Disparition de Maddie McCann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

37° 05′ 19″ N 8° 43′ 51″ O / 37.08865, -8.73083

Madeleine McCann

alt=Description de l'image Defaut.svg.
Nom de naissance Madeleine Beth McCann
Alias
Maddie
Naissance 12 mai 2003 (11 ans)
Leicester, Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique
Ascendants
Kate McCann (mère)
Gerry McCann (père)

La disparition de Madeleine McCann, fillette britannique de presque quatre ans née le 12 mai 2003 à Leicester, s'est produite durant la soirée du jeudi 3 mai 2007 à Praia da Luz en Algarve au Portugal.

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon ses parents, ils l'avaient mise au lit ainsi que leurs deux autres enfants, et dînaient à une centaine de mètres avec des amis dans un restaurant. Vers 21 h, le père serait allé voir ses enfants et a constaté que tout allait bien. À environ 21 h 45, les parents rentrent du restaurant, et auraient découvert le lit de Maddie vide et les volets et la fenêtre ouverts. Ils font appeler non le 112, mais la gendarmerie à 22 h 41. Les gendarmes, le personnel du complexe, des hôtes et des habitants de Praia da Luz ont cherché jusqu'à h 30, tandis que la police des frontières et tous les aéroports portugais et espagnols étaient en alerte.

Le 9 mai 2007, Interpol diffuse une alerte mondiale à tous ses membres pour sa disparition[1],[2].

La disparition de cette enfant a été très largement médiatisée en Europe.

La chaîne d'information française LCI rapporte qu'un site lancé par la famille pour recevoir des informations et recueillir des fonds afin d'aider aux recherches a reçu cinq millions de visites en moins de vingt-quatre heures. Des offres de dons ont été reçues de la part de simples particuliers, de petites entreprises mais également de multinationales afin d'aider à lancer une campagne d'affichage dans toute l'Europe[3].

La ministre de la justice allemande, Brigitte Zypries, affirma le 3 juin 2007, à une réunion des ministres de la justice du G8, que la disparition de la fillette a été causée par un réseau pédophile[4].

Après de multiples pistes plus ou moins sérieuses étudiées, dont celle de la culpabilité des parents, et la possible intervention d'un pédophile étranger[5],[6], la police portugaise reste au point mort et aucune solution ne semble pouvoir intervenir presque trois ans après la disparation de la petite fille.

En mai 2009, le policier portugais chargé de l'enquête, Gonçalo Amaral, publie les conclusions des enquêteurs dans le livre Maddie, l'enquête interdite : Madeleine est morte dans l'appartement, son cadavre a été caché[7].

Alors que l'enquête est close au Portugal[8], en novembre 2009, les parents de Maddie lancent un nouvel appel à témoin avec deux photos vieillies[9].

En mars 2010, un tribunal portugais autorise la publication du rapport d'enquête, lourd de deux mille pages. Certaines pistes, crédibles selon les parents mais sans pertinence selon la police judiciaire, n'auraient pas été exploitées[10].

Début mai 2011, Scotland Yard relance l'enquête grâce à une nouvelle piste : deux hommes incarcérés en Écosse pour pédophilie, Charles O'Neil et William Lauchlan. Ils se sont beaucoup déplacés en Europe, notamment au Portugal à partir de 2006. De plus, Charles O'Neill ressemble au suspect aperçu en train de rôder autour du complexe touristique portugais de Praia da Luz où la fillette a disparu.

Lors de la rentrée littéraire de janvier 2012 en France, un roman écrit par Arthur Dreyfus s'inspire largement du déroulement de la disparition de Maddie : Belle Famille, et explore la piste des parents metteurs en scène d'enlèvement. Quant à Gonçalo Amaral, le policier de la police judiciaire responsable de l’enquête, qui avait été condamné en première instance pour son livre L’Enquête interdite (Bourin Éditeur), la cour d’appel lui a finalement donné raison. Les McCann ont bien tenté un recours devant la cour suprême de justice, mais celle-ci a rejeté leur demande.

Documentaire télévisé[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « INTERPOL diffuse une alerte mondiale pour une enfant de nationalité britannique portée disparue », sur Interpol,‎ 9 mai 2007 (consulté le 23 mars 2014)
  2. « Fiche jaune d'Interpol sur McCann Madeleine Beth », sur Interpol (consulté le 23 mars 2014)
  3. « tf1.lci.fr. »
  4. (en) « Madeleine paedophile gang theory 'is likely' », The Scotsman,‎ 3 juin 2007 (lire en ligne)
  5. (en) Matt Blake, « Paedo Raymond Hewlett 'saw Maddy twice before she vanished' », sur The Daily Mirror,‎ 6 juin 2009 (consulté le 23 mars 2014)
  6. « Maddie: Un pédophile suspecté », sur Le Journal du dimanche,‎ 22 mai 2009 (consulté le 23 mars 2014)
  7. Maddie, l'enquête interdite, Bourin Éditeur, Paris, 2009, (ISBN 2849411256)
  8. « Praïa da Luz ne veut plus entendre parler de l’affaire Maddie », sur Euronews,‎ 3 mai 2009 (consulté le 23 mars 2014)
  9. « Nouvel appel à témoin pour retrouver Maddie », sur Le Parisien,‎ 3 novembre 2009 (consulté le 23 mars 2014)
  10. « Au troisième œil »,‎ le 4 mars 2010 (consulté le 23 mars 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • (en) Missing Madeleine Site officiel incluant une déclaration vidéo des parents remerciant les médias et tous ceux qui aident à rechercher leur fille.