Discussion:Insuffisance cardiaque canine

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autres discussions [liste]
  • Suppression -
  • Neutralité -
  • Droit d'auteur -
  • Article de qualité -
  • Bon article -
  • Lumière sur -
  • À faire -
  • Archives

Cette discussion s'adresse particulièrement à Anchou. Je te remercie pour tes contributions qui permettent nettement d'améliorer cet article. Il reste cependant un certain nombre d'éléments avec lesquels je ne suis pas tout-à-fait d'accord, et je souhaiterais en discuter avec toi.

  1. Le pimobendane : mécanisme d'action - l'effet chronotrope positif est vraiment lié à un surdosage et est un effet toxicologique; il ne m'apparaît pas justifié de le mentionner à cet endroit.
  2. Discussion sur les études publiées sur le pimobendane : ta discussion est très juste, mais je pense qu'elle alourdit inutilement l'article. De plus, si on veut ici critiquer (au sens analyse critique bien sûr) les études sur le pimobendane, il faudrait aussi le faire sur les études IECA (un seul essai publié par molécule, voire aucun (ramipril), pas d'effet démontré sur les CMD, très fort taux de "drop-out" non justifié dans certains essais (Bench), etc...), ce qui rendrait l'ensemble de l'article illisible... Je modère donc ma version initiale en reprenant une partie de ta phraséologie, mais sans insister sur l'analyse étude par étude. En ce qui concerne les effets sur la réduction de la dose de diurétiques, il n'est nul part dit que le pimo permet d'éviter le recours à la polythérapie, polythérapie qui est bien décrite dans le paragraphe Traitements.
  3. Traitements : je suis également d'accord avec toi et je reprends une partie des tes modifications. Cependant, je ne suis pas d'accord avec ton analyse de l'abstract de Booth, qui conclue "pimobendan does not activate the RAAS. However, pimobendan given concurrently with furosemide does not prevent RAAS activation." La simulation du RAAS est clairement liée aux diurétiques et non à l'association. Ces éléments ne sont pas suffisants pour recommander l'association. On sait qu'elle est bien tolérée, mais si elle se justifie sur un plan théorique, rien ne prouve qu'elle soit réellement efficace. Je propose donc une autre phraséologie pour cette partie.
  4. Traitement en phase asymptomatique : ton abord de la question est intéressant, je le laisse comme ça.

Si tu as des commentaires ou des questions, n'hésite pas à me laisser un message ici.

Merci.

Griotceleste 2 décembre 2007 à 15:54 (CET)

A l'intention de griotceleste

Je suis d'accord avec vos modifications et je vous remercie d'avoir tenu compte des miennes. Concernant l'effet chronotrope des PDE3 en général et du pîmobendan en particulier, je considère que cet effet "pharmacologique" est réel et doit être cité, au même titre que l'effet lusitrope positif, mais je concède que ces deux effets ne sont pas perçus en clinique, ce point pouvant être ajouté au texte dans un souci de précision. Cet effet fait partie intégrante du mécanisme d'action de la molécule, tout comme l'effet hypotenseur est indissociable de la pharmacologie des IECA, même si l'hypotension clinique n'est en pratique jamais observée. Enfin, il me semble que dans le dossier de la FDA (page 28), la fréquence cardiaque maximale des animaux détectée par examen Holter était significativement (bien que très légèrement en pratique) augmentée chez les animaux (témoins sains) recevant une dose de 0,5 mg/kg/j en PO.

Concernant l'association Pimobendan/IECA, l'étude de Booth a de plus la limite d'avoir été réalisée sur chiens sains. Mais il y à mon sens d'autres éléments en faveur de cette association, notamment au travers des résultats des études des Professeurs Luis Fuentes et Lombard dans lesquelles cette associations était réalisée (de manière systématique ou non).

Concernant l'"éventuel" effet du paramètre financier sur le stade asymptomatique, je conçois que ce point puisse être mis de côté dans cet article, même si il invite à toujours plus de prudence et de rigueur lors de l'interprétation d'une étude sur l'animal asymptomatique.

Je suis disposé si cela vous semble intéressant à me livrer à la même interprétation critique des études "consacrées" aux IECAs, mais je suis d'accord sur le risque d'alourdir plus que considérablement l'article (les études sur les IECA, bien que d'intérêt variable, étant nettement plus nombreuses que celles consacrées au pimobendan).

Bien confraternellement


Merci, Anchou, de ta réponse.

D'acord pour laisser l'effet chronotrope positif selon ta recommandation.

Pour une analyse critique plus poussée des essais (pimo ou IECA), ça pourrait faire pour quoi pas l'objet d'un autre article sur Wikipedia.

Confraternellement,

Griotceleste 3 décembre 2007 à 13:41 (CET)


neutralité?  : "Seul représentant sur le marché de la classe des inodilatateurs, le Pimobendan[10],[11],[12],[13],[14],[15],[16],[17],[18],[19],[20],[21],[22] (Vetmedin®, Boehringer Ingelheim) semble devoir devenir le traitement de choix de première intention de l’insuffisance cardiaque congestive."

Je ne conteste que la forme et le procédé... grossiers dans un cadre encyclopédique...


Lahuri