Djebel Akhdar (Libye)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Djebel Akhdar.

32° 37′ 04″ N 21° 47′ 06″ E / 32.6177, 21.785

La Montagne Verte

La région libyenne de Cyrénaïque, englobant Cyrène, est appelée La Montagne Verte en arabe Djebel Akhdar (al-jabal al-ʾaḫḍar, الجبل الأخضر). Elle tient son nom de sa végétation.

La ville d’Ajdâbiya, « la Stérile », située à l’entrée occidentale de la Cyrénaïque, à dix-huit kilomètres de la côte méditerranéenne, joua un rôle important au Moyen Âge ; elle se signale aujourd’hui encore par des vestiges archéologiques remontant au califat fatimide.

La cité, fondée à l’époque romaine, a été identifiée à Corniclanum qui figure sur la Table de Peutinger ; elle abritait alors une garnison de soldats venant de Syrie. Les seuls éléments datant de cette époque sont quelques inscriptions grecques et des blocs de remploi ayant servi à l’édification de la ville islamique.

Les vestiges de cette cité, tels qu’ils se dressaient encore en 1824 lors du passage du voyageur français Jean-Raymond Pacho qui les a dessinés, ont été fouillés à la fin du XXe siècle :

  • un fortin, identifié comme le palais du gouverneur, situé un peu à l’écart au nord de la cité, se présente aujourd’hui sous la forme d’un édifice rectangulaire doté de quatre tours d’angle et de saillants carrés au milieu de chaque côté. Ce bâtiment à cour centrale, entouré d’un portique, a gardé les traces d’une entrée coudée sur son flanc nord et de cinq salles oblongues et voûtées au sud. La salle centrale, en partie préservée, devait servir aux audiences du maître des lieux.
  • la grande mosquée, située au cœur du tell archéologique (lieu protégé au sud de la ville actuelle) a été dégagée et fouillée dans les années 1970 permettant de restituer son plan. C'est un édifice rectangulaire en calcaire et briques crues avec une abondante réutilisation de blocs romains et byzantins. Ce lieu de culte possède au nord de la salle de prière une cour pavée à portique au centre de laquelle il y a une fontaine. Le minaret a disparu ; seul le socle carré, dans l’angle nord-est, sur lequel il reposait est encore visible.

Sur les autres projets Wikimedia :