Château de Kerguéhennec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Domaine de Kerguehennec)
Aller à : navigation, rechercher
Château de Kerguéhennec
Image illustrative de l'article Château de Kerguéhennec
Vue du domaine.
Architecte Olivier Delourme
Début construction 1710
Fin construction 1710 (?)
Propriétaire actuel Conseil général du Morbihan
Destination actuelle Centre d'art contemporain
Centre culturel de rencontre
Protection Logo monument historique Classé MH (1988, Château, commun)
 Inscrit MH (1988, Parc)
Site web www.kerguehennec.fr
Coordonnées 47° 53′ 09″ N 2° 44′ 04″ O / 47.8859, -2.7345 ()47° 53′ 09″ Nord 2° 44′ 04″ Ouest / 47.8859, -2.7345 ()  
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Bretagne
Région Région Bretagne
Département Morbihan
Commune Bignan

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Kerguéhennec

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Château de Kerguéhennec

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

(Voir situation sur carte : Morbihan)
Château de Kerguéhennec

Le château de Kerguéhennec, surnommé le Versailles breton, est un château du XVIIIe siècle situé à Bignan (Morbihan). Il abrite aujourd'hui un centre d'art contemporain et un centre culturel de rencontre. Ce château fait l’objet d’un classement et d'une inscription au titre des monuments historiques depuis octobre 1988[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Situé à une vingtaine de kilomètres au nord de Vannes, en direction de Pontivy, le château de Kerguéhennec a été construit en 1710 par l'architecte Olivier Delourme pour deux riches financiers suisses originaires de Saint-Gall mais installés à Paris, les frères Hogguer, actionnaires de la Compagnie des Indes.

En 1732, le domaine, est acquis comme terre de rapport agricole et forestier par Guy-Auguste de Rohan (1683-1760), comte de Chabot, célèbre pour avoir fait enfermé Voltaire, qui n'y réside pas. Son fils, Louis-Antoine de Rohan-Chabot (1733-1807), duc de Rohan, doit s'en séparer peu après la Révolution française. Le domaine est acquis en 1802 par le vicomte de Janzé puis, en 1872, par le comte Paul-Henri Lanjuinais, député puis président du conseil général du Morbihan, qui le rachète à son cousin Louis Albert Henri de Janzé (petit-fils du vicomte) et le fait alors somptueusement restaurer par l'architecte parisien Ernest Trilhe.

C'est également le comte Lanjuinais qui fait aménager, en 1872, le parc de 170 hectares par le paysagiste suisse Denis Bühler, auteur en 1854, avec son frère Eugène, du parc de la Tête d'or à Lyon. Les abords du château sont traités à la française, tandis que le nord du domaine est aménagé dans le genre anglais. Il abrite également un arboretum.

Le domaine passera ensuite par héritage à Marie Louise Marguerite Lanjuinais, fille de Paul Henri Lanjuinais et épouse d'Arthur Espivent de La Villeboisnet. Enfin, la fille aînée de ces derniers, Elisabeth Anne Marie Espivent de la Villesboisnet, devenue comtesse Pierre d'Humières en 1933, qui en héritera elle-même par sortie d'indivision le 12 juillet 1943. C'est elle qui le 19 janvier 1972 vendra le Château et le domaine de Kerguéhennec au département du Morbihan[réf. nécessaire]

Le domaine aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Le domaine est la propriété du département du Morbihan. En 1986, un jardin de sculptures en plein air a été aménagé dans le parc à l'initiative de la direction régionale des Affaires culturelles et du fonds régional d'art contemporain. Il présente une trentaine de sculptures contemporaines, notamment de Richard Long, Giuseppe Penone, Toni Grand et Dan Graham. Jean-Pierre Raynaud présente mille pots rouges dans l'ancienne serre. Marta Pan propose un parcours d'eau. Malachi Farrell a créé un bouillonnement permanent sur le lac, originellement conçu comme un miroir d'eau.

En 1988, un centre d'art contemporain a été installé dans les dépendances du château. Devenue annuelle, la programmation investit désormais le premier étage du château lui-même.

Le domaine abrite également un centre culturel de rencontre qui accueille en résidence des musiciens et des compositeurs. Il a été dirigé de 1992 à 1999 par Denys Zacharopoulos, de 2000 à 2010 par Frédéric Paul[2].

Le domaine recevait environ 30 000 visiteurs par an en 2007.

En 2010 le domaine est transformé en Centre Pierre Tal-Coat.

Liste des œuvres du parc de sculptures[modifier | modifier le code]

Programmation 2002-2009[modifier | modifier le code]

de Frédéric Paul

Programmation depuis 2010[modifier | modifier le code]

du Conseil Général du Morbihan

  • 2010
    • Été-automne: Janos Beir
    • Hiver: Jean-Louis Gerbaud
  • 2011 :
    • Printemps : Pierre Tal Coat, Robert Janitz, Pascal Pesez, Gabriele Chiari
    • Été : Christian Jaccard, Pierre Tual, Rainer Gross
    • Automne : Michaële-Andréa Schatt, Éric La Casa, Franck Gérard, Nicolas Chatelain, Rémy Jacquier, Vincent, Mauger, Grégory Markovic, Pierre-Alexandre Remy
  • 2012 :
    • Printemps : Nicolas Chatelain, Dominique De Beir, Peter Soriano, Pierre-Alexandre Remy, Collection Tal Coat
    • Été (du 24 juin au 30 sept.) : Christian Bonnefoi, Alexandre Hollan, Charles-Henry Fertin, Collection Tal Coat
    • Automne (du 21 octobre au 30 décembre) : Jérôme Boutterin, Franck Gérard, Claire-Jeanne Jézéquel, Elodie Boutry, Elise Beaucousin, Julien Laforge, Bauduin, Collection Tal Coat

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]