Dolmen (mini-série)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dolmen (homonymie).

Dolmen

alt=Description de l'image Le Conquet (Kermorvan Lighthouse).jpg.
Titre original Dolmen
Genre Saga de l'été
Création Nicole Jamet
Marie-Anne Le Pezennec
Pays d'origine Drapeau de la France France
Chaîne d'origine TF1
RTL-TVI
TSR
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 6
Durée + de 90 minutes
Diff. originale 13 juin 200518 juillet 2005

Dolmen est un feuilleton télévisé français en six épisodes de 90 minutes, écrit par Nicole Jamet et Marie-Anne Le Pezennec et diffusé entre le 13 juin et le 13 juillet 2005 sur RTL-TVi, en Belgique, et sur TSR en Suisse. En France, la mini-série a été diffusée entre le 13 juin et le 18 juillet 2005 sur TF1.

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'histoire se déroule à Ty Kern, une île fictive de Bretagne[1]. Marie, une jeune policière, revient sur son île natale afin d'épouser celui qu'elle aime depuis son enfance, Christian Bréhat. Sur Ty Kern, quatre familles sont liées par des rivalités et des secrets anciens : les Kersaint, les Le Bihan, les Pérec et les Kermeur.

La veille des noces de Marie et de Christian, d'étranges évènements se produisent, à commencer par un cadavre de mouette retrouvé ensanglanté dans le voile de mariée de Marie. Depuis son retour sur l'île, la jeune femme est assaillie durant ses nuits par un cauchemar sanglant qu'elle n'avait pas fait depuis son enfance et qui refait étrangement surface. Son frère Gildas est retrouvé mort au bas d'une falaise, et le sang de ce dernier se met à couler d'un des menhirs.

Le corps de Gildas porte sur lui un message en breton, qui mentionnerait Marie et qui la placerait au cœur du mystère ("Pour Marie, le Très-Haut jugera et du cœur de pierre le sang coulera"). Aidée par un inspecteur du continent, Lucas Fersen, Marie décide de tirer au clair ce phénomène tandis qu'une série de meurtres commence et que le dolmen continue de saigner du sang des victimes. Le rituel attaché aux meurtres rappelle une légende du XVIIIe siècle, la légende des Naufrageurs, étroitement liée à l'histoire de l'île.

Univers de la série[modifier | modifier le code]

Personnages[modifier | modifier le code]

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

Marie est lieutenant de police et travaille pour le SRPJ de Brest. Revenue sur “son” île pour épouser Christian Bréhat, son ami d'enfance, Marie Kermeur est témoin du meurtre de son frère Gildas et décide de mener l'enquête. Les habitants de l'île, et en particulier sa propre famille, préfèreraient qu'elle quitte l'île plutôt que de la voir fouiller dans leurs “affaires”. Peu à peu, Marie s'aperçoit qu'elle déterre des mystères du passé, les secrets et les mensonges des îliens.

À son retour sur l'île, Marie est torturée par un sombre cauchemar où apparaissent, tels des pièces de puzzle, des éléments étranges comme des vagues rougeoyantes, des cris, des yeux de poupée... Epuisée et usée par l'hostilité générale (à l'exception du romancier Patrick Ryan qui se prend rapidement d'affection pour elle), Marie parvient tout de même à faire avancer l'enquête.

  • Lucas Fersen

Commandant de police sur Paris, spécialiste des crimes rituels. Il est envoyé sur Ty Kern suite à la mort de Gildas Kermeur, dont le sang s'est mis à couler sur l'un des menhirs. Par la suite, il enquête aux côtés de Marie.

  • Patrick Ryan

Ryan est un romancier originaire d'Irlande. Il vit en ermite dans l'appartement du phare. Passionné par les mythes et les légendes, l'écrivain semble s'intéresser de très près aux meurtres ayant lieu sur l'île. Il tente d'interpréter les signes et fait part de ses idées au lieutenant Kermeur, qui se retrouve mêlée aux meurtres frappant sa famille. Ryan semble s'attacher rapidement à la personnalité de la jeune enquêtrice.

Personnages secondaires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Personnages secondaires de Dolmen.
Famille Kermeur

Jeanne est la mère de Marie. Au service des Kersaint depuis cinquante ans, elle est réputée pour être assez acerbe et pour avoir un franc parlé.

  • Milic Kermeur

Milic est le père de Marie. D'un naturel discret et solitaire, il passe le plus clair de son temps en mer. Alors que la plupart des membres de la famille s'oppose à la décision de Marie, lui seul décide de la soutenir, approuvant quelque part son tempérament déterminé. Marie revient plus facilement vers lui lorsqu'elle se sent perdue. Milic a une approche plus subtile des gens, contrebalançant avec l'image sévère de Jeanne auprès de Marie.

  • Gildas Kermeur

Gildas est le frère aîné de Marie et ami d'enfance de Christian. Il est également devenu l'associé de ce dernier au chantier naval de Ty Kern. Il y a une grande complicité entre Gildas et sa sœur Marie.

Gildas est la première victime. Il est retrouvé au pied d'une falaise, juste à côté du site du dolmen, et son corps est recouvert de mouettes. Avec son meurtre commencent à se manifester des phénomènes surnaturels sur l'île puisque plusieurs heures après sa mort, c'est son sang qui ruisselle sur le dolmen portant le sigle de l'oiseau.

Loïc est le frère cadet de Marie. À la tête de l'hôatel, Loïc n'a pas daigné quitter son île natale mais a néanmoins brisé la tradition familiale en refusant de devenir marin. Un lourd passé mystérieux et des blessures encore bien vives font de lui un homme sensible et impulsif. Il reprochera longtemps à Marie d'être restée sur l'île.

  • Nicolas Kermeur

Nicolas est le fils de Loïc. Sa mère est morte dans des circonstances inconnues. Avec sa tante Marie, Nicolas fait figure de rebelle dans une famille qui se veut sans histoires. Il trompe sa petite amie Aude avec Chantal Pérec, sa mère. Il traîne aussi derrière lui un lourd passé avec la police et aurait même été membre d'une secte druidique, ce qui par ailleurs, risque d'attirer l'attention sur lui vis-à-vis des meurtres. Nicolas était sur la falaise avec Chantal le soir où son oncle Gildas a été assassiné, et ils sont témoins d'une dispute entre Gildas et Yves Pérec.

Famille Pérec
  • Yves : médecin et maire de Ty-Kern
  • Chantal : l'épouse d'Yves et l'amante de Nicolas.
  • Aude : la fille d'Yves et de Chantal, petite amie de Nicolas Kermeur
Famille de Kersaint
  • Arthus : le châtelain de l'île
  • Pierre-Marie (PM) : le fils d'Arthus
  • Armelle : l'épouse de Pierre-Marie
  • Juliette : la fille de PM et d'Armelle, petite amie de Ronan Le Bihan
Famille Le Bihan
  • Yvonne Le Bihan

Yvonne est chef d'entreprise à la faïencerie Le Bihan. Cette femme qui ne craint rien ni personne n'a qu'un alter ego sur l'île, Arthus de Kersaint. L'un comme l'autre redoutent par-dessus tout qu'on se mêle de leurs affaires, au risque de découvrir leurs secrets. Capable du pire pour défendre les siens et ses intérêts, elle a voulu tuer Marie et son fils Pierric handicapé muet également dès l'instant où ils ont commencé à devenir menaçants pour elle. Yvonne apparaît comme le "monstre" de Ty-Kern, dès l'instant où l'on apprend qu'elle a un jour étouffé deux de ses bébés handicapés.

  • Gwenaëlle Le Bihan

Gwen est la fille d'Yvonne. Mariée à Philippe, inséparable de son frère Pierric, éprise de Loïc, le personnage de Gwen est aussi complet que complexe. On parle d'elle comme “Gwen Le Bihan”. Et pourtant, “la fille Le Bihan” est mariée. A un homme qu'elle ne respecte sans doute pas assez pour porter son nom.

  • Philippe

Philippe est le mari de Gwenaëlle, il se considère lui-même comme une "pièce rapportée" à la famille Le Bihan. Il évolue au sein d'une famille où les hommes ont depuis longtemps été mis à l'écart, entouré de son épouse et sa belle-mère, deux femmes qui le méprisent profondément.

  • Ronan : leur fils
  • Pierric Le Bihan

Pierric est le fils handicapé d'Yvonne. Attardé, devenu muet par une probable congestion cérébrale dont on ignore l'origine, Pierric est l'éternel “suiveur” de sa sœur Gwenaëlle. Consciente que sa mère refuse catégoriquement de se montrer affective envers lui, Gwen assure la relève. Surprotégé par sa sœur, rejeté par sa mère qui le terrorise, Pierric arpente l'île de long en large tel un enfant jouant à cache-cache. Il voit tout, entend tout, mais ne répète rien.

Autres personnages
  • Christian Bréhat : célèbre skipper et fiancé de Marie Kermeur
  • Anne Bréhat : la sœur de Christian. Elle tient un café sur Ty Kern
  • Stéphane Morineau : maréchal-des-logis-chef de gendarmerie.

Lieux[modifier | modifier le code]

Sur l'île[modifier | modifier le code]

Site du dolmen
  • Site de Guénoc (menhirs) (Construits en béton pour le tournage, sur la presqu'île de Kermorvan, près du phare)
  • Le phare (Phare de Kermorvan, au Conquet)
  • La grotte des naufrageurs
  • La plage des naufrageurs
Lieux de travail

Café tenu par la sœur de Christian Bréhat. C'est un endroit convivial où les îliens se rassemblent pour suivre les informations ou fêter un évènement, comme les fiançailles de Christian.

  • Chantier naval
  • Commissariat de Ty-Kern
Habitations
  • Maison des Kermeur
  • Maison des Le Bihan
  • Maison des Pérec
  • Appartement de Stéphane
  • Château des Kersaint (Château de Kerouartz, à Lannilis)

C'est un manoir du début de XVIIe siècle. Le domaine appartient à la famille de Kersaint et comporte plusieurs passages secrets inconnus de ses propres résidents.

  • Hôtel "L'Iroise" (Hôtel de la Plage à Sainte-Anne-La-Palud, sur Plonévez-Porzay)
Autres
Le port de Sauzon à Belle-Île-en-Mer.

Sur le continent[modifier | modifier le code]

  • Maison d'arrêt de Brest
  • Hôpital de Brest
  • Appartement de Marie

Objets[modifier | modifier le code]

Moyens de transport[modifier | modifier le code]

  • La vedette "Enora" (scènes filmées au Fret lors de son accostage)

Le bateau appartient à la compagnie maritime Azénor, à Brest. Il assure la navette entre Ty-Kern et Brest. Marie et Lucas l'empruntent régulièrement pour se rendre sur le continent.

  • Bateau de Ryan
  • Bateau d'Arthus
  • Goélette de Christian
  • Voiture de Marie

Autres objets[modifier | modifier le code]

  • Le message trouvé sur les victimes
  • Le médaillon de Ryan
  • Le registre de Pérec
  • Les enveloppes cachetées de cire
  • La boussole et le briquet de Nicolas
  • Le bracelet d'Aude Pérec
  • Le butin des naufrageurs
  • Les canifs de Loïc et Gildas
  • Le voile de mariée
  • Les poupées
  • Les romans de Ryan
  • Le couteau d'Arthus
  • La pierre trouvée sur le dolmen

Distribution[modifier | modifier le code]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

Le tournage du feuilleton, en grande partie à Belle-Île, au Conquet et dans la baie de Douarnenez, s'est déroulé entre le 28 juin et le 1er décembre 2004.

La suite de la série, Les Oubliés de Killmore (sortie en livre), reprend l'histoire là où s'est arrêté Dolmen : Lucas et Marie vont se marier en Irlande, le pays natal de la mère de Marie. Mais autour d'eux, des évènements étranges se produisent : Marie suit la tradition du pays et porte une robe de mariage lors de la cérémonie, quand, au même moment, une fille est retrouvée morte portant la robe rouge...

Audiences sur TF1 (France)[modifier | modifier le code]

Le premier épisode a été vu par 12 108 800 téléspectateurs (48,8 % de parts de marché).

Le deuxième épisode a été vu par 11 393 280 téléspectateurs (48,7 % des parts de marché).

Le troisième épisode a été vu par 11 613 440 téléspectateurs (50,5 % des parts de marché).

Le quatrième épisode a été vu par 12 108 800 téléspectateurs (identique au premier épisode) (49,1 % de parts de marché).

Le cinquième épisode a été vu par 11 888 640 téléspectateurs (51,1 % des parts de marché).

Le sixième et dernier épisode a été vu par 12 879 360 téléspectateurs (53,1 % des parts de marché), récoltant la deuxième meilleure audience de l'année 2005 toutes chaînes confondues.

Chaines internationales[modifier | modifier le code]

Pays Chaînes Diffusion
Drapeau de la France France TF1 Juin 2005–Juillet 2005
Flag of the Basque Country.svg Pays basque ETB2 Octobre-Novembre 2006
Drapeau de la Belgique Belgique RTL TVI Juin 2005–Juillet 2005
Drapeau de la Slovaquie Slovaquie Markíza 2005
Drapeau de l'Allemagne Allemagne RTL II Novembre 2006
Drapeau de la Hongrie Hongrie RTL Klub été 2006
Drapeau de l'Italie Italie Rete 4 Aout 2006–Septembre 2006
Drapeau du Portugal Portugal RTP1 Aout 2006
Drapeau de la Pologne Pologne TVP 1 Juin 2005–Juillet 2005
Drapeau de la Russie Russie TV3 Fevrier 2006
Drapeau de la Finlande Finlande MTV3 Mai 2007
Drapeau de la Slovénie Slovénie POP TV July 2007 - Aout 2007
Drapeau de la République tchèque République tchèque TV Nova Janvier 2008
Drapeau de la Belgique Belgique VRT één Février 2012
Drapeau de la Belgique Belgique Star TV Juillet 2013 - Août 2013

Controverse[modifier | modifier le code]

Le nom de Kersaint est porté par deux familles bretonnes d'ancienne extraction, les Kersaint-Gilly, de La Ville Cové, et la famille de Coëtnempren de Kersaint, élevée au rang comtale sous la Restauration. Le comte Guy-Pierre de Kersaint, membre de cette seconde famille, maire de la commune de Versigny dans l'Oise, porta plainte contre la production estimant que l'on « utilisa et discrédita » le nom de sa famille. Les tribunaux de Nanterre et de Versailles le déboutèrent, affirmant qu'il n'existe aucun risque de confusion : le nom de Kersaint est, d'une part, répandu en Bretagne, et d'autre part, il n'existe aucun risque de confusion entre le personnage « représenté comme un fils de famille cupide, manquant d'envergure et dominé par le caractère écrasant de son père, lequel marche en s'aidant d'une canne comme beaucoup de personnes d'un âge certain, vit sur une île au large de la Bretagne, n'a pas d'activité professionnelle, est mêlé à une histoire comportant meurtres, disparitions, aspects fantastiques tels que des dolmens qui saignent »[2]. Toutefois, la Première Chambre civile de la Cour de cassation, dans un arrêt du 8 octobre 2009, fit droit à sa demande, estimant que, si le risque de confusion était minime, l'utilisation du nom Kersaint portait atteinte audit patronyme.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Il s'agit en fait de plusieurs sites superposés pour former une fausse île, comme le présente cette carte.
  2. Ouest France, 17 octobre 2007

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]