Diplomatie (livre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Diplomatie (homonymie).
Diplomatie
Auteur Henry Kissinger
Genre Histoire, Relations internationales
Version originale
Titre original Diplomacy
Éditeur original Simon & Schuster
Langue originale Anglais
Pays d'origine États-Unis
Lieu de parution original New York
Date de parution originale 1994
ISBN original 0-671-51099-1
Version française
Traducteur Marie-France de Paloméra
Lieu de parution Paris
Éditeur Fayard
Date de parution 2 octobre 1996
Nombre de pages 860
ISBN 2-213-59720-0

Diplomatie (titre original : Diplomacy) est un livre du spécialiste des relations internationales et ancien Secrétaire d'État américain Henry Kissinger. Paru en anglais en 1994, l'ouvrage analyse certains moments de l'histoire diplomatique occidentale, et se concentre surtout sur le XXe siècle. Il accorde une place particulièrement importante aux grands responsables politiques et à leur vision du monde. Défenseur de la théorie réaliste en relations internationales, Kissinger s'appuie sur les concepts de raison d'Etat et de Realpolitik. Diplomatie est un ouvrage de synthèse influent, bien que son exactitude historique ait été contestée[1].

Kissinger fait rarement référence à lui-même, bien qu'il occupait d'importantes fonctions officielles sous les présidences de Richard Nixon et Gerald Ford.

L'ouvrage est dédié aux hommes et aux femmes du Foreign Service des États-Unis.

Chapitres[modifier | modifier le code]

  1. Le nouvel ordre international
  2. La charnière : Theodore Roosevelt ou Woodrow Wilson
  3. De l'universalité à l'équilibre : Richelieu, Guillaume d'Orange et Pitt
  4. Le Concert européen : la Grande-Bretagne, l'Autriche et la Russie
  5. Deux révolutionnaires: Napoléon III et Bismarck
  6. La Realpolitik se retourne contre elle-même
  7. Une machine de destruction politique : la diplomatie européenne avant la Première Guerre mondiale
  8. Dans le tourbillon : la machine de destruction militaire
  9. Le nouveau visage de la diplomatie : Wilson et le traité de Versailles
  10. Le dilemme des vainqueurs
  11. Stresemann et la réémergence des vaincus
  12. La fin de l'illusion : Hitler et la destruction de Versailles
  13. Staline pousse les enchères
  14. Le Pacte germano-soviétique
  15. L'Amérique à nouveau dans l'arène : Franklin Delano Roosevelt
  16. Trois approches de la paix : Roosevelt, Staline et Churchill dans la Seconde Guerre mondiale
  17. Le début de la guerre froide
  18. Les succès et les revers de l'endiguement
  19. Le dilemme de l'endiguement : la guerre de Corée
  20. Négocier avec les communistes : Adenauer, Churchill et Eisenhower
  21. L'endiguement contourné : la crise de Suez
  22. La Hongrie : un soulèvement dans l'Empire
  23. L'ultimatum de Krouchtchev : la crise de Berlin, 1958-1963
  24. L'unité occidentale : Macmillan, de Gaulle, Eisenhower et Kennedy
  25. Le Viêt-nam : l'entrée dans le bourbier. Truman et Eisenhower
  26. Le Viêt-nam : en désespoir de cause. Kennedy et Johnson
  27. Le Viêt-nam : le désengagement. Nixon
  28. La politique étrangère comme géopolitique : la diplomatie triangulaire de Nixon
  29. La détente et ses déconvenues
  30. La fin de la guerre froide : Reagan et Gorbatchev
  31. Le nouvel ordre mondial reconsidéré

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'historien Ernest May conclue un compte rendu du livre par : "As a history, Mr Kissinger's "Diplomacy" is amateurish. That is unfortunate because it could have been a good history and a classic book of maxims. It is only the latter", Ernest May, "The 'Great Man' Theory of Foreign Policy", dans le New York Times du 3 avril 1994. [1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Henry Kissinger (trad. Marie-France de Paloméra), Diplomatie, Paris, Fayard,‎ 1996 (ISBN 978-2-213-59720-1)