Discussion:Vassily Kandinsky

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autres discussions [liste]
  • Suppression -
  • Neutralité -
  • Droit d'auteur -
  • Article de qualité -
  • Bon article -
  • Lumière sur -
  • À faire -
  • Archives

Kandinsky et la musique[modifier | modifier le code]

Merci pour ce texte qui m'a appris plein de choses sur Kandinsky. Quelque chose qui n'est pas (ou peu) évoqué ici est le lien entre les différents arts, et notamment entre peinture et musique.

Ne connaissant que bien trop peu l'œuvre de Kandinsky pour me lancer dans un commentaire, j'espère très fort que quelqu'un impregné de cet artiste saura nous parler de ces liens étroits (évoqués notamment dans Musique et arts plastiques, par Jean-Yves Bosseur, Minerve, 1998).

Le 18/06/2006 à 14:00 (GMT+1)

Wassily Kandinsky est un peintre mystérieux qui a su développer un nouveau mouvement tout aussi interrogateur qui est "l'abstraction". Son travail est simple tout en étant compliqué. Il base sont travail sur l’harmonie des formes et des couleurs ; mais ce qui le différencie des autres ces cette organisation si précise qui fait se marier les formes entre elles, ce qui les rends si EXPRESSIVE sans avoir besoin de représenter.

De plus il y à effectivement un lien important entre peinture et musique. On remarque de nombreuses notes de musique sur quelques uns de ses tableaux. C’est probablement lié à sa synesthésie, qui lui permettait littéralement d’entendre les couleurs qu’il voyait comme des sons musicaux. Aussi les liens qui unissent la musique et les arts plastiques sont trés nombreux et trés variés. Après avoir déclaré que les œuvres des classiques ne lui plaisaient pas, il a entamé ses recherches d'avant-garde. Il a contribué, aux côtés de Schönberg, à accélérer la transition de la période romantique vers une écriture résolument moderne. Ce programme donne à entendre les derniers accents du post-romantisme, confrontés à l'affirmation de plus en plus assurée de ce que l'on est convenu d'appeler la "musique contemporaine".

Le 23/07/2006 à 15:12

Bonjour. Les rapports entre la peinture et la musique sont aussi abordés, d'un point de vue phénoménologique, dans le livre Voir l'invisible du philosophe Michel Henry (Editions François Bourin, 1988, pp. 191-204), auquel je me suis référé pour mes contributions à cet article sur Kandinsky. Il écrit notamment, à propos des thèses les plus importantes de Schopenhauer sur la musique, que "la musique exprime immédiatement notre vie, c'est-à-dire nos sentiments" (p. 199). Il nous apprend aussi que Kandinsky considérait que les pouvoirs des couleurs et des formes graphiques sont "les mêmes pouvoirs que ceux de la musique" (p. 202). Il ajoute : "Ce sont les pouvoirs de la vie, le pouvoir de vouloir, d'aimer et de souffrir -- le plus grand de tous aussi : celui de s'accroître" (p. 202). Pour Michel Henry, le lien et finalement l'unité des différents arts résident dans la subjectivité radicale de tous nos pouvoirs : "C'est parce que notre corps véritable est un corps subjectif qu'il est l'unité de tous les pouvoirs, de tous les sens qui le composent" (p. 192). Ce livre comporte également des chapitres consacrés à l'Art monumental (pp. 176-190) et à l'essence de l'Art (pp. 204-215).
Philippe Audinos (d) 26 novembre 2008 à 23:10 (CET)

Ne serais-je plus lire ?[modifier | modifier le code]

«Considéré comme l’un des artistes les plus importants du XXème siècle à côté de Picasso et de Matisse (Porte ouverte mais un peu réductrice. Le 20°s incarné dans deux peintres seulement...)
il est le fondateur de l'art abstrait : il est généralement considéré comme étant l’auteur de la première œuvre non figurative qu'on appellera abstraite de l’histoire de l’art moderne, une aquarelle peinte en 1910. (avec un peu de syntaxe, cela devrait aller mieux...)--Arcane17 23 août 2007 à 12:39 (CEST)

En tout cas vous "n'êtes" pas trop écrire... Pas trop courtois non plus. Et le principe est que si vous trouvez la syntaxe d'une phrase trop lourde ou fautive vous pouvez toujours essayer de l'améliorer au lieu de grimacer en faisant vous-même des fautes.... 94.224.222.138 (d) 7 mai 2012 à 00:08 (CEST)

Point et ligne sur plan : Objectif ou subjectif ?[modifier | modifier le code]

Bonjour. Je viens de finir la lecture de cette ouvrage, et lorsque je lis la première ligne du paragraphe qui y est consacré, à savoir :

« Il ne les analyse pas d’un point de vue objectif et extérieur, mais du point de vue de leur effet intérieur sur la subjectivité vivante du spectateur qui les regarde et les laisse agir sur sa sensibilité. »

J'ai vraiment l'impression d'être passé complètement à côté de l'ouvrage. Pour moi, il s'agit d'une tentative d'objectivisation des ressentis d'une personne face à une oeuvre, principalement une oeuvre picturale. Notamment, voir la citation que j'ai introduite en fin de paragraphe dans le texte. Avant que je ne tente d'aller plus avant lors une possible réécriture de cette partie, pourriez-vous m'indiquer si je me fourvoie violemment ? D'avance merci. choumix (d) 5 octobre 2008 à 17:16 (CEST)

Bonjour. Excusez-moi de ne pas avoir répondu plus tôt à ce message, mais j'avais besoin de me replonger dans les livres de Kandinsky, ainsi que dans le livre Voir l'invisible du philosophe Michel Henry sur lequel je me suis basé pour rédiger mes contributions personnelles à cet article, il y a plus de 3 ans maintenant. Il faut d'ailleurs que je prenne le temps de rajouter quelques références détaillées, car je n'ai indiqué à l'époque que les titres des livres qui m'ont servi de référence.

Ainsi que Kandinsky l'indique dans l'avant-propos de la première édition, les idées exposées dans son livre Point et ligne sur plan sont "le développement organique" de son livre Du spirituel dans l'art. Ce qui veut dire que sa lecture est indispensable pour la véritable compréhension de Point et ligne sur plan, puisqu'il ne reprend pas les acquis de son précédent ouvrage et les suppose connus du lecteur.

Dans l'avant-propos de la première édition de Du spirituel dans l'art, Kandinsky écrit que les idées qu'il développe ici sont "le résultat d'observations et d'expériences intérieures" (p. 9), c'est-à-dire d'observations et d'expériences purement subjectives, même s'il les exprime au moyen de mots qui font références à d'autres expériences intérieures et subjectives qui nous sont familières. Il écrit d'ailleurs à propos des mots que "le mot est une résonance intérieure" (p. 82).

Il écrit aussi dans ce même livre : "Toute chose extérieure renfermant cependant nécessairement un élément intérieur, toute forme a un contenu intérieur. La forme est donc l'extériorisation du contenu intérieur" (p. 118). C'est précisément à partir de ce "contenu intérieur", de cette "sonorité intérieure" ou de cette "résonance intérieure", et que Michel Henry appelle aussi une "tonalité affective", que l'artiste travaille lors de la création d'une peinture abstraite.

A propos de la citation de Point et ligne sur plan : "Pour ce genre d'expérience, il vaut mieux se fier à la première impression, car la sensibilité se lasse vite et cède le champ à l'imagination" (p. 170), la sensibilité comme la première impression éprouvée n'a rien d'objectif, elle n'appartient pas à un objet, elle est au contraire purement subjective, elle appartient à la vie. Et lorsque Kandinsky parle de "la résonance sereine et objective du plan originel" (p. 143), le terme objectif est employé dans le sens de "neutre" (équilibre entre les éléments calmes chaud et froid).

En conclusion de Point et ligne sur plan, Kandinsky écrit que "le but de la théorie est 1. trouver la vie, 2. rendre perceptible sa pulsation, et 3. constater la conformité aux lois de tout ce qui vit" (p. 183). Il n'est pas question ici de la vie objective et biologique que les scientifiques étudient, mais de la vie concrète et purement subjective des individus vivants. Toute la philosophie de Michel Henry est consacrée à la compréhension purement phénoménologique de ce qu'est réellement la vie ainsi éprouvée de l'intérieur.

Les numéros de pages font référence aux éditions de poche suivantes : Point et ligne sur plan (Denoël, 1989) et Du spirituel dans l'art (Gallimard, 1991).

Philippe Audinos (d) 26 novembre 2008 à 22:24 (CET)

Kandinsky impressionniste ?[modifier | modifier le code]

Bonjour, l'ajout dans l'infobox d'impressionniste ne me semble pas pertinent, car si l'impressionnisme est une filiation de l'œuvre de Kandinsky, cela ne la catégorise pas. Par contre ajouter expressionnisme serait plus judicieux car cette appartenance est reconnue, entre autre voir. Cordialement Quoique (d) 27 juin 2010 à 09:14 (CEST)