Région militaire (Allemagne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir WK.
Les 15 régions militaires de l'Allemagne en 1938, après l'Anschluss.

En Allemagne une région militaire, sous la République de Weimar, puis le Troisième Reich, s'appellait Wehrkreis (pluriel Wehrkreise, abrégé WK).

Liste des Wehrkreise[modifier | modifier le code]

Les régions militaires de l'Allemagne Les régions géographiques Siège de l'administration du WK
Wehrkreis I Prusse-Orientale (Ostpreußen), Białystok Königsberg
Wehrkreis II Poméranie, Mecklembourg Stettin
Wehrkreis III une partie du Neumark, Brandebourg Berlin
Wehrkreis IV Saxe, Thuringe orientale, nord de la Bohême Dresde
Wehrkreis V Bade, Wurtemberg, Alsace Stuttgart
Wehrkreis VI Westphalie, nord de la Rhénanie, Belgique orientale Münster
Wehrkreis VII sud de la Bavière Munich
Wehrkreis VIII Silésie, Sudètes Breslau
Wehrkreis IX Hesse, Thuringe occidentale Cassel
Wehrkreis X Schleswig-Holstein, nord du Hanovre Hambourg
Wehrkreis XI Brunswick, Anhalt, sud du Hanovre Hanovre
Wehrkreis XII Eifel, Palatinat, Sarre, Lorraine, Luxembourg Wiesbaden
Wehrkreis XIII nord de la Bavière, ouest de la Bohême Nuremberg
Wehrkreis XVII Autriche, sud de la Bohême et de la Moravie Vienne
Wehrkreis XVIII Styrie, Carinthie, Tyrol, nord de la Slovénie Salzbourg
Wehrkreis XX[note 1] Reichsgau Danzig Westpreußen Dantzig
Wehrkreis XXI[note 1] Wartheland Posen
Wehrkreis Böhmen und Mähren[note 2] Protectorat de Bohême-Moravie Prague
Wehrkreis Generalgouvernement[note 2] Gouvernement Général Cracovie
  1. a et b Les régions militaires XX et XXI ont été établies en Pologne après sa défaite, à Gdańsk et Poznań, dans des régions qui faisaient autrefois partie de l'Empire allemand. Ces régions furent annexées par l'Allemagne.
  2. a et b Ces deux régions militaires supplémentaires ont été créés en 1942 dans des régions déjà annexées par l'Allemagne.

Organisation et historique des Wehrkreise[modifier | modifier le code]

1914 : les Korpsbereiche de l'Empire allemand.

Période de la Reichswehr[modifier | modifier le code]

La disposition et la numérotation des 7 Wehrkreise de la Reichswehr reprend en grande partie la division du territoire de l'empire Allemand en « zone du Corps d'armée » (Korps-bereiche) qui comprenait un corps d'armée par zone. La Reichswehr y stationnera une division portant le même numéro.

Expansion rapide sous le IIIe Reich[modifier | modifier le code]

En 1935, trois nouvelles régions de plus, les WK VIII, IX et X, sont créées. À l'automne 1936, les WK XI et XII sont encore formées. Puis à l'automne de 1937, une 13e région militaire est formée (WK XIII) par un découpage du WK VII.

A partir de 1935 chaque Wehrkreis redevient le Q.G. d'un Corps d'armée portant le même numéro ; par exemple, le Generalkommando II. Armee-Korps a son Q.G. à Stettin, dans le Wehrkreis II. Il y a donc théoriquement treize Corps d'armées en Allemagne au début de la création de la Wehrmacht. Cependant, comme l'armée alemande développait des divisions nouvelles, les Schnellen Truppen, il fut décidé de créer trois corps d'armées supplémentaires qui n'aurait pas une région militaire correspondante, d'où le trou dans la numérotation des Wehrkreis, on passe de XIII à XVII (pour l'Autriche) et c'est ainsi qu'à cause du Generalkommando XIX. Armee-Korps, crée en Autriche, après l'Anschluss, qu'aucune 19e région militaire (WK XIX) ne sera créée durant la guerre.

  • Generalkommando XIV. (mot.) Armee-Korps mis sur pieds à Magdebourg (WK XI) le 1er avril 1938 pour encadrer les quatre Divisions motorisées (2e, 13e, 20e et 29e) de l'armée de terre allemande[1].
  • Generalkommando XV. (mot.) Armee-Korps mis sur pieds le 10 octobre 1938 à Iéna (WK IX) pour encadrer les trois leichte Divisionen de l'armée de terre allemande[2].
  • Generalkommando XVI. (mot.) Armee-Korps mis sur pieds en février 1938 à Berlin (WK III) pour les trois Panzer-Division de l'armée de terre allemande. Son autre nom était le (General)Kommando der Panzertruppen.
  • Generalkommando XIX. Armee-Korps mis sur pieds juste avant le déclenchement de la guerre, à Vienne (WK XVII), le 1er juillet 1939[3] pour diriger la 2. Panzer-Division (dont la garnison passe de Wurtzbourg à Vienne[4]) et la nouvelle 4. leichte Division.

À partir de 1935, le commandant du Corps d'Armée est aussi le gouverneur de toute la région militaire. Mais pour soulager les commandants du travail administratif et dans la mesure du possible les laisser s'occuper des affaires militaires de leurs unités, l'administration du WK était entre les mains d'un poste dit General z.b.v. (général à emploi spécial). Il s'agissait la plupart du temps d'un général d'un certain âge et dont la santé ne permettait plus de commander sur le terrain mais dont l'expérience le rendait à même d'occuper ce poste à grandes responsabilités. Il était censé devenir le gouverneur effectif du WK lors de la mobilisation et du départ du Corps d'armée en guerre à l'étranger avec son commandant général à la tête.

Les 19 régions du Großdeutsches Reich[modifier | modifier le code]

Les dix-neuf régions militaires du Grossdeutches Reich en 1943-1944.

A partir de la fin de 1942, le Großdeutsches Reich est subdivisée en dix-neuf Wehrkreise. Au début de la guerre, l'Allemagne n'en comptait que quinze, portant les numéros I à XIII, plus les XVII et XVIII ; deux Wehrkreise furent ajoutés après la campagne de Pologne, les WK XX et XXI. Enfin, deux autres Wehrkreise furent ajoutés en 1942, le Wehrkreis Böhmen-Mähren qui incluait tout le Protectorat de Bohême-Moravie, et le Wehrkreis Generalgouvernement qui contenait les régions polonaises non intégrés dans les WK XX et XXI.

Organisation des Wehrkreise[modifier | modifier le code]

Les Wehrkreise sont organisés selon une chaîne de direction qui comprend la zone d'affectation (Wehrersatzbezirk) et des sous-zones d'affectation (Wehrbezirk). La plupart des régions militaires possèdent deux ou trois zones d'affectation, bien que des régions très habités peuvent en compter jusqu'à quatre, alors que d'autres régions peu peuplées n'ont n'en qu'une. Le Q.G. d'une Wehrersatzbezirk s'appelle le Wehrersatz-inspektion, celui d'une Wehrbezirk est le Wehrbezirks-kommando.
Dès la fin de l'année 1944, des sections de WK à l'Est furent "occupées" (ou "libérées") par l'Armée Rouge. L'OKW mit en place des solutions pour pallier au problème de la rotation des élèves-officiers et des blessés sortant des hôpitaux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tessin, Georg. Verbände und Truppen der deutschen Wehrmacht und der Waffen-SS im Zweiten Weltkrieg 1939-1945. Tome 3, p. 290.
  2. Tessin, Georg. Verbände und Truppen der deutschen Wehrmacht und der Waffen-SS im Zweiten Weltkrieg 1939-1945. Tome 4, p. 4.
  3. Tessin, Georg. Verbände und Truppen der deutschen Wehrmacht und der Waffen-SS im Zweiten Weltkrieg 1939-1945. Tome 4, p. 113.
  4. Tessin, Georg. Verbände und Truppen der deutschen Wehrmacht und der Waffen-SS im Zweiten Weltkrieg 1939-1945. Tome 2, p. 105.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anonyme. German Order of Battle 1944: The regiments, formations and units of the German ground forces. Arms and Armour Press, Londres, 1975.
    Reproduction d'un document militaire du Haut-Commandement des Alliés, datant de 1944.
  • Anonyme. The German Remplacement Army (Ersatzheer). Military Intelligence Division, War Departement, avril 1944.
    Document militaire de l'Armée US.
  • Anonyme. The German Remplacement Army (Ersatzheer), Supplement May 1945. Military Intelligence Division, War Departement, mai 1945.
    Document militaire de l'Armée US, supplément au The German Remplacement Army (Ersatzheer). édition de février 1945.
  • Absolon, Rudolf. Die Wehrmacht im Dritten Reich. Boppard, Harald Boldt. vol. 
  • Müller-Hillebrand, Burkhard. Das Heer 1933-1945. Frankfurt, Mittler & Sohn. vol. 
  • Tessin, Georg. Verbände und Truppen der deutschen Wehrmacht und der Waffen-SS im Zweiten Weltkrieg 1939-1945. Biblio-Verlag, Bissendorf. 17 vol. 
  • Tessin, Georg. Deutsche Verbände und Truppen 1919-1939. Biblio-Verlag, Osnabrück.

Liens internes[modifier | modifier le code]