Discographie de John Lennon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark gold.png Vous lisez un « article de qualité ».
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

John Lennon en 1969.

Discographie de John Lennon
Albums studio 8
Albums live 2
Compilations 11
Singles 21

La discographie de John Lennon comprend l'ensemble des disques qu'il a publiés durant sa carrière solo, de son premier album expérimental, Unfinished Music No.1: Two Virgins en 1968, à son assassinat en 1980, ainsi que tous les albums publiés à titre posthume, sous la direction de sa femme Yoko Ono, qu'ils contiennent ou non des titres inédits. Ce sont ainsi près de 25 albums (studio, en concert ou compilations) auxquels s'ajoutent une vingtaine de singles. Ces disques complètent par ailleurs tous les disques enregistrés avec les Beatles, entre 1962 et 1970.

En solo, John Lennon a publié huit albums studio, de 1970 à 1984 (le dernier, Milk and Honey, étant publié à titre posthume). S'y ajoutent trois albums de musique expérimentale réalisés avec Yoko Ono en 1968 et 1969, dont le succès a été très limité. Les prestations live de Lennon durant sa carrière solo étant très rares, les albums de ce type ne sont qu'au nombre de deux : un paru de son vivant, l'autre six ans après son assassinat. Onze compilations ont également été publiées, dont une seule a vu le jour avant sa mort, Shaved Fish.

Du côté des singles, vingt-et-un ont été publiés, dont huit après sa mort. Plusieurs ont atteint la première place des classements, d'un côté ou de l'autre de l'Atlantique, notamment le célèbre Imagine. Le seul à avoir été no 1 à la fois au Royaume-Uni et aux États-Unis est (Just Like) Starting Over, paru en 1980, qui a fortement profité de la nouvelle de la mort du chanteur.

Albums[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Un piano blanc dans une pièce blanche, entouré d'une des guitares emblématiques de Lennon, de sa paire de lunettes rondes et de deux photos de lui.
Imagine, la chanson la plus populaire de Lennon, a été composée dans la pièce ici recréée par le Beatles Story Museum.

John Lennon est l'auteur, dans sa carrière solo, de huit albums studio, dont un posthume. Parmi eux, plusieurs ont été réalisés avec son épouse Yoko Ono. Dès la séparation des Beatles, à la mi-1969, il s'attaque à son premier album solo non expérimental, John Lennon/Plastic Ono Band publié avec, pour jumeau, celui de son épouse, intitulé Yoko Ono/Plastic Ono Band, en 1970[1]. L'album est également une véritable thérapie par laquelle Lennon exorcise ses vieux démons, qu'il s'agisse de la drogue ou de la disparition de sa mère[2]. Apprécié par la critique, il se classe convenablement dans les hit-parades[3]. Paraît ensuite l'album le plus populaire de Lennon, Imagine, l'année suivante : la critique comme le public le plébiscitent[4]. En 1972, Lennon et Ono profitent de cette popularité pour proposer un album plus politisé, Some Time in New York City, qui tente d'évoquer plusieurs problèmes d'actualité, tels que le Bloody Sunday[5]. Le public, tout comme la presse, n'est pas au rendez-vous, marquant la fin de la période prospère de Lennon[6],[7].

L'échec de son dernier album le pousse vers une période de remise en question qui aboutit, en 1973, à l'album Mind Games, préparé alors que s'amorce sa séparation provisoire d'avec Ono (qu'il appellera son « lost week-end »). Celui-ci marque un abandon définitif des chansons politiquement et violemment engagées[8], et une remontée flagrante dans les hit-parades américains[9]. L'année suivante, un nouvel album dans la même veine, Walls and Bridges, confirme cette tendance en atteignant la tête de ce même classement[10]. Lennon s'y livre notamment à un duo avec son ami Elton John[11], qui le pousse à monter avec lui sur scène pour la dernière fois, le 28 novembre 1974[12]. En 1975, enfin, Lennon se voit obligé d'enregistrer un album de reprises, afin d'éviter un procès pour plagiat d'un vers de Chuck Berry. Il enregistre ainsi Rock 'n' Roll, album reprenant les classiques du genre[13]. Suite à son retour auprès de Yoko Ono et l'annonce de l'arrivée d'un enfant, Lennon se retire du monde du spectacle pour cinq ans[14].

Il fait son grand retour en 1980, sur un album réalisé avec Ono : Double Fantasy. Tandis que tous ses précédents disques ont été publiés chez Apple, celui-ci l'est chez Geffen. John Lennon a en effet beaucoup de difficultés à trouver un label qui accepte de signer en même temps un contrat pour son épouse[15]. L'album connaît un bon succès commercial, propulsé par certains hits, mais est accueilli de façon mitigée par les critiques à cause de l'implication de Yoko Ono[16]. L'artiste est assassiné peu après, événement qui permet à l'album de bondir en tête des ventes des deux côtés de l'Atlantique[17]. En 1984, Yoko Ono publie à titre posthume l'album Milk and Honey, qu'ils étaient tous deux en train de travailler au moment du drame[18].

Albums studio
Année Album Hit-parades britanniques Hit-parades américains
1970 John Lennon/Plastic Ono Band N° 8 N° 6
1971 Imagine N° 1 N° 1
1972 Some Time in New York City N° 11 N° 48
1973 Mind Games N° 13 N° 9
1974 Walls and Bridges N° 6 N° 1
1975 Rock 'n' Roll N° 6 N° 6
1980 Double Fantasy N° 1 N° 1
1984 Milk and Honey (posthume) N° 3 N° 11

Albums expérimentaux[modifier | modifier le code]

Les premiers albums solo de John Lennon, tous genres confondus, sont trois albums de musique expérimentale conçus en étroite collaboration avec son épouse. Le premier opus est Unfinished Music No.1: Two Virgins, que le couple publie dans la lignée de la chanson Revolution 9 parue sur l'album blanc des Beatles. La pochette de l'album fait scandale : les deux artistes y posent en effet totalement nus, de face au recto et de dos au verso, entraînant une censure dans plusieurs pays[19]. En dépit du scandale, l'album n'entre pas dans les hit-parades britanniques et reste très bas dans les classements américains, son caractère avant-gardiste ne séduisant pas[20]. L'année suivante, le couple réalise Unfinished Music No.2: Life with the Lions, dans la même veine : ce second opus présente des bruitages divers et des témoignages de la période difficile que traverse alors le couple (fausse couche d'Ono et soucis judiciaires liés à la drogue)[21]. Une fois encore, le public n'est pas au rendez-vous[22].

Le dernier album expérimental du couple est publié la même année, pour célébrer leur mariage, et est justement intitulé Wedding Album. La première face présente les deux époux s'appelant l'un l'autre sur fond de battement de cœurs, tandis que la seconde présente des extraits d'interviews et dialogues enregistrés pendant le Bed-in for Peace d'Amsterdam. Le tout est accompagné d'un luxueux coffret contenant un fac-similé du contrat de mariage des Lennon et d'une photographie d'une part de gâteau[23]. Comme les deux précédents, l'album est un échec commercial[24].

Albums expérimentaux
Année Album Hit-parades américains
1968 Unfinished Music No.1: Two Virgins N° 122
1969 Unfinished Music No.2: Life with the Lions N° 174
1969 Wedding Album N° 178

Albums live[modifier | modifier le code]

Il existe seulement deux albums live de John Lennon. Le premier est le Live Peace in Toronto 1969 publié en décembre 1969, avant même la fin officielle des Beatles : il a également l'honneur d'être le premier album live publié par les Beatles, seuls ou en groupe[25]. Il s'agit de la prestation de Lennon et Yoko Ono accompagnés du Plastic Ono Band (dont c'est la première apparition), au cours du Toronto Rock and Roll Revival Festival[26].

Durant sa carrière solo, les apparitions de Lennon sont assez rares, et souvent courtes ou improvisées. Peu de documents audio de ses prestations existent donc. Aussi, en 1986, six ans après sa mort, Yoko Ono prépare l'album Live in New York City, réalisé à partir d'un concert de 1972. Bien qu'il s'agisse d'un témoignage important de la carrière de Lennon, l'album déçoit, notamment car les prises choisies ne sont pas les meilleures[27]. Finalement, bien qu'il ne s'agisse pas d'un album de John Lennon, son ultime prestation en concert, le 28 novembre 1974, est disponible sur l'album live d'Elton John Here and There. Cet album est paru pour la première fois en 1976, sans les morceaux avec Lennon, qui ne sont rajoutés que vingt ans plus tard, lors de sa réédition CD[12].

Albums live
Année Album Hit-parades britanniques Hit-parades américains
1969 Live Peace in Toronto 1969 N° 10
1986 Live in New York City N° 55 N° 41

Compilations[modifier | modifier le code]

Yoko Ono dans les années 2000
Yoko Ono a étroitement surveillé la préparation de la plupart des compilations parues après la mort de Lennon.

Une seule compilation de Lennon paraît de son vivant : il s'agit de Shaved Fish, en 1975, qui reprend ses singles parus jusqu'à cette date[28]. L'album est également la dernière production de Lennon jusqu'à son retour actif à la musique en 1980[29]. Plusieurs autres compilations ne comportant que des titres déjà publiés sortent dans les années qui suivent l'assassinat de l'artiste, comme The John Lennon Collection (1982)[30], Lennon Legend: The Very Best of John Lennon, son successeur, en 1997[31] et surtout le quadruple album Lennon, compilé par le spécialiste Mark Lewisohn, qui mélange chansons originales, versions live et enregistrements inédits[32].

Ces enregistrement inédits (nouvelles versions de chansons déjà produites, pour la plupart) sont également placés dans des albums à part, produits sous l'œil attentif de Yoko Ono. Le premier est Menlove Ave. (du nom de la rue où Lennon a passé son enfance), en 1986[33]. Suivent les albums Wonsaponatime en 1998, et Acoustic en 2004. Ces deux derniers reprennent cependant, pour l'essentiel, des extraits du quadruple album John Lennon Anthology de 1998, produit dans la foulée de la série The Beatles Anthology de 1995 et 1996[34]. À ces albums de versions inédites s'ajoutent deux bandes originales de documentaires : Imagine: John Lennon et The U.S. vs. John Lennon, ainsi que la compilation Peace, Love & Truth de 2005, destinée aux marchés asiatiques et à l'Australie[35].

Enfin, le plus gros projet de compilations apparaît en 2010, année marquant le soixante-dixième anniversaire du chanteur et le trentième de son assassinat. L'intégralité de son catalogue est remastérisé pour l'occasion, par la même équipe qui s'est chargée des chansons des Beatles l'année précédente. Le résultat se présente sous trois formats visant des publics différents. Un album simple, Power to the People: The Hits reprend ses quinze plus grands titres, pour le grand public[36]. Le coffret John Lennon Signature Box reprend l'intégrale de ses albums studio, des singles et plusieurs versions alternatives, à destination des fans souhaitant acquérir la collection complète[37]. Enfin, le quadruple album Gimme Some Truth s'impose comme intermédiaire entre le bas prix du premier et la quantité de chansons du deuxième[38].

Compilations
Année Album Hit-parades britanniques Hit-parades américains
1975 Shaved Fish N° 8 N° 12
1982 The John Lennon Collection N° 1 N° 33
1986 Menlove Ave. N° 127
1988 Imagine: John Lennon N° 64 N° 31
1990 Lennon
1997 Lennon Legend: The Very Best of John Lennon N° 3 N° 65
1998 John Lennon Anthology N° 62 N° 99
1998 Wonsaponatime N° 76
2004 Acoustic N° 31 N° 31
2005 Peace, Love & Truth
2005 Working Class Hero: The Definitive Lennon N° 11 N° 135
2006 The U.S. vs. John Lennon
2010 Gimme Some Truth N° 196
2010 Power to the People: The Hits N° 15 N° 24
2010 John Lennon Signature Box N° 148

Singles[modifier | modifier le code]

Lennon, Yoko Ono et Timothy Leary enregistrant la chanson, Lennon à la guitare et Leary tapant des mains au premier plan.
Give Peace a Chance, le premier single de Lennon, a été enregistré au cours du Bed-in for Peace de Montréal.

Les tout premiers singles de Lennon sont réalisés dans un contexte particulier puisque les Beatles existent encore. Ainsi, summum de ce phénomène, Give Peace a Chance écrit par le seul Lennon est créditée Lennon/McCartney, par habitude. Une autre chanson qu'il prépare, Cold Turkey, est au départ envisagée comme single des Beatles, mais elle est jugée trop personnelle par Paul McCartney, et Lennon la publie donc en solo : il s'agit de la première chanson créditée à son seul nom, véritable prise de distance vis-à-vis du groupe qu'il quitte la même année[39]. Le single suivant, Instant Karma!, est enregistré dans les studios Abbey Road en un temps record, avec la participation de George Harrison[25].

Vient ensuite Mother, chanson issue de son premier album solo bien qu'elle soit assez peu commerciale[40]. S'ensuivent en 1971 et 1972 quatre singles très engagés politiquement, dont Imagine, sa plus célèbre chanson[41]. Un autre single dans cette veine, Woman Is the Nigger of the World est pour sa part censuré à la radio[42]. Au cours du lost week-end en 1974, Lennon revient aux compositions plus personnelles (Mind Games et #9 Dream)[43], et s'offre également une reprise d'un classique du rock, Stand by Me, son dernier single avant son retour de 1980[44]. Auparavant, Lennon a également pu s'offrir une escapade plus pop avec son ami Elton John : Whatever Gets You Thru the Night[45]. Il s'agit également de son premier numéro un américain, qui lui vaut une apparition en public à la suite d'un pari avec son partenaire[10].

Le dernier single publié par Lennon de son vivant est intitulé, assez ironiquement, (Just Like) Starting Over (« comme un nouveau départ »), en 1980[46]. Deux autres singles issus de l'album Double Fantasy sortent à la suite de la mort de Lennon, ainsi qu'une sortie single de Love, chanson à l'origine parue sur l'album John Lennon/Plastic Ono Band en 1970. Avec la sortie en 1984 de l'album Milk and Honey sortent les quatre derniers singles inédits de Lennon. Si le premier, Nobody Told Me, suscite un certain engouement, ce n'est pas le cas des trois suivants : le dernier, Every Man Has a Woman Who Loves Him ne se classe ni dans les hit-parades américains, ni dans les britanniques[18]. Enfin, en 1985, EMI publie de façon assez étonnante Jealous Guy, sortie près de quinze ans plus tôt : le succès du single est assez limité[47].

Année Single hit-parades britanniques hit-parades américains
1969 Give Peace a Chance N° 2 N° 14
1969 Cold Turkey N° 12 N° 30
1970 Instant Karma! (We All Shine On) N° 5 N° 3
1970 Mother non publié N° 43
1971 Power to the People N° 6 N° 11
1971 Imagine N° 1 N° 3
1971 Happy Xmas (War Is Over) N° 2 N° 3
1972 Woman Is the Nigger of the World non publié N° 57
1973 Mind Games N° 26 N° 18
1974 Whatever Gets You Thru the Night N° 36 N° 1
1975 #9 Dream N° 23 N° 9
1975 Stand by Me N° 30 N° 20
1980 (Just Like) Starting Over N° 1 N° 1
1981 Woman N° 1 N° 2
1981 Watching the Wheels N° 30 N° 10
1982 Love N° 41
1984 Nobody Told Me N° 6 N° 5
1984 Borrowed Time N° 32 N° 108
1984 I'm Stepping Out N° 88 N° 55
1984 Every Man Has a Woman Who Loves Him
1985 Jealous Guy N° 65 N° 80

Références[modifier | modifier le code]

Sources des ventes de disques et classements

Autres sources

  1. Philip Norman 2010, p. 661
  2. François Plassat 2010, p. 96
  3. (en) « John Lennon/Plastic Ono Band », Allmusic. Consulté le 1er avril 2011.
  4. Daniel Ichbiah 2009, p. 254
  5. (en) « Some Time in New York City », Allmusic. Consulté le 1er avril 2011.
  6. François Plassat 2010, p. 221
  7. Philip Norman 2010, p. 712
  8. Philip Norman 2010, p. 724
  9. (en) « Mind Games », Allmusic. Consulté le 1er avril 2011.
  10. a et b Philip Norman 2010, p. 752
  11. Daniel Ichbiah 2009, p. 256
  12. a et b (en) « Here and There », Allmusic. Consulté le 22 août 2011.
  13. Philip Norman 2010, p. 758–759
  14. (en) « Rock 'n' Roll », Allmusic. Consulté le 1er avril 2011.
  15. Philip Norman 2010, p. 810
  16. Philip Norman 2010, p. 813
  17. Daniel Ichbiah 2009, p. 257
  18. a et b (en) « Milk and Honey », Allmusic. Consulté le 1er avril 2011.
  19. Philip Norman 2010, p. 586–589
  20. Daniel Ichbiah 2009, p. 166
  21. Philip Norman 2010, p. 614
  22. (en) « Unfinished Music, No. 2: Life with the Lions », Allmusic. Consulté le 1er avril 2011.
  23. Philip Norman 2010, p. 638
  24. (en) « Wedding Album », Allmusic. Consulté le 1er avril 2011.
  25. a et b François Plassat 2010, p. 86
  26. (en) « Live Peace in Toronto 1969 », Allmusic. Consulté le 1er avril 2011.
  27. (en) « Live in New York City », Allmusic. Consulté le 1er avril 2011.
  28. Philip Norman 2010, p. 763
  29. (en) « Shaved Fish », Allmusic. Consulté le 3 avril 2011.
  30. (en) « The John Lennon Collection », Allmusic. Consulté le 3 avril 2011.
  31. (en) « Lennon Legend: The Very Best of John Lennon », Allmusic. Consulté le 3 avril 2011.
  32. (en) « Lennon », Allmusic. Consulté le 3 avril 2011.
  33. (en) « Menlove Ave. », Allmusic. Consulté le 3 avril 2011.
  34. (en) « John Lennon Anthology », Allmusic. Consulté le 3 avril 2011.
  35. (en) « Peace, Love and Truth », Allmusic. Consulté le 3 avril 2011.
  36. (en) « Power To The People: The Hits », Allmusic. Consulté le 3 avril 2011.
  37. (en) « Signature Box », Allmusic. Consulté le 3 avril 2011.
  38. (en) « Gimme Some Truth », Allmusic. Consulté le 3 avril 2011.
  39. François Plassat 2010, p. 84
  40. (en) « Mother », Allmusic. Consulté le 3 avril 2011.
  41. (en) « Imagine », Allmusic. Consulté le 3 avril 2011.
  42. Philip Norman 2010, p. 711
  43. Philip Norman 2010, p. 749
  44. Philip Norman 2010, p. 759
  45. (en) « John Lennon - Whatever Gets You Thru The Night », Graham Calkin's Beatles Pages. Consulté le 3 avril 2011.
  46. (en) « Just Like Starting Over ; The Recording Of Double Fantasy », Chris Hunt. Consulté le 3 avril 2011.
  47. (en) « John Lennon - Jealous Guy », Graham Calkin's Beatles Pages. Consulté le 3 avril 2011.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Ichbiah, Et Dieu créa les Beatles, Les Cahiers de l'info,‎ 2009, 293 p. (ISBN 978-2-9166-2850-9)
  • Philip Norman (trad. Philippe Paringaux), John Lennon : une vie, Paris, Robert Laffont,‎ 2010 (1re éd. 2008), 862 p. (ISBN 978-2-221-11516-9)
  • François Plassat, Paul McCartney : l'empreinte d'un géant, Paris, JBz & Cie,‎ 2010, 544 p. (ISBN 978-2-75560-651-5)
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 18 septembre 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.