Discussion:Théologie

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autres discussions [liste]
  • Suppression -
  • Neutralité -
  • Droit d'auteur -
  • Article de qualité -
  • Bon article -
  • Lumière sur -
  • À faire -
  • Archives




Il faudrait un coup de main des spécialistes wiki de l'Islam de façon à ne pas laisser monopoliser le mot par les théologies occidentales. Mulot

OK, mais le passage sur l'Islam est mal engagé : faux et contradictoire. Les différences théologiques dans l'Islam sont plus fortes que dans le christianisme et chez les chiites, le rôler de l'interprétation est immense. Il faut donc diviser théologie sunnite et chiite, au minimum. De même, sans doute en ce qui concerne théologies catholiques, protestante et orthodoxe, où faire des articles séparés ?

explication du NPOV[modifier | modifier le code]

L'introduction, parlant de "dogme" et de "révélation" n'envisage que le christianisme dans sa version dogmatique. Or, la religion ne se limite pas au christianisme et toutes les religions ont une théologie. Bien entendu, tous les christianismes ne sont pas "dogmatiques" ce qui ne signifie pas que les non-confessants n'ont pas de théologie.

En ce qui concerne les philisophes matérialistes de l'antiquité, ils ne sont pas proprement athée mis leur théologie n'a rien de révélé non plus que de dogmatique.

L'intro de défintion est donc partielle, partiale et donc fausse Stuart Little 15 jan 2004 à 04:57 (CET)


La rubrique "Antiquité tardive" est bizarrement placée à l'intérieur de la section médiévale. Il semble difficile, aussi, d'y évoquer les théologiens musulmans. Bien que cette période n'ait pas de limite définie, l'islam apparaît bien tard pour pouvoir vraiment y être situé. J'ai donc fait quelques déplacements. Outis

La définition me semble fausse : si la théologie étudie toutes les réalités ayant trait au divin elle engloberait l'histoire de la religion, la sociologie de la religion. Or la sociologie de la religion est tout sauf de la théologie.

Paragraphes à la limite de l'absurde dans une encyclopédie[modifier | modifier le code]

je mets ici des paragraphes n'ayant pas leur place dans l'article Fabos 11 mai 2005 à 17:09 (CEST)

Dieu et l’Univers[modifier | modifier le code]

Quand un croyant entend que Dieu est absent, qu’on ne le voit jamais, il réagit d’une façon semblable à la suivante. Mais comme ils sont aveugles. Pourquoi n’ouvrent-ils pas les yeux ? La simple existence de la lumière manifeste clairement la présence de Dieu. Là où un athée ne voit qu’un désordre de particules en mouvement, le croyant voit le doigt de Dieu.

Dieu et la science[modifier | modifier le code]

Beaucoup d’entre nous sont convaincus que seule la matière est connaissable et peu ont conscience de l’absurdité de ce principe. S’il était vrai alors nous saurions ce qu’est la connaissance. Mais savoir ce qu’est la connaissance, ce n’est pas connaître la matière. Croire que seule la matière est objet de science est aussi absurde que d’affirmer péremptoirement qu’il n’y a pas de vérité absolue, parce que ceux qui le disent s’imaginent détenir par là une vérité absolue.

Dieu et l’humain[modifier | modifier le code]

Toutes les vérités théologiques ont un sens psychologique. Deux exemples pour illustrer cela. Dieu n’abandonne jamais personne. Autrement dit, chacun peut trouver en lui-même la force de surmonter ses problèmes. Chacun d’entre nous est petit devant Dieu. Autrement dit, chacun est amené à se sentir petit devant les prodiges de la Nature.

Refonte du 30 novembre 2005[modifier | modifier le code]

Avis aux lecteurs et contributeurs. Je viens de procéder à de sensibles changements dans l'article. Je n'ai guère ajouté de contenu, j'en ai même enlevé, mais je vais m'en expliquer. Le nouvel article n'est donc pas plus complet qu'avant, et il présente les mêmes lacunes, mais il devrait être plus simple de l'enrichir.

Principaux changements apportés[modifier | modifier le code]

  1. J'ai réorganisé le plan.
  2. J'ai supprimé une partie du contenu pour le transférer, en partie dans philosophie de la religion (qui existait déjà), en partie dans théologie chrétienne (que je viens de créer).
  3. J'ai étoffé l'introduction.
  4. J'ai créé un paragraphe "Terminologie".
  5. Au passage, j'en ai profité pour mettre les interwikis et la catégorie en bas.

J'ai essayé de tenir compte des remarques qui avaient été faites sur cette page. En revanche, n'étant pas spécialiste, je n'ai pas voulu essayer de combler les lacunes : le judaïsme, l'islam, les religions d'Asie sont toujours aussi mal représentés.

Bien sûr, je reste ouvert à la discussion pour toute remarque et cette version peut être refondue. En tout cas, personnellement, je suis assez content de ce travail, qui attend toute amélioration pertinente.

O. Morand 30 novembre 2005 à 23:55 (CET)


Bonjour , Je suis tombé sur l'article : Théologie - Philosophie de la religion - Questions fondamentales - Qu'est-ce que Dieu.

la définition qui en est proposée me semble pour le moins hasardeuse.

Nul ne saurait répondre à cette question.

La définition : " Dieu est la créature suprême qui donnait (1) l'origine à ce monde, et qui commande les forces maîtrisant l'équilibre de cet univers " me parrait bien hasardeuse.

Elle risque d'apres moi d'engendrer la confusion la plus grande entre "créateur" et "créature".

L'assertion " Dieu est la 'créature' (même) suprême" laisserait sous entendre qu'Il a été lui même été créé et dans ce cas celui que communément nous appelons DIEU ( le grand Dieu celui là) serait son créateur ou, au pire encore, cela laisserait supposer qu' Il (Dieu), fait partie lui même de la création.

Cette définition viendrait masquer la différence profonde de nature, d'essence, de fond, qui existe entre le Divin, hors du temps et de l'espace (ce que nous ne pouvons concevoir, prisonniers que nous sommes des quatre dimensions de notre univers), et la création dont nous sommes.

Elle (cette définition) tendrait à "rabaisser" Dieu au rang de "super-ingénieur" auteur de l'ordre et de l'ordonnancement d'un l'univers dont il ferait partie alors qu'il en est ( ou serait, selon la foi) le Créateur c'est a dire d'une essence toute différente.

Le terme Entité Supérieure ou Entité Suprême, ( à la place de Créature suprême) par son caractère indéfini, rendrait peut être sans doute mieux compte de la nature extra universelle de la nature Divine.

D'autre part, à moins de limiter la portée de cette définition aux grandes religions monothéistes, l'assertion " Dieu (quels que soient les mots employés pour le définir) est l'auteur de notre univers" serait très restrictive. Elle évince en particulier toutes hypothèses n'excluant pas l'éventualle d'existence d'une Entité Supérieure mais ne lui attribuant pas ( ou pas forcément) l'origine de l'univers

Convient-il dans un ouvrage sérieux de donner une définition de DIEU ?

Tout au plus, me semblerait il, peut on donner une définition au 'mot' Dieu, tel qu'il est employé dans notre langue : Je proposerai, sans trop de conviction d'ailleurs, au risque de me tromper et au conditionnel :

" Dieu est le nom donné à une éventuelle Entité Supérieure qui, selon certaines religions, serait à l'origine de l'univers."

Ajouterais-je : «  et qui, selon certains, maîtrise les forces qui en régissent l'équilibre » ? j'aurais un peu peur de devenir restrictif dans cette définition.

(1) le temps de ce verbe a beaucoup d'importance dans le sens de la phrase. L'auteur n'a t il pas voulu dire ' a donné '  au lieu de 'donnait' ?

Je ne sais pas si c'est bien ici le lieu pour faire part de cette remarque ? Je vous demande, si c'est possible, de la replacer là où elle devrait etre. Merci

commentaire d'un texte externe cité[modifier | modifier le code]

sous peu, ici, un commentaire de la leçon de théologie Benoit Montfort 6 mars 2006 à 16:28 (CET)

En fait, au sens le plus trict on ne peut parler de théologie que pour le paganisme finissant, le christiansime occidental et l'Orthodoxie, car c'est le produit de la rencontre entre la philosophie antique et la religion Il a exité marginalement une vraie théologie musulmane et juive, au sens d'une rencontre en les doctrines de ces religions et la philosophie (antique) mais la voie a été vite coupée si par théologie on entend tout discours sur dieu(x) et la religion alors le concept s'édulcore, les mythes et la science des religions sont de la théologie.....

Cette remarque ressemble un peu à un avis personnel. Je comprends un peu ce que vous voulez dire, j'ai d'ailleurs fait évoluer l'article en mettant certaines choses ailleurs. Je pense cependant qu'il n'est pas illégitime de parler de théologie juive et musulmane, dans la mesure où il y a réflexion sur la Foi. Je remarque par ailleurs que Si Hamza Boubakeur a publié un Traité moderne de théologie islamique, et donc que l'idée n'est pas tout à fait aussi ancienne que l'on pourrait le penser et a encore une forme d'actualité, mais vous avez au moins en partie raison.
O. Morand 7 janvier 2007 à 17:12 (CET)
ce qu'il faudrait comprendre c'est que per se et par défiition la théologie est une ciité née d ela rencontre d el philosophie grecque et deu mythe, récupérée par les chrétiens et appliquée par eux au mythe biblique 

c'est donc une activité essentiellement occidentale il existe en inde quelque chose de parallèle mais je ne sui spas compétent pour analyser finement les ressemblances et différences --philipposhelios 31 décembre 2007 à 13:00 (CET)

Hors Sujet[modifier | modifier le code]

L'immense introduction ne parle que de mythologie. Elle est complètement hors sujet. Je soumet donc ce passage à une controverse de pertinence.

Je pense de fait qu'il y a du hors sujet dans ce passage, peut-être pas tout, mais il pourrait grandement être simplifié. En outre, il pourrait recéler du travail inédit. A tout le moins si le passage devait être supprimé, je demande le rétablissement à sa place du texte que j'y avais mis et qui manquerait s'il n'y était pas.
J'ajoute que l'avis d'une troisième personne serait nécessaire avant de trancher.
O. Morand 22 août 2007 à 19:04 (CEST)
Ok. Je précise. Le passage incriminé confond théologie et théogonie. Peut-être conviendrait-il de l'y transférer. En outre, je suis d'accord. Ce travail reflète un point de vue personnel qui n'engage que l'auteur. Il faudra faire queque chose de toute façon. Gil.
Ces passages sont repris sur un site [1] sous le titre Barth et Overbeck : l'audace du théologien, site que j'ai retrouvé à partir d'un lien figurant sur la page de Philipposhelios, auteur de l'ajout incriminé... O. Morand 2 septembre 2007 à 16:36 (CEST)
J'ai divisé le long passage en question : des éléments manquant de neutralité par occidentalo-centrisme ont été supprimé, un passage a été repris sous l'intitulé « théologie et foi », un passage mis en commentaire. Le reste est conservé en rajoutant des éléments tirés d'un texte qui figurait dans l'article avant les ajouts de Philipposhelios, en essayant de ne pas doublonner l'information. Ceci étant, l'article reste insatisfaisant dans sa présentation actuelle. O. Morand 18 septembre 2007 à 00:16 (CEST)

Une phrase à vérifier par un connaisseur d'Aristote[modifier | modifier le code]

Bonjour.

Le 13 janvier 2008, un utilisateur a introduit deux mots au milieu d'une phrase, en changean complètement la signification. Je ne suis pas du tout spécialiste de ce sujet, mais ce type de changement de sens a attiré mon attention et je le souets à la sagacité des relecteurs.

la modification en question :

Version initiale

« Le terme est repris par Aristote pour distinguer les philosophes et les théologiens qui racontent, sous forme poétique, la mythologie. »
→ D'un côté, nous avons les philosophes. De l'autre les théologiens (qui utilisent la poésie).

Version modifiée

« Le terme est repris par Aristote pour distinguer les philosophes et les théologiens de ceux qui racontent, sous forme poétique, la mythologie. »
→ D'un côté, nous avons les philosophes et les théologiens. De l'autre, nous avons des personnes indéterminées qui utilisent la poésie.

J'espère qu'un lecteur attentif saura confirmer laquelle de ces deux possibilités figure effectivement dans les textes d'Aristote. — Jérôme 19 janvier 2008 à 22:16 (CET)

Je ne suis pas assez savant pour avoir les textes d'Aristote sous le nez Sourire mais ma source, l'article « Théologie » du Dictionnaire critique de théologie (PUF) semble appuyer la version initiale :
« Aristote reprend l'usage [du mot « théologie »], il le modifie aussi : les « théologiens » sont Hésiode ou Homère, distingués d'avec les philosophes (Métaphysique, I, 983b29 ; II, 1000a9, etc.) [...]. »
Hésiode et Homère sont sans doute à ranger dans les poètes, donc ce sont les théologiens, qui utilisent la poésie.
Merci de ta vigilance.
O. Morand (d) 19 janvier 2008 à 23:16 (CET)

le revenir de la pateriologie de la sciolologique du retablie de l equilibre corporelle[modifier | modifier le code]

--90.18.182.210 (d) 15 mars 2012 à 00:24 (CET)la certitude de l hesistance humaine cree par des inivers 5caracteristique du comportent ° liees au fnnomene de la connaissance du au sciencologue une realiter illusionaire autrement dit deficience caracteriel de ce sois meme porter a la seul refexion ce ou ne (paraitre )dans le cade des emotion de l imagination liee a une parti de la consience corporelle les contradiction ensuite sons tous simplement cree par une illusion fatidique le pour qoi le surmoie nous ramenne a une consience sens s asse repeter dans le but suprem de retrouver le bonheur de chaqun des etre vivants sans possibiliter de retour a la soufrance que subconcient illusione sur des reflexion fondamento le vecue une realisme d auter de donner a chaque etre la possibiliter de s emouvoir pour insidire reconnaitre le paraitre de s es fataliter les plus commain pour en resulter un bienetre communs l avenir es pour insidire tres conplexer de sont lui meme cpourqoi il faut les terme les plus fiable pour en etre et reconnaitre la raisonns la plus viabla les emotion d un ideal que les qualification sois les plus atoitment resolue d ans l espace de chacun ....--90.18.182.210 (d) 15 mars 2012 à 00:24 (CET)les ralisation de chaque etre cap1

La théologie chrétienne comme aporie de la pensée[modifier | modifier le code]

Je ne comprends pas pourquoi la pensée d'UN théologien ou philosophe est développée ici en long et en largeur. A mon avis, il faudrait que les informations s'y rapportant soient regroupées sous l'article relatif à cette personne, mais pas à l'article général sur la théologie. A moins qu'on puisse démontrer que ce théologien est d'une importance capitale pour l'histoire humaine...--Braveheidi (d) 27 avril 2013 à 00:07 (CEST)