Discussion:Communication non-violente (Rosenberg)

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autres discussions [liste]
  • Suppression -
  • Neutralité -
  • Droit d'auteur -
  • Article de qualité -
  • Bon article -
  • Lumière sur -
  • À faire -
  • Archives
discussion Cette page a été conservée après avoir été proposée à la suppression. Vous pouvez consulter le débat de suppression à présent clos et archivé.

Le fait qu'une proposition de suppression a déjà été rejetée n'empêche pas de faire une nouvelle proposition pour d'autres motifs. Si vous avez des commentaires, vous pouvez les faire ci-dessous.

Sommaire

Contributions sur le sens[modifier | modifier le code]

Le 10 novembre 2008, Ataraxie retirait quelques contributions de cette page : « retrait discussion type forum ». Je propose d'en garder ci-dessous ce qui ne relevait pas de discussions du type forum, mais de contributions sur le sens de la CNV selon ces contributeurs. --Dieudonné Dard (d) 27 février 2009 à 00:04 (CET)

La célébration : une part essentielle de la CNV[modifier | modifier le code]

« la célébration est une part essentielle de la CNV pour moi, qui me permet de nourrir mon énergie, ma conscience pour vivre ce à quoi la CNV nous invite » -- Pascale Molho 1 mai 2004 à 10:18

Cet essentiel prend forme avec le temps[modifier | modifier le code]

« [...] Tout d'abord je voudrais vous préciser que je ne suis pas formatrice en CNV, je participe juste à la vie d'ateliers de CNV dans la région de Bordeaux.

[...] je pense à une formatrice qui se disait frustrée, limitée pour arriver à faire "passer" la CNV dans son essentiel.

Je dirais que cet essentiel pour moi prend forme avec le temps... le temps que prend l'outil pour que les arômes se mélangent et qu'au lieu de distinguer des formes plus ou moins "heureuses" de communication, on finit par sentir un bouquet harmonieux, cohérent, sincère et fluide... quelque chose qui laisse dans la bouche de l'interlocuteur un goût de "revenez-y"...

[...]

Déjà, le premier point pour moi est qu'il n'y a pas de réponse type: comme si chaque situation de lien avait sa couleur, son rythme, ses mots. D'où la question qui me vient: comment je peux coller au plus près de la réalité de moi et de l'autre, à ce moment présent, dans cette situation présente, de manière vivante et responsable.

[...] j'ai vu parfois la CNV être un outil écran qui mettait paradoxalement un peu notre ressenti, notre réel intérieur à distance. Et puis aussi parce que j'ai vu des gens s'emmêler dans des communications en atelier où ils ne savaient pas quoi dire, comment dire à l'autre en face. Et puis quand on fait un arrêt sur image et que l'on demande à cette personne "mais, c'est quoi ta réalité, qu'est-ce que tu voudrais lui dire", la personne nous partage exactement ce qu'il y avait à dire, alors qu'elle s'en sentait incapable juste avant! L'enjeu, la peur n'étaient pas les mêmes... comme s'il y avait un risque à se dévoiler... alors que de fait, quand on passe beaucoup d'énergie à protéger ce qu'on croit être vulnérable: c'est là que ça se complique !

La CNV, c'est avant tout pour moi une école de la réalité et de la responsabilité, tant que je fais des compromis avec la réalité, tant que je mets la responsabilité de ce qui m'arrive (de ce que je ressens, de la satisfaction ou non de ce que je veux vivre) à l'extérieur... tant que j'ai une attente sur l'autre et que je ne suis pas sincèrement dans cette intention de lien... je peux toujours mettre un outil dessus, aussi magnifique soit-il, je risque d'être déçue!

et cela prend du temps, c'est vraiment un art de vivre, qui commence par se déculpabiliser soi-même, offrir beaucoup de tendresse, de compréhension à ce "moi" qui en est là aujourd'hui. Cela demande de fêter tous les petits pas d'avancée... et aussi beaucoup de tenacité et de goût pour la remise en question (de soi... pas celle où on passe beaucoup d'énergie à se poser les questions pour les autres) Avec tout ça, petit à petit, plus ou moins... on y arrive... en tout cas avec, c'est sûr, la satisfaction d'être plus soi même. Ce que je sais, par contre c'est que chacun a tout ce qu'il faut en lui pour y arriver, et qu'il s'agit au delà d'outils, d'attitudes à développer vis à vis de soi et de l'autre.

[...] » -- Nathalie Dard 20 avril 2007 à 17:53

à propos du terme NonViolente - Discussion close ?[modifier | modifier le code]

Je propose de clore cette discussion avec le chapitre que j'ai rajouté "terminologie" qui présente me semble-t-il les 2 points de vue. Est-ce que cela vous convient ?--FrancoiseK (d) 6 septembre 2012 à 22:46 (CEST)

Une recherche sur Google permet de comparer la fréquence d'utilisation des termes "Communication Non Violente" et "Communication NonViolente".

Le premier donne 44200 pages, le second seulement 5600, soit 8 fois mois !

C'est la raison pour laquelle j'ai supprimé la recommandation de l'utilisation du second terme.

Personnellement, je ne crois pas que le second terme apporte plus de clarté que le premier. Il est clairement contraire à l'usage général en langue française.

Le second terme est plus facilement protégeable en droit pour s'en assurer l'exclusivité que le premier. Je pense que c'est ce qui motive les partisans du second terme. Je ne souhaite pas que Wikipédia appuie cette démarche d'appropriation d'un terme par un groupe. --AmbroiseIngold (d) 15 septembre 2009 à 20:32 (CEST)

Bonjour Ambroise,
tu aurais pu laisser la date précédente de ton message ;-) 22 mar 2005 à 11:40 (CET) ! On peux ainsi voir que qu'il s'agit d'un vieux sujet de conversation : il a plus de quatre ans ! Il nous avait même conduit à l'époque à en parler par téléphone !
Cela dit comme ce sujet dépasse largement nos deux personnes, je préfère que nous continuions cette conversation ici.
Ma question est simple : étant donné que le sujet de cet article est de donner l'approche de la CNV selon le courant initié par Marshall Rosenberg, pourquoi ne pas y inclure aussi l'écriture choisie par celui-ci (qu'elle ait été déposée ou non) ?
Vois-tu une ou des objections à ce que l'écriture Communication Non Violente, sur cette page article de Wikipédia soit à nouveau repassée à Communication NonViolente ?
--Dieudonné Dard (d) 16 septembre 2009 à 13:17 (CEST)
La conversation date d'y a quatre ans mais la langue français ne change pas si vite ! Non violent s'écrit toujours en deux mots ou avec un tiret : non-violent. Regardes dans le dictionnaire à "non violence", tu verras que l'on n'écris pas "nonviolence". Moi je trouve que c'est "pas beau" (et non pasbeau) d'écrire NonViolente. Et je dirais même que c'est "plus jolie" (et pas plusjolie) d'écrire "non violente" !
Plus sérieusement, je ne conteste pas le fait de mentionner cette écriture mais cela reste une anecdote. Un article d'encyclopédie doit utiliser l'écriture "non violente" et non une convention d'écriture adoptée par quelques uns ; c'est une question d'universalité : nous parlons à tous et voulons garder un langage commun, nous ne parlons pas à quelque uns avec notre propre jargon.--AmbroiseIngold (d) 20 septembre 2009 à 00:45 (CEST)
Merci Ambroise d'accepter ce dialogue : ça renforce ma confiance en nos avancées vers une solution commune ;-)
La question qui reste entière pour moi est de savoir si tu as envie de décrire un processus de communication non violente générique, ou celui initié par Marshall Rosenberg. Si c'est bien de ce dernier dont tu veux parler (comme le laisse entendre le titre de la page Communication non violente (Rosenberg), je ne comprends pas le sens que cela peux avoir de choisir dans cette page une autre formulation que celle choisie par ce dernier !
Le seul cas dans lequelle cela aurait du sens pour moi, ce serait dans une page dédiée à une communication non violente générique ou encore communication non violente (XXX) avec XXX désignant un autre courant, différents de celui initié par Marshall Rosenberg. Est-ce de ça dont tu veux parler ?
--Dieudonné Dard (d) 20 septembre 2009 à 17:43 (CEST)
C'est bien du processus inventé par Marshall Rosenberg dont nous devons parler dans cet article. Marshall Rosenberg est un type génial mais il n'a pas le pouvoir de changer les règles de la langue française. Il a le droit d'utiliser l'orthographe NonViolente et de contraindre ses adeptes à en faire autant mais il n'a pas le pouvoir de le faire dans Wikipédia ni dans aucun autre ouvrage de référence non inféoder au mouvement qu'il a créé.--AmbroiseIngold (d) 21 septembre 2009 à 08:58 (CEST)
Est-ce que ce qui te motive de fond dans cette histoire, c'est bien de consacrer du temps à une approche dont tu trouves que l'intérêt est universel ? Et est-ce que du coup tu aimerais que cela soit largement accessible à tous et non restreint à quelques-uns par des stratégies de captation du type économie du copyright, etc... ? --Dieudonné Dard (d) 21 septembre 2009 à 09:39 (CEST)
@AmbroiseIngold. L'encyclopédie se doit de restituer des faits, des connaissances. Elle n'a pas pour but de corriger les erreurs. Si Rosenberg appelle sa pratique d'une certaine manière et que cette manière est notoire, c'est ainsi que wikipédia doit le rapporter. Et ce serait la même chose s'il y avait trois fautes d'orthographe dans le nom (voir certains noms de groupes de rap par exemple). La question reste ouverte sur le meilleur choix du titre, bien sûr, mais votre argument n'est pas valide pour ça. --A t a r a x i e--d 21 septembre 2009 à 09:55 (CEST)

Je me permets de préciser que l'expression "Communication NonViolente" n'est pas à ma connaissance une dénomination pour une question de copyright mais une question de fond. Il est paradoxal d'exprimer ce qu'on ne veut pas alors que, dans la CNV, nous sommes attentifs à exprimer ce que nous voulons et non ce que nous ne voulons pas. Je vais chercher une référence bibliographique là dessus - je sais qu'elle existe...--FrancoiseK (d) 27 septembre 2009 à 21:52 (CEST)

Oserais-je m'immiscer dans cette conversation pour préciser que la règle de base en grammaire du français est de ne pas mettre de trait d'union entre le « non » et un adjectif qui le suit, et d'utiliser le trait d'union entre le « non » et un nom, ou plus généralement au sein d'un substantif. Par exemple, on écrira « communication non violente », « Je prône la non-violence. » et, même si c'est très laid, « réflexions autour du non-violent ». Dans ce dernier cas, « non-violent » est substantifié.

Tant que j'y suis, selon les règles de feu l'Imprimerie nationale, on met une seule lettre en capitale par entité, même lorsque l'entité peut être associée à un acronyme. Il faudrait donc écrire « Communication non violente (C.N.V.) ».

Indépendamment de cette question, merci pour cet article qui me donne une bonne idée de ce qu'est la CNV.

Les quatre étapes de la Communication Non Violente[modifier | modifier le code]

Pourquoi ne pas indiquer les quatre étapes de cette fameuse CNV ? Je résume un peu :

1) Je fais une observation concernant la situation qui m'environne sans juger et sans interpréter.

2) J'exprime ensuite les sentiments qui ont été suscités par cette observation en cherchant en moi-même en prenant la responsabilité de ces mêmes sentiments (ne pas chercher à culpabiliser l'autre)

3) J'expose le besoin personnel relatifs à ce sentiment (Un besoin froissé en général provoque un sentiment)

4) J'exprime une demande concrète et négociable qui indique à mon interlocuteur comment il me peut rendre la vie plus belle.


Merci de ce résumé[modifier | modifier le code]

J'ai pas mal hésité à donner de telles indications. Parce-que je trouve très difficile de résumer par écrit un processus qui se résume mal à une technique. Je ne suis pas à l'aise avec le protocole ajouté à l'article le 28 juillet dernier. Je n'y retrouve pas en particulier l'importance d'entrer en empathie avec son interlocuteur avant d'arriver à une demande. Non par soucis de respecter un quelconque protocole, mais simplement parce qu'elle a beaucoup moins de chance d'aboutir !

En même temps je voudrais remercier la personne qui a pris le risque de donner sa perception du processus, car grâce à elle, nous allons peut-être enfin étoffer un peu cette page :)

Donc, dans le cas présent, j'aimerais beaucoup entendre vos réactions à ces récents ajouts, pour que ne puissions écrire ensemble cette page, aujourd'hui le premier résultat pour une recherche sur le terme Communication NonViolente avec google (le huitième résultat pour une recherche sur le terme Communication Non Violente). Dieudonné Dard


Préciser la demande comme un moyen[modifier | modifier le code]

Salut Dieudonné,

Pour répondre à ta question sur "l'importance d'entrer en empathie avec son interlocuteur avant d'arriver à une demande", je pense qu'il serait plus judicieux de préciser la demande comme un moyen d'entrer en relation avant d'aller plus loin (demande de connection).

Par ailleurs, en ce qui concerne la définition de la CNV et par soucis de clarté et de simplicité, j'aurai une nette préférence pour citer Marshall qui en est l'initiateur. Les autres versions étant des interprétations de ce message. J'aimerai que chacun puisse veiller à corriger les publications sur la définition de la CNV en citant Marshall. Qu'en penses-tu ? Je te remercie de faire cette veille sur l'impact de l'information qui circule et de nous en tenir informé. Bien à toi.

Pierre-Marie


Modifier certains aspects[modifier | modifier le code]

Dieudonné,

1. J'ai choisi de modifier certains aspects (notamment tout ce qui est lié au mot "protocole") parce que j'ai à coeur de respecter profondément l'essence du processus comment tu te sens avec le fait que la page est quasiment refondue ?

2. J'ai aussi un besoin de conscience sur le fait que la CNV a ses propres limites ... plus profondément j'ai l'élan d'être honnête avec les gens qui lisent l'article en les leur expliquant.J'ai donc rajouté un point sur "les limites" Tu es ok avec ça ?

3. Parler de la "girafe perroquet" a énormément de sens pour moi dans une définition de la cnv ... je tiens ainsi à exprimer le fait que le processus n'est pas figé : les bases sont là, à nous d'être créatifs dans son utilisation courante et quotidienne. Mon besoin est, j'en suis tout ému en l'expliquant, est de protéger le processus lui-même en l'enrichissant dans sa présentation. Comment te sens-tu avec ça ?

4. Dans sa modification, j'ai effacé le tableau pour l'exemple dans un souci de clarté, sais-tu le remettre ?

5. Enfin, je tiens à ajouter que je vis avec la cnv et j'ai produit, pour ma propre clarté, des documents. Je tiens à les partager ici (sur le girafe, chacal notamment) comment tu te sens avec cela ?

6. Parce que je souhaite que la communication soit facile entre nous, est-il possible de répondre aux questions que je te pose en indiquant uniquement leurs numéros ?

Merci! Alexandre/clidre


Quelques réponses à Alexandre/clidre[modifier | modifier le code]

1. Youpi, c'est vivant !
2. Super important ! Merci ;-)
3. C'est aussi pour moi de plus en plus clairement important.
4. Normalement tu peux accèder aux anciennes versions via l'historique de la page.
5. Peut-être que ce sera plus facilement accepté sur le wiki trilingue dédié à la CNV
6. et hop.

Je ne sais pas comment être prévenu par courriel (par RSS ?) des contributions à cette page. Quelqu'un sait ? --Dieudonné Dard 21 août 2006 à 12:32 (CEST)

Etre prevenu par RSS[modifier | modifier le code]

Ci-dessus je demandais comment être prévenu des modifications de ces pages. J'ai trouvé :-))

Voici les liens RSS qui permettent cela :

--Dieudonné Dard 25 décembre 2006 à 14:10 (CET)

Désaccord de neutralité[modifier | modifier le code]

Attention !

Toutes vos émotions bien sympathiquement échangées dans cette page de discussion (un peu trop même au point de leurs donner une odeur de faux semblant) sont apparemment incompatible avec l'esprit même de ce que l'article exprime sur l'émotion mise en retrait au profit de l'appropriation personnelle et de la communication. (mais je ne suis pas pro en CNV).

Le fait est que cet article manque visiblement de neutralité par exemple il n'y a rien sur le pour et le contre, les mésusages de la CNV, les trous dans la théorie.

Je mets donc une bannière dans ce sens.

Sylveno (d) 27 septembre 2008 à 12:34 (CEST)

Améliorations[modifier | modifier le code]

Bonjour Sylveno,

Merci de ces propositions d'amélioration :-)

Même si au départ je voyais l'apparition de ce bandeau à contre-cœur, quand je vois ta page utilisateur, je reprend confiance que ce devrait être effectivement du temps passé à améliorer cet article.

Parmi les infos issues du bandeau que tu viens d'ajouter, je vois celle-ci :

  • Le bandeau de non-neutralité peut être retiré une fois que tous les contributeurs de l'article sont d'accord.

Tu évoques des pistes d'amélioration sur la page Discuter:Communication non violente/Neutralité :

Exposer le pour et le contre de la CNV
Est-ce vraiment le rôle d'une encyclopédie de se prononcer pour ou contre une réalité ?
(Non et justement, comme une encyclopédie ne se PRONONCE PAS sur une REALITE,
elle se doit donc, en toute neutralité, d'exposer le pour et le contre, donc les DIFFERENTES VISIONS existantes sur le sujet. Je peux éventuellement y aider (PF). Message non signé de Pierre.fischof posté le 21 octobre.
Rapporter des exemples de mésusages
J'aime bien cette proposition. Il y a des exemples sur cette page : Différenciations clefs. Est-ce à cela que tu pensais ?
Il me semble qu'il y a aussi des pistes dans le paragraphe #Afin de bien comprendre...
Faire ressortir les trous psychologiques et sociaux des théories de Rosenberg, Asembourg et Max-Neef.
Là de la même manière que tu annonces ne pas être un pro en CNV, je ne le suis pas non plus en psychothérapie. Tu as peut-être des idées en tête ? Aurais-tu des exemples ?

Pour te confirmer que mon intention est bien d'agir dans l'esprit WikiLove, je veux te dire que je suis assez fier d'avoir initié cet article sur Wikipédia (en français et en anglais), émerveillé de voir qu'aujourd'hui — trois ans après — il est présent en plus de dix autres langues (la onzième aujourd'hui en lingala !), et de constater le succès du wiki trilingue dédié à la CNV, initié conjointement avec un allemand un américain et une anglaise : nvcwiki.

Enfin plutôt que d'affirmer que cet article est l'objet d'une controverse, ne serait-il pas plus proche de la réalité de dire que tu souhaites le voir amélioré sans avoir pour le moment tenté de le faire directement ?

--Dieudonné Dard (d) 27 septembre 2008 à 14:17 (CEST)

Après lecture de l'article, plusieurs remarques :
  • l'emploi du « je » n'est pas recommandé dans une encyclopédie ;
  • l'invitation à enrichir un contenu est implicitement contenu dans la définition d'un wiki ;
  • la vulgarisation du concept (par David Servan-Schreiber, par exemple), me semble plus facilement accessible que le présent article ; pourquoi ne pas mentionner cet auteur et reprendre ses propos ?
  • l'exemple donné dans la section du même nom (me) paraît touffu ; il n'est pas sourcé ;
  • l'introduction à l'article est plus importante que les sections qui le composent, ce qui crée un déséquilibre ;
  • enfin, l'affirmation dans les notes que le site ncv-europe utilise la graphie « Communication NonViolente » est contredite par la première page de la version en français où on lit : « Bienvenue sur le site de la Communication Non Violente ».
(De plus, NonViolente n'est pas français, alors que Non Violente est français. (PF)) Message non signé de Pierre.fischof posté le 21 octobre.
Comme il semble que l'article réclame une forme plus neutre et que ses rédacteurs planchent sur la question des améliorations à apporter, je laisse juste ces quelques pistes sur la page de discussion. --San Kukai (d) 28 septembre 2008 à 00:21 (CEST)
Merci de ces pistes. Le travail de remise en forme est commencé. --Dieudonné Dard (d) 28 septembre 2008 à 01:26 (CEST)
Bonsoir, juste un petit truc : les histoires de chacal et de girafe arrivent ex abrupto sans explication préalable. On sent bien qu'il y a une représentation animalière de schémas comportementaux, sans que la clef en soit donnée.--San Kukai (d) 1 octobre 2008 à 22:45 (CEST)
Oui, je sais, je vais essayer d'expliquer ça succintement. Merci d'accompagner ces efforts d'amélioration ;-) --Dieudonné Dard (d) 1 octobre 2008 à 22:54 (CEST)

Projet Psychologie[modifier | modifier le code]

Bonjour,

Cet article est classé comme d'importance élevée selon le tableau d'évaluation du projet Psychologie. Cette méthode a-t-elle réellement un retentissement important dans l'enseignement et la pratique de la psychologie ? À titre de rappel, les articles d'importance élevée du projet sont ceux dont le sujet a un impact large et apporte des connaissances de l'ordre de la culture générale. On y trouve par exemple la schizophrénie, la cure psychanalytique, ou l'hypnose, c'est-à-dire autant de sujets dont chacun a au moins entendu parler et pour lesquels la relation avec la psychologie est immédiate. À mon sens et sans vouloir pour autant dévaloriser la pratique de la communication non violente, au regard des critères de l'encyclopédie et du projet Psychologie, l'importance de cet article est faible : le sujet est très spécialisé, d'un intérêt limité ou très secondaire.--San Kukai (d) 29 septembre 2008 à 11:41 (CEST)

J'ai déjà mis « moyenne » suite à notre discussion sur Projet:Psychologie/Évaluation/Comité mais tu peux mettre « faible » si tu n'es pas convaincu. GL (d) 30 septembre 2008 à 12:15 (CEST)
Dans les critères d'importance d'un article, que pensez-vous de celui d'intégrer le nombre de langues disponibles pour un article ? --Dieudonné Dard (d) 2 octobre 2008 à 00:05 (CEST)
Que du mal. Non, franchement, pourquoi ? GL (d) 2 octobre 2008 à 00:34 (CEST)
Désolé j'ai pas été clair. Je précise ma question :
  • Est-ce un critère pris en compte ?
  • Y-a-t il un outil qui permet de connaître la position d'un article à l'intérieur d'une catégorie (ou d'un portail) en se basant sur ce critère ?
J'ai l'impression d'en demander un peu beaucoup, mais de fait, je me prend à rêver de trucs un peu invraissemblables comme ça, vu ce que sont capables d'inventer des personnes comme celles qui ont produit les Outils externes du type Obtenir la liste des auteurs - Détails des contributions - Statistiques de l'historique. --Dieudonné Dard (d) 2 octobre 2008 à 10:14 (CEST)
Juste une remarque qui pourrait trancher le débat : GL considère que la CNV se situe plutôt dans le développement personnel que dans la psychologie, au sens universitaire du terme. C'est aussi mon avis. Les autres Wiki retiennent essentiellement, voire uniquement, la catégorie Communication pour cet article (en y ajoutant le plus souvent la Non-violence, voire la Pédagogie pour certains). Par conséquent, retirer cet article du projet Psychologie me semblerait cohérent avec ce qu'est la méthode de CNV telle qu'elle se présente : un processus pour améliorer la communication. Il n'est en effet nulle part dans l'article question de psychologie, au contraire par exemple de l'Approche humaniste, qui semble revendiquer le terme. --San Kukai (d) 2 octobre 2008 à 11:13 (CEST)
Merci de cet éclairage San Kukai. La question du lien entre CNV et thérapie existe déjà depuis quelques années : Domaines d’application de la CNV > Thèmes > Thérapie. Cela dit, je n'ai personnellement pas de formation universitaire dans le domaine de la psychologie, donc je ne me sentirais pas à l'aise d'avoir à trancher sur cette question. Du coup la question se poserait-elle aussi pour l'article sur Marshall Rosenberg, Docteur en psychologie clinique ? --Dieudonné Dard (d) 2 octobre 2008 à 14:33 (CEST)
Merci pour cette réponse et pour le lien. J'apprends dans le site que vous indiquez que Marshall Rosenberg « ne veut pas utiliser "l’étiquette" de thérapeute ». Sa position me paraît donc claire. Pour faire un parallèle, l'EMDR par exemple est une technique à visée thérapeutique, ce qui n'est apparemment pas le cas de la CNV. Que des thérapeutes utilisent cette méthode dans leur travail n'en fait pas pour autant une technique psychologique (comme le test de Rorschach, par exemple). Des thérapeutes utilisent aussi des Lego, ce qui n'implique pas que ce jouet a été créé avec une intention thérapeutique. À lire les compte-rendus de la page que vous donnez, la question semble se poser de savoir si la CNV est effectivement une thérapie, ou si c'est une méthode de communication que l'on peut aussi utiliser dans une approche thérapeutique : « Thérapie ? Psychothérapie ? Accompagnement individuel ? Coaching ? ». Par ailleurs, le fait pour Marshall Rosenberg d'être docteur en psychologie clinique n'est pas la raison pour laquelle il figure dans une encyclopédie ; il n'est pas « célèbre » pour ses travaux en psychologie, au même titre que Anne Ancelin Schützenberger par exemple. Ne croyez pas qu'avec toutes ces remarques je veuille dénigrer en quoi que ce soit l'intérêt de la CNV ; mon seul objectif est de cadrer au mieux son intérêt encyclopédique – et d'aider dans une certaine mesure à sa « wikification ». --San Kukai (d) 2 octobre 2008 à 18:30 (CEST)
Encore une fois, je ne me sens pas de trancher sur la question de savoir si la CNV appartient à tel ou tel champs de la psychologie, de la thérapie, etc... Ce dont j'ai envie de témoigner, c'est que depuis que je m'intéresse à ce sujet (2002), je ne cesse de voir l'étendu de ses champs d'application. Ça va depuis la résolution de conflits dans des maternelles jusque dans des cas extrême comme ceux qu'on peut trouver dans le cadre de la Justice réparatrice. Et quand je vois avec quelle universalité l'étendu de cette approche est reconnue sur la planète (cf. par exemple le nombre de langues disponibles pour cet article, treize à ce jour) je me dis qu'il doit y avoir quelque chose d'important qui a été mis à jour de la psychologie humaine. De fait ça n'a pas commencé avec Marshall Rosenberg, puisque son principal inspirateur est Carl Rogers et son Approche centrée sur la personne. --Dieudonné Dard (d) 3 octobre 2008 à 10:12 (CEST)
Si vraiment quelque chose d'important a été mis à jour, le temps donnera raison à vos intuitions. Une encyclopédie se situe toujours en retard par rapport à l'événement ; c'est ce qui lui permet de faire une analyse des faits, de prendre le recul nécessaire et de proposer un savoir universellement accessible dégagé de tout prosélytisme. Je perçois votre enthousiasme devant chaque signe venant confirmer vos certitudes ; je crois surtout qu'il est nécessaire ici de se concentrer sur l'article lui-même afin de le rendre plus accessible. --San Kukai (d) 3 octobre 2008 à 11:25 (CEST)
J'essaye d'éviter le prosélytisme surtout parce-que je trouve ça très inefficace pour transmettre l'essentiel de ce qui me tient à cœur ! J'essaye aussi de ne pas m'enfermer dans des certitudes, simplement parce-que je me suis aperçu que je trouve la vie plus belle quand je la regarde comme ça :-) Quant à rendre l'article plus accessible je suis preneur de vos éclairages : vous avez des pistes ? A propos du bandeau controverse de neutralité y a-t-il toujours de partisants pour le maintenir ? Si oui, que souhaiteriez-vous modifier dans l'article ? Qu'est-ce qui vous en empêche ? --Dieudonné Dard (d) 4 octobre 2008 à 11:55 (CEST)

Je reviens sur le sujet du projet Psychologie. Plus je lis les publications du Centre pour la CNV, moins je fais le lien avec la psycho.

Marshall Rosenberg (docteur en psychologie clinique) explique qu'il s'est éloigné de la psychologie, n'y trouvant pas les réponses aux questions qu'il se posait, pour se tourner alors vers l'étude comparée des religions, qui lui donneront les bases de la CNV. Rosenberg inscrit délibérément la CNV hors du champ psychologique.

D'autre part, on ne trouve nulle part dans le site officiel du Centre pour la CNV que celle-ci est une méthode psychologique à visée thérapeutique. On recense une formation en 2007 aux États-Unis et une en 2008 au Canada à l'intention de praticiens cliniques, pour inscrire la CNV dans leur pratique thérapeutique, en « affinant leurs habiletés relationnelles ». On ne sait pas semble-t-il combien de psychologues et de psychiatres utilisent la CNV. Si seuls les participants à ces formations sont habilités à le faire, leur nombre peut difficilement excéder la trentaine. Il serait utile d'autre part de vérifier les études critiques et l'évaluation scientifique des apports de la CNV en pratique thérapeutique.

Il apparaît donc (sauf informations contraires), que la relation entre CNV et psychologie est ténue, même si elle n'est pas inexistante. De ce fait, la présence de la CNV dans le projet Psychologie ne me semble pas d'actualité. --San Kukai (d) 24 octobre 2008 à 15:20 (CEST)

Selon le Dr Sylvie Dodin, professeur agrégée de médecine, titulaire de la chaire pour l'enseignement d'une approche intégrée en prévention à la faculté de médecine de l'université Laval de Montréal, il n'y a pas d'étude scientifique concluant à l'efficacité ou à l'utilité de la CNV dans un champ thérapeutique : « Dans la littérature scientifique, les quelques articles publiés sur le sujet ne font que décrire les concepts et les techniques de la CNV. Cette méthode n’a fait l’objet d’aucune synthèse d'études contrôlées et randomisées jusqu’à maintenant. C’est pourquoi il est impossible de conclure à son efficacité ou à son utilité. » [1]. --San Kukai (d) 10 novembre 2008 à 13:10 (CET)

Proposition de retrait du bandeau[modifier | modifier le code]

Plusieurs modifications ont été apportées allant dans le sens des demandes figurant sur la page Discuter:Communication non violente/Neutralité.

Proposition d'un retrait du bandeau le 13 octobre 2008 --Dieudonné Dard (d) 6 octobre 2008 à 12:06 (CEST)

J'ai proposé le bandeau de non neutralité mais ai très peu de temps à consacrer à un contradictoire.
J'effectuerai quelques essais à l'occasion pour donner le ton de ce que je propose.
Déjà, ce serait pas mal si on trouvé un rédacteur qui connait la CNV pour l'avoir apprise et pratiquée mais qui n'y crois plus. Ce serait un bon témoignage de première main. En ce qui me concerne, je ne connais pas la technique mais je suis professionnellement en contact avec des gens qui la pratiquent et j'ai souvent vu un processus CNV à l'oeuvre dans une communication.
Pour moi, ce n'est pas un outil thérapeutique bien que pouvant être utilisé pour faciliter la communication avec des patients qui, pour une raison quelconque, présentent un problème de communication permanent ou ponctuel. Classer cette méthode en psycho c'est comme de classer le divan dans le portail psycho. La preuve, il y la photo d'un divan dans l'article psychanalyse !
Précision : le processus CNV n'est plus utile dès que le sujet a dépassé le problème lié à la non-écoute d'un ou des parents dans l'enfance. --Sylveno 6 octobre 2008 à 20:30
Je viens de prendre connaissance pour la première fois de l'article CNV ce 21 octobre. Il ne me paraît pas ou plus justifier un tel bandeau, même si sa neutralité peut encore être améliorée (PF). Message non signé de Pierre.fischof posté le 21 octobre.
J'ai exposé mes raisons de conserver le bandeau sur la page de discussion de celui-cinon violente/Neutralité#Probl.C3.A8mes_de_non-neutralit.C3.A9. --San Kukai (d) 23 octobre 2008 à 00:50 (CEST)

J'ai enrichi les arguments présentés qui s'opposent au retrait du bandeau, sur la page de discussion sur sa présence en tête d'article. Pour résumer ma dernière intervention :

  • le créateur de la méthode affirme que la CNV est avant tout une démarche spirituelle ;
  • le Centre pour la CNV mentionne comme objectif prioritaire le développement et le partage d'une conscience spirituelle ;
  • les formateurs certifiés doivent s'engager à contribuer au respect de cette démarche et à sa mise en œuvre ;
  • ils s'engagent en outre à adopter une démarche spirituelle appelée « conscience CNV » ;
  • la spiritualité n'est pas évoquée lors des formations, afin de permettre au participant d'y parvenir après qu'il a été séduit par la pratique de la méthode (propos de M. Rosenberg) ;
  • la CNV, est labélisée « Communication NonViolente » par le Centre pour la CNV, alors que l'article dit qu'il s'agit d'une simple convention d'écriture.

Il ne s'agit pas ici de porter des jugements de valeur sur la méthode, son fondateur ou l'organisation, mais d'écrire un article objectif et neutre sur la CNV. Après avoir constaté que l'article s'attache essentiellement à décrire une technique de communication, qu'il ne mentionne pas dans sa forme actuelle les fondements spirituels, la démarche spirituelle et les objectifs spirituels de la CNV, et qu'il n'est par conséquent pas neutre par rapport aux publications officielles sur la CNV, je pense que la présence du bandeau s'impose. --San Kukai (d) 24 octobre 2008 à 14:02 (CEST)

J'ai à nouveau précisé que la phrase « L'écriture Communication NonViolente est celle choisie sur la majorité des couvertures des ouvrages francophones consacrés à ce sujet » n'est pas neutre. En effet, les ouvrages en français traitant de la « Communication NonViolente » sont ceux qui respectent les codes du Centre pour la CNV. Il ne s'agit donc pas d'une « libre volonté » ou d'une « convention tacite » des auteurs, mais d'une notion contractuelle. Il me semblerait important de préciser dans la section correspondante la volonté du Centre pour la CNV en la matière : celle d'imposer une forme typographique « officielle ». Par ailleurs, je ne comprends pas le sens du syntagme « degré d'ouverture » qui figure dans le titre de cette section. --San Kukai (d) 4 novembre 2008 à 11:01 (CET)

Spiritualité ou technique de communication ?[modifier | modifier le code]

Bonjour,

Le site en anglais sur la CNV rapporte une entrevue avec Rosenberg[2], où celui-ci affirme qu'il s'agit non pas d'une simple technique de communication, mais d'une « pratique spirituelle (spiritual practice) ». Plus subtil, il dit ne pas mentionner l'aspect spirituel de la démarche pour permettre aux gens de venir à la « spiritualité du processus (spirituality of the process) ». Rosenberg explique qu'il a conçu la CNV pour essayer d'être conscient de ce qu'il appelle la « Beloved Divine Energy », « l'énergie divine bien-aimée » et comment s'y connecter : « Nonviolent Communication evolved from my attempt to get conscious of what this Beloved Divine Energy is and how to connect with it ». Il donne à son idée de Dieu le nom de Beloved Divine Energy : « my name for God is "Beloved Divine Energy" ».

C'est après des cours accélérés en religions comparées qu'il perçoit la notion d'amour, qui répond pour lui à la question : que sommes-nous est quelle est la signification de notre existence (what are we meant to be) ? cette question ne trouvant pas, à son sens, de réponse dans la psychologie. La CNV est pour Rosenberg le moyen de faire don de son amour, d'échanger ses énergies divines et ce qui arrive alors est la forme la plus proche d'une connexion à Dieu.

« So Nonviolent Communication helps me stay connected with that beautiful Divine Energy within myself and to connect with it in others. And certainly when I connect that Divine Energy within myself with the Divine Energy in others, what happens then is the closest I know of what it is to be connected to God. »

Pour Rosenberg, l'absence de connexion avec l'« Énergie Divine » est à la source de la violence dans le monde. Il affirme que notre éducation et notre conditionnement culturel nous ont déconnecté de Dieu, notamment notre éducation sur Dieu. Il dit ensuite que le politique (King) a utilisé le religieux (Bishop) pour interpréter les livres saints et justifier l'oppression et la domination.

Lorsque la méthode de la CNV ne fonctionne pas, Rosenberg dit appeler l'« Énergie Divine » et que celle-ci lui répond : « And the Energy spoke to me […] »

La lecture de ce texte appelle plusieurs constats :

  • L'article sur la CNV est dépourvu de toute référence à cet aspect spirituel, qui est selon Rosenberg à la source de la méthode.
  • La notion d'« Énergie Divine » qui est à l'œuvre selon Rosenberg dans la CNV n'est citée nulle part dans l'article de Wikipedia, alors qu'elle l'est plus d'une trentaine de fois dans le texte de référence.
  • Le concept qui sous-tend la méthode est venu à Rosenberg après avoir étudié les religions, la psychologie n'ayant pas de réponse à ses questions d'alors. Or, l'article insiste sur la relation entre la méthode et la psychologie, en passant sous silence l'importance de l'étude comparée des religions pour Rosenberg.
  • La CNV nécessite une démarche spirituelle, ou bien sa pratique ouvre à une démarche spirituelle ; ces aspects sont absents de l'article.
  • Pour Rosenberg, la CNV est la méthode qui permet le mieux de s'approcher de Dieu, les religions « traditionnelles » nous ayant déconnecté de Dieu. Cet aspect n'est pas mentionné dans l'article.

Au vu de ces différents points, on ne peut que s'étonner devant la forme actuelle de l'article, qui passe totalement sous silence l'importance de la spiritualité pour le créateur de la CNV. De deux choses : l'une, les rédacteurs de l'article ont involontairement omis cet aspect essentiel, ce qui semblerait étonnant, la source étant accessible sur le site officiel de la CNV ; l'autre, les rédacteurs de l'article ont volontairement passé cet aspect sous silence pour des raisons qui leurs sont propres.

En conséquence, il paraît indispensable d'enrichir cet article à l'aide des notions exposées ci-dessus. Ne souhaitant pas imposer la forme de façon impropre, j'invite vivement les rédacteurs de l'article à le faire, ou à expliquer les raisons pour lesquelles ils jugent que ces notions (essentielles pour l'auteur de la CNV et qui sont issues du site officiel) n'ont pas à figurer dans l'article. --San Kukai (d) 22 octobre 2008 à 17:53 (CEST)

Étant à ce jour le principal contributeur de cet article je me sens particulièrement visé quand sont évoqués « les rédacteurs de l'article » ;-)
De fait, le sujet n'est abordé que depuis peu dans la bibliographie francophone.
J'ajoute le livre trouvé sur ce sujet à la bibliographie, je le lis et ensuite j'essaye d'intégrer cet aspect à l'article.
Fair enough ?
--Dieudonné Dard (d) 22 octobre 2008 à 21:26 (CEST)
Wikipedia étant un ouvrage collectif en perpétuel changement, on parle rarement d'un seul contributeur pour un article. Cependant, lorsqu'un article est en cours d'élaboration, comme c'est actuellement le cas, il semble préférable de laisser au rédacteur principal le temps de composer son travail avant d'intervenir dessus. C'est la raison pour laquelle j'ai préféré mettre cette intervention en page de discussion, même si l'absence de ce point dans l'article ne laisse de m'interroger.
Cet aspect de la CNV paraît tellement primordial à son inventeur et intrinsèquement lié à la méthode elle-même que l'ignorer du tout au tout (il en va de même dans les articles en anglais et en espagnol) est extrêmement intrigant. Le matériau recueilli ci-dessus permet une première ébauche à partir d'une source fiable, qu'il conviendrait à mon sens de placer au début de l'article dès à présent, puisqu'il explique la naissance et « l'âme » du concept. La méthode de CNV n'a en effet pas de sens, pour son auteur, sans son fondement spirituel. Une fois l'analyse faite de l'ouvrage que vous mentionnez, il sera alors temps de remplacer cette ébauche par quelque chose de plus construit. Comme vous m'aviez invité précédemment à intervenir dans l'article, je me permets de le faire pour mettre mes idées en application. Sincèrement, --San Kukai (d) 22 octobre 2008 à 22:28 (CEST)
Je ne comprend pas votre proposition : dans un premier temps vous proposez de laisser du temps aux « rédacteurs de l'article » afin d'éviter d'« imposer la forme de façon impropre », puis dans la foulée vous choisissez de placer votre vision en tête de l'article.
Seriez-vous d'accord de nous donner plus de temps pour nous accorder sur la publication d'une forme qui nous conviendrait mieux au minimum à nous deux : pour le moment je ne reconnais pas l'esprit dans la forme proposée.
--Dieudonné Dard (d) 22 octobre 2008 à 23:44 (CEST)
Ce n'est pas « ma » vision ; les extraits rapportés sont directement tirés des propos de Rosenberg, inventeur de la CNV, disponibles sur le site officiel de la CNV ; je ne suis ici que le transcripteur des propos de celui qui a inventé le concept dont traite l'article. Je n'avais effectivement pas vu auparavant que l'article avait été conçu en avril 2004. Il me semble que ça laissait amplement le temps pour y placer cette notion fondatrice, essentielle aux yeux de Rosenberg. Pour lui, la CNV provient des notions spirituelles qu'il développe ; elle est un « instrument » au service de l'épanouissement spirituel, qui est le but véritable et recherché de la CNV. Il est donc tout à fait logique de les faire figurer en tête d'article.
 
Encore une fois, l'absence des bases spirituelles de la CNV dans l'article jusqu'alors est très étonnante. Soit la méthode n'a plus rien à voir avec les intentions de son auteur et il faut alors l'expliquer, soit l'aspect spirituel voulu par Rosenberg n'est pas recevable pour les praticiens et il faut aussi l'expliquer, soit l'aspect spirituel est gênant pour certaines raisons qu'il faut exposer, etc. — il y a probablement d'autres explications.
 
Quoi qu'il en soit, et si, comme le dit Rosenberg, l'aspect spirituel est aussi primordial dans la CNV, il est indispensable dans un cadre encyclopédique d'en faire part aux lecteurs sans tarder. C'est la raison pour laquelle j'ai adapté les quelques lignes de cette page de discussion pour qu'elles puissent figurer de façon propre dans l'article, en attendant un enrichissement ultérieur.
 
Bien entendu, étant sur un Wiki, chacun est libre de modifier ce que les autres ont pu y mettre, dans la limite des règles du lieu. Il est probable notamment que certains termes réclament des traductions plus heureuses. Cependant, j'ai tenté de ne pas dénaturer les propos de Rosenberg en mettant systématiquement en note les propos originaux, copiés depuis le site officiel de la CNV. Sincèrement, --San Kukai (d) 23 octobre 2008 à 01:21 (CEST)
Je constate que vous avez fait une annulation des ajouts apportés à l'article. Les mentions d'Abraham Maslow (cité au même titre que Rogers) et des religions orientales sont tirées directement des propos de Rosenberg ; pourquoi les supprimer ? Le contenu de la section sur les bases spirituelles de la communication non violente étaient sourcées et étayées. Pourquoi les supprimer ? Il s'agit ici d'une encyclopédie dans laquelle chacun peut participer, si tant est qu'il mentionne ses sources, que les contenus soient vérifiables et qu'ils rendent compte d'une information de la manière la plus neutre possible. L'annulation des ajouts d'un contributeur n'est pas la façon la plus courtoise ni la plus constructive pour améliorer le contenu de l'encyclopédie ; d'aucuns la considèrent d'ailleurs comme une agression, ce qui peut sembler paradoxal dans un article comme celui-ci. Je conserverai donc la citation que vous avez mise pour appliquer ce que je viens d'exposer, qui vient d'ailleurs renforcer le texte que j'avais mis précédemment, et remettrai les références à Maslow et aux religions orientales (Eastern religions) que Rosenberg mentionne comme étant à la base de la CNV et qui ne peuvent par conséquent souffrir de contestation. D'autre part, ahimsa était mis en italiques, afin de sacrifier aux règles classiques de typographie lorsqu'on emploie un terme issu d'une autre langue que le français. Sincèrement, --San Kukai (d) 23 octobre 2008 à 01:38 (CEST)
Plutôt que de rentrer dans une guerre d'édition, que diriez-vous de chercher un terrain d'entente sur un "plus grand dénominateur commun" à l'intérieur de nos différences de point de vue, AVANT de le publier en première page ?
J'aimais bien votre proposition « [...] lorsqu'un article est en cours d'élaboration, comme c'est actuellement le cas, il semble préférable de laisser au rédacteur principal le temps de composer son travail avant d'intervenir dessus. »
En ce qui concerne la mention d'Abraham Maslow je ne souhaitais pas la placer en haut de l'article car ce que j'en avais retenu était surtout les différences entre la théorie de la CNV et celle de Maslow. Par exemple Maslow met une hiérarchie dans les besoins fondamentaux qu'on ne retrouve pas dans la CNV. Quant aux religions orientales, je fais amende honorable, je n'avais pas retenu cet aspect de son approche. En effet, dans son livre Spiritualité pratique (achevé d'imprimer le 10 octobre 2007), page 14 (j'en suis encore au début !), à la question « Quelles croyances, quels enseignements, quels textes religieux vous ont influencé le plus ? », il commence par répondre « C'est difficile à dire mais, de tous les courants religieux de la planète, le bouddhisme est probablement celui qui a eu la plus grande influence sur moi. »
Enfin, je ne sais pas si vous vous accorderez avec moi sur cette réalité, mais il me semble qu'en choisissant certains extraits d'un texte et en les sortant de leur contexte on peu aisément déformer son esprit. Par exemple dans le choix des extraits retenus pour le moment, je ne retrouve pas cet aspect :

« I used to hear the word love as many people use it in a religious sense like, “You should love everybody.” I used to get really annoyed at the word love. “Oh yeah, I’m supposed to love Hitler?” I didn’t know the words “New Age Bullshit” but I used what was my equivalent then. I tried to understand better what love means because I could see it had so much meaning for so many millions of people in all of these religions. What is it, and how do you do this “love”? »

Tentative de traduction :

« J’avais l’habitude d’entendre le mot amour comme beaucoup de gens l’utilisent dans le sens religieux, par exemple « On doit aimer son prochain ». J’ai commencé à être vraiment contrarié face à ce mot amour. « Ah, je vois, ça veut dire qu’il faudrait que j’aime Hitler, alors ? » Je ne parlais pas encore de « niaiseries du Nouvel Âge », mais j’avais un équivalent du moment. J’ai tenté de mieux comprendre ce que l’amour signifie parce que je pouvais voir qu’il avait tellement de sens pour des millions de gens dans toutes ces religions. Qu’est-ce donc, et comment s’y prend-on pour mettre cet « amour » en acte ? »

Donc encore une fois, plutôt que de placer en haut de page des choix d'extraits sur lesquels nous ne nous accordons pas, seriez-vous d'accord de n'y laisser — dans un premier temps — que ceux sur lesquels nous retrouvons tous les deux ce que nous comprenons de l'esprit général de cette approche ?
--Dieudonné Dard (d) 23 octobre 2008 à 08:45 (CEST)

J'ai enlevé deux phrases (celle sur les arbres et les cochons et celle sur le dialogue avec l'énergie), qui pourraient être interprétées de façon péjorative quand on les sort de leur contexte. Concernant votre proposition, je suis plutôt favorable à un enrichissement (ou des précisions) sur ce qui est dans l'article qu'à des suppressions ; la phrase que vous retenez pourrait parfaitement enrichir le contenu actuel.
Je n'ai aucun point de vue sur l'auteur ou sa méthode ; j'ai tenté de retranscrire les informations que j'ai trouvées sur le site officiel de la CNV, qui faisaient défaut ici.
Pour Maslow, Rosenberg le cite au même titre que Rogers ; il semble normal par conséquent de les faire figurer ensemble.
Enfin, je me suis déjà expliqué sur la raison pour laquelle j'ai rajouté cette section : l'article est en rédaction depuis 2004, ce n'est donc pas l'ébauche d'un nouvel article comme je le croyais tout d'abord. Cordialement, --San Kukai (d) 23 octobre 2008 à 10:44 (CEST)

Bonjour à tous,

Je me décide à écrire ici plutôt que de modifier directement la page, parce que j'ai à coeur de respecter le gros travail qui a été fait avant moi.... Voilà ce que j'ai à dire... :

Personnellement je trouve dommage qu'en arrivant sur la page Wikipedia de la CNV, on tombe aussi vite sur l'aspect de la spiritualité, et qu'aussi vite on évoque le terme de "Dieu" et "d'énergie Divine". Dans mon apprentissage de la CNV, j'ai découvert et entendu parler de cet aspect bien après que j'aie commencé... J'ai d'abord été séduit par l'aspect pratique et concret, utile au quotidien de cette aproche.

J'apprécie comment la bienveillance émerge naturellement quand on utilise la CNV, et la qualité des liens qu'on peut créer de cette façon. Bien sûr que la spiritualité est dans le coup, quand on vit ce genre de choses!...

Mais je crains qu'en tombant d'entrée sur des questions de "neutralité" et "vérifiez vos sources" puis aussi vite sur des aspects spirituels voire religieux, on ne crée une forme de méfiance, voire de résistance, dans l'esprit du novice qui ne sait pas ce qu'est la CNV et qui aimerait en savoir plus. De plus, en imaginant qu'un directeur d'entreprise qui entend parler de CNV et s'intéresse à cette approche pour son entreprise,vienne sur Wiki pour découvrir la CNV, je crains que le fait de lire cet article ne l'inquiète plus qu'il ne lui donne envie... Marshall ne commence pas ses livres par le thème de la spiritualité... Il aborde les aspcts concrets, pragmatiques, utiles pour la majorité des lecteurs. Pour moi la spiritualité de la CNV ne devrait même pas figurer dans cet article, ou si c'est le cas, cela devrait tenir en 3 ou 4 lignes à la fin de l'article (et non pas au début), vu qu'il s'agit de l'aspect le plus intime et probablement le plus délicat de la CNV.

Bref,en lisant cet article je ne suis pas rassuré, parce que j'ai à coeur que la beauté et l'intérêt de la CNV soit accessible et compréhensible pour le plus possible de lecteurs, et que ça leur donne envie! N'hésitez pas à partager vos commentaires! Merci --Yann Chappuis (d) 31 octobre 2009 à 16:05 (CET)


J'approuve :-)

Et les autres contributeurs de cet article, comment réagissez-vous à ce point de vue ?

--Dieudonné Dard (d) 31 octobre 2009 à 21:07 (CET)

Bonjour,
L'article de Wikipédia n'est pas un outil promotionnel de la CNV. Il doit rendre compte de ce qu'est la CNV à partir de ce qu'écrit son « inventeur » et ce que publie le CNVC. Quand Marshall Rosenberg écrit : « la spiritualité est à la base de la Communication NonViolente » et « Il est important de voir que la spiritualité est au coeur de la CNV, et de garder cela à l'esprit quand on apprend les étapes du processus. L'art de vivre que j'essaie d'enseigner est véritablement une pratique spirituelle. », il est logique de mettre cette notion en évidence dès le début de la présentation de la méthode. L'article n'est pas une reproduction de la découverte de la CNV par étapes comme lors des formations, il s'agit d'une présentation objective fondée sur des bases documentaires fiables. --San Kukai   || || | |||| || 1 novembre 2009 à 23:25 (CET)

Traduction[modifier | modifier le code]

Me référant à la traduction française du livre de Rosenberg concernant la spiritualité, j'ai remplacé « l'Énergie Divine Bienveillante » par « l'énergie divine d'amour (Beloved Divine Energy) ». Par ailleurs, il est habituel de ne pas reprendre en français les capitales usuelles en anglais (ce qui change un peu la perception que nous avons de ces expressions).
Bon courage pour vos échanges et tentative de parvenir à un article « neutre ». Je suis aussi d'avis que la dimension spirituelle doit venir en fin d'article, car il s'agit de quelque chose de plus personnel, lié à la trajectoire de M. Rosenberg et à celles des participants. Les participants aux sessions de CNV sont - le plus souvent - d'abord attirés par la technique et par la nécessité de trouver une nouvelle attitude face aux conflits. La dimension spirituelle n'est pas forcément évoquée. -- MHM (d) 23 octobre 2008 à 09:12 (CEST)

C'est exactement ce que dit Rosenberg. La spiritualité n'est pas évoquée, afin de permettre au participant d'y parvenir après après qu'il a été séduit par la pratique de la méthode. Rosenberg dit que progressivement, les pratiquants de la méthode en viennent à la spiritualité en découvrant que la CNV n'est pas qu'un simple process de communication. Rosenberg dit avoir intégré la spiritualité à l'entraînement sur la méthode, de façon à ne pas en détruire la beauté à travers des concepts philosophiques abstraits.
Ceci signifie que pour Rosenberg, la spiritualité est inhérente à la méthode et qu'elle est volontairement masquée. Il me semble indispensable de préciser ce point. --San Kukai (d) 23 octobre 2008 à 11:04 (CEST)
Il n'est pas question de séduction. Certains pratiquants sont attirés par la méthode, sans avoir aucun besoin de passer par la case spiritualité. Pour d'autres cela peut faire partie de leur chemin de vie. Cela n'a pas grand'chose à voir avec la CNV. Je répète : c'est personnel. Si un livre a paru récemment concernant la spiritualité en lien avec la CNV, c'est plutôt pour réunir les phrases de Marshall Rosenberg sur ce point. Cela permet de mieux connaître Marshall Rosenberg, non pas sa méthode. Cet aspect pourrait être développé sur la page Marshall Rosenberg, et être simplement mentionné ici. -- MHM (d) 23 octobre 2008 à 14:53 (CEST)
Il y a deux niveaux de lecture (l'un étant celui que je commente plus bas, soit le fait que CNV est devenue une méthode de développement personnel), mais la remarque de San Kukai est juste. Si la dissipation de l'aspect spirituel est intentionnelle, et que cela a été écrit quelque part, il faut le mentionner. --A t a r a x i e--d 23 octobre 2008 à 14:59 (CEST)
Je suis désolé de contredire MHM, mais je n'ai pas inventé le terme de séduction. Celui-ci figure bien dans les propos de Rosenberg :
« Even though we don’t mention this [la spiritualité], people get seduced by the practice ».
D'autre part, les propos que j'ai rapportés dans l'article ne sont pas issus d'un livre sur Marshall Rosenberg, mais du site officiel du Center for NonViolent Communication, sur la page « Spiritual Basis of Nonviolent Communication » — il s'agit par conséquent bien d'un fondement de la méthode et non d'une opinion de son auteur qui en serait détachée. Je ne comprends pas en quoi les propos de Rosenberg au sujet de sa propre méthode doivent être « dissipés » sur Wikipedia (pour reprendre le terme élégant d'Ataraxie) et au nom de quoi on peut affirmer que spiritualité et CNV n'ont pas « grand'chose à voir » quand Rosenberg explique et détaille le contraire sur le site officiel de la CNV.
 
Il y a peut-être une distorsion entre la méthode telle qu'elle a été conçue par Marshall Rosenberg et la façon dont elle est professée par le Centre pour la Communication NonViolente (suivi par un © ou un ® en fonction des sources), qui semble être l'« école officielle ». Il faudrait peut-être clarifier les choses à ce sujet et expliquer en quoi et pourquoi la méthode diffusée par le Centre pour la Communication NonViolente diffère de ce qu'en a voulu Marshall Rosenberg — ceci dit, il semble que Rosenberg soit encore à la tête de l'organisme qu'il a fondé.
J'ignore d'autre part si d'autres organismes utilisent la méthode de Marshall Rosenberg, ou si le Centre pour la Communication NonViolente possède une sorte de « licence » sur la méthode. Y a-t-il un courant spirituel et un courant technique ? Quid aussi des « grades » des enseignants (formateur certifié, « transmetteur », pratricien) ?
 
Il faudrait peut-être alors préciser le plan de l'article, pour retrouver les deux niveaux de lecture qu'évoque Ataraxie (si j'ai bien compris son propos) :
  • Prolégomènes. Origine, sources et concepts de la CNV par Marshall Rosenberg (notamment l'immanence rosenbergienne) + questionnement de l'éthique de la méthode.
  • Corps de l'article. La méthode actuellement diffusée par les formateurs certifiés par le Centre pour la Communication NonViolente (et l'explication des choix de rupture avec la volonté initiale de Rosenberg) + épistémologie nécessaire à l’esprit « scientifique » de la méthode.
  • Additif. l'organisation du Centre pour la Communication NonViolente (avec les différents niveaux de maîtrise de la méthode) — et, au besoin, les autres organismes qui diffusent la méthode —, les applications concrètes de la CNV en thérapie, en entreprise, en ateliers d'enfants, en résolution de conflits (quartiers, guerres), etc.
 
Enfin, il serait plus objectif de préciser en fin d'article que l'emploi du syntagme « Communication NonViolente » et sa reprise sous cette forme par les « sites de références » et les « ouvrages consacrés à ce sujet » procèdent non pas d'une sorte de consensus ou d'hommage à Rosenberg, mais bien d'une protection légale de la marque déposée sous cette forme. --San Kukai (d) 23 octobre 2008 à 18:44 (CEST)
Je suis impressionné par la richesse des échanges ! Et ce n'est pas une blague ! Je voudrais prendre le temps de répondre à chacune des questions, car comme vous l'avez peut-être deviné le sujet me tient à cœur depuis quelques années.
Juste sur le dernier point, un des principaux moteurs pour moi dans l'énergie que je consacre aux co-constructions via des structures type wiki, c'est justement l'état d'esprit copyleft qui les porte. Et je ne suis pas le seul dans le réseau de la CNV : c'est aussi le cas des trois autres personnes avec lesquelles nous avons initié le site nvcwiki.com. Ça ne date pas d'aujourd'hui : Board Proposal: copyleft attitude (Proposition au CA du CNVC : copyleft attitude), Copyleft CNVC, etc...
Donc, il me semble que sur certains points il nous reste quelques axes de convergence, malgré le bandeau controverse de neutralité ;-)
Tout de bon, --Dieudonné Dard (d) 23 octobre 2008 à 19:56 (CEST)

Je constate que la phrase « Even though we don’t mention this [the spirituality], people get seduced by the practice », qui figure sur la page « Spiritual Basis of Nonviolent Communication » du Centre pour la CNV [3], est escamotée dans la traduction qu'en fait Godfrey Spencer [4]. Du coup, le texte de Spencer est bancal : « C’est réellement une pratique spirituelle dont j’essaie de faire la démonstration en tant que mode de vie. Même s’ils la pratiquent comme une technique mécanique, ils se mettent à découvrir des choses entre eux… » Le « ils » survient ici sans référence préalable.

Il faut donc bien veiller, lorsqu'on se réfère à cette traduction, à ce que les propos de Rosenberg ne soient pas modifiés ou tronqués par Spencer. Cette phrase me semblait pourtant capitale, Rosenberg expliquant ainsi que c'est volontairement que la spiritualité n'est pas mentionnée dans la CNV, afin que les gens puissent venir à la spiritualité à travers la pratique du processus. Cette phrase me permettait de comprendre pourquoi les intervenants de cette page de discussion réfutent la relation entre CNV et spiritualité : c'est que cette notion est volontairement absente des formations. Au moins de celles dispensées en Europe francophone, semble-t-il [5]— au contraire des USA, où existent de nombreuses formations sur la CNV et la spiritualité [6]. --San Kukai (d) 9 novembre 2008 à 15:19 (CET)

Juste pour être sûr d'être bien compris, je ne réfute pas la dimension spirituelle de la CNV, mais je comprends qu'elle soit, au moins dans un premier temps, passée sous silence. En effet, il me semble qu'en France, la spiritualité fait peur à beaucoup (tandis qu'elle en attire d'autres!). Je connais par exemple plusieurs personnes qui pratiquent le yoga comme une méthode de détente/relaxation, sans même soupçonner qu'il contient une dimension spirituelle importante, voire essentielle. Je crois que si les stages de CNV étaient présentés comme "spirituels", ils permettraient à moins de monde de simplement faire évoluer la qualité de leur relation avec eux-mêmes et avec les autres, car la CNV contient, entre autres, cet aspect, de même que le yoga contient indéniablement aussi cet aspect de détente/relaxation. Il me semble que cette vision des choses s'applique également à la musique, la peinture et à bien d'autres activités où l'humain est au coeur du sujet.
 
Plus j'y pense, plus j'aimerais voir la pluralité de points de vue que j'avais évoquée. Reste à trouver la disponibilité pour faire quelque chose de correct... Jack-cnv (d) 10 novembre 2008 à 10:21 (CET)
Encore une fois, il ne s'agit pas dans l'article de « juger » de l'aspect spirituel ou pas de la CNV, d'avoir peur ou pas de la spiritualité, etc., mais de « rendre compte » à partir de sources fiables de ce qu'elle est, selon les points de vue de son créateur, du Centre pour la CNV qui certifie les formateurs, des formateurs eux-mêmes, voire des participants, si leur témoignage a fait l'objet d'une publication ou d'un article — la lecture de la CNV par des organismes indépendants serait aussi souhaitable, voire nécessaire (la « pluralité de points de vue » prendrait alors tout son sens), mais les éléments à ce sujet semblent difficile à trouver.
L'insistance à passer la spiritualité de la CNV sous silence ne peut que me renforcer dans l'idée qu'il s'agit d'un élément essentiel qui doit figurer dans l'article. Je comprends qu'elle puisse gêner les formateurs à la CNV, mais Wikipedia n'est pas un outil promotionnel pour attirer des participants potentiels à une formation — en tout cas ce n'est pas sa fonction première.
N'hésitez surtout pas à enrichir l'article à partir de points de vue pluriels, dès lors que les sources que vous donnez sont fiables. Sincèrement, --San Kukai (d) 10 novembre 2008 à 10:43 (CET)

Développement personnel[modifier | modifier le code]

Pour la CNV, comme pour beaucoup de méthodes et pratiques, ce que l'initiateur voulait faire au départ (ou son "expérience personnelle") et ce que les pratiquants en font par la suite est assez différent. Dans un tel article, mentionner l'intention de l'auteur de la théorie n'exclut pas de développer ce qui domine généralement dans la pratique (et doit donc en proportion prendre plus de place dans l'article). La CNV est une pratique de développement personnel dont l'aspect spirituel s'est estompé. La catégorie développement personnel permet justement de ranger les pratiques de "self help" (et non "god's help") pour les besoins de cette distinction. --A t a r a x i e--d 23 octobre 2008 à 10:24 (CEST)

Bonjour Ataraxie,
Je comprends ton point de vue. Il faudrait à mon sens préciser les choses dès le départ :
  • Soit l'article traite d'une méthode conçue par un auteur, la pratique qui est faite de la méthode étant une déclinaison de celle-ci. Dans ce cas, il me semble logique de commencer par les prémices, d'aucuns diraient les prolégomènes, indispensables à la compréhension des bases de la méthode selon la volonté de son auteur.
  • Soit l'article traite de la pratique, la théorie initiale étant alors un corollaire utile, mais pas indispensable. On parlera alors de cette pratique en tant que marque déposée, on exposera les différentes étapes pour accéder à la certification, etc.
Pour l'heure, l'absence d'une ligne claire me semble dommageable.
 
Je me suis expliqué sur la page de discussion sur la neutralité de l'article dans les termes suivants :
 
En lisant le site officiel de la CNV, on découvre que cette méthode a pour son auteur des bases essentiellement spirituelles[7]. Pour Rosenberg, inventeur de la méthode, « l'Énergie Divine Bien-aimée (Beloved Divine Energy) » est la source et le but de la communication non violente. Or, rien jusqu'alors n'était évoqué dans l'article à ce sujet, ce qui pose certaines questions, développées sur la page de discussion de l'article.
 
Donc, la CNV est avant tout une démarche spirituelle, un peu comme les exercice d'Ignace de Loyola (j'opère un grand écart, mais c'est pour illustrer le propos). Dans l'article, la description de la méthode ne fait (faisait) en rien référence à la démarche spirituelle qui lui est inhérente et qui est à sa source. Comme si un article sur les Exercices spirituels ne mentionnait jamais le nom de Dieu. Dans la page de présentation de la spiritualité de la CNV, « l'Énergie Divine » revient une trentaine de fois. C'est la raison pour laquelle j'ai rajouté une section à ce sujet — laquelle réclame des aménagements, notamment dans la traduction des termes et expressions employées par Rosenberg.
 
Pour reprendre les points exposés :
  • On a un auteur qui crée une méthode à partir d'un concept spirituel et pour qui la CNV est la meilleure façon d'entrer en relation avec Dieu.
  • On a un nom de méthode qui semble être une marque déposée (Françoise Keller se présente comme « Formatrice certifiée par le CNVC en Communication NonViolente® »)[8].
  • On a une méthode vendue pour être utilisée pour des séminaires de management en entreprise.
  • On a une tentative de raccrocher le concept à la psychologie en le faisant passer pour une méthode « scientifiquement éprouvée », alors que pour son auteur, il s'agit d'une spiritualité qui ne peut se décrire, comme un tour de magie : « For me my work is like watching the magic show. It’s too beautiful for words. »
  • On a enfin une affirmation de l'auteur sur la possibilité qu'offre sa méthode de couper avec son « conditionnement » d'origine.
 
Par conséquent, sans préjuger des intentions des rédacteurs et des promoteurs de la méthode, Wikipedia n'étant pas le lieu pour cela, l'écart important entre ce que dit l'article de la méthode et les informations que l'on peut trouver par ailleurs à son sujet impliquent à mon sens une évidente absence de neutralité. Il faudrait pour l'approcher :
  • Exposer clairement et critiquer les concepts fondateurs basés sur la spiritualité, notamment son caractère immanent que développe Rosenberg de façon appuyée ;
  • Questionner l'éthique de la méthode, notamment dans la volonté exposée par son concepteur de couper le pratiquant de son « conditionnement culturel » et de son éducation, lesquels l'empêchent de « se relier à l'Énergie Divine » ;
  • Confronter les aspirations thérapeutiques de la CNV aux exigences que requièrent la psychothérapie et la psychiatrie, notamment quant à l’épistémologie nécessaire à l’esprit « scientifique » de la méthode.
--San Kukai (d) 23 octobre 2008 à 10:57 (CEST)
C'est le titre qui est le panneau indicateur du contenu. Si cet article s'intitule CNV, il parle de tous les aspects en proportion de leur importance "réelle", depuis l'origine jusqu'aux développements les plus récents et les critiques ou controverses. Quand un aspect doit être développé, il donne lieu à la création d'un (autre) article dédié. Il me semblait donc que dire "la CNV est avant tout une démarche spirituelle" est un aspect auquel tu donnes trop d'importance en regard de son importance "réelle" (tout cela demande évidemment des sources, mais la même question s'est posée pour les écoles Steiner par exemple dont l'inspiration d'origine est assez ésotérique alors que dans la pratique cet aspect est négligé par les parents d'élève et même certains enseignants). Un article qui s'intitulerait (mais qui n'est pas nécessaire actuellement) "Concepts fondateurs de la CNV" pourrait avoir l'orientation que tu lui donnes dans ton argumentation. Je n'évoque là que la direction générale de l'article sans parler des failles éventuelles du contenu. Cordialement--A t a r a x i e--d 23 octobre 2008 à 11:30 (CEST)
Il semblerait que la démarche spirituelle dont parle Rosenberg soit aussi reprise par le Centre pour la CNV :

« La finalité du Centre pour la CNV à l’échelle mondiale est qu’une masse critique de personnes utilisent la CNV pour participer à l’avènement d’une paix intérieure, interpersonnelle et institutionnelle. Le Centre pour la CNV peut atteindre cette fin en utilisant ses ressources de telle sorte que celles-ci soient au service de la vie. Cette masse critique de personnes utilisera le Centre pour la CNV comme un appui pour développer et partager une conscience spirituelle, des compétences personnelles et des aptitudes d’organisation, de façon à s’assurer que les besoins de tous soient comblés et que les conflits entre eux se résolvent de manière pacifique. »

Ce « développer et partager une conscience spirituelle » qui vient en premier dans les objectif du Centre est en cohérence avec la conception de Rosenberg. On peut donc dire sans équivoque que la CNV est pour son auteur une démarche spirituelle est qu'elle permet, selon l'organisation qui l'a labélisée, de développer et partager une conscience spirituelle. La citation ci-dessus est la « politique générale de finalités » du Centre pour la CNV ; il s'agit donc pour l'organisation d'un axe primordial.
Les formateurs certifiés doivent quant à eux avoir pour but de contribuer « à la réalisation de [la] vision » du Centre ; ils doivent s'engager dans ce sens vis-à-vis de l'organisation, cet engagement devant être confirmé chaque année[9]. Le formateur en instance de certification doit déclarer par écrit avoir lu dans son entier le document où est reprise « la politique générale de finalités ».
 
Le Centre appelle en outre le postulant à la certification à avoir un « ancrage solide dans la conscience CNV ». Il s'agit ici « d’incarner la conscience CNV dans [sa] vie à chaque instant ». Les points détaillés de cette « conscience » sont ceux d'une démarche spirituelle (où n'est évoquée aucune notion de transcendance) que l'on retrouve dans nombre de spiritualités, notamment orientales (extraits) :
« • approfondir ma capacité à accueillir le monde d’une manière empathique ;
• développer ma capacité à donner à partir de l’élan de mon cœur ;
• cultiver la compassion dans ma vie ;
• vivre plus de clarté dans ma vie ;
• vivre davantage de paix dans ma vie. »
Nous avons bien ici des notions pleinement spirituelles qui dessinent une voie de la « conscience ». On pourra noter que « l'énergie divine » rosenbergienne est absente du processus vers la certification.
 
Par conséquent, il semble au regard de l'ensemble de ces éléments que l'approche spirituelle est l'une des composantes essentielles de la CNV et qu'elle mérite dans l'article un développement à la mesure de ce qui en est dit par son auteur ainsi que par l'organisation qui en détient le label. --San Kukai (d) 23 octobre 2008 à 22:13 (CEST)
Ce que tu rapportes le confirme, en effet.--A t a r a x i e--d 24 octobre 2008 à 07:52 (CEST)

Petit ajout : le Centre pour la CNV a programmé une quinzaine de formations sur la spiritualité de la CNV (« Spirituality of NVC »)[10]. Il semblerait donc que l'approche initiale de Rosenberg ne soit pas démentie par le Centre, bien au contraire, le Centre pour la CNV mettant la démarche spirituelle en pratique de façon importante — l'une de ces formations est d'ailleurs intitulée : « NVC as Spiritual Practice ». Il n'est pas obligatoire d'avoir validé les modules de base pour participer à certaines de ces formations[11].

Il me semblait important de préciser ce point pour répondre au premier message d'Ataraxie dans cette section, qui écrivait que « La CNV est une pratique de développement personnel dont l'aspect spirituel s'est estompé ». --San Kukai (d) 24 octobre 2008 à 15:45 (CEST)

Ok, San Kukai, comme je te disais, la démonstration est claire. Je ne faisais que noter qu'il y a, comme souvent, un fossé entre la présentation du dogme et la pratique (tout comme l'eucharistie, célébration du sacrifice du Christ, a un sens plus personnel (comme l'attente d'une récompense) pour un grand pourcentage de ceux qui prennent l'hostie le dimanche) et que cela devrait être noté si des sources le permettaient. Mais je n'ai pas la possibilité de faire cette investigation et peut-être n'est-ce pas (assez) documenté ? Sourire. --A t a r a x i e--d 24 octobre 2008 à 16:22 (CEST)

Suite lecture de ce jour[modifier | modifier le code]

J'ai un doute sur les passages "exemples" et "différenciations clefs" dont la rédaction pourrait faire penser à un copié/collé de manuel (donc un copyvio). Il faudrait également ajouter des points de vue secondaire sur la CNV, l'article ne proposant pour l'instant que des extraits des points de vue des documents internes. --A t a r a x i e--d 26 octobre 2008 à 21:23 (CET)

J'ai mis un point de vue secondaire (enfin, pas vraiment un point de vue, juste une présentation vulgarisée de la méthode) à partir d'un livre de David Servan-Schreiber. Mais je ne parviens pas à trouver d'étude critique de la méthode et de description « neutre » de l'organisation. --San Kukai (d) 26 octobre 2008 à 22:07 (CET)

Les section « Exemple » et « Différenciations clefs » semblent être, à moins que je ne sois passé à côté des sources, des travaux personnels. Par conséquent, ils ne peuvent figurer dans l'article. Je les ai déplacés dans la page de discussion, dans l'attente d'un sourçage sacrifiant aux impératifs wikipédiens. --San Kukai (d) 10 novembre 2008 à 13:15 (CET)

Se mettre en lien avec soi-même[modifier | modifier le code]

Il semble que l'article emploie des expressions qui sont difficilement perceptibles pour ceux qui n'ont pas eu l'expérience des formations en CNV. Or, dans un article encyclopédique, il convient de s'adresser à tous et non d'inviter ceux qui ne comprennent pas à venir en formation comme cela m'a été proposé. Ainsi l'expression employée dans l'article : « me mettre en lien avec moi-même » ne signifie rien en français courant, pas plus que « se relier efficacement à soi ». Parmi les expressions qui me semblent manquer de limpidité :

  • motivé par l’élan du cœur et la joie de le faire (il faudrait définir cet « élan du cœur » et la notion de « joie de faire »).
  • servent mon désir (on répond à un désir)
  • être aidés dans l'écoute qu'ils s'offrent
  • différenciations clefs

Il serait souhaitable (amha), dans les cas où des expressions difficilement compréhensibles de prime abord sont employées, de mettre celles-ci entre guillemets et proposer des explications en notes, afin de conserver l'intégrité de chaque citation. --San Kukai (d) 26 octobre 2008 à 21:37 (CET)

Convention d'écriture, degré d'ouverture et spiritualité[modifier | modifier le code]

J'avais demandé à Godfrey Spencer quelle était l'intention derrière le choix d'écriture « Communication NonViolente » au lieu de « Communication non violente » et j'avais écrit ce que j'en avais compris :

« Il semble que l'intention des premiers traducteurs de Marshall Rosenberg, Godfrey Spencer et Anne Bourrit, était de permettre de faire référence spécifiquement au processus initié par Marshall Rosenberg. »

Comme je ne trouvais pas d'endroit sur internet où cette explication était officialisée, je suis revenu à une observation qui me semble — encore maintenant — factuelle :

« L'écriture Communication NonViolente est celle choisie sur la majorité des couvertures des ouvrages francophones consacrés à ce sujet. C'est aussi l'écriture retenue par les sites de références. »

Comme je comprend que ce sujet est en lien avec le choix de protéger le processus par un copyright, je détaille ce que j'appelle le « degré d'ouverture ».

A la fin de l'été 2002, j'ai proposé par courriel à Marshall Rosenberg et au CNVC, d'utiliser l'approche du copyleft plutôt que celle du copyright traditionnel. En 2003 j'ai pu rencontrer Marshall Rosenberg et lui ai expliqué "en live" le principe du copyleft. Il semblait découvrir et se montrait enthousiaste. Quelques mois plus tard, ne voyant rien venir comme changement, j'ai envoyé de nouveaux courriels allant dans le même sens.

Je passe encore quelques épisodes pour arriver à ce qui a finalement abouti à la décision :

« The following will be posted on the CNVC.org website: Open source / copyrights »

Pourquoi tous ces détails ? Et bien pour montrer

  1. ma conviction que la force de l'approche proposé par la CNV n'est pas dans sa protection par un petit groupe de personne qui détiendraient "la vérité", et au contraire dans le fait que cette approche se renforce par son expérimentation et sa remise en question permanente par des plus en plus de personnes de toutes cultures
  2. que l'esprit même de la CNV va dans le sens l'ouverture à l'intelligence du cœur de chacun (cf. Au-delà du bien et du mal Un Interview par D. KILLIAN, The Sun - février 2003)
  3. que les bottines [commencent à] suivre les babines (proverbe canadien) puisque le CNVC commence à faire évoluer son choix initial d'un copyright traditionnel vers une forme plus proche du copyleft.

Depuis, j'ai découvert avec joie que plusieurs autres personnes souhaitent cette évolution, comme par exemple Dominic Barter (cf. Restorative Justice in Brazil, justice réparatrice au Brésil).

Enfin pour ce qui concerne la dimension spirituelle de la CNV, j'ai enfin lu le petit livreSpiritualité pratique, et je confirme que j'aime beaucoup ce que j'y trouve. En même temps je trouve ça pas facile à résumer. Pour prendre un parallèle très simplifié, c'est comme de tenter d'expliquer ce Test de vision en donnant le résultat à l'avance. De mon point de vue, ça prive de l'essentiel : faire l'expérience soi-même de jouer avec ses propres croyances, qu'elles soient religieuses, laïques ou autres !

Ce que j'aimerais c'est qu'à la suite de la lecture de cet article sur Wikipédia, des personnes qui comme moi sont devenues méfiantes vis à vis de toute tentative convaincre ou d'évangéliser, se sentent libre d'y trouver une dimension spirituelle s'ils en ont envie ou un simple processus de communication si c'est leur préférence. De mon point de vue, les deux approches sont possibles et relèvent de choix personnels. Au fond c'est un peu comme la spiritualité, ça relève surtout d'un choix personnel ! --Dieudonné Dard (d) 4 novembre 2008 à 23:09 (CET)

Nous sommes ici dans une encyclopédie. Le but de l'article est de faire comprendre la CNV, pas de laisser les lecteurs sur leur faim pour les inciter à venir faire un stage. Imaginez que les rédacteurs des articles concernant la marche sur le feu, la programmation neuro-linguistique, la chute libre, l'hypnose ericksonienne et le domptage adoptent la même démarche que la vôtre et laissent le lecteur « jouer avec ses croyances »… Wikipedia serait alors la porte ouverte à toutes les manipulations.
Le travail encyclopédique (autant que je puisse le comprendre, reconnaissant toutefois que mon expérience et bien plus récente que la vôtre sur Wikipédia) est de donner un point de vue neutre, raisonnable et compréhensible sur un sujet, pourvu qu'il présente un certain intérêt. Dans l'article sur la CNV, je cois qu'il faut exposer l'aspect spirituel de la CNV pour Rosenberg et le Centre pour la CNV à partir des ouvrages et des documents officiels (j'ai donné plusieurs liens plus haut) d'une part, et d'autre part l'aspect de technique de communication pure pour des praticiens, à condition de les identifier par des sources fiables et vérifiables.
J'ai exprimé mon point de vue sur la neutralité de l'article à plusieurs reprises ; concernant l'aspect spirituel de la CNV, je ne pense pas que le rôle de l'article soit de permettre de « trouver une dimension spirituelle » ou pas à la CNV, mais de citer des sources (fiables et vérifiables) qui parlent objectivement et raisonnablement de la spiritualité de la CNV ; enfin, concernant la compréhension, je bute sur nombre d'expressions propres à la CNV qui me semblent devoir être expliquées (en évitant ici encore d'inviter le lecteur à découvrir leur signification par lui-même lors d'un stage).
— PS. Il n'y a pas de « croyance laïque » ; la laïcité est un idéal qui admet et protège toutes les formes d'athéisme, d'agnosticisme et de croyances, lesquelles peuvent s'exprimer en toute liberté grâce à la laïcité. --San Kukai (d) 4 novembre 2008 à 23:59 (CET)


Bonjour à tous,

Attention: mon intervention repose sur mes souvenirs (avec toute leur imperfection) et mes impressions, et non sur des citations précises. Je suis bien conscient que cela est difficilement compatible avec l'esprit d'une encyclopédie.

Dans les 15 ou 20 premiers stages de CNV que j'ai suivis depuis 2001, je ne me souviens pas avoir entendu parler de spiritualité par les formatrices françaises et suisses. Dans les stages suivants, je me souviens que Marshall (vers 2005?) avait cité une femme lui disant: "mais Marshall, pourquoi ne dis-tu pas que c'est en lien avec la spiritualité?", et il me semble que Marshall semblait sceptique. Je suis sûr aussi d'avoir entendu pour la première fois le "beloved divine energy" lors de mon IIT en 2007 (où Marshall était avec Valentina), alors que j'avais déjà assisté à plusieurs stages de Marshall au préalable.

Mon impression et mon interprétation sont que Marshall évolue! Au départ, il y a 40 ans, il a mis au point, à partir des travaux de Carl Rogers, une "méthode" de communication extrêmement simple (observation, sentiment, besoin, demande). A mon humble avis, cette méthode n'était pas fondée sur des bases volontairement/consciemment spirituelles, mais simplement sur la bienveillance et la croyance qu'une communication claire (au niveau des besoins) et dans la bienveillance (et sans jugements) donne de bonnes chances aux protagonistes de trouver ensemble des solutions pour satisfaire leurs besoins à tous (gagnant-gagnant).

Mon interprétation (encore) est que cette méthode demande un effort (au départ) pour "entrer en lien avec soi", c'est-à-dire pour prendre pleinement conscience des sentiments qui nous habitent et qui, au départ, sont juste "vaguement conscients". Je crois que ce "travail" de conscientisation, un peu forcé au départ, est une sorte de développement à la fois mental, émotionnel, psychologique et spirituel. Lorsqu'on développe suffisamment à la fois cette conscience et cette bienveillance, on n'est plus très loin de quelque chose qui ressemble à de l'amour (ou du moins à ce que je crois comprendre de ce qu'en disent les grands maîtres spirituels!).

Je suis d'accord que Marshall dit maintenant que cette "méthode" a un fondement spirituel, mais je crois que ce n'était pas voulu au départ (faut-il prévoir une section "historique de la CNV"?). Et je crois aussi que la CNV peut être pratiquée comme une simple méthode de communication, quitte à déboucher sur une évolution spirituelle suivant l'investissement personnel qu'on y met.

J'aime bien le lien sur le bouddhisme: "Le bouddhisme est, selon les points de vue, une philosophie, une spiritualité ou une religion ..."

Du coup, je dirais bien quelque chose comme ceci (à améliorer (et sous réserve qu'on ait droit à l'expression "selon les points de vue")): "La CNV est, selon les points de vue, une méthode de communication, un outil de guérison psychologique, un outil de médiation ou une approche spirituelle.

Je voudrais aussi ajouter que, parmi les dizaines de pratiquants (dont les formateurs) que j'ai rencontrés, nombreux étaient ceux qui étaient mal à l'aise avec le fait de "parler de la CNV", car c'est un excellent(!) moyen de "remonter dans la tête", c'est-à-dire de perdre le lien (la conscience) avec son coeur (et ses émotions), et de perdre cette qualité de profondeur si agréable à vivre.

Je comprends bien que le rôle d'une encyclopédie est justement d'être très fortement polarisé sur le pôle intellectuel. Et je comprends aussi que les lecteurs potentiellement intéressés puissent avoir envie de "savoir" ce qu'est la CNV, mais je ne vois pas (bien que je ne souhaite pas non plus faire du prosélytisme!) comment les mots peuvent remplacer l'expérience personnelle... je dirais que c'est probablement pareil pour décrire la méditation ou le goût de la mangue...

Jack-cnv (d) 5 novembre 2008 à 18:09 (CET)

Merci à Jack d'apporter sa pierre à l'édifice. J'ai mieux compris certaines notions sur la CNV à la lecture de vos propos, notamment la notion « d'entrer en lien avec soi ». Vous serait-il possible de l'ajouter à l'article ?
Toute la difficulté vient de fonder les apports d'un article à des sources vérifiables. Pour l'heure, il y a plusieurs sources[12], [13], [14] qui permettent de lier la spiritualité à la CNV, autant pour son auteur que pour le Centre pour la CNV. Cette « thèse » n'a pas encore rencontré d'argument opposé, en dehors des témoignages de cette page de discussion — y a-t-il une école exclusivement praticienne ? une scission entre deux courants ? une volonté de passer sous silence la spiritualité lors de certaines formations ? Nous ne pouvons nous satisfaire de l'incertitude, en bons rédacteurs cartésiens. Vous évoquez les points de vue de la CNV : « une méthode de communication, un outil de guérison psychologique, un outil de médiation ou une approche spirituelle » — il serait tout à fait possible de reprendre ce schéma dans l'article, à condition d'en détailler chaque partie à partir de données fiables. N'hésitez pas !
Pour ce qui me concerne en propre, j'ai voulu en savoir plus sur la CNV après avoir lu Guérir de David Servan-Schreiber (en dépit d'une certaine prise de distance par rapport à l'ouvrage et à ses thèses). Par pure curiosité, je me suis rendu sur l'article de Wikipedia et la description de la méthode m'a parue très difficile à comprendre, par rapport au livre qui en faisait une présentation vulgarisée. Voulant en savoir plus, je me suis rendu sur le site du Centre pour la CNV et y ai découvert des notions qui semblent essentielles d'après les textes qu'on peut y lire, sans que l'article en dise un seul mot. Ce hiatus m'a invité à faire des remarques et des réserves, voire intervenir dans l'article, à partir de sources « officielles » facilement disponibles. Cependant, les nombreuses contradictions entre l'article et ce que je lisais par ailleurs, ainsi que l'insistance des praticiens de la CNV à inviter à participer à des stages pour comprendre le processus, m'ont conduit à adopter une attitude scrupuleusement critique par rapport au sujet.
Pour reprendre votre exemple, il y a un bon article sur la méditation, qui montre que l'on peut décrire et expliquer des phénomènes mentaux, voire spirituels, complexes. Encore une fois, on peut écrire un article encyclopédique sur la drogue, le saut à l'élastique, ou la chaise électrique, sans inviter ou inciter le lecteur à se droguer, sauter d'un pont ou s'électrocuter. Il devrait pouvoir en être de même pour la CNV. La difficulté pour décrire la CNV vient peut-être de l'absence de prise de distance de la part de ceux qui l'ont « vécue » ou enseignée, qui sont à ce jour dans l'article les intervenants principaux. La solution est alors à trouver dans les textes, qui permettent d'obtenir une certaine neutralité de point de vue. Sincèrement, --San Kukai (d) 5 novembre 2008 à 19:09 (CET)


Wouahh, enfin ! Ça fait 2 ou 3 heures que le lis avec intérêt cette discussion après avoir lu l'ensemble des discussions relatives au bandeau de neutralité et enfin, grâce à ces deux derniers échanges, je crois que deux mondes viennent de se rencontrer ! Merci donc à Jack et SKK, sans oublier les autres contributeurs sans qui cette rencontre n'aurait pu avoir lieu.

Je confirme les observations de Jack et adhère tout à fait à son analyse quant à l'entrée tardive de la spiritualité dans la formalisation du processus par Marshall Rosenberg. Ce point restera néanmoins difficile à sourcer. Que cette dimension spirituelle soit aujourd'hui une dimension essentielle pour Marshall (et donc pour le CNVC) est en revanche une observation factuelle.

Toujours est-il que je rejoins SKK sur le fait que l'article actuel de wikipedia ne va pas dans le sens d'une explication claire et simple de ce qu'est le processus de CNV ! Je trouve que les interventions sur l'article depuis ces 6 derniers mois ont davantage apporté de confusion que de clarté et la lecture me donne bien le sentiment d'une bataille de partisans pro et anti ! Effet désastreux pour tous, wikipedia inclus.

Aussi, je vous propose la démarche suivante :

  • repartir d'une version simple et claire sur la présentation du processus (pour ma part, la version anglaise actuelle me convient bien),
  • ajouter la dimension spirituelle en fin d'introduction, sous la forme "M Rosenberg voit dans ce processus une démarche spirituelle à part entière." ou bien "M. Rosenberg affirme que ce processus est avant tout fondé sur une approche spirituelle." avec la source qui va bien,

En revanche, j'émets quelques réserves sur la proposition de Sylveno et vous proposerais même de :

  • refuser tout complément d'article exposant le pour ou contre la CNV : il me semble que wikipedia n'a pas vocation à être un tribunal moral et tout jugement de valeur devrait en être exclu, n'est-ce pas ?
  • être excessivement vigilant envers tout complément d'article reportant des exemples de mésusages (tout comme des exemples prosélytes) : wikipedia n'a pas vocation d'être un lieu de promotion ou de mise en garde de certaines pratiques mais bien un espace neutre d'accès à la connaissance,
  • d'examiner l'intérêt de proposer une rubrique faisant ressortir les trous psychologiques et sociaux des théories de Rosenberg, Asembourg et Max-Neef. Cela rejoint le premier point : Wikipedia a-t-il vocation de juger la validité d'une théorie ou d'une technique ?

Cette proposition vous semble-t-elle aller dans le sens d'un article de qualité sur wikipedia ?

En l'absence de réponse sous 7 jours, je m'autoriserais à rendre cette proposition effective. (Par précaution, je recopie ce message dans la partie discussion de la neutralité.)

Bien à vous, --Fleurdeau (d) 14 janvier 2009 à 18:27 (CET)


Pas d'objection majeure à cette proposition. Je suis même très heureux de voir arriver une relève : moi j'avais un peu perdu mon énergie de départ !

Bienvenue Clin d'œil

--Dieudonné Dard (d) 14 janvier 2009 à 18:55 (CET)

Bonjour Fleurdeau et DD,

j'ai (pour l'instant) moins de disponibilité que je ne le souhaiterais pour m'investir dans cet article... Je lis et relis régulièrement les livres de MBR et j'ai récemment pris des notes que je souhaitais intégrer à l'article. J'en ai notamment extrait de son dernier livre "communication et pouvoir" qui me semblent donner une vision claire de la CNV. à étudier...

Jack-cnv (d) 28 janvier 2009 à 16:06 (CET)

Welcome back Jack !

quel est ce passage ? j'en connais une à qui ça va faire plaisir ! (une des deux traductrice du livre en question...)

--Dieudonné Dard (d) 28 janvier 2009 à 16:25 (CET)

Bonjour,

Les 7 jours sont allègrement dépassés et je tenais à vous rassurer sur mon intention toujours présente de proposer une version de cet article qui respecte à la fois ce qu'est la CNV et le légitime besoin d'impartialité de wikipedia. Ce défi stimulant me demande plus de temps que prévu car une simple traduction de la version anglaise ne me satisfait pas complètement. Pas de demande particulière pour autant. Merci.

Fleurdeau (d) 11 février 2009 à 16:03 (CET)

Bonjour, j'espère avoir un peu plus de disponibilité la semaine prochaine... Jack-cnv (d) 17 février 2009 à 16:38 (CET)

Exemple[modifier | modifier le code]

Mise de l'exemple de l'article dans la page de discussion, s'agissant d'un travail inédit. Voir à ce sujet l'échange sur le caractère non-neutre de l'article : non violente/Neutralité. --San Kukai (d) 10 novembre 2008 à 10:48 (CET)


Cet exemple est librement inspiré de nombreux autres. Soit ceux vécus en stage de formation, soit parmi les nombreux exemples donnés dans des livres tels que La Communication Non Violente au quotidien ou Manuel de Communication NonViolente (cf. Bibliographie), ou encore ceux expérimentés dans la vrai vie. Il n'a donc pas valeur de référence absolue de la manière de pratiquer le CNV, mais est juste un exemple. A ce titre chacun est invité à l'améliorer, pour le rendre plus compréhensible et accessible.

Contexte 
Deux amis se sont donné rendez-vous. Le premier est arrivé 20 minutes avant l'heure fixée, et le deuxième arrive 40 minutes après l'heure fixée.


Réaction habituelle 
« Non mais tu as vu à quelle heure tu arrives ? Tu aurais pu me prévenir au moins ! »

Cela ne laisse que peu d'ouverture. La personne ne s'exprime pas dans le sens du processus.


Alternative possible 
1. Observation
« Nous avions rendez-vous ici il y a quarante minutes, cela fait une heure que je suis ici. »
Attention à la communication para-verbale (soupirs, intonation de voix) afin de rester collé à la réalité le plus possible dans l'énonciation.
2. Sentiment
« Je suis en colère d'avoir attendu comme cela car… »
Commencer la phrase par « je » afin de prendre la responsabilité de ses sentiments afin de montrer qu'on est responsable de ses sentiments[style à revoir]. Dire « je me sens » plutôt que « je sens » peut favoriser la distinction entre des jugements et l'expression de ses sentiments.
3. Besoin
« …ça aurait du sens pour moi d'employer mon temps de manière plus utile. » (Il y en a peut-être d'autres : communication, empathie, considération, confiance…)
Être à l'écoute du besoin/des besoins qui est/sont à l'origine du sentiment que vous éprouvez.
4. Demande
« Est-ce que tu veux bien me dire maintenant, au cas où cela arriverait une prochaine fois, si tu es d'accord de me prévenir quand ton retard dépasse 5 minutes ? »

Conclure par une demande présente, claire (en énonçant ce qu'on attend vraiment que la personne fasse pour contribuer à notre bien-être)… en se posant la question : « Qu'est-ce que j'ai envie que la personne fasse pour contribuer à ce que mon besoin soit satisfait ? », dans l'instant présent, concrète, ouverte (réponse « non » possible, choix multiple...), réaliste et réalisable[style à revoir].

Dans la mesure du possible, il est proposé de respecter chacune des étapes afin d'être clair.

Différenciations clefs[modifier | modifier le code]

Il s'agit ici d'un travail inédit qui ne peut figurer dans l'article. Voir à ce sujet les échanges sur l'absence de neutralité de l'article : non violente/Neutralité. --San Kukai (d) 10 novembre 2008 à 10:50 (CET)


Ce paragraphe est en cours de création : il est à compléter[1],[2].

À propos du processus en quatre étape
À propos de l'empathie
  • Il y a souvent confusion entre empathie et sympathie :
Empathie Sympathie
Focalisation de l'attention La focalisation de l'attention est complètement sur ce qui se passe chez l'autre La focalisation de l'attention est sur ma réaction en réponse à ce qui se passe chez l'autre
À propos du modèle Chacal/Girafe
La girafe et le chacal sont deux images fréquemment utilisées en CNV comme outil pédagogique pour par exemple faciliter les jeux de rôle. Ces deux images peuvent symboliser par exemple deux aspects d'une même personne dans un dialogue intérieur. La girafe a été choisie parce-qu'elle concentre elle-même plusieurs symboles : c'est l'animal terrestre qui a le plus gros cœur (à cause de son cou), elle a la peau très dure (résiste au morsures de lions) et son long cou lui donne de la hauteur de vue. Le chacal, lui, a été choisi parce-qu'un jour une participante à un stage de Marshall Rosenberg se plaignait de sa difficulté à être en lien avec son mari quand il utilisait un langage chargé de jugements de valeur sur elle en disant « c'est un vrai chacal ! ».
Marshall prévient les formateurs en CNV d'un piège courant dans l'usage de ces images : c'est celui de retomber dans la dualité traditionnelle de bonne et mauvaise manière, alors qu'une des propositions de la CNV est justement d'aller au delà du bien et du mal[3]. Expression utilisée en référence à la citation du soufi Rumi : « Au delà des idées de mal faire et bien faire, il y a un lieu. Je t'y retrouverais ».
Exemple de distinction :
Honnêteté girafe Honnêteté chacal (du point de vue du "chacal")
Dire à l'autre comment je me sens, ce dont j'ai besoin Dire à l'autre ce qui va ou ne va pas chez lui, ou ce qu'il est (du point de vue du "chacal")
Divers

Champs d'application[modifier | modifier le code]

J'ai lu attentivement les références de cette section.

Éducation[modifier | modifier le code]

  • Le premier lien renvoie sur le site http://nvc-europe.org. La page propose de se mettre en rapport avec des formateurs. « La CNV est mise à disposition des enseignants pour leur donner des outils en vue de gérer les situations de violence. »
  • Le second lien dirige vers le blog d'une école privée italienne. On y apprend que « les enseignants étaient stupéfaits de l’intérêt des enfants à partager ce qui se passe dans leurs relations à l’école et la facilité avec laquelle ils se relient à leurs sentiments et besoins ». Sans être pédopsychiatre, que les enfants partagent « ce qui se passe dans leurs relations à l’école » et qu'ils se relient à leurs sentiments et leurs besoins ne me semble pas plus stupéfiant que l'évidence quotidienne que vivent tous les parents un peu à l'écoute de leurs enfants, sans le support d'une méthode particulière. Bien entendu, un blog ne peut être considérée par Wikipedia comme une source fiable.

Famille[modifier | modifier le code]

  • Ici encore, le lien renvoie sur le site http://nvc-europe.org. Outre deux liens vers des formations dont les dates ne sont plus d'actualité, la page nous donne le témoignage d'une famille ayant vécu la CNV. Celui-ci serait particulièrement approprié s'il était mentionné par une source secondaire.

Relation d'aide[modifier | modifier le code]

  • Ici encore, le lien renvoie sur le site http://nvc-europe.org.
    • Le premier lien renvoie sur une formation au Liban pour une école dépendant de l'association Arc en Ciel [15]. La formation, selon NVC-Europe, a permis de « contribuer à œuvrer pour plus de paix au Liban et dans le monde ». À la recherche d'une source secondaire, j'ai constaté que le site de l'association Arc en Ciel ne relate nulle part l'intervention de NVC-Europe.
    • Le second lien informe sur une formation dont les dates sont dépassées.

Santé[modifier | modifier le code]

  • Une nouvelle fois, le lien renvoie sur le site http://nvc-europe.org.
    • Un premier lien renvoie vers un article de Pascale Molho, « Docteur en médecine et formatrice certifiée en Communication NonViolente, selon le processus de Marshall Rosenberg ». Elle dit avoir quitté sa pratique hospitalière pour se consacrer à plein temps à la formation à la CNV. Son témoignage est intéressant, mais son activité professionnelle de formatrice en CNV ne nous permet pas d'avoir une approche « scientifique » et secondaire sur la CNV.
    • Le second lien renseigne sur des formations en France et en Belgique.

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • À nouveau, le lien renvoie sur le site http://nvc-europe.org.
  • Un lien renvoie vers une expérience d'un « débat théâtral » à Brest. L'origine du projet est issue d'ateliers CNV. Mais, si le projet continue, la CNV n'est plus évoquée [16]. D'autre part, je n'ai pas trouvé de sources secondaires sur cette initiative.

Thérapie[modifier | modifier le code]

  • Les documents mis en lien concernent les travaux d'une commission « CNV et thérapie », sur le site http://nvc-europe.org.
    • Dans le premier document, on apprend que l'un des points prioritaires est de « pouvoir apporter une réponse cohérente aux médias, à la presse, aux institutions, au public etc.. sur le lien entre CNV et thérapie ». On apprend aussi que le groupe a effectué une « séance d’intervision ».
    • Le second lien est une convocation.
    • Le troisième lien est la définition des pistes de travail et des résultats attendus de la commission.

Il n'y a pas d'informations, d'exemples, d'études, de renvoi vers des cas, sur l'application de la CNV en thérapie.

Justice réparatrice[modifier | modifier le code]

  • Le lien renvoie vers un wiki qui décrit un jeu de rôles animé par Marshall Rosenberg et les travaux de Dominic Barter, promoteur de la CNV au Brésil. Je n'ai pas trouvé de documents secondaires sur ce « grand programme de justice réparatrice ». On apprend d'autre part dans l'article qu'« il peut arriver qu'aucun des formateurs ne soit formé à la CNV ».

Programmes de rétablissement de la paix[modifier | modifier le code]

Une ligne dans l'article nous informe de « programmes de rétablissement de la paix dans des pays déchirés par la guerre et/ou économiquement désavantagés » (suit une liste d'une dizaine de pays). Compte tenu de l'importance que revendique la CNV sur ce thème, il serait souhaitable d'offrir des accès aux sources secondaires qui rendent compte de tels programmes. En cliquant sur les noms des pays concernés, on est renvoyés sur des pages de Wikipedia.

Médiateurs[modifier | modifier le code]

Enfin, l'article nous informe que la CNV est « utilisée par des médiateurs dans leur travail », sans référence.


Au regard de ces points, je n'ai trouvé aucun élément permettant de recueillir une information fiable (au sens wikipédien) sur l'application de la CNV. Tous les exemples donnés sont des sources primaires (que tout promoteur de la CNV aurait pu rédiger). Aucun des travaux affichés par le CNVC ne fournit de référence secondaire. Par conséquent, la section sur les champs d'application de la CNV ne me semble pas devoir figurer dans l'article. --San Kukai (d) 10 novembre 2008 à 14:41 (CET)

Dans l'attente de sources secondaires sur les applications de la CNV, je déplace ci-dessous la section Champs d'application. --San Kukai (d) 12 novembre 2008 à 10:14 (CET)

Champs d'application[modifier | modifier le code]

Le processus de CNV est utilisé dans plusieurs contextes, incluant :

La théorie de la CNV a beaucoup en commun avec les concepts utilisés en médiation et en résolution de conflit et est utilisée par des médiateurs dans leur travail[réf. nécessaire].

Copie de la section Considérations générales de la page Discuter:Communication non violente/Neutralité[modifier | modifier le code]

Sincèrement, --San Kukai (d) 8 novembre 2008 à 17:07 (CET)

Si cette liste reflète fidèlement l'état de l'article, il y a du travail. Je suggère que chacun réponde point par point et succintement à ces suggestions et que chaque aspect soit traité au fur et à mesure de l'apparition d'un consensus. --A t a r a x i e--d 8 novembre 2008 à 17:58 (CET)
Merci à vous deux d'avoir initié ces améliorations (trois avec Sylveno ;) ! Cela dit, j'espère que d'autres amateurs de la CNV vont venir nous prêter main forte Clin d'œil --Dieudonné Dard (d) 8 novembre 2008 à 20:20 (CET)

Je ne sais pas si les « amateurs de la CNV » sont les mieux placés pour rédiger un article neutre à son sujet. Une certaine prise de distance, un esprit critique et la disposition de sources fiables me semblent plus utiles pour ce faire. Evidemment, un certain intérêt pour la méthode en elle-même ou pour la non-violence en général peut donner une impulsion supplémentaire pour consacrer du temps et de l'énergie à l'article. --San Kukai (d) 9 novembre 2008 à 18:53 (CET) Notez que si les débats concernent l'article au-delà des questions de neutralité (décrites à la création de cette page), la page de discussion de l'article est préférable parce qu'elle permettra aux autres contributeurs de savoir par quels chemins vous êtes arrivés à vos choix éditoriaux, alors que cette page-ci tombera dans l'oubli. --A t a r a x i e--d 9 novembre 2008 à 19:15 (CET)

Il sera toujours possible de faire un cop/col une fois que les points principaux auront été réglés, non ? Je l'ai vu sur d'autres pages de discussion, même pour des conversations du Bistro. --San Kukai (d) 9 novembre 2008 à 21:27 (CET)
On peut toujours faire ça. Mais le chemin le plus court d'un point à un autre ne reste-t-il pas parfois la ligne droite ? --A t a r a x i e--d 10 novembre 2008 à 10:28 (CET)
Un jésuite demande son chemin à un passant. Celui-ci lui répond : « c'est tout droit ! » Le jésuite se perd. --San Kukai (d) 10 novembre 2008 à 16:38 (CET)
Blague dans le sac, je fais une copie de la présente section dans la page de discussion de l'article, qui effectivement dépasse les questions de neutralité. --San Kukai (d) 10 novembre 2008 à 16:53 (CET)

Bonjour, Je ne sais pas si les « amateurs de la CNV » sont les mieux placés pour rédiger un article neutre à son sujet. Une certaine prise de distance, un esprit critique et la disposition de sources fiables me semblent plus utiles pour ce faire. A nouveau amateur ou pas, cela n'a rien à voir ! Je peux être amateur tout en étant distancié, critique et disposer de sources fiables. Interdisons donc aux passionnés d'Histoire (et donc les historiens) d'écrire sur l'Histoire ! Les laisser faire est gage de non-neutralité. Vous avez parlé de sujets plus haut qui vous tiennent à coeur. Avec votre démarché appliquée à vous-même et à ces sujets (si vous avez participé à la rédaction de ces articles), je doute que vous soyez le mieux placé pour une rédaction neutre de ces articles. Je dirai pour équilibrer votre discours : Je ne sais pas si les « non amateurs de la CNV » sont les mieux placés pour rédiger un article neutre à son sujet. Une certaine implication, le fait de vivre et pratiquer le processus et la disposition de sources fiables me semblent plus utiles pour ce faire. Tant que les sources sont respectées c'est à mon sens ok peu importe si le personne est fan ou pas. J'interviendrai à chaque fois que mon besoin de conscience, de discernement quant à un critère pour juger de la neutralité n'est pas pris en compte. Pour ce faire, merci de se centrer sur l'apport des sources uniquement. Les fans comme les non-fans ont tous un cadeau pour un article. Merci de chercher à voir l'apport des 2. Concernant l'aspect critique de CNV, interroger l'opinion des gens qui ont été en thérapie avec un formateur certifié peut apporter quelque chose. Le site et la revue "Psychologies" parlent de la CNV, en font des articles. C'est aussi une piste. Bien à vous Clidre01 (d) 10 novembre 2008 à 12:45 (CET)clidre01

Essayez de comprendre que la situation n'est pas aussi binaire que vous la décrivez ; vous rangez vous-même les contributeurs de l'article entre « amateurs » et « non amateurs de la CNV », « fan ou pas » — je n'avais fait que reprendre les propos de Dieudonné, que j'avais d'ailleurs mis entre guillemets pour m'en dissocier. Je n'ai rien dit de mon implication personnelle en faveur de la non-violence indépendamment de la CNV ; pas plus que je n'ai donné mon sentiment sur la méthode elle-même, sur Marshall Rosenberg, sur le Centre pour la CNV ou sur David Servan-Schreiber.
 
On peut se montrer sévère envers la rédaction d'un article sur la CNV en étant favorable à ses intentions. On peut être critique de la façon de présenter une méthode pour lui permettre d'être exposée de façon plus accessible et, partant, de toucher plus de monde. On peut supprimer des liens vers des sites personnels de formateurs afin de ne pas entretenir la confusion entre la méthode en elle-même et les formateurs qui cherchent à vivre de leurs formations. On peut déplacer des travaux personnels de contributeurs en page de discussion, au risque d'être vexant, afin de ne laisser dans l'article que les éléments que Wikipedia considère comme admissibles. On peut remettre en question les affirmations d'un organisme lorsque celles-ci ne sont pas étayées et dans le même temps rechercher des éléments fiables qui permettront de valider la méthode et d'en justifier l'utilité de façon objective, etc.
 
Si vous avez des sources tirées de la revue Psychologies, merci de les intégrer à l'article. Parallèlement, « l'opinion des gens qui ont été en thérapie avec un formateur certifié » n'est pas une source fiable, à moins d'avoir été publiée de façon reconnue pour Wikipedia. --San Kukai (d) 10 novembre 2008 à 16:46 (CET)

Bonsoir,Je connais votre position sur la dualité de par votre page de présentation. Il y a les fans ou les non-fans et il y a ceux qui sont fans et non-fans. Dualité et unité dans la dualité. Tous apportent un cadeau. Vos actes sont mûs oui dans l'intérêt de wiki cela je le vois et je l'honore. En même temps, vous avez un jugement affectif sur la Cnv et cela peut être un moteur autant que l'absence de sources. Idem pour moi. Je nous invite à être conscient et à vérifier si cela peut jouer et avoir un impact ici. Je ne sais pas comment intégrer une source. J'ai encore besoin d'apprendre. D'où ma demande à Dieudonné pour les intégrer. Les sources sont citées ci-dessous. Le témoignage de gens n'appartenant pas à un mouvement est une preuve pour l'empirisme. Il suffit de les récolter et de les faire publier. Bien à vous, Clidre01 (d) 11 novembre 2008 à 00:57 (CET)clidre01

Je ne comprends pas ce que vous écrivez et suis désolé par conséquent de ne pouvoir y répondre. --San Kukai (d) 11 novembre 2008 à 01:44 (CET)

Déplacement des « limites » non sourcées et propres à la CNV[modifier | modifier le code]

Les limites ci-dessous qui figuraient dans l'article ne sont pas sourcées. De surcroît, elles proviennent de la CNV directement et n'expriment pas de points de vue extérieurs sur la méthode. Par conséquent, il me semble qu'elles ne peuvent être retenues dans l'article.

Limites à la CNV selon la CNV[modifier | modifier le code]

La communication non violente vise à aider chacune et chacun à savoir écouter son prochain comme soi-même[réf. souhaitée].

La communication non violente n'est pas un « truc », un simple protocole, elle est avant tout une pratique de communication, un processus, exigeant donc d'être vécu le plus souvent et le plus pleinement possible[réf. souhaitée].

Un des risques est de tomber dans une « mentalisation » du processus où les personnes s'expriment mécaniquement, sans participation du coeur (« girafe perroquet »). : Exemple : « Quand tu dis… je me sens … parce que j'ai besoin de… est-il possible de… ? »

Il est en effet possible que des gens se sentent lourds en entendant plusieurs fois d'affilée cette formulation parce qu'ils ont peut-être besoin de spontanéité, de légèreté et de douceur dans la reformulation de ce qu'ils vivent[réf. souhaitée]. Le langage « girafe de rue », est l'expression utilisée pour désigner l'utilisation des formulations et expressions traditionnelles utilisées dans l'esprit de la communication non violente[citation nécessaire].

Trois types d'obstacles à l'écoute empathique : le temps, l'accès à la personne (hiérarchie, personne proche…) et le courage[citation nécessaire].

Présentation concise de la CNV[modifier | modifier le code]

Voici une présentation concise transmise par Martine Marenne (je crois) :

« Présentation de la Communication NonViolente
La Communication NonViolente (CNV) est une démarche relationnelle qui
s’inscrit dans un esprit de bienveillance. Marshall Rosenberg a élaboré ce
processus afin de prévenir la violence et la rupture de dialogue avec les autres
et avec soi.
Elle s’appuie sur le constat que chez beaucoup, la tentation est grande
d’attribuer la responsabilité de ses émotions à des causes extérieures. « C’est
toujours la même chose avec lui. La société fonctionne mal. Elle pourrait en
faire plus, non ? ».
La découverte de Marshall Rosenberg a été de relier les sentiments, non plus
aux autres ou aux événements, mais à nos propres besoins intérieurs, au fait
qu’ils soient plus ou moins satisfaits.
Cette démarche, est une invitation à clarifier, notre conscience en prenant la
responsabilité de nos sentiments et de nos besoins et à poser des actes pour
changer et embellir la Vie.
Cette connaissance de soi, permet une expression claire et authentique de soi
et une attitude empathique vers l’autre. Cette connexion avec soi et les autres
au niveau universel des besoins permet d’établir ou de rétablir une
communication de cœur entre les personnes ou les groupes de personnes.
La pratique de la Communication NonViolente constitue un levier de
changement individuel et social. »

--Dieudonné Dard (d) 1 décembre 2008 à 11:32 (CET)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Différenciations clefs
  2. (en) Key differentiations initié en ligne sur NVCWiki par John Abbe
  3. Au-delà du bien et du mal Un Interview par D. KILLIAN, The Sun - février 2003
  4. Education
  5. Rencontre CNV avec les enfants de Maternelle et du CP
  6. Famille
  7. Relation d'aide
  8. Santé
  9. Théatre
  10. Thérapie
  11. Justice réparatrice

Proposition de refonte de cet article[modifier | modifier le code]

Fleurdeau a proposé le 26 février 2009 une refonte de cet article via la page Communication NonViolente. Après une concertation via les pages Discuter:Communication NonViolente et Discuter:Communication NonViolente/Suppression un consensus s'est dégagé sur l'intérêt de ne pas disperser les débats sur plusieurs page et de plutôt les garder ici.

Ci-dessous la proposition de Fleurdeau et des extraits des discussions auxquelles elle a donné suite. (Les niveaux des sous-titre ont été incrémentés d'un point pour garder l'homogénéité de présentation des autres contributions sur cette page).

--Dieudonné Dard (d) 13 mars 2009 à 18:55 (CET)


La Communication NonViolente (CNV) est le nom d'un processus de communication basé sur l'empathie et l'authenticité, formalisé par Marshall Rosenberg dans les années 1970.

Origine et Fondements[modifier | modifier le code]

Confronté à la violence dès son plus jeune âge et intrigué de voir certaines personnes capables de rester en lien avec leur humanité même dans des situations extrêmes, Marshall Rosenberg s'est intéressé à la psychologie humaniste de Carl Rogers dont il a été l'élève puis le collaborateur. Diplômé en psychologie clinique, son activité de thérapeute l'amène à expérimenter et étudier le pouvoir guérisseur de l'empathie sur ses patients et à se détourner d'une vision pathologique des comportements humains. Il est rapidement convaincu que la violence est une affaire de langage et que les structures sociales et les rapports de pouvoir sont à l'origine de bien des souffrances comme la dépression (violence vers soi) ou l'agressivité (violence vers l'autre).

C'est en cherchant des formes d'action lui permettant d'agir sur les structures de sociales et les structures de pouvoir que la Communication NonViolente vit le jour, ainsi que le centre du même nom, en 1966.

Plus qu'une simple méthode de communication basée sur les principes de la psychologie humaniste, la CNV est aujourd'hui un art de vivre dont Marshall Rosenberg ne cache ni les fondements spirituels [1], ni sa vocation à agir sur les structures sociales [2].

En 2007, la CNV était présente dans 75 pays.[3]

But et définition[modifier | modifier le code]

Marshall Rosenberg a donné la définition suivante de la CNV à Lausanne (Suisse) en septembre 2003 (Traduction par Godfrey Spencer et Anne Bourrit) :

« La Communication NonViolente, c'est la combinaison d'un langage, d'une façon de penser, d'un savoir-faire en communication et de moyens d'influence qui servent mon désir de faire trois choses :
  • me libérer du conditionnement culturel qui est en discordance avec la manière dont je veux vivre ma vie,
  • acquérir le pouvoir de me mettre en lien avec moi-même et autrui d'une façon qui me permette de donner naturellement à partir de mon cœur,
  • acquérir le pouvoir de créer des structures qui soutiennent cette façon de donner. »

Partant des préceptes que l'Homme est fondamentalement bon et que tous les être humains ont les mêmes besoins universels, le but de la Communication NonViolente est de favoriser une qualité de relation qui va permettre de répondre aux besoins des uns et des autres en étant uniquement motivé par l'élan du cœur et la joie de le faire.

A contrario, si une personne utilise la peur, la culpabilité, la honte, le devoir, la punition, la récompense ou les louanges pour obtenir de l'autre qu'il agisse comme elle le souhaite, alors il ne s'agit pas de Communication NonViolente.

Les quatre étapes du processus[modifier | modifier le code]

Pour accéder à cette qualité de relation et la préserver même dans des situations difficiles ou conflictuelles, la CNV nous invite à :

  • observer la situation en termes de faits, sans émettre de jugements ou d'interprétations,
  • ressentir ce que cette observation génère comme sentiments chez soi (expression authentique) ou chez l'autre (empathie) en les distinguant des pensées mentales,
  • connecter ces sentiments à des besoins universels, satisfaits et/ou non satisfaits,
  • formuler une demande positive, concrète et négociable.

Dans un dialogue, ces quatre étapes (Observation, Sentiment, Besoin, Demande), seront utilisées sous une forme affirmative lors de l'expression authentique de ce qui est vivant en soi (typiquement : "[O]Lorsque j'entends..., [S]je me sens ... [B]parce j'ai besoin de .... [D]Est-ce que tu... ?") et sous une forme interrogative durant la phase d'écoute (typiquement : "[O]Lorsque tu ... [S]te sens-tu... [B]parce que tu aurais besoin de ... . [D]C'est bien cela ?").

Les notions d'intention bienveillante et d'attention à l'instant présent - l'ici et maintenant - sont les préliminaires indispensables à toute entrée en relation utilisant la Communication NonViolente, comme le rappelle M. Rosenberg [4] :

« La Communication NonViolente est souvent présentée à l’aide de la méthode qui consiste à suivre les quatre étapes [...]. Mais en fait, ce qui est dit est beaucoup moins important que l’intention qu’on y met. Parce que si l’intention est que l’autre fasse ce que l’on veut, il ne s’agit pas de Communication NonViolente. »

La notion de besoin en CNV[modifier | modifier le code]

Le besoin en CNV fait référence aux besoins humains fondamentaux tels que définis par Max-Neef : il en existe un nombre fini et sont indépendants de la culture ou des périodes de temps historiques. Il convient de les différencier des désirs, infinis et spécifiques à chaque individu, et de la stratégie qui est un moyen parmi d'autres pour satisfaire un besoin.

Ainsi, un besoin en CNV est :

  • universel (communs à tous les êtres humains),
  • abstrait,
  • neutre (ni bon, ni mauvais)
  • indépendant d'une personne en particulier, d'un objet ou d'une action spécifique : il peut être satisfait de multiples manières.

Même s'il propose une classification différente et plus détaillée[5], Rosenberg est en accord avec la liste des neufs besoins humains fondamentaux proposée par Max-Neef comme recouvrant à peu près toute la palette des besoins humains [6] :

  • Besoins physiologiques, bien-être physique
  • Sécurité
  • Empathie, compréhension
  • Créativité
  • Amour, intimité
  • Divertissement
  • Repos, détente, récupération
  • Autonomie
  • Sens, spiritualité

CNV et résolution des conflits[modifier | modifier le code]

La résolution des conflits, quelque soit le contexte (couple, relation parent-enfant, milieu scolaire, relation professionnelle, relation inter-ethnies ou inter-nations, ...) est un domaine d'application privilégié de la CNV.

Les conflits sont généralement provoqués par les stratégies des uns qui viennent heurter les besoins des autres. La CNV estime que si des personnes en conflit arrivent à se connecter au niveaux de leur besoins respectifs, alors, ces derniers étant présents chez tout être humain, elles pourront se sentir comprises et entendues tout en respectant et reconnaissant les besoins de l'autre. Les chances de trouver une issue pacifique au conflit sont alors considérablement augmentées.

Cette étape de reconnaissance des besoins ne pourra faire l'économie d'une préalable écoute empathique - parfois assurée par une personne médiatrice - jusqu'à ce que l'autre soit perçu non plus comme un ennemi ou un adversaire mais comme un être humain[7].

La CNV est proposée comme outil pédagogique pour augmenter les chances de résolution non-violente des conflits en milieu scolaire dans le programme pour l'éducation à la non-violence et à la paix rédigé par la Coordination française pour la Décennie dans le cadre de la Décennie internationale de la promotion d'une culture de la non-violence et de la paix au profit des enfants du monde orchestrée par l'UNESCO[8].

CNV et spiritualité[modifier | modifier le code]

Marshall Rosenberg s'est intéressé aux différentes religions du monde et souhaite faire la synthèse entre le politique et le spirituel[9].

Il préconise une spiritualité de l'action telle que l'a décrite Ken Wilber plutôt qu'une spiritualité visant à "se créer un doux cocon dans la vie"[10]. C'est ainsi que Marshall accède à ce qu'il appelle l'Energie Divine, l'énergie de l'amour de la vie qui serait présente en chaque être humain.

Des travaux de Joseph Campbell, il retient de ne rien faire si ce n'est par plaisir. "Tout deviendra facile si nous agissons exclusivement dans le but d'honorer notre besoin de servir la vie - que certains appellent Dieu."[11]

La notion de gratitude est très présente dans la vision spirituelle de la CNV[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.cnvc.org/fr/what-nvc/spiritual-basis/spiritual-basis-nonviolent-communication Marshall Rosenberg, Bases spirituelles de la CNV
  2. http://www.cnvc.org/fr/une-organisation-internationale-de-formation-la-paix-sans-lucratif CNVC, Vision, mission et but
  3. http://www.cnvc.org/fr/about-us/annual-report/cnvc-2006-annual-report Rapport annuel 2006 à télécharger
  4. Extrait de l’interview de Marshall Rosenberg réalisée lors de l’émission "Dites-moi..." (RTBF, 5 février 2004), retranscription par Daniel Raes
  5. Needs Inventory
  6. Marshall Rosenberg, Dénouer les conflits par la Communication NonViolente, Ed. Jouvence, 2006. ISBN 2-88353-496-9, pages 42 et 43
  7. ibid, page 105
  8. Bien que signataire de la résolution A/53/25 de l'ONU invitant les états membres à "prendre les mesures nécessaires pour que la pratique de la non-violence et de la paix soit enseignée à tous les niveaux de leurs sociétés respectives, y compris dans les établissement d'enseignement", l'introduction d'une éducation à la paix et la non-violence dans les programmes scolaires français a été rejetée par le Sénat le 24 mars 2005. Voir l'amendement.
  9. Marshall Rosenberg, Dénouer les conflits par la Communication NonViolente, Ed. Jouvence, 2006. ISBN 2-88353-496-9, page 209
  10. ibid
  11. ibid pages 61 et 62
  12. ibid, page 235

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • www.cnvc.org site du Centre pour la Communication NonViolente, principalement en anglais (quelques pages traduites en français)
  • www.nvc-europe.org site européen le plus fourni en pages francophones sur la Communication NonViolente.
  • www.cnvsuisse.ch site de l'Association pour la Communication NonViolente en Suisse romande (ACNV-SR)
  • fr.nvcwiki.com wiki en français dédié à la CNV

Fin de la proposition initiale de Fleurdeau.

Extrait des commentaires qui ont suivi la proposition de Fleurdeau[modifier | modifier le code]

Bonjour, je m'excuse tout d'abord si je n'entre pas correctement les balises et la mise en forme... J'ai lu le livre de Rosenberg ("les mots sont des fenêtres") il y a deux ans, et relu il y a quelques semaines, j'ai mieux compris la méthode à cette relecture et pense être plus apte à l'employer... Je me suis aussi rendu qu'il y avait des éléments critiquables, comme le fait que Rosenberg ne parle pas des échecs éventuels qu'il a pu connaitre, notament. Ou certaines phrases qui montrent qu'il n'appliquent pas tout à fait ses méthode à mon avis (par exemple, si je me souviens bien, il écrit à au moins deux endroit quelque chose comme quoi les modes de communication violent, le recours à la culpabilisation...arrangent bien ceux qui veulent manipuler (tsars, dictateurs..). Il y aurait donc des manipulateurs?). Je n'ai pas vu, mais pas cherché non plus, de critiques de la CNV, si ce n'est celles que je lis dans la page de wikipédia dont on parle là. Une critique est une production humaine, peut-être que très peu de personnes se sont donné la peine de chercher à remettre en cause la CNV, ou à prouver qu'elle est efficace ou pas cliniquement, parce que produire des scientifiques textes "contre" (ou pour) la CNV ne motive pas grande monde, donc il n'en existerait presque pas. Par ailleurs, si on repproche à ceux qui ont rédigé la page d'être partiale, de ne présenter qu'un aspect, je ne pense pas que ce soit à eux d'amener ces critiques. Ainsi on ne demande pas, je pense, par exemple dans la partie "discussion" de la page sur Marx, à celui qui l'a rédigé, de rapporter ce qu'on écrit les critiques de Marx : on peut supposer que d'autres collaborateurs de wikipedia seront motivés pour le faire.

Je pense qu'on touche là de toute façon à des limites de la méthode scientifique (j'espère que les défenseurs de la CNV qui discutent ici et ont fait cette page ne m'en voudront de faire par de ces réflexions, ou que les défenseur de la méthode scientifiques ne les trouveront pas indigentes). Rosenberg raconte par exemple que des psychologues lui demandent quel diagnostic il souhaite mettre sur une personne. Or il ne souhaite pas mettre d'étiquette, cette question le met mal à l'aise. Ainsi il ne lui est pas possible de répondre. Je me demande ce qu'entend Dr Sylvie Dodin quand elle écrit "il n'existe aucune synthèse d'études scientifiques pouvant conclure à l'efficacité ou à l'utilité de la CNV." (je suppose qu'elle travaille en psychologie, ce n'ets pas précisé) Comment pourrions nous "mesurer" l'efficacité de la CNV? Si ce n'est par exemple, en mesurant selon des critères scientifiques, quelle proportion de personnes classées "à problème psychologique" passe dans la case "sans problème psychologique", à supposer que de telles thérapies existent. Je crains que ce genre de limite rendra impossible la mesure l'efficacité ou l'utilité de la CNV, et au fait d'entrer de manière "objectivement irréfutable" dans les critères d'admissibilité dans wikipédia.

Je crains de ne pas avoir exprimé de manière compréhensible ces opinions...En tout cas, je n'arrive pas à formaliser cette intuition que la CNV ne se pliera pas vraiment à l'analyse scinetifique. Je crains aussi de vexer les lecteurs, en disant que la psychologie travaille essentiellement en "mettant dans des cases". Je n'ai pas étudié cette discipline, je ne sais pas à quel point, de quelle manière, ses praticiens intègre l'idée que les mots avec lesquels ils considèrent des patients("schizophrène", "borderline", ou tant d'autre encore) sont des production humaines, comodes dans certains buts (non partagés par la CNV qui est une toute autre démarche pour l'esprit, à ce que j'ai pu en comprendre), mais ne se réfèrent pas à des réalités objectives qui existent de manière indépendante (pour exemple, on peut penser qu'il n'existent pas des individus "schizophrènes", "boderline", "normaux", aussi clairement qu'il existe , en physique, disctincement des blocs d'aluminium, de cuivre, de fer). Je ne sais pas si cette réflexion a été menée, étudiée et écrite par des psy initiés à la CNV (ou par des personnes "qui font de la CNV sans le savoir"), je suppose que oui... Je crains être hors sujet par rapport au sujet abordé dans cette discussion avec ce long blabla, elle peut être déplacé par ailleurs éventuellement... --Jeuf (d) 13 mars 2009 à 13:58 (CET)

Merci Jeuf de ce regard nouveau sur la situation. Il me semble que nous sommes finalement assez nombreux à tâtonner pour essayer de trouver la meilleure manière de confronter nos différents points de vues et d'en faire ressortir un point de vue commun assez stable dans le temps pour que soient retirés les différents bandeaux Controverse de neutralité, Pages à supprimer etc... Les questions soulevées par Jeuf me plaisent bien, et j'aimerais que nous arrivions à les intégrer dans nos dialogues.
[...] l'idée serait de déjà essayer de nous accorder sur le contenu de l'article [[Communication_non_violente Communication non violente] via sa page de discussion sans s'éparpiller encore via un nouveau titre de page, puis une fois d'accord sur le contenu, cherche éventuellement à s'accorder sur le titre ? C'est bien ça ? [...] Tout le monde semble d'accord sur l'intérêt de ne garder qu'un seul article pour décrire la CNV. Ça c'est clair. Maintenant je trouve que pour notre compréhension à tous de comment nous (communauté de contributeurs à Wikipédia) nous fonctionnons, il est utile de garder la trace du fait que ce conflit sur l'écriture du titre existe depuis le début. [...] Enfin sur l'aspect méthode de développement personnel associée à des liens externes qui pointent vers un centre de formation, c'est vrai que vu sous cet angle ça ne donne envie d'être vigilant à ne pas laisser un groupe se faire de la pub à peu de frais sur Wikipédia. Là où ça devient intéressant, c'est quand justement il apparait à ceux qui s'intéressent à ce sujet depuis quelques années, que l'intérêt de la CNV dépasse largement le cadre d'une méthode de développement personnel. D'où peut-être le hiatus dès le début sur la manière d'écrire le titre. Une manière qui enfermerait cette approche dans la logique du copyright ou au contraire une manière qui dirait d'entrée que la force de cette approche est son intention de reconnaître à chacun la légitimité de l'améliorer. Un peu comme l'état d'esprit Ubuntu : « je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous ». [...]
--Dieudonné Dard (d) 13 mars 2009 à 18:06 (CET)
Tout d'abord, quel que soit l'intérêt des commentaires de Jeuf, nous ne pourrons pas les "intégrer dans notre conversation" tel qu'il les présente. Nous ne travaillons pas sur WP à partir de nos intuitions personnelles mais à partir de sources. Voilà dans les grandes lignes ce qui délimite le contenu des dialogues.
[...] Cordialement, --A t a r a x i e--d 13 mars 2009 à 18:07 (CET)
L'article mérite effectivement d'être amélioré. Les parties à modifier sont essentiellement, à mon sens, celles qui ne sont pas sourcées. Quant aux autres, il me semble possible d'y agréger des éléments, mais pas d'en retrancher dès lors qu'un travail de recherche et de référencement a été réalisé. Il est plus que probable qu'une fois que le travail de mise en relation avec des sources et de vulgarisation de la présentation de la méthode pour la rendre accessible au plus grand nombre seront faits, la controverse de neutralité n'aura plus lieu d'être. J'abonde totalement dans le sens des propos d'Ataraxie concernant le recentrage sur les sources et la conservation pour des blogs ou des tchats des opinions, points de vue et intuitions sur la CNV. Sincèrement, --San Kukai [[User talk:San Kukai|
Je suis d'accord, les propos que j'ai émis ne sont pas à citer, dans l'article, si on reste dans la démarche de wikipédia...Comme je disais, les "sources" (si on entend par là des publications scientifiques notament, mais je peux me tromper) restent elles aussi des productions humaines , plus normées et controlées que mes propres textes certes, mais cela imprime peut-être une certaine direction qui fait passer uniquement un type de discours (comme cette étude qui dit en résumé qu'il n'y a pas de preuve de l'utilité de la CNV, alors que la CNV remet probablement en cause la mesure en psychologie). Les acteurs de Wikipédia, tout comme les scientifiques, considèrent ces sources comme les seules autorisées, c'est peut-être aussi une limite de wikipédia...mais je ne pense pas que cela ait d'importance dans le cas présent.Pour ceux que ça intéresse, j'ai essayé d'aller plus loin dans la réflexion sur la CNV, ici : http://forum.decroissance.info/viewtopic.php?p=47050#47050. Je ne sais pas si c'est compréhensible...[j'ai aussi quelques problèmes pour la mise en forme dans cette page de discussion]Jeuf (d) 18 mars 2009 à 12:14 (CET) 18 mars 2009 à 12:14 (CET)

  || || | |||| ||]] 13 mars 2009 à 23:40 (CET)

Remise en place d'une redirection[modifier | modifier le code]

En attendant une éventuelle décision de renommer l'article communication non violente quelqu'un serait-il opposé à le remise en place d'une redirection vers l'article communication non violente comme c'était le cas de 2004 à 2009 ?

Pour rappel, les résultats comparés d'une recherche dans google.fr (avec les guillemets) :

  • "communication non violente" : environ 50 200
  • "Communication NonViolente" : environ 55 600

Par exemple dans le site www.nvc-europe.org il y est écrit dans quelques articles — avec la syntaxe SPIP — [?Communication NonViolente], ce qui donne un lien vers la page Communication NonViolente aujourd'hui vide !

Exemple (publié le 29 avril 2004) :

--Dieudonné Dard (d) 14 mars 2009 à 11:22 (CET)

Si l'article concerne exclusivement la méthode de Rosenberg, et que cette méthode à une orthographe particulière Communication NonViolente (voire une marque déposée), il faudrait alors que le titre soit conforme et que "Communication non violente" soit un redirect vers le nouveau titre (puisqu'il n'existe pas d'article à créer séparément avec ce titre). Qu'en pense San Kukai ? --A t a r a x i e--d 14 mars 2009 à 11:27 (CET)
Que du bien ! Merci de m'interroger à ce sujet. Cool.svg Je n'ai pas (ou peu) trouvé d'utilisation du concept de « communication non violente » indépendamment de la méthode Rosenberg. Puisque les redirections permettraient à ceux qui cherchent la méthode via le titre actuel de se retrouver sur une page intitulée avec la dénomination officielle, la logique voudrait effectivement que l'on changeât le titre de la page. Mais ceci impliquerait parallèlement une recrudescence de vigilance vis-à-vis des copyvio et contenus inédits éventuels. --San Kukai || || | |||| || 14 mars 2009 à 14:50 (CET)
La vigilance, c'est un peu la pratique religieuse de Wikipédia, quels que soient les sujets. Comme tu es un peu le parrain de cet article (pas de connotation mafieuse, cependant), je te laisse le renommer en Communication NonViolente si ça te semble pertinent. Pour le redirect, c'est peut-être moins clair (tout en l'écrivant, je me dis que "communication non violente" n'est pas une redirection si évidente). --A t a r a x i e--d 14 mars 2009 à 15:09 (CET)
Les deux orthographes étant proportionnellement à peu près autant utilisées l'une que l'autre (cf. recherche dans google), pour désigner le même processus, l'idée d'une redirection d'un article vers l'autre serait d'aider les personnes peu au courant de cette subtilité — et d'expérience, elles risquent d'être encore assez nombreuses — à retrouver facilement les infos qu'elles cherchent. Par exemple, même si la grande majorité des livres francophones sur le sujet utilisent l'écriture Communication NonViolente, il existe des exceptions. A ce propos, il existe encore une troisième écriture qui se retrouve presque aussi souvent que les deux autres d'après google.fr communication non-violente. Devriez-nous alors créer une deuxième redirection ? J'en fais appel aux connaisseurs des pratiques wikipédiennes. --Dieudonné Dard (d) 14 mars 2009 à 15:59 (CET)
Il est dit dans l'article : le Center for Nonviolent Communication a déposé la méthode « officielle » de communication NonViolente sous le terme : « Communication NonViolente ». Les auteurs écrivant sur la CNV et collaborant avec le Centre pour la CNV respectent cette forme typographique. C'est aussi l'écriture retenue par les sites de références.
Si ça ne vous semble pas déterminant pour le choix du titre, je propose une autre solution Communication non violente (Rosenberg) avec trois redirect CNV, Communication NonViolente, et communication non violente, ce qui permet de changer facilement le dernier au cas où cette forme serait à utiliser pour un autre article à l'avenir. --A t a r a x i e--d 14 mars 2009 à 16:19 (CET)
J'aime bien cette solution. Je la préfère même à celle que j'imaginais au départ ! Merci Ataraxie Clin d'œil --Dieudonné Dard (d) 14 mars 2009 à 16:23 (CET)
J'attends le point de vue de San Kukai pour un renommage en Communication non violente (Rosenberg) --A t a r a x i e--d 18 mars 2009 à 13:09 (CET)
Oups… Merci à nouveau Ataraxie. Tout à fait favorable, je n'ai pas pu encore m'y pencher, étant charrette ces jours-ci. Dès que j'ai un instant, j'y fonce. --San Kukai   || || | |||| || 18 mars 2009 à 14:10 (CET)
Fait --A t a r a x i e--d 18 mars 2009 à 14:41 (CET)
Fait Merci Ataraxie. --Dieudonné Dard (d) 18 mars 2009 à 20:40 (CET)

Détails pratiques sur la mise en place des redirections et considérations générales[modifier | modifier le code]

J'ai découvert avec plaisir que la suppression de l'article Communication NonViolente n'avait pas entrainé la suppression de sa partie Discuter:Communication NonViolente.

Un des avantages de la proposition d'Ataraxie :

« [...] je propose une autre solution Communication non violente (Rosenberg) avec trois redirect CNV, Communication NonViolente, et communication non violente, ce qui permet de changer facilement le dernier au cas où cette forme serait à utiliser pour un autre article à l'avenir. --A t a r a x i e--d 14 mars 2009 à 16:19 (CET) »

est de pouvoir continuer à conserver simplement ces discussions. Parce-que sinon, il fallait sans doute déplacer le contenu de la page Discuter:Communication NonViolente vers la page que vous êtes en train de lire, pour ensuite supprimer la page Discuter:Communication NonViolente et enfin renommer la page communication non violente et sa page de discussion associée.

Aujourd'hui, et d'autant plus avec le dernier épisode, il me semble que la vrai force d'un contributeur bienveillant sur cet article est d'arriver à faire que chacun s'y sente le bienvenu pour y contribuer. Par exemple en ce moment, j'aimerais bien que nous arrivions collectivement à dégager de nos différentes contributions (plus de 150 modifs rien que pour les deux premiers contributeurs de l'article lui-même, sans compter la page Discuter:Communication non violente/Neutralité...) nos terrains d'ententes et nos divergences. Pour le moment, il me semble que les divergences perçues sont encore beaucoup basées sur des malentendus.

Exemple récent qui semble commencer à se dénouer heureusement avec l'écriture du titre. --Dieudonné Dard (d) 14 mars 2009 à 16:46 (CET)

Six mois après la pose du bandeau de neutralité, résumons...[modifier | modifier le code]

  • sept 2008 : un bandeau de neutralité est posé car les fondements spirituels de la CNV ne sont pas indiqués dans l'article.
  • jan 2009 : les fondements spirituels sont précisés mais les contributeurs sont ok pour dire que l'article actuel est :
    • confus,
    • mal structuré.
    • La longueur des discussions les rend inaccessibles au lecteur de passage
  • fév 2009 : Un nouvel article est proposé avec un nouveau nom (Communication NonViolente). Il satisfait certains contributeurs comme nouvelles bases d'une version neutre mais les maladresses de mise en oeuvre et le changement de nom font que cet article est proposé à suppression. Il l'est, dans les règles de Wikipedia.
  • mars 2009 : l'article initial est renommé en "communication non violente (Rosenberg)"

Aujourd'hui : Le bandeau de neutralité est toujours présent et l'article toujours insatisfaisant.

Alors, qu'est-ce qu'on fait ? On repart pour 6 mois de discussions épuisantes ou on essaye autre chose ?

Partir d'un article totalement refondu n'est pas dans l'esprit de Wikipedia, davantage fondé sur l'évolution par tous à partir d'un article existant. Aussi, je vous propose une autre démarche :

  • Choisir un nom d'article qui soit le plus pertinent en respectant les règles de changement de nom dans Wikipedia. La procédure est lancée ce jour Wikipédia:Demande_de_renommage $4.43 (cette histoire de nom est un détail, mais il est bien connu que le diable se cache dans les détails, n'est-ce pas ?)
  • Supprimer de l'article actuel toute partie non essentielle pour ne garder que ce qui est reconnu comme neutre. Si besoin, apposer un bandeau "article en construction".
  • Restructurer l'article avec un plan clair et minimaliste. Par ex : 1/ Origine et fondement 2/ But et Définition 3/ Description du processus
  • Enrichir chaque point du plan, pas à pas, afin de pouvoir défaire facilement une contribution évaluée comme insatisfaisante sans que cela remette en cause l'article dans son ensemble.


Que pensez-vous de cette proposition ? Fleurdeau (d) 26 mars 2009 à 18:55 (CET)

Quelques rebondissements sur ces propositions :
  • Le bandeau de neutralité a été posé par Sylveno avec les propositions suivantes (les questions sur les bases spirituelles de la CNV sont venues après) :
    • Exposer le pour et le contre de la CNV.
    • Rapporter des exemples de mésusages.
    • Faire ressortir les trous psychologiques et sociaux des théories de Rosenberg, Asenbourg et Max-Neef
  • Il faudrait donc améliorer les points proposés par Sylveno avant d'envisager de retirer le bandeau.
  • Le nom de l'article me convient.
  • Le plan me convient.
  • L'introduction me convient.
  • Les bases spirituelles et les finalités me conviennent.
  • Les limites me conviennent.
  • Le processus est à sourcer intégralement (cf. les refsou et les refnec) ; en outre, le jargon propre à la CNV serait à vulgariser pour mettre l'article à portée de tous.
  • Les familles de besoins arrivent de façon un peu abrupte ; soit on explique en quoi cette classification est nécessaire à la méthode, soit on ouvre sur une référence à un article sur Max-Neef. Ici encore, un sourçage est nécessaire.
  • Les conventions d'écriture me semblent peu claires. On pourrait avantageusement supprimer les références du wiki pour s'en tenir au site officiel.
Voilà pour ce qui me concerne. Merci d'avoir repris les rênes et d'avoir accepté aussi positivement la rigueur et les procédures de l'encyclopédie. Cordialement, --San Kukai   || || | |||| || 26 mars 2009 à 21:45 (CET)
Cher SKK,
Vous m'honorez d'une intention qui dépasse mon humble prétention et tiens à rendre à César son dû : si l'un des contributeurs devait tenir les rênes de cet article (en termes de pouvoir de décisions), la balance pencherait assurément de votre coté. La qualité de cet article montre combien vos interventions lui ont été profitables et sont, encore aujourd'hui, tout à fait constructives.
Aussi, vous m'obligeriez à me préciser les points suivants :
  • Sylveno est intervenu une fois sur l'article (le 27/09/2008 pour mettre le bandeau de neutralité) et deux fois sur la discussion pour expliquer très brièvement ce qui a motivé la pause de ce bandeau. Je suis quelque peu dubitatif car depuis le 6 octobre 2008, il n'est plus intervenu et n'a donc pu répondre aux objections formulées à chaque point énoncé. Je les rappelle brièvement :
    • Exposer le pour et le contre de la CNV. Wikipedia n'a pas vocation à être un tribunal moral et tout jugement de valeur devrait en être exclu. Seuls des points de vues partagés par un nombre significatif de personnes devraient être présentés, n'est-ce pas ? Dans ce cas, le point de vue d'une personne - fut-elle député belge -, est-il significatif ?
    • Rapporter des exemples de mésusages. Wikipedia n'a pas vocation d'être un lieu de promotion ou de mise en garde de certaines pratiques mais bien un espace neutre d'accès à la connaissance. Il serait certainement intéressant de rapporter des faits avérés, d'usages et de mésusages, s'il y en avait dans la nature. L'absence des uns ou des autres justifie-t-elle la pose d'un bandeau de neutralité ? Ne peut-on faire confiance que tous puissions nous exprimer et rapporter les faits en notre connaissance ?
    • Faire ressortir les trous psychologiques et sociaux des théories de Rosenberg, Asenbourg et Max-Neef. Là, on risque d'attendre longtemps qu'une thèse de doctorat soit entreprise sur le sujet... par une personnalité de renom et impartiale, bien entendu.
  • Ce vocabulaire fortement orienté (pourquoi parler de "trous" et pas "d'avancées", de "mésusages" et pas d'"usage", etc, etc) me laisse à penser que, quelques soient les modifications apportées, certains contributeurs auront toujours un doute sur l'intégrité et l'honnêteté de ce processus (c'est leur droit et loin de moi la volonté de les convaincre). S'il se trouvait parmi eux des personnes reconnues au sein de la communauté wikipédienne, pour qui le mot spiritualité est source d'inquiétude, forcément connoté religieusement et donc, osons le dire, carrément louche pour tout laïc qui se respecte, je crains que ce bandeau ne soit en place pour quelques années encore... Mais j'ai relu les Wikipédia:Résolution_de_conflit et doute que ce soit le cas des contributeurs ici présents. N'est-ce pas ?
Je vous remercie de vos rebondissements. Soyez assuré que j'en ferai le meilleur usage qu'il soit.
Le meilleur pour vous, Fleurdeau (d)
Merci pour cette réponse. Pour ce qui concerne les remarques de Sylveno, je pense que le mieux est de voir directement tout cela avec lui.
S'agissant de la spiritualité, je ne sache pas qu'elle soit exclusivement réservée au domaine religieux ; on lira profitablement Victor Hugo à ce sujet. D'autre part, se dire laïque n'est pas antinomique avec le fait d'avoir une croyance religieuse et encore moins avec la spiritualité. Se dire laïque, c'est être vigilant à l'imperméabilité entre clergé et institutions publiques ainsi qu'au respect de la liberté de conscience et de culte ; et non pas s'opposer aux spiritualités, aux croyances ou aux religions comme le feraient certains athées. Mais nous sommes ici un peu éloignés de la CNV…
Pour y revenir, il m'a semblé important de faire état des origines spirituelles de la CNV telles que les décrit son concepteur, à partir des documents officiels du Centre pour la CNV. S'agissant des bases ayant inspiré la méthode (toujours selon Rosenberg), il me semblait logique de les faire figurer en tête d'article, après l'introduction. Pour ce qui me concerne en propre, les réserves que j'avais émises sur la neutralité de l'article sont levées, étant intervenu pour ce faire directement dans le corps de l'article et ayant déplacé en page de discussion les paragraphes qui ne reposaient pas sur des documents fiables (au sens wikipédien).
S'agissant de la description de la méthode, je crois qu'on aura tout intérêt à s'appuyer sur les documents officiels et les ouvrages du commerce, en tentant d'être particulièrement clair et didactique dans l'emploi du vocabulaire propre à la CNV. C'est pourquoi les documents ou sources venant d'un wiki ou de l'expérience de participants ou d'animateurs, voire de notes prises lors de conférences, ne me semblent pas recevables — pour Wikipédia et indépendamment par ailleurs des qualités intrinsèques de tels documents et témoignages. Cordialement, --San Kukai   || || | |||| || 27 mars 2009 à 18:59 (CET)

Étude sur l'influence de l'usage de la CNV dans un cadre hospitalier[modifier | modifier le code]

Sur le wiki trilingue dédié à la CNV vient d'apparaitre un lien qui devrait constituer un élément de réponse aux demandes d'études scientifiques sur l'influence de la CNV :

--Dieudonné Dard (d) 7 avril 2009 à 08:22 (CEST)

Le témoignage est en effet intéressant. Cependant, il ne s'agit pas à proprement parler d'une étude sur les effets thérapeutiques de la CNV, mais du témoignage d'une infirmière psychiatrique sur l'utilisation de la CNV (entre autres méthodes et techniques — « de-escalation plans, trauma-informed care, self-calming techniques and enhanced communication skills through NVC ») sur une population très particulière. Il ne fait pas de doute que la CNV est utilisée par des thérapeutes dans certains contextes ; il serait cependant souhaitable d'obtenir les études cliniques sur la pertinence de son usage et le bénéfice de ses effets, comme cela existe pour de très nombreuses techniques employées en psychologie et en psychiatrie. Je n'en ai pas trouvé sur le site officiel du CNVC. Merci quoi qu'il en soit pour ce lien. --San Kukai || || | |||| || 7 avril 2009 à 11:13 (CEST)

Références bibliographiques :

  • (en) Humanizing Health Care with Nonviolent Communication: A guide to revitalizing the Health Care Industry in America by Melanie Sears RN MBA ISBN 978-0595402786
  • (en) Choose Your Words: Compassionate Communication by Melanie Sears ISBN 978-0979620621

--Dieudonné Dard (d) 8 avril 2009 à 21:43 (CEST)

Après quelques recherches, il semble que Melanie Sears est infirmière et formatrice certifiée en CNV. Ces ouvrages semblent être (à la lecture de leurs résumés), plutôt des livres promotionnels de la méthode que des études scientifiques critiques sur les effets thérapeutiques de la CNV. --San Kukai || || | |||| || 8 avril 2009 à 23:01 (CEST)
Pour la clarté de ce sujet :
  • L'article (en) Creating Sanctuary: Reducing Violence in a Maximum Security Forensic Psychiatric Hospital Unit est écrit au printemps 2009 par une première personne (Donna Riemer, RN, PMHN-BC), citant entre autre, Melanie Sears, l'auteur des deux livres cités ci-dessus.
  • Cet article donne deux schémas illustrant une baisse significative des violences (l'étude couvrant une période de deux ans, de 2006 à 2008), et ceci à la suite de la mise en œuvre, entre autre, de la CNV.
--Dieudonné Dard (d) 29 avril 2009 à 12:16 (CEST)

L'empathie au cœur du processus[modifier | modifier le code]

Je vois que quelques personnes (visiblement peu au fait des fonctionnements de Wikipédia) tentent de supprimer des passages de cette version de l'article. Et en particulier autour du témoignage de cet homme politique Belge qui donne sa compréhension de la CNV après en avoir vu une conférence.

Nous avons peut-être là une piste pour nous aider à trouver un terrain d'entente sur la manière de présenter ce processus.

J'ai l'impression qu'il y a plusieurs niveaux de compréhension de la CNV. Par exemple quand on découvre cette approche, on peut être tenté de l'appliquer de manière un peu "scolaire". Et cela parfois en en perdant le sens initial.

J'aime bien illustrer ça avec ce court extrait audio dans lequel Marshall Rosenberg donne sa compréhension de la CNV : Empathie et surf.

Ainsi, le cœur de la CNV, cette attitude empathique se passe très bien de mot !

Donc oui, je constate dans mon expérience et de celles de quelques personnes qui pratiquent ce processus depuis plusieurs années, que l'essentiel de cette approche est bien plus que juste le fait d'appliquer une méthode Observation-Sentiment-Besoin-Demande.

Alors évidemment c'est pas facile a expliquer… peut-être à cause de l'incommunicabilité de l'expérience ?

Ce que j'aimerais, c'est que nous réussissions à trouver un terrain d'entente dans lequel aussi bien ceux qui ont justement l'expérience de la pratique de ce processus que ceux qui en ont une connaissance plus théorique (aussi bien documentée soit-elle) se reconnaissent dans la présentation qui en est faite ici.

Par exemple, je trouve que le témoignage de Pascale Molho qui était présent pour illustrer un des champs d'application de la CNV, en apporte une profondeur de compréhension que je ne retrouve plus dans les témoignages retenus.

Il y a aussi des trucs surprenant comme le fait que l'approche OSBD soit placée dans le § de Thomas d'Ansembourg, alors que ça ne lui est pas spécifique.

Enfin, bien qu'un peu échaudé par les derniers épisodes (comme par exemple la suppression de l'historique des modifications de l'article Communication NonViolente) j'imagine que nous devrions petit à petit progresser vers un terrain d'entente Clin d'œil

--Dieudonné Dard (d) 15 mai 2009 à 12:48 (CEST)

rediscuter et re-rediscuter ?[modifier | modifier le code]

Je reviens jeter un oeil cette page après un long moment d'absence.

Ce qui me frappe, c'est la quantité invraisemblable de discussions pour arriver à ce mettre d'accord. J'ai fait un tour rapide sur d'autres pages de discussions sur des sujets sensible : politique, philosophie, religion, islam, christianisme. La longueur des débats n'est battu que par la religion.

Je vous invite donc avant de continuer la rédaction de l'article à vous demander pourquoi, un "objet" sensé améliorer la communication rends celle ci si lourde mais... comme déjà dit, je ne suis pas neutre : dans ma profession j'ai pu observer le processus mis en oeuvre par des pratiquants parfois de bon niveau et depuis, pour des raisons hors sujet ici, je n'adhère absolument pas à la démarche CNV.

Sylveno (d) 7 juin 2009 à 19:52 (CEST)


Salut Sylveno,

j'aimerais bien moi aussi que nous arrivions à dégager ce sur quoi nous sommes clairement d'accord ;-)

D'un autre coté, si ça nous demande tant de dialogue, c'est peut-être que le sujet est vaste et proche de l'esprit qui porte les wikipédiens (cf. Wikipédia:Esprit de non-violence) !

Tiens, au sujet de la facilité plus ou moins grande que nous avons à pratiquer ce langage, je viens de voir une série de trois documentaires sur arte, Les ambassadeurs de Tanna dans laquelle j'ai été impressionné de la manière spontanée dont ces peuples dit "primitifs" (dans notre culture) expriment ce qu'ils ressentent. Et ça me rappelait beaucoup ce vers quoi nous tendons avec l'apprentissage de la CNV. Un peu comme si avec la CNV nous étions en train de retrouver une manière originelle de s'exprimer.

Par ailleurs, je suis curieux d'entendre ce qui t'amène à évoquer ici quelque-chose dont tu dis que c'est complètement hors sujet ?

Est-ce vraiment si hors sujet si tu as envie de le faire ?

--Dieudonné Dard (d) 7 juin 2009 à 20:57 (CEST)

Promoteurs versus détracteurs ?[modifier | modifier le code]

Je rêve d'un article qui serait le reflet de ce sur quoi s'accordent toutes les personnes qui s'intéressent à ce sujet :

  • promoteurs
  • détracteurs
  • observateurs bienveillants...

les points de désaccord étant explorés dans la partie discussion jusqu'à arriver à en dégager soit de nouveaux points d'accords, soit de la clarification sur les points de désaccords.

Au départ je croyais que c'était ça l'esprit de Wikipédia.

C'est pas ça en fait ?

Est-ce que c'est plutôt une bataille d'édition entre promoteurs et détracteurs ?

Merci à ceux qui ont plus d'expérience que moi du fonctionnement de Wikipédia de m'aider à comprendre.

--Dieudonné Dard (d) 22 juin 2009 à 08:43 (CEST)

C'est une bonne question. Cela dépend des sujets. Disons que le problème avec les sujets d'ordre politique est qu'il y a des intérêts, et alors j'ai remarqué qu'il est courant que des gens annulent des modifications parce qu'ils ne veulent pas les voir avec des arguments parfois douteux. Mais je ne crois pas que cet article soit très politique, même s'il envisage qu'on puisse améliorer le monde avec les concepts proposés. Si tu souhaites ajouter une partie "Ce qu'en pensent les observateurs bienveillants" je ne vois pas où est le problème. Pour ce qui est des détracteurs, il y a déjà une section Critiques.
Pour ce qui est de la discussion et des modifications, je crois que tout le monde n'est pas motivé pour lire la discussion tellement elle est longue. Personnellement, je l'ai vaguement survolé, c'est tout. Le plus simple à mon avis, c'est que si l'on pense qu'on peut apporter quelque chose, on vérifie juste que ce n'est pas mentionné dans l'article, et alors on le rajoute. Après, si quelqu'un annule parce qu'il n'est pas d'accord, ce n'est pas très subtil. Je pense que cela devrait être seulement si la personne pense que c'est faux. Sinon, on peut reformuler une idée qui nous semble partiale. L'impartialité est sans doute le principe le plus important.
Effectivement, la discussion a un intérêt lorsqu'il y a des désaccords. Est-ce que quelqu'un effectue des modifications contraires aux tiennes ? --Circular (d) 22 juin 2009 à 09:21 (CEST)
Merci de ta réponse Circular. Ça m'aide à y voir plus clair. Tes récentes contributions à cet article m'ont aussi redonné envie d'y contribuer par le fait que j'y retrouve une approche qui aide à connaître le sujet du point de vue de personnes qui s'y sont intéressé par la pratique. J'étais par exemple resté un peu paralysé par de nombreuses modifications réalisées dans un délai de quelques semaines qui ont par exemple abouti à donner plus de place aux commentaires d'une personne ayant assisté à une conférence qu'à la liste des domaines dans lesquels la CNV rencontre des applications aux quotidien. Autre exemple à la suite duquel je suis ressorti assez découragé : le vote qui a abouti à la suppression de la page Communication NonViolente. Page finalement recréée sous la forme d'une redirection vers la page Communication non violente (Rosenberg), ce qu'elle était restée pendant plusieurs années avant cet épisode. Cela a eu pour effet de supprimer l'historique de cette page, ce qui n'est pas très grave finalement vu que sa page de discussion associée peut témoigner du fait que l'article est plus ancien que sa page historique ne pourrait le laisser croire. Ce que je garde de ces péripéties, c'est qu'il y a un sujet qui fédère beaucoup d'énergie sur Wikipédia : la lutte contre la promotion d'un produit, sous-entendu produit commercial. Ce que je peux facilement comprendre dans cet espace qui semble encore heureusement échapper à la marchandisation mondiale. La seule chose qui me gêne ce sont les dégâts collatéraux de cette lutte comme les exemples cités ci-dessus à la suite desquels j'étais resté un peu découragé. Je reste malgré cela un observateur attentif et assez émerveillé de la puissance de cet outil (Wikipédia) (Smiley: Clin d'œil) Merci --Dieudonné Dard (d) 22 juin 2009 à 10:38 (CEST)
Pour Circular : Il s'agit moins d'une question de controverse sur la méthode qu'une façon neutre de la présenter. Les lecteurs doivent comprendre ce dont il s'agit, sans pour autant être incités à tout prix à faire un séminaire pour expérimenter la CNV. On devrait être capable de présenter cette méthode comme on le ferait pour le parapente, la spéléologie, la PNL, l'analyse transactionnelle, etc., sans jargon, sans promotion abusive et en présentant les éventuelles critiques du process ou les exemples concrets d'application de façon neutre. --San Kukai   || || | |||| || 23 juin 2009 à 07:19 (CEST)
Là où je vois la difficulté, c'est quand les différents contributeurs ne voient pas le « neutre » au même endroit ! D'où ma préférence pour chercher à mettre en avant ce sur quoi les contributeurs réussissent à s'accorder. Y a-t-il d'autres contributeurs qui désirent œuvrer dans ce sens ? --Dieudonné Dard (d) 23 juin 2009 à 10:06 (CEST)
La neutralité est une valeur vers laquelle on tend sans jamais l'atteindre tout à fait. L'idéal, d'un point de vue encyclopédique étant de rapporter des « faits », objectifs donc, à partir de sources fiables et pour une grande partie « secondaires » (pas seulement des sources "de" mais des sources "sur") et d'éviter la subjectivité qu'on a évidemment tendance à importer dans un article si on est soi-même investi, au quotidien, dans le sujet que l'on développe. Il existe tout de même une neutralité assez consensuelle sur Wikipédia. Un contributeur n'a pas besoin d'être lui-même neutre sur le sujet pour contribuer de manière neutre... mais ça aide. Et quand on se bat longuement sur un sujet, il y a de grandes chances que nous devenions de moins en moins capables de neutralité. Alors si je reconnais bien, de manière générale, le problème d'une neutralité parfois entachée de militantisme de tous bords sur Wikipédia, sur cet article, il me semble qu'on peut voir surtout la frustration des amateurs de la méthode se manifester. --A t a r a x i e--d 23 juin 2009 à 10:18 (CEST)
Dieudonné appelle les bonnes volontés à s'accorder sur certains points… or, ce processus est celui de Wikipédia : une encyclopédie participative qui se construit à partir des apports de chacun, fondés sur des sources fiables (pour paraphraser Ataraxie). Un peu plus haut, Dieudonné fait un parallèle entre les commentaires d'une personne ayant assisté à une conférence sur la CNV et les applications au quotidien de la CNV ; la différence de traitement de ces deux aspects est essentiellement due aux sources utilisées : celle de la conférence est issue du journal La Libre Belgique, celles sur les applications renvoient essentiellement à des formations sur le site de la CNV — j'ai d'ailleurs pris le soin pour ces dernières de les éplucher une à une à la recherche de sources « fiables », sans succès (si le CNVC cite une intervention avec l'association Arc en Ciel au Liban, cette dernière n'en parle pas ; idem pour le projet éducatif local de Brest, la « justice réparatrice » au Brésil, etc.). La neutralité est moins à chercher sur les sites des promoteurs de la démarche, que dans des sources fiables hors CNV. Lorsque l'un ou l'autre a cité une initiative de la CNV ayant, selon le CNVC, montré des résultats probants, j'ai recherché des éléments d'information sur le web pour les faire figurer dans l'article, sans succès. Que l'on ne s'y trompe pas, avoir une exigence de qualité dans l'information transmise par l'article ne signifie pas s'opposer à la méthode, bien au contraire. --San Kukai   || || | |||| || 23 juin 2009 à 11:04 (CEST)
Merci Ataraxie de ce travail d'élagage. Merci SKK pour ton travail de recherche sur internet, qui sincèrement, m'impressionne. Merci à vous deux pour vos clarifications. Je prend mieux conscience d'où vous vous situez dans vos contributions. Je comprends bien aussi comment mes contributions sont teintées du fait que je creuse le sujet depuis 2002. Mon rêve pour cet article, ce serait que personne ne cherche à imposer un point de vue plus qu'un autre. Que nous cherchions à nous entendre sur la présentation du sujet de telle manière que chacun puisse dire à la fin qu'il y retrouve une image assez équilibrée aussi bien de ce qui se dit "sur" la CNV "vue de l'extérieur" (sans chercher à la pratiquer) que des témoignages de personnes qui la pratique dans différents contextes (marchands ET non marchand, si si, ça existe Clin d'œil). Typiquement au paragraphe Communication_non_violente_(Rosenberg)#Une_bonne_observation, Félix Potuit corrige quelques phôtes, et dit « par ailleurs, je ne comprend pas le sens de la phrase ». Ce que je trouve motivant, c'est de réussir, ensemble, à exprimer ce que comprennent intuitivement les personnes qui s'entrainent à pratiquer la CNV, de telle manière que ce soit compréhensible pour tous. Et là, de mon point de vue, il y a un vrai défi ! Parce-que ce que j'ai constaté pour moi et pour d'autres, c'est que la compréhension de ce sujet est complètement différente selon qu'elle reste intellectuelle ou qu'elle est expérimentée, pratiquée, ressentie physiquement. Un peu comme pour une étreinte amoureuse :-) --Dieudonné Dard (d) 23 juin 2009 à 11:46 (CEST)
Je comprends bien le fond de votre dernière remarque, mais je suis alors contraint de vous apporter une mauvaise nouvelle : Wikipédia n'est pas un lieu où l'on témoigne de ses expériences personnelles, et encore moins au sein des articles. Vous ne pourrez pas non plus rédiger des articles dont le contenu serait la moyenne harmonieuse (non tranchée) entre les critique et les éloges. Les articles jugés les meilleurs ici sont généralement ceux qui contiennent des critiques dans un paragraphe séparé des informations factuelles sur le sujet. Cela donne des contenus assez peu poétiques, factuels, et avec des critiques parfois violentes. Je ne fais que vous présenter l'environnement pour que vous compreniez bien où vous êtes (vous semblez l'avoir oublié ou jamais tout à fait réalisé). On peut déplorer que ces tiraillements "pros" et "antis" ne permettent pas souvent de produire quelque chose de moins extrême, mais c'est la situation et il faut faire avec. Présenter les faits objectifs exclut tout à fait de témoigner personnellement de votre expérience mais permet aussi d'offrir une information nette sur le sujet. Pour partager les témoignages, il vaut mieux créer un site Internet. --A t a r a x i e--d 23 juin 2009 à 12:01 (CEST)
Là pour le coup, si je n'avais compris au tout début, depuis les premières contributions de San Kukai, il est devenu clair pour moi qu'il existe des Wikipédia:Principes fondateurs, comme par exemple la recherche de Wikipédia:Neutralité de point de vue, Wikipédia:Travaux inédits et surtout Wikipédia:Vérifiabilité. A partir de là, quand Circular essaye de synthétiser les quatres étapes de la CNV à partir du livre La Communication non violente au Quotidien, de mon point de vue, parce-que je connais les auteurs du livre, je sais qu'il s'appuie sur des témoignages de personnes qui pratiquent la CNV. Et pour moi, c'est important de distinguer ce genre de témoignage de celui d'une personne qui vient de découvrir la CNV au travers d'une conférence. Ça c'est pour lever l'ambiguïté au sujet du terme "témoignage". Maintenant, je reviens à la question de fond pour moi. Cet article se construit dans le temps, par des personnes qui ont toutes des points de vues subjectifs. Et ce qui le fait tendre vers de plus d'objectivité, n'est-ce pas quand, malgré ces différences elles arrivent à s'accorder sur un PGCD ? Pour le moment, j'ai l'impression que l'obstacle principal vient se loger dans la différence de point de vue qui s'opère entre avant et après l'expérimentation de cette approche. Approche qui n'est pas exclusive à la CNV ! Pour moi cette approche se retrouve dans plein d'endroits, y compris ici : Wikipédia:Esprit de non-violence. --Dieudonné Dard (d) 23 juin 2009 à 13:39 (CEST)
Sur le PGCD, non (si je comprends bien votre point de vue). C'est justement ce que je tentais d'expliquer. Si une source dit que la CNV est noire et une autre blanche, le contenu de l'article ne sera pas gris (ou une autre nuance) mais noir et blanc. Ce gris serait un travail inédit quand noir + blanc est l'exposé simple des sources. --A t a r a x i e--d 23 juin 2009 à 13:47 (CEST)
J'abonde dans le sens d'Ataraxie en ce qui concerne l'encyclopédie (comment pourrait-il en être autrement). Cependant, il ne me semble pas qu'il s'agisse ici d'un affrontement entre promoteurs et opposants à la méthode (y en a-t-il ?), mais d'un jeu de construction entre promoteurs de la méthode et Wikipédiens, les seconds recadrant les interventions des premiers afin de les inscrire dans le cadre encyclopédique. En fait, en cherchant sur le web, on ne trouve pas plus de critiques que de témoignages en faveur de la CNV (hors sites promotionnels) ; en fait on ne trouve pas grand-chose. Dans Wikipédia, plus on a de sources d'informations fiables (quel que soit leur point de vue par ailleurs), plus on peut tendre vers la neutralité encyclopédique. Or, dans le cas présent, il n'existe pas d'ouvrages sur la CNV en dehors des ouvrages promotionnels de la CNV… Du coup, l'objectivité est difficile (impossible ?) à trouver. Quant à l'expérimentation comme vecteur incontournable de la connaissance… on peut s'instruire sur Hiroshima sans l'avoir vécu, comme sur le saut dans le vide, sur la prise de stupéfiants, sur l'usage des armes à feu, etc. Il faudrait, pour schématiser, que les rédacteurs fassent comme si ils écrivaient un article faisant comprendre la CNV à un lecteur qui ne pourrait jamais la pratiquer (c'est un exemple). Dès lors que l'on se place dans l'intention de se servir de l'article comme vecteur pour inviter les lecteurs à pratiquer la méthode, on fausse le but de l'encyclopédie, d'où les multiples recadrages. La remarque de Félix Potuit est tout à fait significative : pris dans leur monde, les promoteurs de la CNV oublient qu'ils ne s'adressent pas à un public d'initiés, voire même à des gens manifestant un intérêt pour la méthode ; le lectorat de Wikipédia cherche des informations lui expliquant les choses de façon claire et si possible exhaustive. Dans ce sens, je rejoins totalement Ataraxie. Si le mot ne te fait pas trop peur, Dieudonné, il faut tenter de « vulgariser » la méthode en la rendant accessible au plus grand nombre ; pour ce faire, il faut s'affranchir du jargon (« l'élan du cœur », par exemple) et se faire le plus descriptif possible. Dura lex, sed lex encyclopediæ… --San Kukai   || || | |||| || 23 juin 2009 à 13:59 (CEST)
En réponse à Ataraxie : Ce que j'entendais par PGCD, c'est ce sur quoi tout le monde s'accorde. Dans votre exemple — en partant de l'idée que ni le blanc ni le noir ne sont des couleurs — ce qui serait mis en avant dans l'article ce serait que tout le monde s'accorde sur le fait que ce n'est pas en couleur, puis plus loin dans l'article seraient exposées les thèses blanches et noires. Pour le moment, de mon point de vue, pour l'article Communication non violente (Rosenberg), nous avons fait un énorme pas en avant en nous accordant sur le titre (et ce n'est presque pas une blague Clin d'œil), reste à nous accorder sur le PGCD dans le contenu !
En réponse à San Kukai : je vois les étiquettes "promoteurs", "Wikipédiens", "détracteurs", comme nous empêchant de nous relier à l'essentiel. Un peu comme ce qui est dit en CNV au sujet des images d'ennemi. Tu dis qu'on ne trouve pas grand chose sur internet sur la CNV. Pourtant — je n'ai pas vérifié avec beaucoup d'articles — mais si on compare l'article de la CNV sur Wikipédia à d'autres comme par exemple la Sophrologie qui est beaucoup plus connue, je suis frappé de la différence comme par exemple le nombre de traductions disponibles (CNV:14, Sophrologie:5). Pour la question sur la vulgarisation, ça me va tout à fait d'aller dans ce sens ! Pourvu qu'on escamote pas au passage que chacun est équipé d'un cœur ;-) quelle que soit la confiance que l'on accorde aux lois en vigueurs. Un des signes pour moi que le fond de cette approche est puissant et universel, c'est justement qu'il trouve écho dans beaucoup de langues et de cultures :-) --Dieudonné Dard (d) 23 juin 2009 à 14:42 (CEST)

Dieudonné, loin de chercher à coller des étiquettes, j'ai même été le premier à les contester, notamment celles du titre de la présente section, que tu as toi-même ouverte… Encore une fois, il n'y a pas de détracteur de la CNV ici, mais des gens qui veulent rédiger un article selon les règles du lieu. S'agissant du nombre de langues pour l'article… ça pourrait prouver simplement que la Fédération Alfonso Caycedo est moins efficace que le CNVC… Et puis Wikipédia ne peut être une référence pour Wikipédia et s'auto-alimenter en un ouroboros référentiel. Enfin, s'agissant du cœur, si l'on partage tous sa compréhension organique, il n'en va pas de même de sa compréhension affective ou spirituelle, qui peuvent revêtir bien des formes particulières. Pour moi, « l'élan du cœur » me fait penser au discours de mon aumônier quand j'étais petit, qui nous incitait à donner notre argent de poche aux petits enfants de l'Ouganda qui n'avaient rien par rapport à nous qui avions tout ; j'ai compris plus tard que pour mon aumônier, « l'élan du cœur » c'était le sentiment de culpabilité… Je ne sais pas si c'est la vision qu'en a Rosenberg. Il pourrait en aller de même pour l'expression « se relier à l'essentiel », qui n'a probablement pas la même résonance chez chacun. Commençons par épargner au lecteur le décryptage de ce « sabir new age », qui pourrait le fermer à la compréhension de la méthode et aller par conséquent à l'inverse du but recherché. Clin.svg --San Kukai   || || | |||| || 23 juin 2009 à 17:40 (CEST)

Que l'on parle de « compréhension intuitive », de « ressentir physiquement », ou de « coeur », nous sommes en effet dans un registre qui n'est pas une référence pour l'encyclopédie. En contribuant à un article de WP, nous devons/devrions laisser nos croyances et nos convictions au porte-manteau. Cette recommandation n'est pas faite par opposition au contenu (je pensais même à l'instant, devant certains spectacles wikipédiens, que quelques principes de la CNV devraient sans soute être pratiqués par ici, mais ce n'est pas une pensée que je mettrais dans l'article Clin d'œil). Pour conclure, Dieudo, il faut absolument que vous fassiez la distinction entre les principes qui régissent les réunions CNV et ceux qui rassemblent les contributeurs de Wikipédia dans leur travail collaboratif. Pour l'instant, vous espérez un peu naïvement des choses qui ne se produiront pas. --A t a r a x i e--d 23 juin 2009 à 17:57 (CEST)
Je trouve que tu es pessimiste quand tu dis que Dieudo espère des choses qui ne se produiront pas. Je crois que Wikipedia est un endroit idéal pour expliquer comment fonctionne la communication non violente, si nous y allons avec de la bonne volonté. Je comprends tout à fait les réticences par rapport à l'aspect spirituel, qui n'est pas à mon avis, la chose la plus importante à présenter au néophyte. Cependant, le fait de se connecter aux autres grâce à une meilleure communication nous permet de nous rapprocher du "tout", c'est aussi simple que cela. Pour ce qui est de la culpabilité, la CNV recommande d'éviter de faire culpabiliser et de manipuler, et de plutôt présenter réellement nos besoins afin que l'autre ait de l'empathie, et vice-versa. --Circular (d) 25 juin 2009 à 19:12 (CEST)

On fait quoi maintenant ?[modifier | modifier le code]

Je suis agacée de ces longues discussions ici, sur wikipédia, qui ne me semblent pas répondre aux objectifs de clarté de wikipédia. Besoin de contribuer utilement et clairement à présenter la CNV à ceux qui veulent savoir ce que c'est, d'une manière neutre, simple, claire et objective. Devant la difficulté actuelle, ma proposition serait :

  • de repartir à zéro, en partant de ce qui peut obtenir un consensus et d'avancer pas à pas, c'est-à-dire 10 lignes par 10 lignes
  • de vérifier déjà si c'est OK d'avoir cet article dans la rubrique "psychologie"

Je suis partante pour contribuer si besoin.--FrancoiseK (d) 27 septembre 2009 à 22:13 (CEST)

Je ne suis pas agacé d'avoir contribué ces derniers mois à la construction de cet article, ni d'avoir échangé avec d'autres contributeurs pour ce faire. La neutralité, la simplicité, la clarté et l'objectivité se dégagent progressivement, peu à peu. Repartir à zéro me semble inutile ; améliorer sans cesse l'existant me semble incontournable. S'agissant de Psychologie, la méthode n'est (AMHA) pas une technique thérapeutique, n'ayant de mon côté rien trouvé à ce sujet de probant (pas d'étude universitaire, pas d'analyse critique, pas de compte rendu ou d'article dans une revue à comité de lecture, etc.) ; le seul argument qui a été mis en avant jusqu'alors est que MR a fait des études de psycho… un peu léger sans doute. Sincèrement, --San Kukai   || || | |||| || 28 septembre 2009 à 09:21 (CEST)

Besoins[modifier | modifier le code]

Proposition : supprimer de cet article la liste des besoins et se référer à un autre article de wikipédia sur les besoins, que nous pouvons enrichir alors. Si pas d'objections sous 10 jours, je corrige...--FrancoiseK (d) 27 septembre 2009 à 22:18 (CEST)

Processus de Communication NonViolente : attitudes et schéma[modifier | modifier le code]

Merci Circular des dernières modifs apportées. J'aime bien les reformulations proposées parce que je trouve qu'en effet elles sont plus proches de l'esprit de la CNV (tout au moins de ce que j'en perçois !). Sauf peut-être pour la notion d'attitude que je n'est pas vu souvent associée à la notion de sentiment. Tu as des références à donner à ce sujet ?

Par contre, le schéma Fichier:Communication_NonViolente.png, me surprend parce-que je n'y retrouve pas en particulier l'importance des sentiments qui émergent des observations pour aider à prendre conscience des besoins.

Est-ce que tu serais d'accord de donner une image plus proche des images classique du processus de la CNV plutôt que d'en donner une version plutôt rare dans les publications existantes ?

--Dieudonné Dard (d) 26 octobre 2010 à 13:59 (CEST)

Pas tout à fait d'accord avec cet éloge des "reformulations". Les expressions comme "La CNV nous invite" ou "nous pouvons constater" ne sont pas neutres, elles s'expriment du point de vue de la brochure ou de l'enseignant de cette méthode. Plusieurs paragraphes sont à revoir entièrement et, en effet, ce mot "attitude" répété plusieurs fois n'est pas clair. A t a r a x i e--d 26 octobre 2010 à 16:12 (CEST)
En fait je disais aussi ma joie de revoir un peu d'énergie disponible pour tenter d'améliorer cet article. Mais comme je vois qu'un administrateur est de nouveau parmi nous, j'en profite pour demander de l'aide. J'aimerais bien proposer un schéma alternatif à celui proposé, car je le trouve assez peu représentatif de ce que j'ai compris du processus de la CNV, pour les raisons évoquées plus haut. Mais comme je n'ai pas de réponse de Circular, j'hésites. Ataraxie, peux-tu nous éclairer sur la procédure standard de gestion des différence de point de vue sur Wikipédia à cette étape ? --Dieudonné Dard (d) 31 octobre 2010 à 21:30 (CET)
Bonjour Dieudo. Mon premier conseil, puisque vous me le demandez : ne vous basez pas sur "ce que vous avez compris", mais sur des sources, des références. Il ne s'agit pas d'exposer ce que l'on comprend, mais ce qui se dit. Ceci dit, rien ne vous empêche de créer une sous-page brouillon sur votre compte par exemple (Utilisateur:Dieudo/CNV, pour développer et proposer une version alternative, mais sans garantie qu'elle sera acceptée. Indiquez là aux autres participants cependant pour qu'ils puissent la suivre. A t a r a x i e--d 1 novembre 2010 à 07:13 (CET)
Merci Ataraxie de ces éclairages. J'apprécie la nuance entre "ce que j'en ai compris" et "ce qui s'en dit". Cela dit, vous (je m'étais laissé aller au tutoiement parce-que j'avais l'impression de retrouver une vieille connaissance ;) !) serez peut-être d'accord qu'en définitive, on en reviens toujours à un "ce que j'en ai compris" ou "ce que nous en avons compris", qu'on parle de la CNV ou de se qui se dit sur la CNV. L'intérêt de Wikipédia étant de nous aider à essayer de construire le point de vue du "nous", celui sur lequel un grand nombre de personnes (le plus grand nombre possible ?) arrivent à s'accorder. D'ailleurs, c'est parce-que je suis convaincu de l'intérêt de cette approche (l'approche wiki) que j'ai eu envie, dès avril 2005, de proposer un wiki aux personnes qui s'intéressent à la CNV. Comme nous étions plusieurs à avoir cette envie, nous avons mutualisé nos ressources pour créer le site [nvcwiki.com . Je me souviens de votre réserve au sujet des biais induits par les personnes qui sont tellement intéressées par un sujet qu'elles en perdent le recul nécessaire à une appréciation impartiale. Je suis d'accord avec la présence de ce risque. Mais revenons à ma demande initiale. Elle était : comment vous, administrateur, recommandez-vous de procéder au sujet des désaccords (attitudes et schéma) que j'ai relevé avec Circular qui n'a pas encore répondu aux questions soulevées au début de ce paragraphe ? --Dieudonné Dard (d) 1 novembre 2010 à 09:55 (CET)
Nous pouvons nous "tutoyer", la succession des discussions me fait parfois perdre le fil de ces choix mondains. Je ne répondrai pas en tant qu'administrateur parce que cette fonction n'est pas celle d'un conseiller privilégié, mais plutôt un rôle technique. Pour les questions éditoriales, les désaccords, il faut se référer aux WP:PF et recommandations connexes.
Mon avis en tant que contributeur, donc : je dirais que si le schéma créé par Circular (d · c · b) (qui est bien un "travail personnel" comme indiqué en référence de l'image) ne correspond pas à la réalité des schémas de la CNV, il doit être retiré. L'idéal serait d'avoir un schéma officiel, s'il existe, que les officiels de la CNV déposeraient sur http://commons.wikimedia.org avec les autorisations nécessaires. Si une telle chose n'existe pas, il n'est pas admissible d'improviser un dessin à partir de son interprétation personnelle, comme je le disais plus haut. Cordialement, A t a r a x i e--d 1 novembre 2010 à 10:06 (CET)
Merci de ces éclairages Ataraxie :-) Du coup, ça m'a poussé à retenter de prendre contact avec le webmestre du site cnvc.org ! Et maintenant que le contact est établi, j'ai espoir que la partie francophone du site cnvc.org pourra s'enrichir de la richesse de l'activité du réseau francophone plus complètement. En effet pour le moment les trois seules tentatives de construction collective en ligne à l'échelle francophone (et pas seulement française) ont été (par ordre chronologique) :
Le site le plus actif actuellement étant NVCwiki.
Le seul schéma publié sur cnvc.org actuellement (et qui n'est pourtant pas encore traduit en français) est celui présent sur la page http://www.cnvc.org/Training/the-nvc-model . --Dieudonné Dard (d) 3 novembre 2010 à 09:28 (CET)

Je demande que le schéma soit effectivement enlevé car il ne traduit pas la réalité de ce qui est transmis. Si l'on veut un schéma on peut prendre celui du CNVC (qui ne traduit que le dialogue et donc qu'une partie du processus). Le schéma le plus complet qui existe de mon point de vue c'est la piste de danse des 13 pas de Bridget Belgrave et Gina Lawrie.--FrancoiseK (d) 10 février 2011 à 14:38 (CET)

L'exemplarité de l'exemple du député belge[modifier | modifier le code]

Bonjour. En lisant l'article, j'y vois l'avis critique de M. Hamal sur la CNV. Je n'ai pas saisi l'importance que cela avait pour l'article. Tel que c'est rédigé, j'y vois simplement une opinion très personnelle, comme il y en a sur tous les sujets.

Peut-on préciser à quel titre cet avis est apparu intéressant : avis représentatif, partagé, compétence reconnue ?

Enfin, il semble, d'après sa bio dans Wikipédia, que cette personne ne fasse plus partie du mouvement qui est indiqué dans cet article.

Gwalarn (d) 6 octobre 2012 à 12:40 (CEST)

Déplacement témoignage du député belge en question :

"Pour Olivier Hamal, homme politique belge, député du Mouvement réformateur, « si l'expression peut éviter certains conflits, cette conférence [de Marshall Rosenberg] apparaît un peu comme un prêche de secte. Et je doute que ces théories soient facilement applicables »[1]."

  1. La Libre Belgique, « Marshall Rosenberg, séduction ou prédiction ? », sur http://www.lalibre.be,‎ 12 avril 2005