Dogs Eating Dogs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dogs Eating Dogs

EP par Blink-182
Sortie 18 décembre 2012
Enregistré Novembre 2012
Neverpants Ranch, San Diego
Opra Music Studios, Los Angeles
Durée 19:00
Genre Pop punk, Post-punk, rock alternatif
Format Format digital
Auteur-compositeur Blink-182
Producteur Blink-182
Réalisateur Christopher Holmes
Label Aucun

Albums par Blink-182

Singles

  1. Boxing Day
    Sortie : 10 décembre 2012

Dogs Eating Dogs est le deuxième maxi du groupe américain de pop punk Blink-182, sorti le 18 décembre 2012 par le groupe sans l'intervention d'un label.

Trois ans après la reformation du groupe en 2009 à la suite de leur séparation en 2005, Blink-182 sort Dogs Eating Dogs un an après Neighborhoods, leur premier album studio depuis blink-182, sorti en 2003. Le groupe enregistre et produit en deux mois cinq nouvelles chansons sans l'intervention d'un label avec une équipe de production minimaliste, en intégrant dans sa musique des éléments de musique électronique et de hip-hop, contrastant avec le son pop punk du groupe qui a fait son succès au début des années 2000.

Le maxi sort uniquement en format digital mais parvient tout de même à se positionner dans quelques classements musicaux malgré une promotion discrète. Dogs Eating Dogs reçoit dans l'ensemble un bon accueil critique, meilleur que celui de Neighborhoods, qui laisse espérer aux critiques musicaux de bonnes choses pour le prochain album du groupe prévu en 2014.

Genèse[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Blink-182 en concert à San Diego vu du public
Blink-182 en concert à San Diego en décembre 2011. De gauche à droite : Mark Hoppus, Travis Barker et Tom DeLonge.

Blink-182, groupe de pop punk formé en 1992 par le guitariste Tom DeLonge et le bassiste Mark Hoppus, et rejoint en 1998 par le batteur Travis Barker, se sépare officiellement en février 2005 après avoir sorti cinq albums studio, dont Enema of the State et Take Off Your Pants and Jacket, qui connaissent tous deux un succès commercial et critique important[1]. DeLonge fonde alors le groupe de space rock Angels and Airwaves[2], tandis que Hoppus et Barker continuent ensemble et créent +44, orienté pop punk[3].

En février 2009, quatre ans après sa rupture, le groupe annonce lors des Grammy Awards qu'il se reforme : « Nous sommes de retour. On veut dire, vraiment de retour »[4],[cit 1]. Blink-182 travaille alors sur un nouvel album, Neighborhoods, qui sort le 27 septembre 2011, pendant que le groupe effectue sa première tournée depuis quatre ans sur le Honda Civic Tour en compagnie de My Chemical Romance[5],[note 1]. En juin et juillet 2012, pour fêter ses vingt ans de carrière, le trio entame alors une tournée à travers l'Europe appelée 20th Anniversary Tour, composée d'une trentaine de concerts[6],[7]. Ils y jouent leurs singles et plusieurs chansons tirées de leur dernier album[8].

Enregistrement et production[modifier | modifier le code]

Mark Hoppus en concert en train de chanter
Mark Hoppus en concert en 2011.

Après la production de Neighborhoods, son sixième album studio, Blink-182 ressent que les méthodes d'enregistrement utilisées, à savoir l'utilisation de plusieurs studios pour la majorité des chansons, étaient inadéquates. Tom DeLonge admet que cela a amené un manque de cohésion dans l'album[9]. Travis Barker ajoute qu'« il y a quelques chansons sur cet album qu'il aime, mais qu'elles sont en grande partie déconnectées les unes des autres », et qu'il était de plus toujours convalescent de son accident d'avion de 2008[10],[cit 2].

Pendant la tournée européenne que le groupe effectue en 2012 pour célébrer ses vingt ans, Barker est le premier à soumettre à DeLonge et à Hoppus l'idée de retourner rapidement en studio. Ils y entrent finalement le 5 novembre 2012, et enregistrent à leur façon, sans l'intervention d'un label[10]. Hoppus déclare à ce propos que « c'était génial, les idées venaient de partout. De longues heures passées sur cinq nouvelles chansons »[11],[cit 3]. L'enregistrement s'effectue dans deux studios, au Neverpants Ranch à San Diego et aux Opra Music Studios à Los Angeles[12], le groupe ne disposant que d'un mois pour l'écriture, l'enregistrement, le mixage et le matriçage des chansons, dans le but de sortir le maxi pour Noël[13]. Blink-182 travaille alors avec l'ingénieur du son Christopher Holmes, également coproducteur du maxi et avec qui le groupe avait déjà collaboré sur Neighborhoods[14], et avec Aaron Rubin, ingénieur du son et programmeur, qui était déjà intervenu pour Angels and Airwaves[15]. Le trio insiste notamment auprès d'Holmes pour que les couplets et les refrains de chaque chanson aient une atmosphère différente les unes des autres[14].

Sortie et tournées[modifier | modifier le code]

La date de sortie de Dogs Eating Dogs est fixée au 18 décembre, celui-ci étant édité uniquement en format digital[16]. Une semaine avant sa sortie, la chanson Boxing Day est proposée sur le site américain Alternative Press en tant que premier et unique single du maxi[17]. De plus, sur son site officiel, le groupe vend quatre packs différents contenant le maxi en format digital accompagné selon le pack par un tee-shirt, un sweat-shirt, une carte de vœux, un poster ou encore du papier cadeau[18].

En février 2013, Blink-182 part en tournée en Australie pour y donner une dizaine de concerts dans le cadre du Soundwave Festival et du Sidewaves Festival[19]. Le groupe y interprète pour la première fois en live les chansons de Dogs Eating Dogs, dont la chanson éponyme, Boxing Day et Disaster[20], avant de les jouer de nouveau en septembre lors de sa tournée nord-américaine[21], pendant laquelle le trio annonce préparer un nouvel album studio[22].

Caractéristiques artistiques[modifier | modifier le code]

Style graphique[modifier | modifier le code]

Le titre du maxi prend le nom de la deuxième chanson de l'enregistrement, Dogs Eating Dogs, l'expression « dog-eat-dog » désignant en anglais quelqu'un d'impitoyable et sans pitié[23]. La pochette a été dessinée par Franco Vescovi, un tatoueur de la région de Los Angeles dont Travis Barker est l'un des clients[24],[25]. Tout en noir et blanc, comme celle de Neighborhoods, le précédent album du groupe, elle montre un dessin de chien la gueule ouverte, avec le nom du groupe écrit en haut de la pochette et l'inscription Dogs Eating Dogs en diagonal en bas à droite[26]. Celle-ci a notamment été qualifiée d'« assez effrayante »[24],[cit 4].

Blink-182 a un easter egg qui consiste à mettre des lettres sur les pochettes de ses enregistrements, lesquelles forment la suite des lettres de l'alphabet. Le dernier album en date, Neighborhoods, contenait la lettre J. Sur Dogs Eating Dogs, le K de blink sur la pochette est écrit dans une graphie différente qui le fait ressortir des autres lettres, continuant ainsi l'alphabet[27],[28].

Thèmes et compositions[modifier | modifier le code]

Le maxi débute avec une chanson accrocheuse, When I Was Young, qui commence par une introduction calme de quarante secondes jouées avec des synthétiseurs et une batterie de faible intensité sonore, contrastant avec le reste du morceau. Sur le refrain, la guitare entre et la batterie gagne en volume, amenant le son pop punk habituel du groupe. La chanson est chantée par Tom DeLonge, accompagné sur le refrain par Mark Hoppus, qui parle de sa vie d'enfant avec son regard d'adulte[29],[30]. La deuxième piste est le titre homonyme à l'enregistrement, Dogs Eating Dogs. Chanson la plus agressive de l'enregistrement, elle évoque des sentiments durs, comme dans les paroles « We need to find some middle ground, it's always sex or suicide », traduisible par « Nous devons trouver un terrain d'entente, c'est toujours le sexe ou le suicide ». Les couplets sont chantés par Hoppus et les refrains par les deux chanteurs. Il est remarqué dès sa sortie que le morceau ressemble à la chanson Lycanthrope de +44, autre groupe d'Hoppus et Barker, et au style du groupe Alkaline Trio[29]. De plus, il est noté que le pont ressemble à celui de la chanson précédente[30]. Le maxi se poursuit avec Disaster, dont la longue introduction à la basse de plus d'une minute, évoque Angels and Airwaves, autre groupe de DeLonge, avec un son de guitare utilisant des effets de phaser et de delay et une batterie au rythme cadencé, avant de laisser place au tempo plus rapide du couplet chanté par DeLonge[29]. Boxing Day, la quatrième chanson, appelée initialement The Day After Christmas[31], est la première ballade du trio depuis la chanson I Miss You, publiée en 2003 sur l'album blink-182. Le morceau, qui contient des guitares acoustiques et des éléments de batterie électronique, parle du pouvoir de l'amour au travers d'un homme qui se fait quitter par sa petite amie le lendemain de Noël, appelé Boxing Day dans de nombreux pays du Commonwealth. Il est de plus noté que la mélodie des couplets ressemble un peu à celle de la chanson All Star du groupe américain Smash Mouth[29]. La dernière chanson du maxi, Pretty Little Girl, écrite par DeLonge pour sa femme et nommée à l'origine I Got My Eye On You[31], voit la collaboration du rappeur Yelawolf, qui fait une apparition vocale d'une trentaine de secondes sur des roulements de tambour de Barker. Il s'agit de la chanson la plus expérimentale de l'enregistrement et qui s'éloigne le plus des autres titres du maxi. Les couplets sont de style new wave, avec la présence de synthétiseurs en soutien à la basse d'Hoppus, contrastant avec les refrains plus énergiques menés par le jeu de batterie de Barker[29],[30].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Notation des critiques

Score cumulé
Site Note
Metacritic 68[32]
Compilation des critiques
Périodique Note
AbsolutePunk (en) 7/10 étoiles[33]
Allmusic 3 étoiles sur 5[34]
Alternative Press 4 étoiles sur 5[29]
Consequence of Sound (en) 1.5 étoiles sur 5[35]
Kerrang! 4 étoiles sur 5[36]
Punknews.org (en) 4.5 étoiles sur 5[37]
Ultimate Guitar Archive (en) 7/10 étoiles[30]

Dogs Eating Dogs reçoit dans l'ensemble de bonnes critiques puisqu'il obtient un score de 68 % sur Metacritic[32]. Scott Heisel, du magazine Alternative Press, lui attribue quatre étoiles sur cinq, arguant que « Dogs Eating Dogs est aussi fort si ce n'est plus que tout ce qui se trouve sur Neighborhoods. »[29],[cit 5]. Paul Travers, de Kerrang!, lui donne la même note en notant que « l'effet global est un recueil de chansons polyvalentes, diffuses et quelque part nettement plus ciblées que celles qui étaient présentes sur Neighborhoods ; ajoutées aux éléments classiques du son de Blink-182, nous avons là un maxi palliatif qui promet encore plus de choses à l'avenir pour le groupe. »[36],[cit 6]. Le site Punknews.org (en) reste dans la même gamme de note en ajoutant que « c'est assurément un ensemble de chansons plus cohérent que celui de leur opus précédent » et que « celles-ci sont globalement beaucoup plus rythmées que celles de leur dernier album. »[37],[cit 7].

AbsolutePunk (en) et Ultimate Guitar Archive (en) attribuent au maxi la même note de sept étoiles sur dix. Le premier site soutient que « Dogs Eating Dogs montre Blink-182 à un moment rafraîchissant mais également excitant de leur carrière » et que « bien que le maxi ne soit pas le meilleur enregistrement de la carrière du groupe, il montre un futur prometteur qui semblait alors bien sombre il y a à peine trois ans. »[33],[cit 8], tandis que le second pense que le maxi « offre une écoute solide et des paroles consistantes qui correspondent à la musique » malgré des « aspects musicaux qui se répètent tout au long de l'enregistrement. »[30],[cit 9]. Gregory Heaney, de Allmusic, donne trois étoiles sur cinq en observant que « Blink-182 retourne à juste titre vers un son plus profond et plus mature » et que « comme pour leur opus précédent, ce maxi voit le groupe explorer un son davantage prog-punk et expansif qui rappelle le projet parallèle d'Hoppus et Barker : +44. »[34],[cit 10].

Seul le site Consequence of Sound (en) juge Dogs Eating Dogs négativement, avec une étoile et demi sur cinq. En effet, le journaliste Dan Caffrey considère les expériences musicales que le groupe apporte sur ce maxi comme négatives, pensant que « synthétiseurs ne signifient pas maturité. Ils ne signifient pas intelligence et certainement pas meilleure musique. Il en est de même avec les boucles de batterie, les rappeurs invités, et tout ce qui n'est pas dans le répertoire classique d'un groupe de pop punk »[35],[cit 11].

Classements[modifier | modifier le code]

Dogs Eating Dogs se positionne, malgré une sortie uniquement en format digital, dans quelques classement musicaux. Le maxi atteint respectivement la 21e et la 23e place au Canada et aux États-Unis, ce qui constitue le moins bon classement du groupe pour l'un de ses enregistrements depuis son album Dude Ranch datant de 1997[note 2]. Il se place toutefois en bonne position dans trois classements annexes du Billboard, se hissant dans les cinq premières places du Top Alternative Albums, du Top Rock Albums et du Top Digital Albums[note 3].

Classements de Dogs Eating Dogs
Classement Meilleure
position
Drapeau du Canada Canada (Canadian Albums)[38] 21
Drapeau des États-Unis États-Unis (Billboard 200)[39] 23
Drapeau des États-Unis États-Unis (Billboard Top Alternative Albums)[40] 2
Drapeau des États-Unis États-Unis (Billboard Top Rock Albums)[41] 5
Drapeau des États-Unis États-Unis (Billboard Top Digital Albums)[42] 3

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Liste des chansons[modifier | modifier le code]

Toutes les chansons sont écrites et composées par Blink-182

Dogs Eating Dogs[43]
No Titre Chant principal Durée
1. When I Was Young DeLonge 3:28
2. Dogs Eating Dogs Hoppus, DeLonge 3:30
3. Disaster DeLonge 3:42
4. Boxing Day Hoppus, DeLonge 3:59
5. Pretty Little Girl (avec Yelawolf) DeLonge 4:21
19:00

Crédits[modifier | modifier le code]

  • Musicien additionnel

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La tournée se compose de quarante dates réparties en Amérique du Nord entre le 5 août et le 8 octobre 2011
  2. Dude Ranch se classe respectivement 42e et 67e au Canada et aux États-Unis, alors que les quatre album studio suivant du groupe se classent dans les dix premières places dans ses deux pays
  3. Ces trois classements récompensent les meilleurs albums de rock alternatif, de rock et en format digital

Citations originales[modifier | modifier le code]

  1. We're back. We mean, really back.
  2. There's some songs on there that I love, but for the most part it was disconnected.
  3. It was great, ideas falling everywhere. Lots of long hours spent on five new songs.
  4. Looks pretty gruesome.
  5. is just as strong if not stronger than anything on Neighborhoods is impressive.
  6. the overall effect is one of a versatile, diffuse, but somehow far more focused collection of songs than were present on Neighborhoods. Added with those elements of their classic sound and what we have here is a stopgap EP that promises even greater things ahead for blink-182.
  7. It definitely made for a more cohesive set of songs than their previous effort. And the songs overall are much more up-tempo than the last album.
  8. Dogs Eating Dogs shows Blink 182 in a refreshing but yet an exciting point in their career. ; While the EP isn't the best material of the band's career, it shows a promising future that looked ever so bleak just a mere three years ago.
  9. Hoppus and DeLonge provide solid lyrics for this EP that fit the music ; many of the musical aspects of the album are repeated throughout.
  10. blink-182 return as a deeper, more mature-sounding band, and for good reason. ; Like their previous effort, the album finds the band exploring a more expansive prog-punk sound that feels reminiscent of Hoppus and Barker's side project, +44.
  11. Synthesizers don’t mean maturity. They don’t mean intelligence and they certainly don’t mean better music. The same goes for drum loops, guest rappers, and anything else not seen in the typical repertoire of a pop punk band.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en)James Montgomery, « Blink-182 Announce 'Indefinite Hiatus' As Breakup Rumors Swirl », sur mtv.com, MTV Networks,‎ 22 février 2005
  2. (en)« Blink's Tom DeLonge Promises "The Greatest Rock And Roll Revolution" », sur mtv.com, MTV Networks,‎ 16 septembre 2005
  3. (en)« Blink-182's Hoppus, Barker Form Electronic Side Project Group, called Plus-44, features female singer sharing the vocals », sur mtv.com, MTV Networks,‎ 8 avril 2005
  4. (en)Gil Kaufman, « Blink-182 Confirm Reunion On Grammy Stage », sur mtv.com, MTV Networks,‎ 8 février 2009
  5. (en)Kevin O'Donnell, « Blink-182 to Tour with My Chemical Romance », sur spin.com, Spin,‎ 23 mai 2011
  6. (en)Maria Sherman, « Blink-182 Announces 20th Anniversary Tour », sur billboard.com, Billboard,‎ 16 février 2012
  7. (en)Devon Maloney, « Blink-182 Turn 20, Announce 37-Date Birthday Tour », sur spin.com, Spin,‎ 16 février 2012
  8. (en)Angela Mastrogiacomo, « Blink-182 UK Tour Set List », sur infectiousmagazine.com,‎ 8 juin 2012
  9. (en) « Tom DeLonge talks guitar tones, growing up and Blink », Total Guitar, Future Publishing,‎ 12 octobre 2012 (ISSN 1355-5049, lire en ligne)
  10. a et b (en) Dan Hyman, « Blink-182 EP 'A Hundred Times Better' Than Neighborhoods, Says Travis Barker », sur rollingstone.com, Rolling Stone,‎ 13 novembre 2012
  11. (en) James Montgomery, « Exclusive: Blink-182's Mark Hoppus Reveals Details Of Band's New EP », sur mtv.com, MTV Networks,‎ 13 novembre 2012
  12. (en) Kyle McGovern, « Blink-182 Unleash Dogs Eating Dogs EP Details », sur spin.com, Spin,‎ 19 novembre 2012
  13. a et b (en)Jason Tate, « Interview - Chris Holmes », sur absolutepunk.net, AbsolutePunk (en),‎ 3 janvier 2013
  14. a, b et c (en)Chad Brown, « Desk Job: Christopher Holmes », sur getinmedia.com
  15. a et b (en)« Aaron Rubin », sur linkedin.com, Linkedin
  16. (en) « Blink-182 Pick Release Date for New EP », sur rollingstone.com, Rolling Stone,‎ 19 novembre 2012
  17. (en) Cassie Whitt, « Song Stream: Blink-182, Boxing Day », sur altpress.com, Alternative Press
  18. « Dogs Eatind Dogs - Digital EP », sur blink-182.com, Blink-182
  19. (en)« Blink-182 confirm Travis Barker will join them for 2013 Australia tour », sur nme.com, New Musical Express,‎ 3 août 2012
  20. « Sydney 2013 : 3 titres de l’EP en live », sur avaorigins.fr,‎ 21 février 2013
  21. (en)Brandon Flores, « Blink-182 North American 2013 Tour Set List », sur blastoutyourstereo.com,‎ 2 septembre 2013
  22. (en)Patrick Doyle, « Q&A: Blink-182 on Their Next Album and Keeping Their Bathroom Humor », sur rollingstone.com, Rolling Stone,‎ 13 septembre 2013
  23. « dog-eat-dog », sur larousse.fr, Éditions Larousse
  24. a, b et c (en)Brandon Flores, « Blink-182 Reveal 1/4 Of Dogs Eating Dogs Artwork », sur blastoutyourstereo.com
  25. (en)« Franco Vescovi \ Orange County Inkhouse », sur francovescovi.com
  26. (en)« Dogs Eating Dogs - EP », sur itunes.apple.com, Apple
  27. « blink-182 : le mystère des lettres des pochettes d’albums », sur avaorigins.fr
  28. (en)« Blink 182 Alphabet Theory », sur iamgaryhampton.wordpress.com
  29. a, b, c, d, e, f et g (en)Scott Heisel, « Reviews Blink-182 - Dogs Eating Dogs EP », sur altpress.com, Alternative Press,‎ 13 décembre 2012
  30. a, b, c, d et e (en)« Blink-182 - Dogs Eating Dogs EP », sur ultimate-guitar.com, Ultimate Guitar Archive (en)
  31. a et b (en)Scott Heisel, « Interview: Mark Hoppus on Blink-182’s new EP, the end of “Hoppus On Music” and Future Idiots », sur altpress.com, Alternative Press,‎ 11 décembre 2012
  32. a et b (en) « Dogs Eating Dogs [EP - blink-182 »], sur metacritic.com (consulté le 14 octobre 2013)
  33. a et b (en)Keagan Ilvonen, « Blink-182 - Dogs Eating Dogs EP », sur absolutepunk.net, AbsolutePunk (en)
  34. a et b (en)Gregory Heaney, « Blink-182 - Dogs Eating Dogs », sur allmusic.com
  35. a et b (en)Dan Caffrey, « Album Review: Blink-182 – Dogs Eating Dogs EP », sur consequenceofsound.net
  36. a et b (en) Paul Travers, « Blink-182 Dogs Eating Dogs EP », Kerrang!,‎ 19 décembre 2012
  37. a et b (en)« Blink-182 - Dogs Eating Dogs EP », sur punknews.org, Punknews.org (en)
  38. (en) Blink 182 - Chart history – Billboard. Canadian Albums Chart. Prometheus Global Media.
  39. (en) Blink 182 - Chart history – Billboard. Billboard 200. Prometheus Global Media.
  40. (en)« Blink-182 Alternative Albums », sur billboard.com, Billboard
  41. (en)« Blink-182 Top Rock », sur billboard.com, Billboard
  42. (en)« Blink-182 Top Digital », sur billboard.com, Billboard
  43. « Blink-182 – Dogs Eating Dogs », sur discogs.com, Discogs

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Cette bibliographie présente quelques ouvrages de référence. Ceux qui ont été utilisés pour la rédaction de l'article sont indiqués par le symbole Document utilisé pour la rédaction de l’article.

  • (en) Anne Hoppus, Tales from Beneath Your Mom, Pocket Books/MTV Books,‎ 2001, 105 p. (ISBN 0-7434-2207-4)
  • (en) Joe Shooman, The Bands, the Breakdown and the Return, Independent Music Press,‎ 2010, 204 p. (ISBN 978-1-906191-10-8)
  • Sébastien Paquet, Blink-182 de A à Z, Editions L'Express,‎ 2005, 117 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]