Djilor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Djilor
Administration
Pays Sénégal Sénégal
Région Fatick
Département Foundiougne
Démographie
Population 1 990 hab.
Géographie
Coordonnées 14° 04′ N 16° 20′ O / 14.067, -16.3314° 04′ Nord 16° 20′ Ouest / 14.067, -16.33  
Altitude 7 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sénégal (administrative)

Voir la carte administrative du Sénégal
City locator 14.svg
Djilor

Géolocalisation sur la carte : Sénégal (relief)

Voir la carte topographique du Sénégal
City locator 14.svg
Djilor

Djilor est une localité du Sine-Saloum, dans l'ouest du Sénégal. C'est le chef-lieu de l'arrondissement de Djilor.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sira Badiane Mané, mère de Maïssa Waly Dione, fondateur du royaume du Sine, fut la première reine de Djilor[1].

Administration[modifier | modifier le code]

Djijor est une sous-préfecture du département de Foundiougne dans la région de Fatick. C'est aussi le chef-lieu de la communauté rurale de Djilor.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les localités les plus proches sont Péthie, Keur Omar, Boly, Keur Moda et Nguécokh.

Physique géologique[modifier | modifier le code]

Djilor se situe sur la route entre Passy et Foundiougne, à l'Est d'un bras de mer.

Population[modifier | modifier le code]

La localité se trouve en territoire sérère. La religion traditionnelle sérère diminue, et l'islam est devenu la religion dominante de toute sa population; à part quelques foyers animés par la religion catholique Selon le PEPAM (Programme d'eau potable et d'assainissement du Millénaire), Djilor compte 1 990 habitants et 225 ménages.

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Les activités économique sont dominées par l'agriculture, l'élevage et la pêche. Les attraits du cadre naturel font de Djilor une destination touristique appréciée.

Personnalités[modifier | modifier le code]

La famille maternelle de Léopold Sédar Senghor était originaire de Djilor. Confié à son oncle Waly, l'ancien Président y a lui-même passé une partie de son enfance[2], avant d'être interne à Ngazobil.

Quelques sources[3] suggèrent que Senghor ne serait pas né à Joal comme on l'affirme généralement, mais à Djilor, avant d'être déclaré à Joal. Cette hypothèse n'est pas confirmée par l'intéressé qui se déclarait né à Joal[4], mais la maison où vécut sa mère existe toujours à Djilor[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chronique du Siné [1]
  2. Lilyan Kesteloot, Comprendre les poèmes de Léopold Sédar Senghor, Issy les Moulineaux, Éditions Saint-Paul, 1986, p. 139 (ISBN 2850493767)
  3. Par exemple « Célébration du centenaire de Léopold Sédar Senghor : Djilor, son village natal, se souvient », le Soleil [2]
  4. Nadine Dormoy Savage, « Entretien avec Léopold Sédar Senghor », The French Review, vol. 47, n° 6, mai 1974, p. 1065-1071
  5. Discours de réception à l'Académie française de Valéry Giscard d'Estaing qui y succéda à Senghor [3]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) P. Le Mire, « Petite chronique du Djilor », Bulletin de l'IFAN, t. VIII, 1946, p. 55-63
  • (fr) Joseph Ndong, Quatre mythes de fondation des villages de Joal, Fadiouth, Mbissel et Djilor, Dakar, Université de Dakar, 198? (mémoire de Maîtrise)
  • (fr) Jackson Njiké « Djilor, un lion est né. 1906-1927 », Francophonies du Sud n° 11, mars-avril 2006
  • (fr) A. Sarr, « Histoire du Sine-Saloum », Paris, Revue Présence Africaine, 1948, n° 5, p. 832-837

Liens externes[modifier | modifier le code]