Dirk Helmbreker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dirk Helmbreker
Theodor Helmbreker, Dirck Helmbreecker

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Auto-portrait

Naissance 1633
Haarlem
Décès 1696
Rome
Nationalité néerlandais (Provinces-unies)
Activités Peintre
Maîtres Pieter de Grebber
Mouvement artistique baroque
Influencé par Pieter van Laer


Dirk Helmbreker ou Theodor Helmbreker ou Dirck Helmbreecker (1624 ou 1633, Haarlem – 1696, Rome)[1] est un peintre néerlandais (Provinces-unies) du siècle d'or. Il est connu pour ses peintures de portraits, de paysages italianisants et de bambochades (Bamboccianti).

Biographie[modifier | modifier le code]

Dirk Helmbreker est né en 1624 ou en 1633 à Haarlem aux Pays-Bas.

Il est le fils de Cornelis Helmbreecker, compositeur et organiste hollandais de l'église Saint-Bavon de Haarlem. Bien que ce dernier destine son fils à une carrière dans la musique, Dirk montre très jeune des aptitudes et du talent dans le domaine de la peinture. Il étudie auprès du peintre portraitiste Pieter de Grebber et ce jusqu'à la fin des années 1640. Il devient membre de la guilde de Saint-Luc de Haarlem en 1652.

Après la mort de son père il entreprend un voyage en compagnie des peintres Cornelis Bega, Guillam Dubois, et Vincent Laurentsz. Van der Vinne qui les mène en Allemagne, en Suisse et en Italie. Il trouve refuge à Venise auprès du sénateur Loredano pendant quatre mois. Il s'installe ensuite à Rome en 1654. En 1659, il devient membre de l'association des Bentvueghels qui regroupe des peintres nordiques installés en Italie. Il étudie sur place les œuvres des grands maîtres italiens et intègre à la fin des années 1670 l’académie pontificale des beaux-arts et des lettres des virtuoses au Panthéon. En 1678, il s'installe à Paris, où il travaille avec le peintre Frederik de Moucheron. Au bout de trois ans, il retourne en Italie, il reçoit plusieurs commandes à Turin, Florence et Rome ou il travaillera avec Viviano Codazzi spécialiste et précurseur du védutisme.

En 1694, l'historien d'art Filippo Baldinucci écrit une biographie du peintre hollandais à partir des informations fournies par le religieux Francesco Marucelli qui possède 21 œuvres de l'artiste. Selon ce dernier, d'importants collectionneurs de peinture originaires de Rome et de Florence tels que Marucelli, Folco Rinuccini, Pierantonio Gerini, le Cardinal Flavio Chigi, le Comte Angiolosa et la famille Colonna se disputent les œuvres de Helmbreker, et se les arrachent à prix d'or. Parmi les admirateurs de la peinture de Helmbreker figure le Prince Ferdinand de Médicis, qui privilégie les œuvres de petite dimension. Le prince possède plusieurs toiles de l'artiste telles que La danse des paysans (le criquet), qui tombe dans le genre de bambochades dont Helmbreker est considéré comme un spécialiste, et Cuisine rustique (Caprice des tziganes, des musiciens et des buveurs).

Il travaille également pour le Cardinal de Médicis pendant environ quatre mois. Il peint plusieurs tableaux pour les Jésuites à Rome, qui lui offrent un hébergement pendant deux ans. En 1695, il peint un tableau qui se situe dans le maître-autel de l'église de Saint-Julien des Flamands à Rome. Il meurt en 1696 à Rome.

Galerie[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Italie[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

  • Auto-portrait[2], National Gallery of Art, Washington D.C.
  • Études d'un homme buvant et d'un homme fumant[3], The J. Paul Getty Museum, Los Angeles

Collections privées[modifier | modifier le code]

  • Scène champêtre avec paysans musiciens
  • Paysans avec le troupeau

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie de Dirk Helmbreker sur le site web néerlandais RKD
  2. Oeuvre de Dirk Helmbreker au National Gallery of Art à Washington D.C.
  3. Oeuvre de Dirk Helmbreker au J. Paul Getty Museum à Los Angeles

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoine Joseph Dezallier d'Argenville, Abrégé de la vie des plus fameux peintres, Paris, 1745
  • Bénédicte Savoy, Patrimoine annexé: les biens culturels saisis par la France, vol. I, 2003, pag.211
  • François-Xavier de Burtin, Traité théorique et pratique des connaissances qui sont nécessaires aux amateurs de tableaux, 1846, pag.426
  • Charles Callahan Perkins, John Denison Champlin, Cyclopedia of Painters and Paintings, 2009, pag.231
  • Miles L. Chappell, Mario Di Giampaolo, Serena Padovani, Arte collezionismo conservazione, 2004, Ministero per i beni e le attività culturali, pag.86
  • Matthew Pilkington, Johann Heinrich Füssli, A Dictionary of Painters: from the revival of the art to the present period, Londres, stampato da John Crowder, 1805, pag.240

Liens[modifier | modifier le code]