District de la Broye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Broye.
District de la Broye
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Fribourg
Chef-lieu Estavayer-le-Lac
Communes 30
N° OFS 1001
Démographie
Population 29 246 hab. (2013[1])
Densité 168 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 49′ 19″ N 6° 54′ 09″ E / 46.82194, 6.902546° 49′ 19″ Nord 6° 54′ 09″ Est / 46.82194, 6.9025  
Superficie 17 370 ha = 173,7 km2
Localisation
Image illustrative de l'article District de la Broye

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
District de la Broye

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
District de la Broye

Le district de la Broye est un des sept districts du canton de Fribourg en Suisse. Le district a été créé par la constitution cantonale que le canton de Fribourg s'est donné le 19 mars 1848.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le district de la Broye est une région fortement découpée au sein de la Broye vaudoise. Il est constitué d'une surface adjacente au district de la Sarine et de trois enclaves dans le canton de Vaud : Estavayer-le-Lac (Estavayer-le-Lac est sur le canton de Fribourg), Surpierre et Vuissens. Tours, une quatrième minuscule enclave, faisant partie de la commune de Montagny, s'y ajoute.

Population[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

Le français est la langue principale de la Broye.

Langue Pourcentage (1990) Pourcentage (2000)
Français 85,8 % 87,8 %
Allemand 6,5 % 6,3 %
Italien 1,2 % 0,8 %
Autres 6,5 % 5,1 %

Une minorité très petite parle encore le Patois broyard. Les statistiques du recensement de la population de l'année 1990 indique 169 personnes.

Religions - Confessions[modifier | modifier le code]

Confession Pourcentage (1990) Pourcentage (2000)
Catholique romaine 80,1 % 69,7 %
Protestante 13,7 % 15,3 %
Autres ou sans religion 6,2 % 15 %

Gouvernement[modifier | modifier le code]

Estavayer-le-Lac est la préfecture du district. La préfecture se trouve au château de Chenaux et gère principalement des autorisations (enseignes, lottos, tombolas) et des remises de permis (chiens, chasse, construction, pêche, etc). La localité dispose d'un Cycle d'Orientation de la Broye. Domdidier est la seconde localité du district et abrite le siège de l'OCN fribourgeoise section Nord et le second Cycle d'Orientation de la Broye.

Économie[modifier | modifier le code]

Le secteur des prestations entretient plus de 40 % des emplois. Avec 30 % chacun, les secteurs agricole et industriel (surtout la construction, le tabac, l'électrotechnique et l'électronique) se partage le reste.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un canoë de l'Âge de la pierre (env. 6200 avant J.-Christ) trouvé à Estavayer-le-Lac témoigne d'une colonisation précoce de la région. De nombreuses découvertes datant de la fin de l'âge de la pierre à Portalban laissent conclure que l'homme s'est rapidement établi dans la région.

De véritables centres de fabrication de bijoux, d'armes (haches, épées), de textiles et de poteries ont été découverts à Cheyres, Font, Estavayer-le-Lac, Autavaux, Gletterens et Portalban.

Les découvertes celtes et romaines sont également nombreuses. Le nom Broye est celtique : Broye = brogia.

À partir de 500 après J.-Christ la christianisation de tout le territoire se fait sentir. Les premières églises telles que Domdidier, Dompierre-le-Grand, Dompierre-le-Petit et Tours, en sont des exemples.

La construction des châteaux démarre vers l'an mille. Plusieurs châteaux et ruines témoignent de cette époque. À la suite des guerres de Bourgogne l'influence de Fribourg augmente. En 1536 la Broye se désagrège en plusieurs parties. Par la réforme, des enclaves catholiques se forment au milieu de la Broye vaudoise.

À partir du XVIe siècle de puissantes familles prennent le pouvoir (Patriciat). Ce pouvoir tombe au moment de l'invasion française au début du XIXe siècle.

Après la guerre du Sonderbund (1847), le canton de Fribourg se donne une nouvelle constitution. La Broye devient un des sept districts et l'est resté sous cette forme jusqu'à ce jour. Le 19 mars 1848, la constitution cantonale entre en vigueur. C'est également la naissance du district de la Broye.

Communes et lieux[modifier | modifier le code]

Communes[modifier | modifier le code]

Voici la liste des communes composant le district avec, pour chacune, sa taille et sa population.

Commune[2] Taille [ha][3] Population [1]
Bussy FR.png Bussy 360 406
Châbles.blason.png Châbles 474 718
Châtillon.png Châtillon 131 408
Cheiry.jpg Cheiry 648 371
Cheyres-coat of arms.svg Cheyres 513 1 338
GW-FR-Cugy neu.png Cugy 986 1 510
Delley-Portalban-coat of arms.svg Delley-Portalban 726 1 016
Domdidier.jpg Domdidier 891 2 936
Dompierf.jpg Dompierre 445 937
Drapeau estavayer-le-lac 295x354.png Estavayer-le-Lac 639 6 094
Fetigny-coat of arms.svg Fétigny 408 896
Gletterens-coat of arms.svg Gletterens 292 954
Léchelles-coat of arms.svg Léchelles 875 666
GW-FR-Les-Montets.png Les Montets 1 031 1 358
GW-FR-Lully neu.png Lully 550 1 050
Ménières-coat of arms.svg Ménières 438 353
Montagny-coat of arms.svg Montagny 1 752 2 204
Morens-coat of arms.svg Morens 260 142
Murist-coat of arms.svg Murist 820 612
Nuvilly-coat of arms.svg Nuvilly 400 394
Prévondavaux-coat of arms.svg Prévondavaux 180 64
Rueyres-les-Prés-coat of arms.svg Rueyres-les-Prés 317 376
Russy-coat of arms.svg Russy 370 229
Saint-Aubin-coat of arms.svg Saint-Aubin 788 1 557
Sévaz-coat of arms.svg Sévaz 250 255
Surpierre-coat of arms.svg Surpierre 482 325
Vallon-coat of arms.svg Vallon 351 382
GW-FR-Vernay.png Vernay 829 1 067
Villeneuve-coat of arms.svg Villeneuve 353 375
Vuissens-coat of arms.svg Vuissens 561 253
Total : 30 17 370 29 246

Fusions de communes[modifier | modifier le code]

Le canton de Fribourg promeut les fusions grâce à un fonds. Depuis 1999, celles-ci ont fortement augmenté.

Fusions de communes depuis 1831 :

Entrée en vigueur (date) Anciennes communes Nouvelle commune
1831 / 18531 Mannens + Grandsivaz Mannens / Mannens-Grandsivaz
1.1.1970 La Vounaise + Murist Murist
1.1.1981 Monborget + Murist Murist
1.1.1991 Les Friques + Saint-Aubin Saint-Aubin
1.1.1992 Franex + Murist Murist
1.1.1994 Léchelles + Chandon Léchelles
1.1.2000 Montagny-la-Ville + Montagny-les-Monts Montagny
1.1.2004 Mannens-Grandsivaz + Montagny Montagny
1.1.2004 Aumont FR + Frasses + Granges-de-Vesin + Montet (Broye) Les Montets
1.1.2005 Delley + Portalban Delley-Portalban
1.1.2005 Chapelle (Broye) + Cheiry Cheiry
1.1.2005 Cugy + Vesin Cugy
1.1.2006 Autavaux + Forel + Montbrelloz Vernay
1.1.2006 Bollion + Lully + Seiry Lully
1.1.2012 Font + Estavayer-le-Lac Estavayer-le-Lac

1En 1831, Mannens et Grandsivaz ont fusionné. En 1853, le nom de Mannens a été adapté en Mannens-Grandsivaz.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidante permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance, en 2013 », sur Office fédéral de la Statistique.
  2. « Liste des communes fribourgeoises », sur fr.ch (consulté le 4 novembre 2010)
  3. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le district de la Broye fribourgeoise a 150 ans (1848-1998), Imprimerie Butty, Estavayer-le-Lac
  • Freiburg ein Kanton und seine Geschichte, 1991

Liens externes[modifier | modifier le code]