Divertimento K. 563

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Divertimento en mi bémol majeur, K. 563, est un trio à cordes, écrit par Wolfgang Amadeus Mozart en 1788, l'année où il a écrit ses trois dernières symphonies et son Concerto pour piano n° 26 dit du « Couronnement ».

L'œuvre a été terminée à Vienne le 27 septembre 1788, et est dédiée à Johann Michael Puchberg, un frère en maçonnerie qui consentait généreusement des prêts à Mozart et à qui il avait déjà dédié les Trios avec piano en mi majeur K. 542 et en ut majeur K. 548. La création a eu lieu à Dresde le 13 avril 1789 avec Anton Teyber tenant la partie de violon, Mozart jouant de l'alto et Antonín Kraft du violoncelle[1]. C'est au moment où Mozart faisait une tournée en Allemagne jusqu'à Berlin.

Le Divertimento est sans doute destiné à quelque réjouissance agrémentée de musique, et son retour à la vieille architecture galante des « cassations » offre un archaïsme savoureux, au lendemain des Symphonies nos. 39, 40 et 41 toutes modernes. D'une musique de salon mondaine, Mozart fait la plus expressive musique de chambre.

Mozart reprend le thème de l’Adagio dans le Larghetto de son Quintette avec clarinette en la majeur[2].

Mouvements[modifier | modifier le code]

L'œuvre comporte six mouvements :

  1. Allegro - (forme sonate, en mi bémol majeur; à 4/4)
  2. Adagio - (forme sonate, en la bémol majeur, à 3/4)
  3. Menuet - (A–B–A, en mi bémol majeur, à 3/4)
  4. Andante - (thème et 4 variations, en si bémol majeur, à 2/4)
  5. Menuet - (avec deux trios différents (A–B–A–C–A), en mi bémol majeur, trio I en la bémol majeur, trio II en si bémol majeur, à 3/4)
  6. Allegro- (en mi bémol majeur; à 6/8)

Durée : environ 41 à 50 minutes.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François-René Tranchefort, Guide de la musique de chambre, Paris, Fayard, coll. « Les indispensables de la musique »,‎ 1998 (1re éd. 1989), 995 p. (ISBN 2-213-02403-0), p. 631
  • Jean Massin et Brigitte Massin, Wolfgang Amadeus Mozart, Paris, Fayard, coll. « Les indispensables de la musique »,‎ 1990 (1re éd. 1970), 1297 p. (ISBN 978-2213025483), p. 1086-1088

Références[modifier | modifier le code]

  1. Melvin Berger, "Guide to Chamber Music", Dover, 2001.
  2. Jean-Victor Hocquard, Mozart, Éditions du Seuil, Coll. Solfèges, Paris, 1959, p. 149.