faire renaître l’art événementiel qui entoure le lancement d’une exposition – tel qu’on le fait encore pour un film"[25]. La manifestation fut dirigée par Danielle de Bellefeuille (Fondation de la mode, Grands Ballets Canadiens) assistée par des étudiants du Collège LaSalle.

Le spectacle, qui s'est déroulé à l'armurerie Côte-des-Neiges à Montréal, a mis en scène une équipe de 250 personnes et où le millier d'invités pouvaient voir les peintures se matérialiser devant leurs yeux[26].

« Mora (à la fois la femme, la mère et la mort) a été crée en 2010-2011 autour du conte urbain incantatoire du même titre écrit par D. Besner. L'exposition comptait 36 œuvres monumentales de l'artiste-peintre et l'évènement rassemblait des interprètes de marque de plusieurs disciplines qui, à leur façon singulière, incarnaient les différentes facettes du conte. Y étaient représentés le chant et la musique, la danse, la gymnastique, l'art martial et la vidéo. Artistes et invités étaient conviés à l'univers onirique de Besner et participaient de l'enchantement qui déferlait sur la foule telle une vague démultipliée.[18]»

Immortalis

Le conte Immortalis est une extension de MORA mais indépendante. On y retrouve le même personnage de Mortalia, impératrice de Gaur et de son peuple d'immortels, les Immortalis, qui furent menacés par les forces des ténèbres. L'exposition a été présentée en 2013 au musée de Suzhou en Chine puis à la galerie MX à Montréal.

Humani Ex Machina

En 2013, l'exposition Humani Ex Machina à la galerie Thompson Landry de Toronto réunit 25 nouvelles œuvres de l'artiste qui « courtisent l’étrange machine quotidienne que nous sommes, complexe et singulière ». Pour cette nouvelle série, l'artiste a étendu sa palette de couleurs pour se concentrer sur des teintes plus lumineuses pour « illustrer l'esprit de ses personnages et ses perceptions fantastiques du monde et de l'humanité »[27].


Expositions et évènements particuliers[modifier | modifier le code]

Expositions individuelles[modifier | modifier le code]

  • 2013 - Humani Ex Machina, Galerie Thompson Landry, Toronto (Canada)
  • 2013 - Immortalis, Avant-Première, Galerie MX, Montréal (Canada)
  • 2012 - The Ligt Side of the Moon, Las Olas Fine Arts, Fort Lauderdale, Floride (États-Unis)
  • 2011 - MORA, Galerie MX, Montréal (Canada)
  • 2010 - Hundred Words for China, Galerie Can Art, Pékin (Chine)
  • 2010 - Hundred words - MADE FOR CHINA, Galerie MX, Montréal (Canada)
  • 2009 - La voyageuse du temps, Galerie Iris, Baie-St-Paul (Canada)
  • 2008 - Au Fil de l'Art, poursuite de l'exposition itinérante internationale, Galerie Thompson Landry, Calgary, Alberta (Canada)
  • 2008 - Au Fil de l'Art, Galerie Thompson Landry, Dominic Besner accompagné des confections des designers du Maroc, du Québec et de l'Ontario (Toronto) (Canada)
  • 2007 - Au Fil de l'Art, Galerie MX, Dominic Besner accompagné des confections Haute-couture de six designers québécois (Yso, Denis Gagnon, Yves Jean Lacasse, Antonio Ortega, Rush Couture, Andy Thê-Ahn), Montréal (Canada)
  • 2007 - Le Banquet de Nacarat, Galerie Venise Cadre, Casablanca (Maroc)
  • 2004 - La démesure des convoités, Centre CDP Capital, Montréal (Canada)
  • 2004 - La Xè cité révolue, Siège social du Cirque du Soleil, Montréal (Canada)
  • 2002 - Le cri des lunes, Galerie Estampe Plus, Québec (Canada)

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • 2012 - Présentation de l’œuvre Éphé pour la Biennale de Casablanca (Maroc)
  • 2010 - Art of Giving, Saatchi Gallery invité par One Drop Foundation, Londres (Royaume-Uni)
  • 2010 - Western China International Art Biennale, Yinchuan (Chine)
  • 2006 - Strawberries-Champagne, Las Olas Fine Art, Fort Lauderdale, Floride (États-Unis)
  • 2003 - Galerie du Dauphin, Honfleur (France)
  • 1999 - Artrageous Gallery, New York (États-Unis) et Galerie Dabrinsky, Toronto, Ontario (Canada)

Expositions avec jury / Expositions en musées[modifier | modifier le code]

  • 2013 - Immortalis, Suzhu Museum, Suzhu (Chine)
  • 2009 - Exposition La collection selon..., Espace création de Loto-Québec. Œuvre sélectionnée par Andrée Lachapelle et André Melançon Petit docte du cirque de papier, technique mixte sur toile, 2002, 61 × 61 cm
  • 2007 - Exposition La nuit des cités, Musée Vaudreuil-Soulanges, présentation de maquettes architecturales, vitraux et œuvres sur toiles. Première composition littéraire de D. Besner (Canada)
  • 2007 - Exposition itinérante Au Fil de l'Art présentée par la Fondation ONA et R.A.R.E, Musée La Villa des Arts de Casablanca (Maroc)
  • 2007 - Exposition Histoire de passion, Espace création de Loto-Québec, Louis Pelletier, conservateur. Œuvre sélectionnée Petit docte du cirque de papier, média mixte, 2002, 61 x 61 cm
  • 2007 - Exposition Au Fil de l'Art, Musée La Villa des Arts de Rabat, peintures de Besner accompagnées des caftans de trois stylistes marocains : Karim Tassi, Albert Oiknine et Mohamed Lakhdar (Maroc)
  • 2003 - Exposition collective organisée par Loto-Québec Voilà Québec en México ! Musée de Las Artes de l'Université de Guadalajara. Œuvre sélectionnée Petit docte du cirque de papier, technique mixte sur toile, 2002, 61 x 61 cm (Mexique)
  • 2000 - Exposition La relève à l'aube du XXIè siècle, Musée Pierre-Boucher, Trois-Rivières (Canada)

Évènements particuliers[modifier | modifier le code]

  • 2013 - Reproduction de l’œuvre Me tangere de D. Besner sur une Porsche conceptualisée par Yves Thibault, Montréal (Canada)
  • 2012 - Résidence d'artiste au Centre d'Art Contemporain d'Essaouira (Maroc)
  • 2012 - Résidence d'artiste au Maroc
    Suspendues au cadre de la nuit, pièce de théâtre sur le monde de D. Besner par les comédiennes Jérémie Boudreault et Roxane Chamberland, Mont-Saint-Hilaire, 2003
  • 2011 - Exposition-évènement MORA. Performances multidisciplinaires inspirées du conte urbain écrit par D. Besner, Manège Militaire de Montréal, Montréal (Canada)
  • 2010 - Présentation de l’œuvre L'aisance de la grande strassedam notoire de la collection du Cirque du Soleil à l'Exposition Universelle de Shanghai, 2010
  • 2007 - Dévoilement de l’œuvre LOVE représentant le spectacle LOVE des The Beatles du Cirque du Soleil à Las Vegas (États-Unis). Collection privée de M. Neil Aspinall
  • 2006 - Dévoilement de l’œuvre La mécanique des villes au siège social du Cirque du Soleil, Montréal (Canada)
  • 2004 - Évènement La démesure des convoités, Centre CDP Capital, Montréal (Canada)
  • 2003 - Création multidisciplinaire, Pièce de théâtre sur le monde de Besner Suspendues au cadre de la nuit, Arts Station, Mont Saint-Hilaire (Canada)
  • 2003 - Dévoilement des œuvres intégrées au Borgata Casino Hotel and Spa, Atlantic City (États-Unis)
  • 2002 - Première de l'émission Tablo, Musée des beaux-arts de Montréal, production Artv, Montréal (Canada)
  • 2002 - Foire internationale de Toronto (Canada)
    Reproduction de l’œuvre Me tangere sur une Porsche conceptualisée par Yves Thibault, Montréal, 2013

Publications[modifier | modifier le code]

  • BESNER, Dominic, Humani Ex Machina, 2013, 72p
  • BESNER, Dominic, Immortalis, 2013, 72p
  • BESNER, Dominic, Mora, un conte urbain, 2011, 98p
  • BESNER, Dominic, Orien Express, des nouvelles de la cité d'Euclide, Édition Mensi & Rioux, 2011, 39p
  • BESNER, Dominic, Hundred Words, Édition Mensi & Rioux, 2010, 72p
  • WESTERN CHINA INTERNATIONAL ART BIENNAL, Western China International Art Biennal Special, Culture and Art Publishing House, Yinchuan, 2010, 116p
  • GALERIE VENISE CADRE, Le Banquet de Nacarat, Maroc, 2007, 32p
  • MUSÉE RÉGIONAL VAUDREUIL-SOULANGES, La nuit des cités « œuvres récentes », 2007, 40p
  • ONA FOUNDATION, Au Fil de l'Art, « Exposition de Dominic Besner avec M. Lakhdar, A. Oiknine, K. Tassi », Casablanca, First Class Event, 2007, 44p
  • BOUCHARD, Jean-Baptiste et Élise TREMBLAY, Galerie d'Art Iris, Quand on aime, on a toujours vingt ans, Baie-Saint-Paul, Édition Gestion KOPPA Ltéé, 2007, p. 40-41
  • BESNER, Dominic, La démesure des convoités. Dominic Besner (2000-2004), Montréal, Édition Mensi & Rioux, 2004, 161p
  • BERNIER, Robert, La peinture au Québec depuis les années 1960, Montréal, Les Éditions de l'Homme, 2002, p. 220-221
  • BESNER, Dominic, Dominic Besner (1993-2000), Montréal, Édition Mensi & Rioux, 2000, 128p

Articles et vidéo[modifier | modifier le code]

  • Khadija CHATAR, Dominic Besner, peintre du démesuré, L'Express, no 38, 23 septembre 2008
  • Robert BERNIER, L'urbanité des convoités, Parcours Art et art de vivre, vol.14, no 02, printemps-été 2009, p. 26-27
  • Dennis TRUDEAU et Geneviève ROYER, Dominic Besner présente une exposition intitulée La démesure des convoités à l'édifice de la CDP à Montréal, Canada Now, entrevue télé pour CVC News, CBMT, 12 novembre 2004, 2 min 20,
  • Pascale NADEAU et Paul TOUTAN, Dominic Besner présente une exposition intitulée La démesure des convoités à l'édifice de la CDP à Montréal, Le téléjournal, Montréal ce soir, CBFT Radio-Canada, 12 novembre 2001, 1 min 49,
  • Michel DÉSAUTELS et Marie-Christine TROTTIER, « L'artiste Dominic Besner expose ses œuvres sur le parquet de la CDP du Québec à Montréal », Désautels, entrevue radio CBF Radio-Canada, 8 novembre 2004, 5min 23.
  • Simon DALLAIRE, Le rêve, Tablo, émission télé présentée par Artv, 18 janvier 2003, 7 min 9,
  • Pierre BUNDOCK et François ARSENEAULT, Dominic Besner, La mécanique des villes, Les productions Cirque du Soleil. Court métrage produit par le Cirque du Soleil et Mensi & Rioux, Montréal, 20 avril 2007, 20min.
  • Robert BERNIER, Dominic Besner, Mora, un conte urbain, Parcours art et art de vivre, vol.16, n°01, août 2011
  • Claire CROMBEZ, Dominic Besner, Decover magazine, avril 2011, p.6-8
  • Robert BERNIER, Dominic Besner Au fil de l'Art, Parcours Art et Art de Vivre, automne 2007, vol.13, n°2, p.4-18 (en couverture)
  • Mouna IZDDINE, Dominic Besner en exposition, Maroc Hebdo, octobre 2007
  • Marie-Jacinthe ROBERGE, La nuit des cités au Musée régional de Vaudreuil-Soulanges, Pénétrer dans l'univers de Dominic Besner, L'Étoile, 19 septembre 2007
  • Le peintre canadien Dominic Besner tout en peinture et en mode, Dimanche Matin, Arts et culture, 26 mai 2007
  • Nour Eddine EL AISSI, Les caftans marocains flirtent avec la peinture canadienne, L'Économiste, 6 avril 2007
  • Mur Mitoyen, Mora à la Galerie MX, 2011
  • Chantal CÔTÉ, Le Cirque du soleil intègre une œuvre de l’artiste Dominic Besner à l’architecture de son siège social international, Site officiel du Cirque du Soleil – Salle de presse, 27 septembre 2006
  • Robert BERNIER, R.A.R.E, Libérer les trésors, Parcours, vol.12, n°2, été 2006, p.50
  • Robert BERNIER, « En réponse à l'article de Jérôme Delgado, "Propagande autour d'un artiste", paru dans la Presse du 16 novembre 2004 », Parcours, vol.10, n°4, hiver 2005, p.5
  • Jérôme DELGADO, Arts visuels. Propagande autour d'un artiste, La Presse, Arts et spectacles, 16 novembre 2004, p.6
  • Louise LABRECQUE, Dans la rue, La Presse, Actuel, 16 novembre 2004, p.3
  • Jacques LATULIPPE, Un succès démesuré pour Dominic Besner, Magazin’art, nº69, automne 2005
  • Paul VILLENEUVE, Dominic Besner. La démesure des convoités, Le Journal de Montréal, Week-end, arts visuels, 13 novembre 2004, p.94
  • Fabienne CABADO, Arts Visuels. La démesure des convoités - Dominic Besner, L'actualité médicale, Arts et spectacles, 27 octobre 2004, p.39
  • Robert BERNIER, Dominic Beser. Face à face, Parcours (Besner en couverture), vol.10, nº03, automne 2004, p.12-19

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Burnett, David, Dominic Besner 1993-2000, Mensi & Rioux, 2000, p. 12
  2. Burnett, David, Dominic Besner 1993-2000, Mensi & Rioux, 2000, p. 12, (ISBN 978-2-980-6724-0-8)
  3. Mills, Michael, Driven to Abstraction, Broward/Palm New Times, Sep. 27 2001. Web
  4. Maroc Hebdo International, no 760, du 28 septembre au 4 octobre 2007
  5. a et b Murray-Lachapelle, Rosemary, A Jungian Psychoanalytic Perspective on the Work of Dominic Besner
  6. a et b Claire CROMBEZ, Dominic Besner, Decover magazine, avril 2011
  7. Quinte, Dany, Dominic Besner 1993-2000, Mensi & Rioux, 2000
  8. Garon, Guy, La démesure des convoités, Dominic Besner 2000-2004, Mensi & Rioux, 2004
  9. Bernier, Robert. “Unbounded Access”, Parcours information des arts, automne 2004, p. 16.
  10. Cliche, Anne Élaine, Fêtes pour la fin des temps. Sur les tableaux de Dominic Besner, Voix et images, vol. 26, no 1 (76), 2000, p. 16-17
  11. Exposition [http://[http://www.fondationona.ma/fr/nos-activites/exposition-au-fil-de-lart « Au fil de l'Art »]
  12. Dominic Besner dans Parcours Art et Art de Vivre, Robert Bernier.
  13. Chorfi, Tania, commissaire de l'exposition Au fil de l'Art, dans le magazine L'Économiste, Les caftans marocaines flirtent avec la peinture canadienne, de Nour Eddine El Aissi, 6 avril 2007
  14. Robert BERNIER, Dominic Besner, Mora, un conte urbain, Parcours Art et Art de Vivre, vol.16,no 01
  15. Séguin, Chantal, Commissaire aux expositions en arts visuels, Musée régional de Vaudreuil-Soulanges
  16. Black. Heather. Westmount Independent, 15 septembre 2009, p. 23
  17. First Biennale Internationale Casablanca 2012. Web
  18. a, b, c et d Brabant, Diane, http://www.dominicbesner.com
  19. Branbant, Diane et Roy, Nathalie Anne, La démesure des convoités 2000-2004, Mensi & Rioux, 2004
  20. Brabant, Diane
  21. Usher, Debra, Mora An Urban Fairy Tale, Arabella, Spring Awakenings, 2012
  22. Florence MICHEL, Le Monde onirique de Dominic Besner, MIXTE Magazine, #03, Arts, 7 décembre 2011
  23. Robert BERNIER, Dominic Besner, Mora, un conte urbain, Parcours, Arts et art de vivre, vol 16, no 01, Numéro 73
  24. Bernier, Robert. Parcours Arts, vol.16 no.1, p. 40 Web.
  25. Michael Mensi, MIXTE Magazine Art de Vivre, n 3
  26. JEH, Dominic Besner : MORA - An Urban Fairy Tale, Art and Architecture Journal Press, 26 octobre 2011
  27. Artlistpro, Thompson Landry Gallery presents Humani ex Machina by Dominic Besner, 19 novembre 2013, Art PR Wire, http://www.artprweb.com

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Site officiel
  • Agence d'artistes Mensi & Rioux
  • Galerie MX
  • Galerie V-Trimont
  • Suzhu Museum
  • Musée des Beaux-Arts de Montréal