Discussion:Champ magnétique

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autres discussions [liste]

Force magnétique[modifier | modifier le code]

je pense qu'il faudrait rajouter la force que crée le champ magnétique sur les particules,moi je le connais pas donc je peux pas le mettre!

Fait Fait ! Clin d'œil Sharayanan (blabla) 14 mai 2007 à 16:27 (CEST)

Intention de proposer comme « Bon article »[modifier | modifier le code]

Bandeau[modifier | modifier le code]

Fairytale bookmark silver light.png Question mark 3d.png

J’ai l’intention de proposer prochainement la page « Champ magnétique » au label « bon article ». Si vous estimez que la procédure est prématurée, vous pouvez me contacter pour me faire part de vos arguments.
Vote précédent : Proposition « Bon article »
Sharayanan (blabla) 14 mai 2007 à 16:27 (CEST)

Motivations[modifier | modifier le code]

L'article dans l'état présente le sujet dans un contexte aussi exhaustif que possible (histoire, causes, effets, calcul, visualisation, propriétés & utilisations). C'est aussi et surtout un sujet central (et intéressant, bien sûr Clin d'œil) de l'électromagnétisme, un phénomène qu'on rencontre tous les jours par les aimants, les boussoles… et la lumière.

Il me semble qu'aucun point important n'est complètement négligé, il y a peut-être encore un peu à dire (ou à mieux dire, ou à sourcer, ou à illustrer…) mais dans l'ensemble l'article paraît prêt à subir d'ici peu la proposition au label BA. N'hésitez pas à compléter vous-mêmes, corriger, et à répondre ici-même (ou sur ma page de discussion pour toute objection. La proposition sera faite, s'il n'y a aucune opposition, le lundi 21 mai 2007. Sharayanan (blabla) 14 mai 2007 à 16:27 (CEST)

Avis (très) personnels[modifier | modifier le code]

A mon avis il y a un problème de plan. Il y a déjà beaucoup de choses mais on a du mal à comprendre l'organisation logique de tout cela. En tant que candide, je suis un peu perdu et je trouve que l'article manque de cohérence : on parle de la notation puis des effets avant de revenir à des calculs… Sachant que des articles annexes existent, dans celui-ci il faudrait peut-être se concentrer sur les aspects de physique pure et articuler l’article autour de quelques grands paragraphes comme :

  1. Historique
  2. Présentation. Tous les concepts de physiques
  3. Origines
  4. Effets et applications. Cette partie serait davantage un portail pour aiguiller le lecteur vers d’autres articles qui développeraient des problématiques spécifiques

A mon avis il faudrait aussi voir avec d’autres contributeurs comme Utilisateur:Ceedjee qui sont plus spécialisés en physique. Allez, courage ! --Yelkrokoyade 22 mai 2007 à 19:18 (CEST)

Les remarques au sujet du plan sont assez récurrentes pour ne pas être négligées. Une réorganisation s'impose. Sinon le plan que tu proposes n'est pas forcément très éloigné du plan actuel, qui fut construit (je l'admet) à gré du remplissage. Voici le plan tel qu'il est aujourd'hui :
  • 1 Historique
  • 2 Notations
  • 3 Unités et ordres de grandeur
  • 4 Effets physiques
  • 5 Effets biologiques
  • 6 Effets géologiques
  • 7 Origines du champ magnétique
  • 8 Origine relativiste
  • 9 Moments magnétiques
  • 10 Énergie magnétique
  • 11 Calcul du champ
  • 12 Propriétés mathématiques
  • 13 Lignes de champ magnétique
  • 14 Utilisations
pourrais-tu m'indiquer les modifications que tu penses pertinentes (j'en présage quelques unes rien qu'à le lire, c'est vrai qu'il est mauvais mon plan Clin d'œil) ? Sharayanan (blabla) 22 mai 2007 à 22:41 (CEST)
Salut,
Ca m'a l'air pas mal du tout.
Il est très diffficile de faire une "bonne" présentation d'une notion comme celle du champ magnétique vu l'évolution que la notion a subi entre le XIXème, puis avec Einstein, les csqs de la relativité et les nouveaux formalismes actuels.
CE n'est pas non plus facile de conserver rigueur tout en restant accessible.
A la première lecture, je trouve que le résultat est plutôt très bon. J'ai évidemment failli défaillir au 3ème mot (pseudovecteur...) qui est vraiment un gros mot et qui me semble être une approche trop mathématique pour un article qui ne l'est pas.
Je m'édite sur tout cela et je reviens.
A+, Ceedjee contact 23 mai 2007 à 08:31 (CEST)
Salut,
Je viens de lire l'article dans son ensemble, il me semble bon.
Niveau remarques (constructives, j'espère !) je trouve que les effets biologique et géologique du magnétisme constituent une partie moins calculatoire, et qui pourrait donc être située plus haut, avant les effets physiques.
Ensuite, les exemples d'utilisations sont pertinents, mais il faudrait peut-être déléguer les calculs aux articles dédiés et se contenter d'explications plus intuitives, même si elles sont moins précises.
Sinon, je suis d'accord avec Ceedjee pour le pseudovecteur qui arrive un peu vite...
--Tastalian 14 août 2007 à 09:53 (CEST)

Introduction[modifier | modifier le code]

En physique, le champ magnétique est un champ (pseudo)vectoriel, engendré par les courants électriques.
Celui-ci peut être causé par le déplacement de charges électriques, la proximité d'un aimant ou d'un électroaimant. Le champ généré est capable d'exercer une force sur d'autres charges électriques en mouvement, ou de matériaux ayant une susceptibilité magnétique non nulle.
C'est une conséquence, dans le cadre relativiste, d'une généralisation du champ électrique . En électromagnétisme classique, le champ magnétique et le champ électrique sont distincts, bien que liés par les équations de Maxwell.

Que penseriez-vous des mofications suivantes :

Dans la nature, quand un champ magnétique est présent dans une zone de l'espace, les charges en mouvement ou les aimants y subissent une force.
Habituellement, un champ magnétique est généré par fil électrique parcouru par un courant ou la présence à proximité d'un aimant ou d'un électroaimant, d'où son nom, magnétique, de la traduction anglaise du mot aimant : magnet.
Au XIXe siècle, la physique a montré qu'il était généré par toute charge en mouvement et plus tard la relativité a permis de démontrer qu'il n'était qu'une généralisation du champ électrique et de la Loi de Coulomb de l'électrostatique[1].
De nombreuses applications de la vie courante résultent de l'utilisation du champ magnétique, notamment pour ce qui concerne la production et l'utilisation de l'électricité. Dans les sciences de l'ingénieur, on utilise les Équations de Maxwell pour le calculer.

Il y a juste quelques problèmes à cette introduction (de mon humble point de vue) : on ne dit pas ce qu'est le champ magnétique, on omet que c'est un concept de la physique, et on ne parle de pas du fait que c'est un champ (quitte à oublier l'aspect pseudovectoriel/axial qui fait peur à certains Clin d'œil). Ces trois points me semblent indispensables. De plus l'étymologie est fausse. Sharayanan (blabla) 23 mai 2007 à 14:19 (CEST)

D'ailleurs, un champ est, par définition, mesurable « en tout point de l'espace ». Le début de l'intro est donc erronée. Sharayanan (blabla) 23 mai 2007 à 14:22 (CEST)
Et les équations de Maxwell ne sont pas utilisées pour calculer le champ « dans les domaines de l'ingénierie » : elles sont la fondation de la théorie électromagnétique, qui décrivent (pour moitié) le champ magnétique, en fait indissociable du champ électrique. Sharayanan (blabla) 23 mai 2007 à 14:24 (CEST)
Salut,
  • effectivement, on ne dit pas ce que c'est :-) Mais le champ magnétique n'est pas un vecteur, ca j'en suis sur. Il se représente mathématiquemnet par un vecteur. Si tu as une idée de ce que c'est (même en simplifié...)
  • "mesurable en tout point de l'espace" Je comprends bien cela mais je ne comprends pas ce que tu veux dire en le précisant... Pourrais-tu dire où cela pose problème a priori ?
  • je n'ai pas écrit que les équations de Maxwell sont utilées dans le domaine de l'ingénierie, j'ai écrit que le domaine de l'ingéniérie, on utilise les équatinos de Maxwell pour calculer le champ magnétique. (ce n'est donc pas une définition). Sinon, ok.
Ceedjee contact 23 mai 2007 à 14:41 (CEST)
Je répond dans l'ordre de tes questions :
  • Le champ magnétique est un champ pseudovectoriel. Ok c'est un gros mot Clin d'œil. C'est à dire que c'est un champ (id est une quantité mesurable et présente en tout point de l'espace) composé de pseudovecteurs. Encore un gros mot Clin d'œil. Les pseudovecteurs sont des éléments mathématiques qui ne sont pas des vecteurs, mais qui s'en rapprochent par certains aspects (norme, direction...) et s'en éloignent par d'autre (symétries...). On dit aussi vecteur axial. Une façon simple est peut-être de dire que c'est un champ qui « représente » l'influence de déplacement de charges électriques, quitte à préciser ça plus techniquement par la suite.
  • Tu écris : « un champ magnétique est présent dans une zone de l'espace ». Or, par définition d'un champ, il est présent en toute zone de l'espace. La phrase est donc dépourvue de sens.
  • Tu as raison :] j'ai mal lu. Mais ces équations sont utilisée (après le niveau Bac on va dire) dans tous les domaines qui approchent le magnétisme. Euh... certes, ca doit pour beaucoup être des sciences de l'ingénieur. Mais pas seulement. Sharayanan (blabla) 23 mai 2007 à 14:49 (CEST)
Hmmm.
  • Je ne vais pas épiloguer car je ne te connais pas. Je pense qu'il y a un désaccord (de pertinence) entre nous. Un champ magnétique, c'est n'est pas "tout cela". Tout cela, c'est ainsi qu'on le mesure. Le définition du champ magnétique n'est pas "grandeur mesurable en tout point" etc; cela c'est valable pour tout champ et on pourrait même en inventer pour des choses qui n'existent pas. Personne ne sait ce qu'est un champ magnétique.
  • Je n'écris pas "un champ magnétique est présent dans une zone de l'espace", je dis "quand le champ magnétique est présent dans une zone de l'espace", ce qui ne présage en rien de sa valeur ailleurs. C'est un manière de cerner l'approche pour définir quelque chose qui n'existe pas... On le définit par ses effets. Par ex, la force de Lorentz s'applique en UN POINT de l'espace.
  • Oui, oui. Y'a pas que les ingénieurs ;-). Mais perso, je distingue la physique théorique (où on utilise la notation tensorielle et où les équations de Maxwell, telles qu'on les décrit) ont disparu) des autres domaines. L'idée était de dire après avoir parlé des applications, de préciser quel outil on utilise pour faire les calculs. Mais bon, c'est un pov d'ingénieur, sans doute. :-)
A+, tu as fait un bon boulot sur cet article.
Bonne continuation. Ceedjee contact 23 mai 2007 à 14:58 (CEST)
Fait Fait : introduction que j'espère moins polémique (ok, on ne sait pas ce qu' « est » un champ magnétique, mais on sait comment et par quoi on le décrit). Je n'ai pas fait mention des applications dans l'intro (il y en a un paquet.. lesquelles placer sans alourdir ?). Sharayanan (blabla) 23 mai 2007 à 16:39 (CEST)
  1. (en) J H Field (2006) « Classical electromagnetism as a consequence of Coulomb's law, special relativity and Hamilton's principle and its relationship to quantum electrodynamics », Phys. Scr. 74 702-717.

Fond[modifier | modifier le code]

Plan[modifier | modifier le code]

Je distinguerais des chapitres avec les effets du champ magnétique (force de Lorentz etc, induction, champ électrique) et les causes (ou comment on le génère). Ceedjee contact 23 mai 2007 à 14:10 (CEST)

C'est une bonne idée en soi (mais c'est tellement vague que l'on ne voit pas la différence avec le plan actuel). Pourrais-tu préciser davantage s'il te plait ? Sharayanan (blabla) 23 mai 2007 à 14:21 (CEST)
Dans l'introduction, on met en avant 1. les causes (forces) et 2. la génération (aimant, courant). Je trouve qu'on ne le retrouve pas clairement dans l'article au début et que cet aspect mis en avant dans l'introductino devrait se retrouver dans le développement, pour qu'on s'y raccroche...
Après l'historique, on aurait : -effet du champ magnétique puis -génération d'un champ magnétique, par exemple.
Ceedjee contact 23 mai 2007 à 14:43 (CEST)
Pourquoi pas, ça me semble cohérent. Comment placer les autres domaines à ton avis ? Sharayanan (blabla) 23 mai 2007 à 14:53 (CEST)
Fait Fait : le plan a été modifié, pour j'éspère plus de cohérence. On a : histoire, notation, unités, origine, visualisation, effets, calculs, propriétés mathématiques et utilisations. C'est sûrement améliorable, je pense. Est-ce plus clair ainsi ? Sharayanan (blabla) 23 mai 2007 à 16:39 (CEST)

Maxwell Ampère[modifier | modifier le code]

Il manque un mot sur la loi d'Ampère dont la loi de Biot-Savart n'est qu'une généralisation (cfr Lorentz -> Laplace)

Très juste. J'y remédie. Sharayanan (blabla) 23 mai 2007 à 14:21 (CEST)
Fait Fait : il y a désormais une section dédiée à ce théorème. Sharayanan (blabla) 23 mai 2007 à 14:42 (CEST)

Force entre aimants[modifier | modifier le code]

Et l'énigmatique forces entre aimants, on n'en parle pas ;-) Ceedjee contact 23 mai 2007 à 14:10 (CEST)

En fait, mentionnée dans « Torseur magnétique ». Certes, mal placée cette relation. Sharayanan (blabla) 23 mai 2007 à 14:21 (CEST)
Oui. Je n'avais pas vu.
Ce n'est effectivement pas évident du tout d'arranger tout cela de manire cohérente.
Un truc, amha, ne pas trop faire de math et l'éviter quand c'est possible pour ne renvoyer qu'à des articles spécialisés.
Je n'ai rien contre les maths, hein ;-) -> Transformations de Lorentz du champ électromagnétique... Ceedjee contact 23 mai 2007 à 14:45 (CEST)
Tu n'as rien contre les maths, je n'ai rien pour :] Le'ts say que l'on se contentera des formules de physique, qu'en penses-tu ? Sharayanan (blabla) 23 mai 2007 à 14:53 (CEST)
No soucis ;-)
Disons que les "principes physiques", en plus des formules, pourraient apporter un pluS.
Car je ne suis pas sur qu'en lisant cela Christophe Dioux comprenne comment 2 aimants s'attirent. Note que je suis sur de ne pas pouvoir lui expliquer dans wikipedia non plus ;-)
A+, Ceedjee contact 23 mai 2007 à 15:01 (CEST)

Charge magnétique[modifier | modifier le code]

Il est écrit dans l'article :

Une des différences fondamentales entre le champ électrique et le champ magnétique est que l'on observe dans la nature des particules possédant une charge électrique non nulle, alors que l'on n'observe pas de particules ou d'objets possédant une charge magnétique non nulle.

L'idée même de l'existence d'une charge magnétique paraît interdite par la théorie classique de l'électromagnétisme (équations de Maxwell). Ne serait-il pas mieux par exemple d'adopter une formulation du type :

Une des différences fondamentales entre le champ électrique et le champ magnétique est que l'on observe dans la nature des particules possédant une charge électrique, alors que l'on n'observe ni particule ni objet possédant une charge magnétique.?Swannp 24 mai 2007 à 19:29 (CEST)

Par ailleurs dans la formule pour le calcul des lignes de champ un déterminant de type 3*2 comme

\begin{vmatrix} \mathrm B_x & \mathrm dx \\ \mathrm B_y & \mathrm dy \\ \mathrm B_z & \mathrm dz \end{vmatrix} = 0

me paraît assez choquant (même si j'ai bien compris qu'en fait c'est d'un produit scalaire qu'il s'agit) et devrait peut-être être remplacé par \boldsymbol\mathrm B\cdot d\boldsymbol\mathrm ld\boldsymbol\mathrm l est le déplacement élémentaire, qui a l'avantage de ne pas dépendre du type de repère choisi.

Par ailleurs on pourrait conserver dans un souci d'homogénéité des notations dans wikipédia \wedge plutôt que \times pour le produit vectoriel, qui semble être plus utilisé dans les pays francophones et l'est en tout cas en France Swannp 24 mai 2007 à 21:14 (CEST)

Je répond à tes questions du mieux qu'il m'est possible:
  • En réalité, comme l'a précisé Alain r (responsable de ladite phrase), on n' observe pas de charge magnétique, et on construit la théorie de l'électromagnétisme pour qu'elle corresponde à ces observations. La notion de charge magnétique est bel et bien définie, par exemple comme la divergence du champ, positive (charge « + ») ou négative (« - ») — Maxwell a postulé div B = 0, soit l'abscence de telles charges. En revanche, ta formulation n'enlève rien et semble plus claire, je t'invite donc à effectuer la modification si tu l'estimes bénéfique.
  • Tu commets concernant la ligne de champ une double erreur. La plus grave : ce n'est pas un produit scalaire (honte sur toi Clin d'œil) mais un déterminant, tout à fait défini pour toute famille de vecteurs, indépendamment des notions matricielles. La moins grave concerne le « repère » : la formule donnée est locale, et ne dépend pas du repère (en revanche, elle dépend du systèmes de coordonnées, supposées cartésiennes). Donc, pas de problème ici.
  • La notation française (et la notation des vecteurs avec une flèche) il est vrai est préférée en mathématiques et en mécanique du solide. Cependant, dans la littérature électromagnétique (même française), la notation du produit vectoriel en croix (et la notation des vecteurs en gras) est quasi-systématique. C'est donc ici un souci de cohérence scientifique. Sharayanan (blabla) 24 mai 2007 à 22:36 (CEST)
Oui, pour le produit scalaire, je suis d'accord, honte sur moi (on pourra dire que j'ai fait un lapsus indigne entre vectoriel et scalaire). La nuance entre référentiel et repère me paraît précisément qu'un repère est un référentiel + un système de coordonnées, mais j'ai toujours remarqué que la définition précise de ces termes varie fortement d'un individu à un autre.
Même si un déterminant 3*2 peut peut-être exister, je pense que la version actuelle utilise des outils mathématiques plus usités.Swannp 27 mai 2007 à 12:04 (CEST)
Sois pardonné pour ta confusion après tout humaine. Mais bon, je dois avoir ça dans le sang, j'ai du mal à laisser des erreurs dans l'esprit de quelqu'un. C'est pour ça que je vais encore t'embêter : un référentiel est la donnée d'une origine et d'un repère spatio-temporel. Ledit repère est un système de coordonnées (cartésiennes, polaires...). Enfin c'est comme ça que je les définirais (définition variante d'un individu à l'autre). Sinon, non seulement un déterminant 3x2 existe, mais est calculable de façon élémentaire (aucune subtilité là-dessous !) La reformulation qui est désormais présente dans l'article utilise le produit vectoriel dont la norme n'est autre qu'un déterminant 3x2... Par définition positive d'une norme, il y a stricte équivalence entre la nullité du produit vectoriel et celle du déterminant 3x2 : c'est donc la même chose, en fait Sourire. Sharayanan (blabla) 27 mai 2007 à 13:38 (CEST)

Ca n'a plus rien à voir, mais je me demande si un petit mot sur la jauge de Lorentz ne serait pas approprié dans le passage sur l'invariance de jauge du potentiel vecteur (cela dit je ne connais pas trop le potentiel vecteur, je ne m'en suis (quasiment) jamais servi:p).Swannp 27 mai 2007 à 14:47 (CEST)

Le problème d'invariance de jauge pour le pot vec a été évoqué dans l'article. La jauge de Lorenz-Coulomb, qui est une des possibilités, est il me semble à reserver à l'article potentiel vecteur : concernant le champ magnétique, la jauge qu'on choisit n'a pas d'influence (je m'avance peut-être un peu... précisons : la jauge de Lorenz n'en a pas). Comment penses-tu introduire la question ? Sharayanan (blabla) 27 mai 2007 à 15:09 (CEST)
Il est précisé dans l'article que par exemple dans le cas d'une onde électromagnétique celle-ci permet de faire vérifier à \boldsymbol\mathrm A l'équation de d'Alembert. Il n'est effectivement pas fondamental d'en parler ; je pensais simplement à une phrase courte du type la jauge la plus fréquemment employée, notamment dans le cadre de la physique relativiste, est la jauge de Lorentz, qui permet en outre que \boldsymbol\mathrm A ait un comportement assez proche de celui de \boldsymbol\mathrm B. Mais comme tu le dis ceci concerne le comportement de A et non celui de B.
Mais en fait il me semble que parler de l'invariance de jauge sans aller préciser qu'on utilise souvent une d'entre elles laisse entendre qu'elles sont toutes plus ou moins équivalentes d'un point de vue pratique. Une phrase de ce type permettrait à mon sens de signaler qu'on préfère utiliser une condition de jauge plutôt qu'une autre : on comprend ainsi mieux la démarche physique. Après, effectivement, c'est à voir, mais je ne pense pas que ça n'alourdirait pas excessivement le passage sur l'invariance de jauge de dire qu'on ne choisit pas le potentiel vecteur au hasard.Swannp 27 mai 2007 à 19:59 (CEST)

Quelques images[modifier | modifier le code]

Copiées sur l'interwiki. A intégrer dans l'article ? --Yelkrokoyade 24 mai 2007 à 21:27 (CEST)

C'est quoi ces wikipédiens qui demandent l'autorisation avant de modifier un article ??? Sois libre de faire les ajouts que tu sens. Après, si tu te fais incendier... Sourire La magnétite est déjà représentée — en revanche les ferrofluides ne le sont pas, mais on pourrait argumenter qu'il n'est pas question ici de magnétohydrodynamique... « fais ce que voudras » Sharayanan (blabla) 24 mai 2007 à 22:41 (CEST)

L'idée était juste de boucher le vide laissé à droite du sommaire en aiguisant si possible la curiosité du lecteur pour l'encourager à poursuivre l'article. --Yelkrokoyade 25 mai 2007 à 21:38 (CEST)

Pertinence des liens internes ?[modifier | modifier le code]

Les liens internes de l'article datent de la période (pas si lointaine) où il présentait moins de 9% de son contenu actuel : sont-ils pertinents ? Serait-il judicieux de les présenter sous une forme « hierarchisée », c'est-à-dire par thèmes (ex : Théorie de l'EM, Champs magnétiques dans la matière, Champs magnétiques en bio/med, etc.) ? Sharayanan (blabla) 25 mai 2007 à 15:57 (CEST)

Force de Lorentz[modifier | modifier le code]

Vu que l'on en parle que de champ magnétique, le paragraphe sur la force de Lorentz ne parle que de l'équation locale de la force de Laplace. Ok, no pbl. Par contre, il ne faudrait pas quand même parler du terme en qE ?
Yves-Laurent 25 mai 2007 à 18:04 (CEST)

J'aurais tendance à dire que le terme en qE de la force de Lorentz concerne le champ électrique, alors que veux-tu dire dessus ? Sharayanan (blabla) 25 mai 2007 à 19:20 (CEST)
Bah justement, je n'en sais rien: d'ou ma question. Réaction 1: merde il manque qE; réaction 2: normal c'est l'article sur le champ magnet. Je voulais savoir si quelqu'un avait une idée pour virer l'étape 1.Yves-Laurent 25 mai 2007 à 20:41 (CEST)
Vu l'équivalence entre le champ magnétique et le champ électrique, l'expression F = q v X B n'est pas rigoureuse mais je pense qu'il ne faut pas entrer dans ces détails. Dans l'article champ magnétique, conservons l'expression "simple" mais dans l'article Force de Lorentz, conservons les relations rigoureuses. Si vraiment on veut faire dans la rigeur, on peut écrire que la composante magnétique de la force de Lorentz qui traduit l'interaction entre charge et champ électromagnétique vaut F = q v X B mais je ne suis pas convaincu de l'utilité. Ceedjee contact 25 mai 2007 à 22:19 (CEST)

moteurs électriques[modifier | modifier le code]

A ce paragraphe : Une autre possibilité est de créer un champ permanent au stator à l'aide d'aimants permanent ou d'enroulements parcourus par un courant continu et de réaliser un champ magnétique tournant au rotor par un système de connections glissantes afin que ce champ rotorique reste en quadrature avec le champ statorique j'ai failli ajouter : à la manière de l'âne qui court après une carotte qui avance toujours à la même vitesse que lui. Mais peut-on oser ce genre de phrase dans une encyclopédie aussi sérieuse et, surtout, dans un article proposé pour recevoir les palmes académiques ??? PNLL 31 mai 2007 à 22:26 (CEST)

Pourquoi ne pas le mettre sous forme d'une note dans laquelle on peut plus facilement tolérer un style moins rigoureux mais de nature à faire comprendre au plus grand nombre ? Pour prendre une image, le champ rotorique se comporte à la manière de l'âne... A mon avis, il ne faut pas négliger ce type d'initiatives car l'article est parfois un peu hermétique --Yelkrokoyade 1 juin 2007 à 07:06 (CEST)

Erreurs[modifier | modifier le code]

Cet article est plein d'erreurs...

Confusions récurrentes entre champ magnétique (H) et Induction magnétique (B) (notations recommandée par la Commission Electrotechnique Internationale)

L'image du chapitre courants électriques représente plutôt une induction magnétique qu'un champ électrique.

L'unité du champ magnétique H est bien l'ampère par mètre et non l'ampère mètre (corrigé).

Dans la matière aimanté, l'Oersted et l'A/m ne caractérisent pas une "force" mais un champ coercitif (Hc), capacité de l'aimant à ne pas modifier son aimantation sous un champ.

Un ferromagnétique ne possède pas forcément une aimantation spontanée, son moment magnétique peut être nul (domaines magnétiques, domaines de Weiss) ; la somme des moments peut être nulle.

Plus toutes celles que je n'ai pas vues...

Einstein n'a pas utilisé de tenseur de rang deux, vu qu'il n'a jamais utilisé d'espace à quatre dimensions dans son article original (1905). C'est Hermann Minkowski en 1906 (D'après moi) ou 1907 (d'après wiki) qui a mis la relativité en quatre dimensions. C'est à partir de là qu'on peut parler de tenseur de rang deux ..

Vecteurs[modifier | modifier le code]

Est-il possible d'écrire les vecteurs avec la notation avec la flèche (exemple : \vec{B}). La notation actuelle (sans flèche) porte à confusion notamment pour les produits vectoriels). Quelles est la raisons d'une telle notation ? Pamputt [Discuter] 10 juin 2007 à 22:28 (CEST)

Dans mon domaine (modélisation électromag), la notation utilisée pour les publi est la même que cella de l'article. A priori, c'est une habitude prise à l'époque ou les publications étaient tapées à la machine à écrire.Yves-Laurent 10 juin 2007 à 22:48 (CEST)
Je confirme, la notation en gras pour les champs (car ce ne sont pas des vecteurs...) est conventionnelle en électromagnétisme, de même que la croix pour le produit vectoriel.J'ai l'impression de l'avoir déjà répété un paquet de fois... Sharayanan (blabla) 11 juin 2007 à 00:02 (CEST)

Notation matricielle[modifier | modifier le code]

Dans ce paragraphe, on présente longuement les relations dans le cas isotrope ce qui est un cas important (cas d'école) mais on parle très rapidement des formes matricielles de ses relations. Je pense qu'il serait intéressant d'au moins les exprimer clairement pour montrer qu'elles sont au moins aussi importante que les autres. Quelqu'un sait il faire ça ? Merci d'avance. Pamputt [Discuter] 11 juin 2007 à 01:12 (CEST)

Bah je peux faire ça, si ça peut te faire plaisir Sourire. Le risque en revanche, c'est que l'article devienne très tôt assez compliqué sur le niveau mathématique (si on doit prendre en compte les anisotropies, on utilise des matrices réelles, mais si en plus il y a déphasage... on est amené aux matrices complexes, donc aux vecteurs complexes... etc.). En général, on peut faire l'approximation que μ est un réel positif et constant (ou complexe à partie réelle positive, mais on va pas chipoter) pour des milieux homogènes, à l'exclusion des milieux délibérément problématiques. On n'utilise les matrices que pour plus de précision ou dans des domaines où elles sont indispensables (biréfringence...). Ailleurs (soit dans 99,7% des cas environ Sourire) ce n'est pas utile (ou plutôt ça complique inutilement les choses, notamment pour certaines relations). OK pour rédiger un passage en prose sur le sujet, mais on ne va tout de même pas dire qu'elles sont « au moins aussi importantes que les autres » : il s'agit surtout d'un raffinement, qu'on évite tant que possible. Sharayanan (blabla) 11 juin 2007 à 01:36 (CEST)
Je ne connais pas assez le sujet pour rédiger cette partie. Je pense cependant qu'il soit intéressant de le mentionner quelquepart notamment pour les lecteurs déjà familiariser avec le sujet mais cherchant à aller plus loin. Tu peux toujours mettre ses infos dans un nouvel article si ça prend trop de place dans celui là. Tu auras juste à faire pointé vers ce nouvel article. Bon courage. Pamputt [Discuter] 11 juin 2007 à 09:59 (CEST)

Nouvelle image ?[modifier | modifier le code]

Hall effect.png

Cette image aurait-elle sa place dans l'article ? --Yelkrokoyade 12 juin 2007 à 22:07 (CEST)

Il me semble l'y avoir déjà vue. L'un des contributeurs (je ne me souviens plus lequel) l'a retirée en faveur de l'image actuelle, arguant que celle ci-dessus était trop chargée et peu claire. Sharayanan (blabla) 12 juin 2007 à 22:44 (CEST)
Il me semble que c'est moi qui ai fait le changement. Je persiste: cette image est jolie mais pas très claire.Yves-Laurent 12 juin 2007 à 22:58 (CEST)

Erreurs encore et toujours dans cet article....[modifier | modifier le code]

Après avoir fait références aux erreurs de cet article, j'ai décidé de les mentionner. Plus d'un an après elles sont toujours présentes (certaines que j'avais corrigées ont été remises...) J'ai lu aujourd'hui un article sur certaines Universités US qui installent des panneaux anti-Wikipedia dans leur bibliothèques. Je me suis dis, je vais aller faire un tour sur cet article que j'avais essayé de corriger. Hé bien c'est toujours pareil le champ magnétique n'est pas B mais H. B, en français, s'appelle l'induction magnétique. Si sur un article aussi simple que celui-ci contient une erreur aussi énorme et ne peut être corrigée, alors je comprends vraiment ces universités. La meilleure reste quand même celle là: "Enfin, on utilise également parfois l'œrsted, ..." non toujours en fait et uniquement l'Oe comme unité du champ magnétique. Rappel : l'Oe est l'unité du système CGS (anglo-saxon) qui est équivalent à l'A/m su système SI ! "...notamment pour quantifier la « force » des aimants naturels" une force s'exprime en Newton ! (Laplace : dF=IdlxB en présence d'un conducteur et dF=(MdV.grad).Bi la force élémentaire qui s'exerce sur un volume dV). Je conseille vivement aux rédacteurs de lire Magnétismes I-Fondements préfacé par Louis Néel et référence en magnétisme!

Ce n'est pas aussi simple que cela. Dans la plupart des ouvrages d'enseignement universitaire récents B est bien appelé champ magnétique. L'appellation « induction magnétique », si elle est également correcte pour B, est en réalité de moins en moins utilisée. Pour H le terme d'« excitation magnétique » est maintenant préféré. On peut remarquer par ailleurs que la commission électrotechnique internationale (CEI) préconise pour B le nom de « densité de flux magnétique » et pour H les termes « champ magnétique » ou « excitation magnétique »[1] (ce qui vous donne partiellement raison pour le deuxième terme). Néanmoins cette même CEI reconnaît dans le même document que « champ magnétique » est également utilisé pour B... Quoi qu'il en soit il existe de toute façon une autre très bonne raison d'appeler B champ magnétique, c'est qu'en physique on réserve souvent la notion de champ à ce qui agit réellement sur les particules c'est-à-dire en l'occurrence B et non pas H. Kropotkine_113 4 décembre 2008 à 19:21 (CET)
  1. CEI
Je suis d'accord avec l'ip : au contraire de H on ne peut parler de champ de vecteur pour B (sauf dans le vide). Le terme de champ est donc a proscrire pour B afin de ne pas créer de confusion (d'où les préconisation de la CEI). Yves-Laurent (d) 8 décembre 2008 à 23:21 (CET)
Entre ce qu'il faudrait faire et les usages qui sont répandus il y a parfois des nuances... Wikipédia n'est pas le lieu pour réformer le vocabulaire mais pour acter l'utilisation d'un vocabulaire édicté par d'autres. En l'occurrence je dispose de très nombreuses sources scientifiques récentes de niveaux universitaires qui parlent de champ magnétique pour B (dont au moins une qui explique très clairement pourquoi elle refuse les recommandations de la CEI), quasiment aucune qui l'appelle « densité de flux magnétique » et assez peu « induction magnétique » (ou alors marginalement). (Je parle bien sûr de sources originalement écrites en français pas de traduction de sources anglo-saxonnes, qui ont un tout autre usage de vocabulaire.) Il est d'ailleurs tout à fait possible de détailler cette problématique dans l'article, cela ferait un développement encyclopédique intéressant (historique et conflit d'usage des termes par exemple) voire de préciser dans l'introduction les autres dénominations admises de B, mais je trouve que l'affirmation « Le terme de champ est donc a proscrire pour B » est trop radicale et éloignée de la pratique de vocabulaire largement admise. Kropotkine_113 9 décembre 2008 à 00:07 (CET)
Je veux bien admettre que le terme de champ magnétique soit souvent détourné pour qualifier l'induction magnétique (je commets cet abus plus que régulièrement auprès de mes collègues) mais dans un ouvrage qui se veut un peu scientifique il ne faut pas faire cette erreur et encore moins la faire sans le mentionner. Pour les ouvrages qui appellent B le champ magnétique, je serai heureux d'avoir leur références pour vérifier l'énormité.
  • Claude Cohen-Tannoudji et al., Mécanique Quantique, Hermann, 1988
  • Tous les livres de J.-P. Pérez. C'est notamment lui qui écrit dans Électromagnétisme. Fondements et applications (Masson 1997) page 409 : « Dans le système international actuel, la CEI préconise pour B le nomde densité de flux magnétique et pour H celui de champ magnétique. Nous avons volontairement écarté cette dernière recommandation pour H afin de réserver, conformément à l'analyse physique fondamentale et pas uniquement technique l'appellation de champ magnétique à la grandeur qui agit effectivement sur les charges et les courants, c'est-à-dire ici B. »
  • Élie Lévy, Dictionnaire de physique, PUF, 1988 : entrée « Champ (d'induction) magnétique » page 114: « le champ pseudo vectoriel B est défini aujourd'hui par la force qu'il exerce sur un élément de courant [...]. Cela justifie pour un grand nombre de physiciens qu'il soit dénommé champ magnétique
  • C. Grossetête, Relativité restreinte et structure atomique de la matière, Ellipse, 1985
J'ai encore quelques autres bouquins récents si vous le souhaitez. J'ai détaillé un peu les citations avec les pages, pour qu'on puisse éventuellement s'en servir pour sourcer l'article dans un passage concernant ce problème de dénomination (que je ne nie pas). Kropotkine_113 9 décembre 2008 à 22:25 (CET)
A en croire les sources de l'article anglophone, la terminologie a adopter quand on parle de B faisait déjà couler de l'encre en 1963. On devrait certainement en toucher deux/trois mots en début d'article. Yves-Laurent (d) 9 décembre 2008 à 22:23 (CET)
Tout à fait d'accord, c'est un problème qui n'est absolument pas nouveau et qui mérite un développement encyclopédique. Avec les sources que je viens de donner plus le lien vers la recommandation de la CEI que j'ai mis plus haut, il y a déjà de quoi faire une petite section bien sourcée. Kropotkine_113 9 décembre 2008 à 22:25 (CET)
Note : les références citées ci-dessus ne sont pas les œuvres de références dans la discipline. Ce sont des œuvres destinées au second cycles de la part d'enseignant-chercheurs qui ne font pas de recherche dans le domaine (Pérez, Lévy, etc). Le problème est qu'en second cycle, comme on commence par enseigner le champ magnétique à partir du vide, on dit que c'est "B", après on construit en master "H" à partir du vide avec le tenseur de susceptibilité (ce qui n'est absolument pas une démonstration générale) et on l'appelle alors "excitation magnétique". Le problème c'est qu'en DEA-Thèse de la matière on commence par vous dire que c'est H qui est le champs magnétique. Quant à « Quoi qu'il en soit il existe de toute façon une autre très bonne raison d'appeler B champ magnétique, c'est qu'en physique on réserve souvent la notion de champ à ce qui agit réellement sur les particules c'est-à-dire en l'occurrence B et non pas H. », c'est totalement le contraire! J'ai fait trois ans de mesures, et ce que tout le monde mesure dans les matériaux c'est "H"! On mesure "B" quand on est dans les conditions proches du vide, mais c'est un cas particulier. Un livre de référence de la communauté des chercheurs en électromagnétique est le {{Jackson}}, mais c'est un ouvrage en anglais. C'est article est fortement à revoir à mon avis. Guérin Nicolas (messages) 27 février 2009 à 14:03 (CET)
Tout à fait d'accord, je l'ai déjà dit plus haut il y a un petit moment et je le redis, la Commission Electrotechnique Internationale recommande de désigner par B l'induction magnétique, c'est la seule organisation internationale à avoir émis un tel avis, à ma conaissance. En l'absence d'une autre norme internationale énonçant l'inverse, je pense que la discussion est close.
C'est une certaine conception de la discussion... Je rappelle que même la Commission électrotechnique internationale admet en note que B est parfois appelé champ magnétique. Ce qui tend à prouver que l'usage d'une dénomination n'est pas facilement décrétable. Kropotkine_113 3 juillet 2009 à 12:42 (CEST)
@Nicolas : on ne va pas refaire toute la discussion, mais je tiens à répéter que l'on doit aussi se conformer dans cet article aux dénominations usuelles courantes qui, on peut le regretter ou non, sont en partie dictées par l'enseignement de masse notamment dans les universités. Il serait à mon sens catastrophique que l'article se contente d'une vision ultra élitiste réservée à des chercheurs ou étudiants en troisième cycle. En ce qui concerne les sources il y a aussi Cohen-Tannoudji qui utilise de manière exclusive « champ magnétique » pour B. En revanche le problème de la terminologie doit évidemment être abordé en détail dans l'article ; d'ailleurs à ce sujet la version anglaise propose un paragraphe intéressant et bien documenté (et cette note). Pour la phrase sur laquelle tu me reprends, je persiste. La force électromagnétique fondamentale qui agit sur les particules est définie à partir de B et non pas de H. Kropotkine_113 3 juillet 2009 à 12:42 (CEST)Et désolé pour la réponse tardive mais je n'avais pas vu passé ton commentaire.

Salut Kropotkine :) Ton avis c'est bien mais il faut faire attention a ne pas tomber dans le POV-Pushing, on est pas là pour imposer nos points de vue mais refléter l'état de la connaissance en l'état (commentaire concernant ton « Pour la phrase sur laquelle tu me reprends, je persiste. La force électromagnétique fondamentale qui agit sur les particules est définie à partir de B et non pas de H. », c'est vrai, mais dans le vide... pour les milieux matériel continus, je persiste et signe que le champ magnétique est plutôt H). Mais bon on ne va pas en faire un fromage : on peut poser B comme champ magnétique fondamental, toutefois dire que ce qu'on mesure c'est B est totalement faux dans le cas des matériaux macroscopiques, on ne sait y mesurer que H. B et H sont donc ce qu'on mesure du champ magnétique en fonction de l'expérience : B dans le cas quantique et H dans le cas macroscopique (même pour des rayonnement d'antennes dans le vide c'est H qu'on mesure).

Concernant l'article : tout ce que je sais, c'est qu'il y avait un commentaire avant alertant le lecteur sur le fait qu'une partie des scientifiques considéraient H comme le champ magnétique et l'état d'une polémique. Ce commentaire n'avait rien d'élitiste, il informait simplement le lecteur, et il existe sur la version anglophone. Or le fait qu'il ait été purement et simplement supprimé de cet article n'a pas vraiment de fondement. Je vais donc le remettre, il ne s'agit en aucun cas de refondre l'article juste de remettre un passage supprimé sans bonnes raisons. Pour la discussion sur B ou H, c'est trop technique pour être expliquer simplement, juste deux choses concernant la biblio :

  • Le bouquin de Cohen-Tannoudji est une bonne référence : en mécanique quantique ou dans le vide B et H se confonde à une constante près. Il n'y a donc aucun problème à appeler B ou H champ magnétique.
  • Les bouquins de Pérez ou Lévy n'ont l'avantage ne d'être qu'en français : beaucoup de profs se plaignent de leur contenu et commencent à conseiller plutôt des bouquins en anglais. Je sais que ce sont les bouquins qu'on conseille à l'université française, mais quand même il traite mal le phénomène du magnétisme, surtout concernant les milieux magnétiques où ils s'arrêtent à la relation de linéarité B=mu*H comme si c'était des relations universelles. Or la relation B=f(H) ou H=g(B) n'est pas de cette nature dans la majorité des cas.

Guérin Nicolas (messages) 14 août 2009 à 09:27 (CEST)

La proposition d'écrire une section terminologique détaillant le problème historiquement me va tout à fait. C'est indispensable et c'est ce que je propose (avec Yves-Laurent) depuis le début de cette discussion Sourire L'article de en.wipedia.org me paraît à ce titre intéressant. Kropotkine_113 14 août 2009 à 09:50 (CEST)En ce qui concerne l'allusion à du PoV-pushing, j'apprécie moins ;) il ne s'agit pas que de mon point de vue mais de celui d'auteurs scientifiques reconnus auquel j'attribue le point de vue, source à l'appui.

L'excitation magnétique n'est pas le champ appliqué[modifier | modifier le code]

Dans la section Champ magnétique, excitation magnétique et aimantation il est écrit :

En d'autres termes, on est parfois amené à distinguer le champ initial, l'excitation magnétique, notée H, du champ total, noté B

Cette formulation laisse à entendre que, lorsqu'on plonge un échantillon de matériau magnétique dans un champ, H désigne le champ appliqué (ou champ initial) et B le champ total. C'est parfaitement faux. Il est juste de décrire B comme la somme d'un champ appliqué B0 et d'un champ BM crée par le matériau magnétique :

B = B0 + BM

mais il est faux d'assimiler B0 à μ0H car le matériau crée aussi son propre champ H. Le champ H est donc lui aussi la somme d'un champ initial H0 et de la contribution HM du matériau magnétique :

H = H0 + HM

Le champ HM est généralement appelé champ démagnétisant. Aussi, la contribution de l'échantillon magnétique à B n'est pas μ0M mais se calcule par les relations :

BM = 0
×BM = μ0×M

M est l'aimantation de l'échantillon. Le champ démagnétisant est quand à lui donné par :

HM = -M
×HM = 0

Le terme -M est souvent appelé charge magnétique. On le rencontre souvent sous forme de charge de surface (discontinuité de la composante normale de M) et correspond à ce qu'on appelle pôles magnétiques.

L'erreur dans la formulation actuelle vient probablement d'un protocole expérimental qui est souvent décrit pour la caractérisation des matériaux magnétiques. Dans ce protocole l'échantillon est façonné en forme de tore et la bobine d'excitation est enroulée autour. Dans cette géométrie particulière il n'y a effectivement ni charges magnétiques ni champ démagnétisant, et on a donc bien H = H0. Cependant, ce n'est pas toujours comme ça qu'on procède. En physique contemporaine on a de plus en plus souvent affaire à de petits échantillons ou couches minces qu'il n'est pas possible de façonner ainsi. Alors, à moins d'étudier des matériaux à très faible aimantation (semiconducteurs magnétiques, échantillons très dilués, ferris proches de la compensation...), on ne peut pas se permettre d'oublier le champ démagnétisant.

On voit d'ailleurs parfois définie la notion de susceptibilité externe comme le rapport de M à H0 : c'est ce que donne une mesure brute au magnétomètre. Il faut connaître la géométrie de l'échantillon (ses cœfficients de champ démagnétisant) pour remonter à la vraie susceptibilité.

Remarque : dans les expériences de laboratoire, le champ appliqué est généralement produit par un solénoïde, souvent supraconducteur. Il est donc donné par

H0 = 0
×H0 = j
B0 = μ0 H0

j est la densité de courant dans le solénoïde.

Cette section doit être réécrite, mais avant de le faire il est nécessaire de mettre au clair la terminologie : bien dire en intro que le terme champ magnétique est ambigu et choisir des noms non ambigus pour B et H. Les équations différentielles vérifiées par B et H, ainsi que la discussion du champ démagnétisant auraient je pense leur place dans l'article Magnétostatique. Celui-ci, dans sa version actuelle, ne traite que du champ B crée dans le vide par des courants. Oublier qu'on peut aussi créer un champ magnétique avec des aimants est une vision très étroite de la magnétostatique.

--Edgar.bonet (d) 16 août 2010 à 14:27 (CEST)

Tout à fait d'accord. Le problème à mon sens est que les manuels scolaires et universitaires actuels, par soucis de "clarté", mettent un nom sur B et H, en général champ magnétique et excitation magnétique. Donc l'article ne fait que reprendre ces terminaisons. Cela peut se comprendre, mais ce n'est pas à mon sens une bonne stratégie, car si cela marche bien dans le cas simple du vide, cela ne marche plus pour des mesures dans le cas des milieux matériels, milieux aimantés par exemple. Le plus marrant, c'est qu'il y a encore 30 à 40 ans c'était H qui était appelé champ magnétique et B induction magnétique. Je te propose de faire toi-même les modifications que tu souhaiterais apporter (on est jamais mieux autant servi que par soi-même) et voir après les réactions des autres contributeurs. Voir Wikipédia:N'hésitez pas !. --Guérin Nicolas (messages) 16 août 2010 à 16:24 (CEST)
OK, voilà qui est fait. J'ai été très brutal : j'ai réécrit complètement la section en faisant fi ce ce qui s'y trouvait. La susceptibilité est passée à la trappe : je ne trouve pas que ce soit sa place. Et puis je ne crois pas trop à la susceptibilité : elle est bien pratique pour faire des problèmes d'école, mais en réalité les vrais matériaux magnétiques ne sont jamais linéaires.

Je ne suis que partiellement satisfait du résultat. Il faut que je rajoute au moins une figure avec les lignes de B et de H d'un aimant barreau. Je vais essayer de faire ça tout à l'heure. Il y a beaucoup d'équations, mais j'ai essayé de les assortir à chaque fois d'une interprétation qualitative. Je continue à me dire qu'une bonne partie de ce que j'ai écrit aurait plus sa place dans Magnétostatique qu'ici. --Edgar.bonet (d) 17 août 2010 à 13:50 (CEST)
Voilà, je me suis fendu d'une petite figure pour montrer M, B, H, les courants liés ∇×M et les charges magnétiques -∇⋅M, tout ça dans l'exemple simple d'un barreau aimanté. --Edgar.bonet (d) 17 août 2010 à 18:38 (CEST)
La figure est bonne, marrant que le vecteur M ne soit que sur les bords du barreau, il ne devrait pas être aussi présent à l'intérieur? Pour la place du passage, il n'y a pas de problème à faire un copié-collé et à mettre le tout dans magnétostatique. Guérin Nicolas (messages) 17 août 2010 à 18:59 (CEST)
Euh... non, M est bien dans tout l'intérieur de l'aimant : c'est la grosse flèche bleue. J'ai un peu modifié la figure pour que ce soit plus évident. Ce sont en fait les dérivées de M (courants liés ∇×M et charges -∇⋅M) qui sont localisées sur la périphérie. --Edgar.bonet (d) 18 août 2010 à 10:39 (CEST)
Oui c'est plus clair maintenant pour moi : ceux sont les saut des valeurs de M (entre 0 à l'extérieur et M à l'intérieur) qui créent des courants et des charges au niveau de ces sauts. Une question de plus : s'agit-il là de courants réels (mouvements d'électrons) et de charges réelles, où sont-ils fictifs (commodité de calcul)? Guérin Nicolas (messages) 18 août 2010 à 21:40 (CEST)
Question difficile que de distinguer ce qui est réel de ce qui est une description mathématique ! Est-ce qu'un champ c'est réel ? C'est peut-être plus une question de métaphysique que de physique. Je me risquerai pourtant à qualifier les charges magnétiques de pure description mathématique, vu qu'elles ne peuvent être isolées et que je ne les ai jamais vues dans un autre contexte. Pour les courants liés c'est moins clair. L'origine de l'aimantation est en réalité quantique. Elle provient du moment orbital et du spin des électrons. Assimiler le moment orbital à un courant électrique (et donc à un mouvement des électrons) me paraît encore à peu près raisonnable. Pourtant, l'essentiel de l'aimantation provient en général du spin. Certain voient dans le spin un mouvement de rotation de l'électron sur lui-même. Là par contre je trouve que c'est pousser l'analogie classique un peu loin : l'électron est considéré comme une particule ponctuelle, et son spin est une propriété intrinsèque, indépendante de toute notion de mouvement, qui en mécanique quantique est décrit par l'opérateur impulsion. C.f. cette discussion (qui n'est pas de moi) sur la rotation propre des particules. --Edgar.bonet (d) 19 août 2010 à 18:04 (CEST)

Merci à Edgar.bonet et à Guérin Nicolas pour leur utile discussion et leurs modifications : Cela faisait un certains temps que je m'étonnai de cette confusion entre B et H.

Sur les sources du champ magnétique[modifier | modifier le code]

Un contributeur sous IP (85.168.221.179) a procédé à des modifications de l'introduction au sujet des sources du champ magnétique, en écrivant: Il n'y a qu'une seule source du champ magnétique que ce soit par les aimants ou par les courants électriques: c'est l'orientation du moment magnétique des électrons dans les aimants ou dans les conducteurs mis sous tension. La variation temporelle d'un courant électrique est la cause de l'induction magnétique, ce qui est autre chose., à la place du texte initial: Les différentes sources de champ magnétique sont les aimants permanents, le courant électrique (c'est-à-dire le déplacement d'ensemble de charges électriques), ainsi que la variation temporelle d'un champ électrique (induction magnétique).. J'ai supprimé de fait ces modifications, qui contenaient des erreurs et confusions grossières. S'il est vrai que fondamentalement la source du champ magnétique macroscopique des aimants permanents est bien l'orientation collective des moments magnétiques électroniques (cf. article ferromagnétisme) il est absolument faux de dire que c'est le cas pour les champs créés par les courants électriques. C'est bien le déplacement d'ensemble des électrons dans le circuit qui crée le champ magnétique et cela même pour un courant statique (cf. expérience d'Oersted: déviation de l'aiguille d'une boussole a proximité d'un fil parcouru par un courant électrique). Le phénomène d'orientation collective des moments magnétiques des électrons n'a rien à voir là-dedans. Pour ce qui est de la variation temporelle du champ électrique, elle bien source directe d'un champ magnétique (d'ailleurs variable), et il ne s'agit pas d'un phénomène d'induction. Rappelons que c'est la variation temporelle du flux magnétique qui est la source d'un courant induit, cette variation pouvant résulter de différentes cause (variation du champ magnétique, ou de la constitution du circuit, etc.). Sur le plan local, les phénomènes d'induction sont liés à l'équation dite de Maxwell-Faraday \overrightarrow{rot} \vec{E}=-\frac{\partial \vec{B}}{\partial t}. En ce qui concerne la génération du champ magnétique par les courants et la variation temporelle du champ électrique, elle résulte de l'équation de Maxwell-Ampère \overrightarrow{rot} \vec{B}=\mu_0 \left(\overrightarrow{rot}\vec{j}+\epsilon_0 \frac{\partial \vec{E}}{\partial t}\right) (le terme \epsilon_0 \frac{\partial \vec{E}}{\partial t} est appelé courant de déplacement de Maxwell). Il fallait donc que ces erreurs soient corrigées pour éviter toute confusion, la version initiale était tout à fait correcte et convient à titre d'introduction, l'article précisant bien ensuite les différentes sources. Sguerin (discuter) 22 mai 2014 à 12:36 (CEST)