Directors Guild of Japan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Directors Guild of Japan (日本映画監督協会, Nihon Eiga Kantoku Kyōkai?) est un syndicat professionnel créé pour représenter les intérêts des réalisateurs auprès de l'industrie du cinéma japonaise. Fondée en 1936 avec Minoru Murata pour premier président, elle a poursuivi ses activités jusqu'à aujourd'hui à l'exception d'une période comprise entre 1943 et 1949 quand elle a été dissoute sur les ordres du gouvernement[1]. Elle se consacre particulièrement à la protection du droit d'auteur et des autres droits des réalisateurs sur leur travail, la défense de la liberté d'expression, et la promotion des intérêts économiques de ses membres[1]. Elle a par exemple émis des protestations contre les efforts visant à empêcher la projection de films tels que Yasukuni[2] et The Cove[3]. La guilde a également produit le film Eiga kantoku tte nan da (« qu'est-ce qu'un réalisateur? ») à l'occasion du 70e anniversaire de sa création afin de promouvoir son point de vue que le directeur possède les droits d'auteur d'un film[4].

Elle décerne également un prix des nouveaux réalisateurs[5].

l'actuel président est Yōichi Sai (2004- ). Ses prédécesseurs sont Minoru Murata (1936-37), Kenji Mizoguchi (1937-43, 1949-55), Yasujirō Ozu (1955-63), Heinosuke Gosho (1964-80), Nagisa Ōshima (1980-96), Kinji Fukasaku (1996-2003) et Yōji Yamada (2003-04)[6].

Liens externes[modifier | modifier le code]

(en) Directors Guild of Japan Site officiel

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (ja) « Enkaku to katsudō », Nihon eiga kantoku kyōkai (consulté le 17 août 2010)
  2. « No Tokyo theater will show 'Yasukuni' film », Japan Times,‎ 1 avril 2008 (lire en ligne)
  3. Deborah Bassett, « The Cove Opens in Tokyo With Clash From Protesters », Huffington Post,‎ 6 juillet 2010 (consulté le 6 janvier 2011)
  4. (ja) Tadao Satō, « "Eiga kantoku tte nan da" to iu eiga », Eurospace (consulté le 6 janvier 2011)
  5. (ja) « Zōtei no rekishi », Nihon eiga kantoku kyōkai (consulté le 17 août 2010)
  6. (ja) « Nihon eiga kantoku kyōkai nenpyō », Nihon eiga kantoku kyōkai (consulté le 17 août 2010)