Domaine Joly-De Lotbinière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Domaine Joly-De Lotbinière
Image illustrative de l'article Domaine Joly-De Lotbinière
Maison de Pointe-Platon
Géographie
Pays Drapeau du Canada Canada
Commune Sainte-Croix, Lotbinière
Gestion
Protection Lieu historique national (2003)
Site patrimonial classé (1999)
Immeuble patrimonial classé (1999, manoir)
Localisation
Coordonnées 46° 40′ 02″ N 71° 50′ 55″ O / 46.667194, -71.848694 ()46° 40′ 02″ Nord 71° 50′ 55″ Ouest / 46.667194, -71.848694 ()  

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Domaine Joly-De Lotbinière

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Domaine Joly-De Lotbinière

Le Domaine Joly-De Lotbinière est un parc-jardin de style pittoresque situé sur le bord du fleuve Saint-Laurent à la Pointe-Platon entre Sainte-Croix et Lotbinière au Québec. Aménagé au milieu du XIXe siècle par la famille Joly de Lotbinière, il est classé site historique et monument historique en 1999 et désigné lieu historique national du Canada en 2003. Le site comprend 11 bâtiments anciens et des aménagements paysagers historiques et actuels.

Historique[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Lotbinière, qui est située à l'ouest de la pointe, a été concédée à René-Louis Chartier de Lotbinière. Ce dernier, n'habitant pas la seigneurie décida de confier son administration à régisseur, méthode administrative qui se perpétua sur cinq génération jusqu'en 1821. À la mort de Michel-Eustache-Gaspard-Alain Chartier de Lotbinière, ses trois seigneuries, soit celles de Rigaud, de Vaudreuil et de Lotbinière ont été laissées en héritage à leurs trois filles. Ces dernières, qui étaient belles, cultivés, intelligentes et riches sont devenues rapidement la coqueluche des salons de Québec, où elles ont obtenu le surnom des « trois Grâces » ou des « trois cannelles » ce dernier provenant du prix de cette épice à l'époque. Julie-Christine fit la rencontre de Pierre-Gustave Joly, un homme d'affaire français né en Suisse, lors de l'un de ses salons en 1827. Elle l’épouse l'année suivante. Suivant le conseil de sa mère, elle conserve la seigneurie en séparation de bien, mais cède la gérance à son mari[1].

Choix et construction du domaine[modifier | modifier le code]

Après un séjour de deux ans à Épernay, en France, Pierre-Gustave Joly rentre au Bas-Canada pour s’acquitter de son rôle de seigneur. Il remarque dès ses premières visites dans la seigneurie le site de la pointe Platon, qu'il trouve « d'une rare beauté ». Cependant, cette dernière est située dans la seigneurie voisine de Sainte-Croix. Il négocie de nombreuses années avec le censitaire de la pointe. Il réussit à acheter la terre en 1846. Il fait construire la même année un quai et une résidence où loge le gardien de ce dernier[2].

Cadran solaire dans les jardins

Ce dernier fait bâtir en 1851 une résidence d'été de deux étages, qui nomme Maple House, selon les principe esthétique du mouvement pittoresque. La maison des serviteurs a été ajoutée en 1852. La remise à voiture, le poulailler, et le laboratoire ont été construits dans les années suivantes. Cette dernière bâtisse servit aux nombreuses intérêts de Pierre-Gustave, sur le mouvement des planètes, les marées, les minéraux, les pierres précieuses et les métaux, ainsi que les découvertes technologiques. Il y entreprit aussi des expériences scientifiques en chimie[3].

Dans le but de mettre fin à l'une des dernières seigneuries du régime seigneurial, le gouvernement du Québec exproprie à la seigneurie de Lotbinière et le domaine à Edmond Joly de Lotbinière en 1967. Le domaine entre les mains de plusieurs ministère et il est ouvert au publique à partir de 1984. En 1998, il est cédé à la fondation du Domaine Joly-De Lotbinière[4]. Le domaine et le manoir ont été classés simultanément site patrimonial et immeuble patrimonial le 3 juin 1999[5],[6]. Le domaine a été désigné lieu historique national du Canada, le 30 juin 2003[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Leclerc 2002, p. 12
  2. Leclerc 2002, p. 14-15
  3. Leclerc 2002, p. 16
  4. Leclerc 2002, p. 28
  5. « Manoir Joly-De Lotbinière », sur Répertoire du patrimoine culturel du Québec (consulté en 14 août 2011)
  6. « Domaine Joly-De Lotbinière », sur Répertoire du patrimoine culturel du Québec (consulté en 14 août 2011)
  7. « Lieu historique national du Canada du Domaine-Joly-de-Lotbinière », sur Lieux patrimoniaux du Canada (consulté en 14 août 2011)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hélène Leclerc (photogr. Louise Tanguay), Domaine Joly-De Lotbinière, Éditions Fides, coll. « Les Guides des jardins du Québec »,‎ 2002, 96 p. (ISBN 2-7621-2355-0)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :