Discussion:Violence policière

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autres discussions [liste]
  • Suppression -
  • Neutralité -
  • Droit d'auteur -
  • Article de qualité -
  • Bon article -
  • Lumière sur -
  • À faire -
  • Archives

Définition[modifier | modifier le code]

"La violence policière est l'abus de violence dont peuvent faire preuve les forces de police en relation directe ou indirecte avec leur activité légitime. Le caractère abusif est essentiel"

Je ne suis pas d'accord: en cas de légitime défense, par exemple, un meurtre est sûrement un acte violent, mais ce n'est pas une violence abusive. Idem pour le menottage dans les cas prévus par la loi. Le mot "violence" ne contient aucune idée d'abus, contrairement à "bavure" (qui désigne plutôt des accidents que des violences volontaires). Apokrif 4 septembre 2006 à 17:39 (CEST)

Mais le sens de l'expression "violence policière" ne désigne jamais l'usage légitime de la violence, bien plutôt l'abus de violence. C'est une expression qui a un sens différent de l'adjonction des deux mots.--D.N. 4 septembre 2006 à 21:58 (CEST)
A supposer (à vérifier) que l'expression ne soit utilisée qu'avec ce sens, il faudrait le préciser, parce que là c'est trompeur: on a l'impression que l'usage de la violence est forcément abusif (et qu'il est forcément abusif qu'un policier blesse ou tue quelqu'un). Pourquoi ne pas titrer l'article (par exemple) "abus de violence par la police" ? Ou encore, "légalité de l'usage de la violence par la police" ? Apokrif 17 juillet 2007 à 21:10 (CEST)
Discuter:Violence policière/Neutralité Apokrif 25 juillet 2007 à 19:23 (CEST)
parce que ça n'apporte rien de jouer sur les mots, et que dans la pratique quand on parle de violence policière on parle de l'abus de cette violence, et quand quelqu'un fait une recherches sur les violence policières il cherches des articles sur les mise a tabac.

Paris en mai 1940[modifier | modifier le code]

Il est vraisemblable qu'une manifestation de sympathisants nazis à Paris en mai 1940 aurait été aussi durement réprimée.


Ne serait-il pas utile de rappeler qu'à cette date, Paris n'est pas encore sous contrôle des armées allemandes ?

Cordialement,

Jacques.

Modifications en cours[modifier | modifier le code]

J'ai supprimé deux passages raillant l'action d'Amnesty internationale et faisant un jeu de mot sur son nom, ces passages n'apportant rien à la définition de la Violence Policière et posant un problème de neutralité.

signé ?

J'ai rétabli la liste des violences policières en ajoutant l'indication "Voir notices particulières" à la suite d'une tentative de 83.112.46.222 de gommer tout ce qui incrimine la police dans cet article avec un POV évident. Il ne s'agit pas ici de juger du bien-fondé de la violence policière mais de la décrire. Chacune des affaires peut faire l'objet d'une notice détaillée.
--D.N. 6 mars 2007 à 16:02 (CET)

Violences policières ou mise à mal de l'autorité? On peut se demander si, par essence, l'article n'est pas politisé ou son auteur inféodé à une association de lutte contre ces dites violences. Je dit cela car lorque que l'on tape "ratonnade", on tombe sur "les ratonnades policières n'existe plus en FRANCE, mais les violences policières continuent", ensuite, on est guidé vers cet article. Bref, lorsqu'on nous rajoute la liste de tous les morts dû à l'action policière mélangeant maintien de l'ordre, guerre civile ou action individuelle et qu'on en tire une généralité, puis on l'a compare à la police nord-américaine, cela laisse vraiment perplexe; D'ailleurs un accident de la route causé par un véhicule de police n'est-il pas pour vous une violence policière? Les causes (!!)qui ne sont nullement mentionnées, doivent être elle aussi répertoriées! A savoir une violence banalisée de la population envers elle-même, une crise d'identité de la police qui ne sait plus trop ce qu'elle doit faire puisqu'elle est de plus en plus instrumentalisée par les pouvoirs politiques et lâchée dès que cela sent le soufre; une baisse du respect des valeurs de la société française et une remise en cause de toute autorité avec une justice peu efficace. Dés lors, les violences contre les personnes et contre les policiers explosent en FRANCE, dont 2007 est le record ; N*'oubliez pas le policier tué dernièrement à la foire du trône, les caillassages de voitures de la police parisienne passés sous silence par les médias, les jet de cocktails molotovs pendant la fète nationale, et j'en passe et certainement des meilleurs; alors, cher rédacteur d'articles votre clavier a quelque peu bavé en ne mentionnant aucune des raisons précedemment citées. dommage. le correcteur

Appellation trompeuse[modifier | modifier le code]

"La violence policière est l'abus de violence" La violence policière n'est évidemment pas la même chose que l'abus de violence par les policiers: la violence n'est pas forcément abusive, les policiers peuvent y recourir (comme d'ailleurs les non-policiers, notamment en cas de légitime défense). Apokrif 17 juillet 2007 à 21:08 (CEST)

Comme il est expliqué en haut de la page, lorsqe l'on parle de violence policière, on parle de violence illégitime. Autrement, on parle de brutalité policière. Les violences policières, c'est les insultes, les claques, les coups et autres mais qui n'entraine pas de conséquence grave. En cas de conséquence importante, on parle de "bavure policière".
Il me semble quand même que parler de « violence légitime » (ce que vous appelez « brutalité ») est plus qu'un abus de langage : ce n'est pas sain ! Il y a la légitime défense; il y à la limite des moyens modérés de pression (mais ceci est assimilé à juste titre à de la torture par les ONG internationales), mais une « violence légitime », il ne faut pas abuser. D'ailleurs, l'équipement de toute police digne de ce nom est confectionné de telle façon que le policier puisse supporter un minimum de violence (CRS), ou puisse neutraliser la violence (flash ball ou le tazer par exemple - appareils qui sont normalement essayés sur chaque policier qui doit s'en servir afin qu'il sache l'effet que ça fait) avant de faire usage de la violence. Le reste est de la légitime défense ou de la violence (toujours illégitime). Il est dans l'idéal de toute police de justement ne pas faire preuve de violence, y compris devant la violence (qui n'est pas plus légitime quand elle vient de non policiers). La violence en matière de police est le signe de racisme dans certains cas, de haine dans d'autre, et d'une mauvaise formation dans le reste des cas. A mon avis. Confucius17 7 septembre 2007 à 19:45 (CEST)

Je suis d'accord et ne dis pas que la police a le droit d'être violente, bien au contraire, pour moi la police ne devrait pas avoir d'arme à feu, ni même de flash ball ou de tazer, ils sont censé garder la paix et devraient donc être au-dessus de tous les autres moralement (pas au dessus des lois mais moralement meilleur que les autres), ce qui n'est pas le cas. Ce que tu appelles légitime défense, peut se traduire par des coups de poings, de pieds, des tirs de flash ball... N'est-ce pas de la violence? et tu trouves pourtant cela légitime. Je pense que nous sommes d'accord sur le fond. J'appelle juste violence légitime ce que tu appelles légitime défense.

Suppression des bandeaux ?[modifier | modifier le code]

J'ai bougé la défintion encore plus vers NPOV. Donc je propose qu'on supprime les bandeaux : l'un de pertinence et l'autre controverse. Félicien

affirmations dérangeantes[modifier | modifier le code]

J'ai relevé un certain nombre de phrases qui me semblent inadaptées par leur ton catégorique et qui ne semblent surtout basées sur aucun élément solide. Je passe sur le tutoiement qualifié de violence policière, je trouve cela exagéré, surtout mis a côté du racisme ou du harcèlement, mais je sais on va me dire que c'est un manque de respect du citoyen donc le début de la violence. Bon admettons. Encore que, même dans ce cas, l'expression "tutoiement abusif" serait donc un pléonasme.

Par contre la remarque sur le taser qui "facilite la torture" comme si cela était une pratique courante, est totalement déplacée. Que le taser puisse avoir des effets désastreux est une réalité, mais évitons de faire passer les policiers pour des tortionnaires, d'ailleurs quand bien même ce serait le cas avec ou sans taser ça ne changerait rien.

Ensuite: "La conséquence est qu'il est souvent difficile voire impossible en pratique d'user des voies judiciaires pour obtenir réparation d'une violence commise par un policier" fantasme d'impunité, d'autant qu'il y a là une incohérence flagrante: si les violences augmentent, cela signifie soit que les condamnations pour brutalité augmentent, donc exactement l'inverse de l'impunité; soit qu'il ne s'agit que d'une impression basée sur aucune source (d'ailleurs des données chiffrées seraient les bienvenues).

De même pour: "Leur responsabilité personnelle peut être exonérée quand ils usent de violence (même inappropriée à la situation) dans l'exercice de leurs fonctions" cette affirmation m'a l'air très supecte, il serait bon d'expliquer dans quel cas cela est possible ou non (donc de citer les textes de droit administratif et/ou de droit pénal) ou bien de supprimer la phrase. L'idéal serait de préciser le régime de responsabilité précis avec les références juridiques afin de dissiper tout doute (chose dont je suis parfaitement incapable).

Sans parler du passage sur la police américaine (très réducteur d'ailleurs étant donné qu'il existe des dizaines de forces de police aux USA) qui est donc, si j'ai bien compris, raciste, anti-grève, anti-manifestation, et opprime tout mouvement religieux minoritaire. La phrase "Les groupes pour lesquels la brutalité policière est notable dans l'espace nord-américain" étant tout de même très péremptoire.

En lisant, on a plusieurs fois l'impression d'être sous pinochet et tout ceci nuit grandement à mon sens à la qualité de cet article, très complet par ailleurs. --Charon13 (d) 11 janvier 2008 à 22:05 (CET)

C'est dans ce genre de situation que je regrette de ne pas avoir tenu une revue de presse ces dernières années... J'ai souvenir d'avoir lu dans le monde des articles sur la quasi absence de condamnation des policiers français dont la faute a été reconnue, ils étaient au pire renvoyés de la police. Je me souviens également du signalement de la police new yorkaise par amnesty international me semble-t-il qui déplorait l'absence d'enquête avant une moyenne de trois morts pour un policier. Des sources sont effectivement nécessaires. Je tente quelques améliorations... Luk 14 janvier 2008 à 00:48 (CET)

J'ai essayé d'enlever tout ce qui rattache aux "les fliks ses tous des pouris". Notamment la référence à l'observatoire des libertés publiques, qui n'est pas une source que je qualifie de sérieuse (dirigé par Rajsfus, un militant d'extrême gauche pour qui je cite "les comportements de nombre de policiers n'ont guère variés depuis la sinistre période de l'occupation allemande". Ce n'est pas à mettre au même plan qu'Amnesty international (dont d'ailleurs les liens ne renvoient pas aux documents cités mais seulement à la page d'accueil du site, ont-ils été retirés ?)
Idem pour les USA avec en plus une mauvaise traduction de certaines phrases ("Some instances where police brutality has become a political or religious issue include" traduit par "Les groupes pour lesquels la brutalité policière est notable dans l'espace nord-américain comprennent" alors que ça devrait plutôt être "la brutalité policière peut être associée à une dimension politique ou religieuse pour les groupes suivants") Charon13 (d) 17 mars 2008 à 14:01 (CET)

Fusion Bavure policière en France et Violence policière en France et Bavure policière et Violence policière et Bavure policière aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Discussion transférée depuis Wikipédia:Pages à fusionner
Les 3 derniers ont été ajoutés après coup suite à la discussion
Ces deux articles traitent du même sujet, surtout que l'article violence policière en France n'aborde pas de violence qui serait légitime mais uniquement les cas d'usages excessifs. --Critias [Aïe] 2 octobre 2011 à 11:09 (CEST)

D'accord, en gardant l'intitulé Bavure policière en France qui est l'article le plus consulté. --D.N. (d) 2 octobre 2011 à 15:13 (CEST)
Contre??? Sauf erreur de ma part, la violence policière légale existe. La charge d'un peloton de policiers, le tir groupé de bombes lacrymogènes ou le défoncement d'un porte d'appartement par un bélier sont des actes violents et légaux. Si les deux articles ont le même contenu, c'est que l'un des deux contient du hors sujet. Mais il y a bien deux sujets : la violence légale et la violence interdite. A mon avis. --Utilisateur:Brunodesacacias 2 octobre 2011 à 19:32 (CEST)
Je comprends le raisonnement de Brunodesacacias, mais le terme "violences policières" ne me semble utilisé que pour parler des violences policières excessives, qui sortiraient des normes, et seraient donc assimilables à des bavures. Personne ne parle, me semble-t-il, de "violence policière" quand il s'agit de l'exercice de la "violence physique légitime" nécessaire pour réprimer des délits. Donc je serais plutôt favorable à une fusion, mais à condition de bien définir et équilibrer le contenu, éventuellement en se basant sur des textes de loi ou des jurisprudences. Jean-Jacques Georges (d) 4 octobre 2011 à 09:54 (CEST)
Avis partagé. Parler de violence policière légale me semble inapproprié. S'il s'agit d'une action légale, il ne peut s'agit que d'une réplique proportionnée à la menace (à tout le moins ressentie). Dès lors la qualifier de violence!!! En revanche la violence gratuite ou par abus d'autorité, c'est bien une bavure. --Priper (d) 4 octobre 2011 à 19:45 (CEST)
Si l'on fusionne bavure et violence en France, il faut également fusionner les articles généraux Violence policière et Bavure policière. Jerome66 (d) 11 octobre 2011 à 09:43 (CEST)
Logique. En jetant un coup d'oeil sur les interwiki, seule la WP française distingue les deux termes. --Priper (d) 12 octobre 2011 à 09:53 (CEST)

Voilà, j'ai fusionné les cinq sous violences policières ("violence" semble être plus large que "bavure"). Il reste, dans un deuxième temps, à créer les articles Affaire Ambrosi et Affaire Aveline. J'ai choisi le crédit d'auteurs par bandea ce qui pourrait permettre un retour en arrière le cas échéant. Jerome66 (d) 14 octobre 2011 à 15:43 (CEST)

PS : Pour le moment, je ne déplace pas les pages de discussion. Jerome66 (d) 14 octobre 2011 à 15:49 (CEST)
Informations sur les historiques

Bavure policière en France (h · j · ) : 229 révisions sur 6 ans
Violence policière en France (h · j · ) : 18 révisions sur 3 ans
La fusion des 2 historiques entraînera 19 changements d'articles (8%) sur 247 révisions.
Méthode suggérée pour respecter la licence (en cas de transfert de contenu) : utiliser {{Crédit d'auteurs|interne|titre de la source}} sur l'article et optionnellement {{auteurs crédités après fusion}} sur la page de discussion.