Discographie de Juliette Gréco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cet article regroupe la discographie de Juliette Gréco.

Article principal : Juliette Gréco.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studios[modifier | modifier le code]

Années 1950[modifier | modifier le code]

Années 1960[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

  • 1972Juliette Gréco chante Maurice Fanon (33 tours / 30 cm Disques Barclay 80.468 – Réédition en 1 CD Mercury 536.597-2 en 2002)
    A1. Mon fils chante – A2. L'Embellie – A3. Tous ces gens-là sont bien gentils – A4. Détournement – A5. La Lelluia – A6. Mes théâtres – B1. Les Temps nouveaux – B2. J'en tremble – B3. La Bourrée des étoiles – B4. La Folle – B5. L'Anti-rose – B6. Les Fusils d'argent
    — Paroles de Maurice Fanon et musique de Gérard Jouannest
    — Arrangements et direction musicale de François Rauber
  • 1977Gréco chante Jacques Brel, Henri Gougaud, Pierre Seghers (33 tours / 30 cm RCA Victor PL 37.119)

Années 1980[modifier | modifier le code]

Années 1990[modifier | modifier le code]

  • 1998Un jour d'été et quelques nuits (1 CD Disques Meys / MEY 74 479-2)
    1. Un jour d'été – 2. C'était un train de nuit – 3. Silence – 4. Le Contre-ecclésiaste (Rien n’est vanité) – 5. Érotique 1 – 6. Valse – 7. La Réponse du roi – 8. La Porte du jour – 9. Planète – 10. Passages – 11. Tard – 12. Comme une idée
    — Paroles de Jean-Claude Carrière et musique de Gérard Jouannest
    — Arrangements et direction d'orchestre de François Rauber

Années 2000[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

Années 1950[modifier | modifier le code]

Années 1960[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]

  • 1989Gréco 88 – Hommage à Jacques Brel (1 CD Philips 32PD-356)
    1. Quatre notes pour quatre lettres pour un nom « Brel » (instrumental) – 2. On n'oublie rien – 3. Le Prochain Amour – 4. Voir un ami pleurer – 5. Bruxelles – 6. Je suis bien – 7. La Chanson des vieux amants – 8. J'arrive – 9. Le Tango funèbre – 10. Regarde bien petit – 11. La Valse à mille temps – 12. Ne me quitte pas
    — Musique de Gérard Jouannest en 1
    — Paroles et musique de Jacques Brel en 4 – 10 – 11 – 12
    — Paroles de Jacques Brel et musique de Gérard Jouannest en 2 – 3 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9
    — Piano et direction musicale de Gérard Jouannest
    — Enregistré au Sogetsu Hall de Tokyo en novembre 1988

Années 1990[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

  • 2004 – Réédition en 1 CD des concerts Juliette Gréco à l'Olympia 1955 et Juliette Gréco à l'Olympia 1966 (Mercury 981 361-3)

Compilations[modifier | modifier le code]

Anthologie et intégrale[modifier | modifier le code]

Album-gag[modifier | modifier le code]

En 1966, Claude Dejacques, producteur chez Philips, a une idée amusante. Il conçoit de sortir, pour le 1er avril, un album-gag dans lequel les plus grands artistes maison échangent leurs tubes respectifs. Ainsi, Gréco reprend Le Folklore américain de Sheila et Le Jouet extraordinaire de Claude François tandis que France Gall reprend Jolie Môme, un grand succès de Gréco en 1961, Anne Sylvestre et Barbara reprenaient Les Zozos de Pierre Perret, Claude Nougaro La Javanaise et Si j'avais un marteau, Johnny Hallyday Le Parapluie et Le Petit Cheval de Georges Brassens, etc. Comme beaucoup d'idées originales, l'album poisson d'avril 1966 restera dans les placards de Philips, on ignore pour quelles raisons. Néanmoins, les deux enregistrements historiques de Gréco seront inclus dans le volume 8 de son intégrale L'Éternel féminin parue en 2003.

Livre audio[modifier | modifier le code]

Juliette Gréco a prêté sa voix pour un livre audio, Lettres à sa fille de Madame de Sévigné, publié aux éditions des femmes, dans la collection « Bibliothèque des voix ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ses disques précédents ont d'abord été édités en 78 tours par le label Columbia en 1950 puis par le tout nouveau label Philips en 1951.
  2. Manouchka, alias Monette Triadou, qui deviendra l'épouse de Boby Lapointe.
  3. Adaptation française par Françoise Sagan de la pièce de théâtre de Tennessee Williams (Théâtre de l'Atelier, 1971).

Références[modifier | modifier le code]