Domingo Badia y Leblich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Badia (homonymie).
Domingo Badia y Leblich

Domingo Badía y Leblich, né à Barcelone en 1767, entreprend des voyages d’exploration en Afrique et en Orient sous les noms d'Ali Bey el Abassi (1803-1807) puis d'El-Hadj Ali abou Othman (1817-1818). Il est surtout connu sous le nom d'Ali Bey el Abassi car c’est sous ce nom d’emprunt qu’il est un des premiers européens à avoir atteint La Mecque et que, revenu en Europe, il se fait appeler et publie le récit de son périple.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de don Pedro Badía y Castillo et doña Cathalina Leblich y Mestres, Domingo Badía y Leblich est né en 1767 à Barcelone. En 1778, sa famille s’installe en Andalousie. C’est à Vera de Granada qu’il poursuit ses études scolaires avant d’entrer, à l’âge de 16 ans, dans l’administration militaire.

Doté d’une grande culture, acquise essentiellement en autodidacte, et d’un caractère bien trempé, esprit téméraire et orgueilleux, il conçoit à 33 ans le projet de conquérir seul, au bénéfice de l’Espagne, le Maroc. Son plan reçoit l’aval du premier ministre espagnol, Manuel Godoy. Déguisé en musulman et sous le nom d’Ali Bey el Abassi, il se rend dans le royaume chérifien en 1803. Son travestissement leurre aussi bien le sultan, Moulay Sliman, avec lequel il noue des relations paradoxalement cordiales, que certains chefs de confréries religieuses et même la population, subjuguée par sa culture, notamment par ses prévisions astronomiques. Au moment où il estime, non sans illusions, que sa popularité au Maroc est telle qu'il est en mesure de renverser Moulay Sliman et de s’emparer du pouvoir, Ali Bey est contraint de renoncer à son projet à la demande des autorités espagnoles, revenues sur leurs intentions . Il décide alors d’entreprendre le « pèlerinage » de La Mecque.

Dans la ville sainte, qu’il est un des premiers voyageurs européens à visiter[1], la noble généalogie arabe qu’il s’est inventé (il se dit héritier de la prestigieuse dynastie califienne des Abbassides) lui permet d’être accueilli avec honneur. Il reçoit même le titre envié d’Hhaddem-beit-Allah-el-Haram (« serviteur de la maison de Dieu la défendue »)[2].

À son retour en Europe, alors que l’Espagne est tombée sous la coupe de Napoléon qui a placé sur le trône son frère Joseph Bonaparte, Domingo Badía se met au service des Français et occupe différentes fonctions au sein de l’administration joséphine (intendant de la province de Ségovie, préfet de Cordoue…). En 1808, lorsque l’armée espagnole, décidée à renverser le « roi intrus », met en échec les armées de Napoléon, Domingo Badía, considéré comme « afrancesado »[3], est contraint d’accompagner la retraite des Français. Il se rend à Paris et ne reviendra plus jamais dans son pays d’origine.

En 1814, le récit de son périple au Maroc et en Orient est publié à Paris sous son nom d'emprunt. Écrit en français, l'ouvrage est traduit en anglais, en allemand et en italien dès 1816 mais il ne le sera que vingt ans plus tard en espagnol. Dans ce livre, Ali Bey el Abassi décrit les différents pays qu’il a traversés et les diverses aventures qu’il a vécues, passant sous silence l’objectif politique initial de son expédition[4].

Après la chute de Napoléon, Domingo Badía sollicite et obtient de Louis XVIII le financement d’une mission d’exploration du continent africain depuis l’Abyssinie jusqu’au Sénégal, la traversée de l’Afrique devant être précédée d’un nouveau voyage à La Mecque[5]  : un périple qu’il a prévu d’accomplir en 3 ans, déguisé de nouveau en musulman mais cette fois-ci sous le nom d’Hadj Ali Abu Othman. Parvenu en Syrie, alors que, malade, ses forces physiques sont très amoindries, il décide malgré tout de poursuivre son voyage. Il meurt près de Balka, sur la route de Damas à La Mecque, le 1er septembre 1818.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Richard Burton dont on écrit parfois qu'il fut le premier explorateur à atteindre La Mecque ne visita la ville sainte qu'en 1853.
  2. Voyages d'Ali Bey...,1814, tome second, p. 318.
  3. Afrancesado (Francisé) : titre infamant attribué par les Espagnols à ceux de leurs compatriotes qui se sont trop ouvertement affichés aux côtés des Français lors de l’occupation de l’Espagne par les troupes napoléoniennes. Cf. le chapitre « Domingo Badía, afrancesado » (pp. 125-147) in Christian Feucher, Ali Bey. Un voyageur espagnol en terre d’islam.
  4. Sur la rédaction de l'ouvrage et les réactions suscitées à l'époque de sa publication, en France et dans les autres pays européens, cf. Christian Feucher, op. cit., pp. 149-161.
  5. Ordonnance royale du 20 décembre 1817.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Badía y Leblich (Domingo)], Voyages d’Ali Bey el Abbassi en Afrique et en Asie pendant les années 1803, 1804, 1805, 1806 et 1807, Paris, de l’imprimerie de P. Didot l’aîné, 1814, 4 tomes.
  • Alí Bei : un pelegrí català per terres de l'Islam: [catàleg]. [Compilació i coordinació dels articles: Alberto López]. Barcelone, Proa, 1996. ISBN 8482563092
  • Badia, Domènec, "Alí Bei". Viatges d'Alí Bei. Ed. completa amb tots els viatges, làmines i mapes realitzats pel mateix autor. Barcelone, Llibres de l'Índex, 2004. ISBN 8495317796
  • Castries (Comte Henry de), « La fin d’un roman d’aventures. Les dernières années d’Ali Bey El-Abbassi (1808-1818) » in Revue des deux mondes, tome 53, Paris, 1909, pp.160-181.
  • García de Herreros (Enrique), Quatre voyageurs espagnols à Alexandrie d’Égypte, Société archéologique d’Alexandrie, 1923, pp. 60-152.
  • Garcia (Anny), « De Domingo Badía y Leblich à Hadj-Ali-Abou-Othman » in Imprévue 1991-1, CERS, Montpellier, pp. 31-42.
  • Garcia-Wehbe (Anny), « Contribution à la biographie de Badía y Leblich alias Ali Bey » in Revue des langues romanes, tome LXXXI, 1974, pp. 221-228.
  • Feucher Christian, Ali Bey. Un voyageur espagnol en terre d’islam, L’Harmattan (collection « Historiques »), Paris, 2012, 237 pages. (ISBN 978-2-286-96732-8[à vérifier : isbn invalide]).


Sur les autres projets Wikimedia :