District de Futaba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

37° 26′ 50″ N 141° 00′ 20″ E / 37.4472, 141.0056

Le district de Futaba, dans la Préfecture de Fukushima

Le district de Futaba (双葉郡, Futaba-gun?) est l'un des 13 districts de la préfecture de Fukushima au Japon. Il est subdidivisé en 8 municipalités.

En 2003, ce district avait une population estimée à 75 220 habitants, et une densité de population de 86,95 personnes par km2, pour un superficie totale de 865,12 km2.

La centrale nucléaire de Fukushima Daiichi est située dans ce district. Suite à l'accident nucléaire de Fukushima, plusieurs municipalités ont été contaminées et sont évacuées, dont certaines pour une durée indéfinie (possiblement plusieurs décades).

Villes et villages[modifier | modifier le code]

L'accident nucléaire de Fukushima[modifier | modifier le code]

Localisation des municipalités du district par rapport aux zones d'évacuation

La centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi est située à cheval sur deux municipalités, Ōkuma et Futaba : ces deux municipalités riveraines ont donc été les plus exposées aux retombées de l'accident nucléaire de Fukushima, et ont été évacuées presque immédiatement.

Les autres municipalités du district sont également concernées à un degré ou à un autre par l'accident:

  • Tomioka et la moitié sud-est de Namie sont situées directement dans la zone d'exclusion des 20 km et ont été évacuées dès les premiers jours.
  • Katsurao et la moitié nord-ouest de Namie sont situés dans le couloir de contamination s'étendant au nord-ouest de la centrale, et leur évacuation est ordonnée le 11 avril 2011;
  • Enfin, Hirono, Kawauchi, et Naraha sont à cheval sur la zone d'exclusion des 20 km (où la population a été évacuée) et sur la zone intermédiaire des 20-30 km (où il est conseillé aux enfants et aux femmes enceintes de partir par leurs propores moyens et à la population en général de se tenir prêts à une éventuelle évacuation).

Certaines communes sont fortement contaminées par les retombées de l'accident, et il y subsiste une concentration surfacique élevée en césium 134 et 137[1]. La radioactivité mesurée en 2011 en certains points est plusieurs milliers de fois supérieure à la normale, et le gouvernement japonais admet en août 2011 que les zones à proximité immédiate de la centrale seront probablement maintenues hors d'accès « pour une longue période, peut-être plusieurs décennies »[2].

Le 30 septembre 2011, le gouvernement japonais lève la consigne de préparation à l'évacuation pour 5 communes parmi lesquelles lesquelles Hirono, Kawauchi et Naraha (uniquement pour la partie située en-dehors de la zone d'exclusion des 20 km)[3].

D'après un sondage effectué par l'Université de Fukushima, 27 % des habitants évacués déclarent qu'ils n'ont pas l'intention de revenir vivre dans le district, et ce taux dépasse les 50 % pour les moins de 35 ans[4].

Le 22 décembre 2011, le gouvernement japonais annonce son intention de redécouper la zone d'exclusion en trois aires, avec des statuts différents en fonction de leur niveau de radioactivité, ce qui permettrait le retour d'une partie des habitants[5]. Cette annonce inquiète de nombreux maires du district, dont les territoires vont être ainsi divisés, et dont certains quartiers seront officiellement interdits au retour pour plusieurs années[6].

Le 28 décembre 2011, le Ministre japonais de l'Environnement Gōshi Hosono demande aux autorités locales du district qu'une décharge y soit aménagée à titre temporaire pour le stockage de la terre contaminée et des autres déchets radioactifs provenant des travaux de décontamination, probablement dans les communes qui jouxtent la centrale, Ōkuma ou Futaba[7] : « On trouve dans ce district de nombreuses zones où les doses annuelles de radiations vont dépasser 100 millisieverts, et il va être difficile d'y abaisser les niveaux de radioactivité par des méthodes conventionnelles. » La demande a causé un choc aux habitants et aux autorités locales[8]. Contrairement à la majorité des maires du district, qui considèrent qu'ils n'ont pas le choix et doivent accepter, le maire de Futaba refuse la semaine suivante, considérant que la construction d'une telle décharge dans sa municipalité rendrait impossible le retour des habitants[9]. Les négociations officielles entre les autorités locales et le gouvernement ont débuté le 12 janvier 2012[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, Synthèse des informations disponibles sur la contamination radioactive de l'environnement terrestre japonais provoquée par l'accident de Fukushima Dai-ichi,‎ 25 mai 2011 (lire en ligne)
  2. Yves Miserey, « Fukushima : certaines zones durablement évacuées », le Figaro,‎ 22 août 2011 (consulté le 30 décembre 2011)
  3. AFP, « Fukushima : le Japon lève des restrictions au-delà de 20 kilomètres », Le Point,‎ 30 septembre 2011 (consulté le 29 décembre 2011)
  4. (en)« 1/4 won't return to Fukushima restricted zone », NHK World,‎ 8 novembre 2011 (consulté le 29 décembre 2011)
  5. LeMonde.fr avec AFP, « Fukushima : l'État prépare le retour d'habitants dans la zone évacuée », Le Monde,‎ 22 décembre 2011 (consulté le 30 décembre 2011)
  6. (en)« Local mayors discontent with plan to reclassify no-entry zones », The Yomiuri Shimbun,‎ 22 décembre 2011 (consulté le 30 décembre 2011)
  7. « Areas where annual radiation doses are expected to exceed 100 millisieverts are concentrated in the county, and it is difficult to lower the radiation levels there through normal decontamination efforts », source : (en)« Gov't asks Fukushima to host interim waste storage facility », The Mainichi Daily News,‎ 29 décembre 2011 (consulté le 29 décembre 2011)
  8. (en)« Gov't request for nuclear storage facility site sends shockwaves through Fukushima », The Mainichi Daily News,‎ 29 décembre 2011 (consulté le 29 décembre 2011)
  9. (en)« Futaba mayor opposes radioactive soil storage », NHK World,‎ 4 janvier 2012 (consulté le 7 janvier 2012)
  10. (en)« Local govts start discussing waste soil storage », NHK World,‎ 12 janvier 2012 (consulté le 12 janvier 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]