Djidane Tribal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Djidane Tribal
Personnage de fiction apparaissant dans
Final Fantasy.

Sexe Masculin
Activité(s) Voleur
Arme(s) favorite(s) Dague
Classe Truand
Âge 16

Créé par Toshiyuki Itahana

Djidane Tribal (ジタン・トライバル jitan toraibaru / Zidane Tribal dans les versions japonaise et américaine) est le héros du jeu Final Fantasy IX.

C'est un jeune voleur âgé de seize ans appartenant à la troupe de comédiens/voleurs des Tantalas.

Djidane aime suivre ses inspirations et se montre parfois réticent à l'idée de se conformer à des notions aussi floues que le bien et le mal. Ceci étant, sa nature généreuse le pousse sans cesse à aider son prochain. Comme la plupart des garçons de son âge, Djidane porte un intérêt tout particulier à la gent féminine, et plusieurs de ses commentaires dans le jeu y font références.

Djidane se bat habituellement avec des dagues, mais il est également capable de se battre avec des épées doubles.

Analyse du personnage[modifier | modifier le code]

Si Djidane a une personnalité qui tranche énormément avec celles de Cloud et Squall, héros des deux opus précédents sortis sur la Playstation, il n'est cependant pas un héros particulièrement « original » au regard de l'ensemble de la saga Final Fantasy. En effet, nombreux sont les fans qui le compare à Locke, voleur au grand cœur de Final Fantasy VI, avec qui il partage effectivement de nombreux points communs. En réalité, il possède une personnalité beaucoup plus complexe et travaillée qu'il n'y paraît, ce qui le rend beaucoup plus attrayant que de prime abord.

Nous le disions dans l'introduction, Djidane est un personnage enjoué, serviable, sympathique au possible et généreux au point de proposer son aide à quiconque sans avoir besoin d'une raison particulière pour le faire, sinon une envie subite de jouer au bon samaritain. C'est lui qui mettra en confiance les autres personnages du jeu et leur fera prendre conscience de leurs propres qualités : il est donc perçu comme étant une sorte de « modèle » à suivre, un roc sur lequel s'appuyer. Il est d'ailleurs conscient de cette image qu'il renvoie et prend à cœur le sort de chacun, considérant qu'il doit protéger tout le monde (Dagga la première), quoi qu'il arrive.

Ce qui est valable pour les autres n'est cependant pas valable pour lui même : Djidane accepte d'aider les autres, mais a du mal à accepter que les autres lui viennent en aide. Ce n'est pas l'orgueil qui le pousse à agir ainsi, mais plutôt une « peur » d'entraîner les personnages qu'il apprécie dans des ennuis parfois sérieux : c'est là tout l'intérêt de son personnage. Djidane en effet, sous des dehors comiques, cache en réalité une blessure profonde et une terrible angoisse : ne connaissant pas ses origines, il ne sait pas qui il est, « ce qu'il est » comme il le dit lui-même. Même s'il s'est trouvé un semblant de famille chez les Tantalas et un domicile à Lindblum, il se sent bien moins « complet » qu'il ne veut l'admettre, et c'est bien pour cela qu'il comprend si bien les interrogations du petit Bibi, à la recherche comme lui d'un endroit où vivre et d'une justification de son existence.

C'est lors du passage à Terra que le jeu exploite au mieux ce côté caché et sombre de sa personnalité : apprenant par Garland qu'il n'est qu'un être artificiel dont le destin est de détruire Héra, il laisse ses angoisses s'emparer de lui et renie tout ce en quoi il croyait jusque là. Assommé par les révélations de son « père », il n'a alors plus d'autre but que de se venger de celui-ci sans même réellement penser à affronter ce destin qu'il porte tel un fardeau : il devient alors, d'une certaine façon, son pire ennemi, n'osant faire complètement faire face à la cruauté de la situation. Ce sont ses amis (et surtout Dagga) qui finiront par lui ouvrir les yeux après s'être fait repousser plusieurs fois : il a, jusque là, vécu à l'encontre de son destin, et la révélation de la Vérité ne saurait le changer tant qu'il continue de faire autant confiance à ses amis que ces derniers ont confiance en lui. Ce sera pour lui un déclic : à présent, il sait qui il est. Il sait qui il est au sens premier du terme (un génome créé à Terra) mais surtout il sait qui il est au fond de lui et pourquoi on l'apprécie, et sait ce qu'il ne veut pas devenir.

Notons qu'en cela, Djidane est finalement très proche de Kuja, grand méchant du jeu (et accessoirement « premier génome possédant une âme» réalisé par Garland). Comme lui il a, en effet, refusé le destin qu'on lui avait promis. La différence entre les deux personnages se situe néanmoins au niveau du contexte dans lequel ce refus s'est opéré : Kuja était seul, Djidane entouré. Kuja avait sur les épaules une pression que son cadet n'avait pas, et ne possédait pas tout le bagage sentimental que son frère a acquis tout au long du jeu. La frontière entre le Bien et le Mal est donc finalement très mince...

Autres apparitions[modifier | modifier le code]

Djidane Tribal apparait dans le jeu cross-over de la saga Final Fantasy : Dissidia: Final Fantasy.