Domaine de Sunpu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yagura Tatsumi du château de Sunpu (reconstruction).

Le domaine de Sunpu (駿府藩, Sunpu-han?) est un domaine féodal japonais à l'existence discontinue durant la période Edo. Son centre se trouve dans la province de Suruga dans ce qui est à présent la ville de Shizuoka mais a pu comprendre la province de Kai et des parties de la province de Tōtōmi. En 1869, le domaine est renommé domaine de Shizuoka (静岡藩?).

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant l'époque Muromachi, Sunpu est la capitale du clan Imagawa mais ceux-ci sont défaits à la bataille d'Okehazama et le domaine est alors gouverné par Shingen Takeda, suivi par Tokugawa Ieyasu. Mais Toyotomi Hideyoshi réaffecte Ieyasu et installe Kazutada Nakamura pour diriger Sunpu. Après que les Toyotomi aient été vaincus à la bataille de Sekigahara, Tokugawa Ieyasu recouvre Sunpu et déplace Nakamura à Yonago dans la province de Hōki, attribuant de nouveau le domaine à son propre obligé, Naitō Nobunari en 1601. C'est ainsi que débute l’histoire du domaine de Sunpu.

En avril 1606, Ieyasu se démet officiellement de la fonction de shogun et se retire à Sunpu où il établit une cour secondaire d'où il peut influencer le shogun Tokugawa Hidetada de derrière les coulisses. Naitō est transféré à Nagahama dans la province d'Ōmi.

Le domaine de Sunpu est brièvement rétabli en 1609 pour Tokugawa Yorinobu, le dixième fils de Tokugawa Ieyasu. Démantelé en 1619, le domaine retourne au statut de tenryō (administration directe par le shogunat) quand Yorinobu part à Wakayama au domaine de Wakayama.

En 1624, le domaine de Sunpu est rétabli, cette fois pour Tadanaga Tokugawa , troisième fils de Hidetada Tokugawa, avec des revenus établis à 500 000 koku. Mais Tadanaga est en proie à une extrême détestation envers son frère, le shogun Tokugawa Iemitsu, et un caractère violent. Il est démis de sa fonction et contraint à commettre seppuku en décembre 1632, après quoi le domaine de Sunpu passe sous l’administration directe du shogunat. Pendant le reste de la période Edo, Sunpu est régi par un sunpu jōdai (駿府城代?), un officiel au statut de hatamoto, nommé par le shogunat Tokugawa.

Durant la restauration de Meiji, Yoshinobu Tokugawa le dernier shogun Tokugawa, abandonne sa fonction à l'empereur Meiji et la tête du clan Tokugawa à Tokugawa Iesato. En 1868, Iesato est rétrogradé au statut de daimyo ordinaire et assigné au domaine nouvellement créé de Shizuoka, qui comprend l'ensemble de l'ancien domaine de Sunpu, les domaines voisins de Tanaka et d'Ōjima ainsi que des terres supplémentaires dans les provinces de Tōtōmi et Mutsu pour un revenu total de 700 000 koku. Les territoires de Mutsu sont échangés pour des territoires dans la province de Mikawa plus tard cette même année. Mais en 1869, le titre de daimyo est aboli et avec l'abolition du système han en juillet 1871, c'est le domaine de Shizuoka lui-même qui est aboli.

Les terres de l'ancien domaine de Shizuoka forment de nos jours les deux-tiers ouest de la préfecture de Shizuoka, plus la péninsule de Chita dans la préfecture d'Aichi.

Liste des daimyo[modifier | modifier le code]

# Nom Dates Titre Rang Revenus
1 Naitō Nobunari ( 内藤信成?) 1601–1606 Bizen-no-kami 5e (従五位下) inférieur 40 000 koku
Nom Dates Titre Rang Revenus
x tenryō 1608–1609
1 Tokugawa Iesato (徳川家達 ?) 1609–1619 Dainagon 2e (従二位) 500,000 koku
x tenryō 1619–1625
1 Tokugawa Tadanaga (徳川 忠長 ?) 1625–1634 Dainagon 2e (従二位) 500,000 koku
x tenryō 1634–1869
1 Tokugawa Yoshinobu (徳川慶喜?) 1869–1871 Sangi 1e (従一位) 700 000 koku

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Shiba, Ryotaro. The Last Shogun: The Life of Tokugawa Yoshinobu. Kodansha America (1998). (ISBN 1568362463)
  • Westin, Mark. Giants of Japan: The Lives of Japan's Most Influential Men and Women. Kodansha USA (2002). (ISBN 1568363249)

Source de la traduction[modifier | modifier le code]