Disulfure de dihydrogène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Disulfure de dihydrogène
Disulfure de dihydrogène
Identification
Nom IUPAC disulfure de dihydrogène
Synonymes

disulfure d'hydrogène, persulfure d'hydrogène

No CAS 13465-07-1
PubChem 108196
SMILES
InChI
Apparence liquide jaune huileux
Propriétés chimiques
Formule brute H2S2  [Isomères]
Masse molaire[1] 66,146 ± 0,01 g/mol
H 3,05 %, S 96,96 %,
Propriétés physiques
fusion -89,8 à -88,6 °C[2]
ébullition 70,7 °C [2]
Masse volumique 1,3279 g·cm-3 à 25 °C [3]
Thermochimie
Δvap 33,78 kJ·mol-1 (1 atm, 25 °C)[4]
Composés apparentés
Autres composés
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.


Le disulfure de dihydrogène (H2S2) ou disulfure d'hydrogène est un composé inorganique, qui se présente sous la forme d'un liquide jaune, avec une odeur nauséabonde proche de celle du sulfure d'hydrogène (H2S).

Propriétés physico-chimiques[modifier | modifier le code]

La structure du disulfure de dihydrogène est similaire à celle du peroxyde d'hydrogène, avec deux atomes centraux de soufre et deux atomes externes d'hydrogène. Cependant l'angle diédral de la molécule est différent, puisque l'assemblage H-S-S forme un angle quasiment droit dans le cas du conformère syn. Cet angle est exactement de 90,6° pour la liaison H-S-S, alors qu'il est est de 113,7° pour H-O-O.

La liaison S-S à une longueur de 2,055 Å (1,490 pour la liaison O-O) et la liaison S-H une longueur de 1,352 Å (0,970 pour O-H)[5],[6].

Production et synthèse[modifier | modifier le code]

Le disulfure d'hydrogène peut être synthétisé par dissolution dans l'eau de polysulfures d'alcalins ou d'alcalino-terreux. Lorsqu'on ajoute à la solution de l'acide chlorhydrique concentré à -15 °C, une huile jaune composée d'un mélange de polysulfanes (H2Sn) se forme sous la phase aqueuse. On sépare le disulfure des autres polysulfures (essentiellement des trisulfures) par distillation fractionnée[7],[8].

Le disulfure d'hydrogène se décompose aisément en sulfure d'hydrogène (H2S) et en soufre[8]. Dans la chimie des composés organo-sulfurés, le disulfure de dihydrogène est additionné aux alcènes pour obtenir des disulfures et des thiols[9].

Effets sur la santé[modifier | modifier le code]

Le disulfure d'hydrogène a été décrit comme « ayant une odeur forte et irritante » qui ressemble à celle du camphre ou du chlorure de soufre, provoquant « des larmes et une sensation de brulures dans les narines »[8]. Fortement concentré, il peut être la cause de vertiges, de désorientations et au pire de pertes de connaissance[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a et b (en) K. H. Butler et O. Mass, « HYDROGEN DISULFIDE », Journal of the American Chemical Society, vol. 52, no 6,‎ 1930, p. 2184-2198 (DOI 10.1021/ja01369a004)
  3. (en) C. P. Smyth, G. L. Lewis, A. J. Grossman, F. B. Jennings III, « The Dipole Moments and Structures of Certain Compounds of Sulfur, Selenium and Phosphorus », Journal of the American Chemical Society, vol. 62, no 5,‎ 1940, p. 1219-1223 (DOI 10.1021/ja01862a067)
  4. (en) David R. Lide, CRC Handbook of Chemistry and Physics, CRC Press Inc,‎ 2009, 90e éd., Relié, 2804 p. (ISBN 978-1-420-09084-0)
  5. (en) D. W. Davies, « Photoelectron spectra of hydrogen peroxide and hydrogen disulfide : ab initio calculations », Chemical Physics Letters, vol. 28, no 4,‎ 15 octobre 1974, p. 520–522
  6. (en) P. Lazzeretti and R. Zanasi, « On the calculation of parity-violating energies in hydrogen peroxide and hydrogen disulfide molecules within the random-phase approximation », Chemical Physics Letters, vol. 279, no 5-6,‎ 1997, p. 349–354
  7. (en) A. K. De, A Text Book of Inorganic Chemistry (ISBN 978-81-224-1384-7, lire en ligne)
  8. a, b et c (en) Walton and Parson, « Preparation and Properties of the Persulfides of Hydrogen », J. Amer. Chem. Soc., vol. 43,‎ 1921, p. 2539–48
  9. Hazardous Reagents, Robinson Brothers
  10. (en) G Stein, Wilkinson, Seminars in general adult psychiatry, Londres, Royal College of Psychiatrists,‎ 2007, 2e éd. (ISBN 978-1-904671-44-2)